Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite

Le luthier Pierre Enel et l’enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier. Pierre Enel, désormais mal voyant, commence par ces quelques mots : “triste métier”. Il a mené trente ans de sa carrière en dehors de Mirecourt. Il parle des conditions rudes du métier plus que des traditions de la ville liées à la profession, et, se jugeant trop critique, souhaite régulièrement interrompre l’entretien.

Pas le choix (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

A douze ans, en 1914, beaucoup d’hommes sont à la guerre, le petit Pierre est d’abord ferblantier avant de débuter son apprentissage de luthier en 1916 dans la Maison Mougenot.

L’apprentissage  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Il part ensuite à 16 ans chez son oncle, le luthier Charles Enel, installé à Paris, chez lequel il restera jusqu’en 1934. Ensuite, il ira à Lyon. Suite à des soucis personnels, il décide de rentrer à Mirecourt et travaillera à distance pour son oncle pendant huit ans. Il se spécialisera dans la restauration fine d’instruments anciens, développant aussi, par l’observation, son estimation de la valeur des instruments (selon lui, ceux réalisés à Mirecourt ne dépassent pas l’instrument d’étude).

Il évoque son travail comme celui d’un martyre obligé, afin de faire vivre la famille au prix d’un travail énorme, disant à la fois la vie inimaginable d’alors et la normalité que cela représentait. Les patrons d’ateliers ne vivaient pas forcément mieux que leurs ouvriers. C’était une vie de labeur et de rigueur pour tous.

La dureté du métier  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Tout le monde devait beaucoup travailler, mais pour des rémunérations très faibles qui ne permettaient pas de vivre de manière décente.

Travailler beaucoup pour gagner peu  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Mirecourt jusqu’à l’après guerre était isolée et ni les clients, ni les musiciens n’y venaient. Les artisans vendaient leurs instruments aux collègues installés dans les grandes villes et aux professeurs qui prenaient une commission importante sur la revente de l’instrument.

Les clients des luthiers de Mirecourt  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Pierre Enel dénigre l’évolution de la lutherie vers quelque chose de scientifique ou d’artistique, soulignant les éléments fondamentaux : l’épaisseur et la qualité du bois. Pour avoir une bonne formation, il évoque l’importance de “qui vous dresse” et où vous pouvez voir beaucoup de beaux instruments.

L’importance de “qui vous dresse”  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enfin, pour faire un vrai luthier, il faut au moins 15 ans de métier.

Le temps utile pour acquérir le métier (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque :http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Enel, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite. Mirecourt, 1982. 1 cass. 41 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3493.

Crédits photographiques : Monsieur Pierre Enel avec l’enquêtrice, Hélène Claudot-Hawad, chez lui en 1982 et enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">