Chanter pour planter le blé

14 novembre 2012
Par


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  ”Production, préparation et consommation des aliments”,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme “tiwsé” qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou “el brih”.

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre “Alimentation des populations de l’Ahaggar” (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Corpus de la phonothèque, Algérie, Corpus de la phonothèque, Marceau Gast

4 commentaires pour “ Chanter pour planter le blé ”

  1. Nacira abrous le 16 novembre 2012 à 12 h 25 min

    Tzad nezzerh tira-agi ghef wayen d-yessekfalen isufar n unadi, yettawi ar iberdan innden n tmussni n yegduden d yemdanen. Tagi ur d-tettas ara kan seg yedlisen, tettass-d seg wayen d-wwin imnuda ama s tmesliwt ama s twellafin. (version kabyle)

    Ce travail d’écriture et de restitution est d’une valeur significative, il mène tout droit sur les voies tortueuses de la connaissances des mondes, des peuples et des cultures.
    La connaissance de ces univers ne passe pas uniquement à travers des ouvrages mais des images et des sons.

    Nacira Abrous
    Etudes berbères/monde sémitique et chamito sémitique

  2. Corinne Cassé le 16 novembre 2012 à 13 h 51 min

    Merci aux documentalistes de la phonothèque de la MMSH de leur travail minutieux de documentation. Il ne suffisait pas de savoir qu’unetelle ou untel avait travaillé sur tel ou tel sujet. Nous pouvions passer à côté de ces travaux, de ces réalités étudiées et transmises, du moment que notre propre sujet se situait ailleurs.
    Ici, nous rentrons de plein pieds dans la matière vivante ; elle nous interpelle et nous intrigue. L’information jaillit de plusieurs documents croisés qui prennent une pertinence nouvelle dans leur rencontre. Oui, j’ai envie d’en entendre plus, de savoir : quoi d’autre encore dans les travaux de Marceau Gast ?

  3. Chanter pour planter le blé « ETHNOBOTANIQUE le 19 novembre 2012 à 19 h 34 min

    [...] la suite sur le Carnet. Share this:StumbleUponDiggRedditWordPress:J'aimeSoyez le premier à aimer [...]

  4. algerianinfo le 20 novembre 2012 à 22 h 23 min

    un travail scientifique de valeur, mille merci, notre patrimoine est trés riche mais n’est pas préservé.

Laisser un commentaire

Les archives du carnet


Carnets de recherche