Tous les articles par Véronique Ginouvès

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax “Assistant in charge”, c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (“Lead Belly”), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (“Muddy Waters”), Aunt Molly Jackson, Son House, David “Honeyboy” Edwards, Texas Gladden, Ferdinand “Jelly Roll” Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien “Uncle” Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

12 février 2015 : collecter sur le terrain au Yémen, conférence de Fatima Al-Baydanin

Le 12 février prochain  nous aurons la chance de découvrir le travail mené depuis plusieurs années par Fatima Al-Baydanin, chercheure yéménite invitée par l’IREMAM à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h30) pour une conférence sous le titre : “12 ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen”. En effet, depuis les années 2000 Fatima Al-Baydanin n’a cessé de collecter à travers le Yémen et de former des collecteurs sur le domaine. Ses enregistrements, films et photographies sont archivés au sein de l’association culturelle Aydanout1. Elle est l’auteur de nombreux recueils et anthologies de littérature orale et de poésie.

La conférence sera donnée en arabe avec traduction simultanée.

Le lien vers le site de l’IREMAM, rubrique “L’IREMAM accueille” est momentanément inaccessible. Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Anne Debray-Decory.

A propos de Fatima Al-Baydanin
Fatima Al-Baydani, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, travail qu’elle poursuit encore actuellement, non sans avoir formé en même temps de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amené à collaborer avec de multiples institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2006, elle a créé une association culturelle Meel al-Dhahab, renommée depuis Aydanout , c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages (voir ci-dessous un extrait de sa bibliographie). Actuellement, Fatima Al-Baydani  travaille  sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen.   Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Bibliographie (extraits) 

– Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014 ;

Contes du Yémen : Lit de pierre, lit de verre. Contes collectés par Fatima Al-Baydani et traduits par l’atelier de traduction arabe de l’ENS, Ecole des loisirs, 2008.

– Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008 ;

– Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014 ;

– Haggabi yamma  ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse,  Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015.

– al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009 ;

– Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 [avec le soutien de l’Unesco].

Crédits photographiques : Scene in a marketplace Market, buildings, sheep, people. 1896.  Name of Expedition: Africa Expedition Participants: D.G. Elliot and Carl Akeley Expedition Date: 1896. Location:Asia, Arabia, Yemen, Aden Original material: Hand-colored glass lantern slide Digital Identifier: CSZ5913_LS Learn more about The Field Museum’s Library Photo Archives. No known copyright restrictions.

  1. C’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. L’association a d’abord été créée en 2006 sous le nom de  Meel al-Dhahab []

APPEL À CANDIDATURES – Atelier numérique en Méditerranée : frontières, migrations, mobilités

Cadre de l’atelier doctoral

Cet atelier doctoral (ATED) s’adresse à des doctorants en sciences sociales de toute université. Il s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes, en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMESIRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne. Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015

Argumentaire

A l’intersection des sciences humaines et sociales, de l’informatique et des usages numériques cette école doctorale met en avant les Digital Humanities (DH) comme une pratique de recherche mobilisant des technologies numériques de façon structurelle, des modèles épistémologiques et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. Deux thématiques sont proposées pour cette cession, les frontières et les migrations, en appuie à une réflexion autour du numérique dans la mesure où les TIC bouleversent les pratiques de recherche en SHS et parce que la Toile est devenue une donnée centrale du monde actuel.  Son intégration dans les études méditerranéennes est porteuse d’interrogations multiples qui offre de nombreuses pistes de réflexions.

Le numérique est devenu un objet de recherche de l’étude du changement en Méditerranée. D’abord outil de travail et d’analyse, le numérique est devenu un nouveau terrain d’étude pour appréhender les transformations à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes.

Il s’agira, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation des usages du numérique et de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la Méditerranée. Depuis les années 1990, l’émergence de l’internet a été intégrée dans une réflexion plus large menée sur les relations entre les TIC et les migrations (Tristan Mattelart, 2014). Ces travaux ont mis en évidence la place croissante des technologies numériques dans les pratiques diasporiques. Les outils de communication du web sont d’abord utilisés par les migrants pour pallier l’absence de la famille et des proches. Les courriels, les dispositifs de discussions instantanées, les téléconférences et les réseaux sociaux sont des modes de communication réguliers, rapides et interactifs qui participent au renforcement les liens diasporiques. Ces relations constituent également un marché de « niche » qui se manifeste, sur la toile, par la multiplication des sites diasporiques et des médias de minorité. Cette

« marchandisation de l’identitaire » est à l’origine de sites de plus en plus spécialisés qui participent à la segmentation de l’espace public (Isabelle Rigoni, 2012). Les migrants sont ainsi insérés dans de nouvelles stratégies communautaires mises en réseau. L’atlas augmenté e-diaspora (Dana Diminescu (dir.), 2009) rend compte de ces nouvelles dynamiques migratoires en proposant une cartographie des diasporas numériques, constituées sur le web (http://www.e-diasporas.fr/). Ces travaux invitent à repenser les migrations en Méditerranée et permet de sortir d’une approche européo-centrée mettant en exergue les flux Nord-Sud. Ils invitent également à reconsidérer la notion d’espace, en « dépassant la simple dichotomie espace physique / espace numérique (Sabrina Marchandise, 2012) : les liens virtuels créés sur le réseau s’appuient sur les relations préexistantes émanant du vécu de l’étudiant (famille, école, université, associations…). S’instaure ainsi, une nouvelle relation à la distance dans laquelle le réseau ouvre le champ des déplacements et des rencontres.

Les études sur les relations entre TIC et migration sont à l’origine de la figure du « migrant connecté » (Dana Diminescu, 2005), inséré dans une culture transnationale et en prise avec de nouvelles formes de participations. Relié à son pays d’origine mais aussi acteur dans sa société d’accueil, le « migrant online » est ainsi davantage en situation de « double présence » par opposition à la problématique traditionnelle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad. La cyberculture est ainsi à l’origine d’une nouvelle façon d’exister dans un monde de plus en plus caractérisé par la mobilité et le cosmopolitisme. Néanmoins, ces pratiques du « migrant connecté » ne peuvent faire l’objet d’une généralisation dans la mesure où elles s’insèrent dans des situations migratoires hétérogènes n’impliquant pas systématiquement le recours possible aux TIC. De plus, comme le souligne Tristan Mattelart, en étant connecté, le migrant s’intègre dans des relations de pouvoir et des logiques économiques à l’œuvre sur le réseau Internet qui ne sont pas sans conséquence sur ses propres pratiques.

La généralisation du numérique, transforme également les modalités d’élaboration, de valorisation et de patrimonialisation des mémoires migrantes. Grâce à la numérisation, le web apparaît comme un espace de sauvegarde et de valorisation du patrimoine audiovisuel méditerranéen, souvent conservé sur des supports analogiques fragiles. Le projet « Med-Mem, partager les mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » (2009-2011) a abouti à la mise en place d’un site proposant des extraits d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen (http://www.med-med.ue). L’internet permet également d’interroger les stratégies mises en place par les différents acteurs mémoriels sur la toile pour faire valoir leurs revendications. Dans le cas français, les mémoires de l’immigration maghrébine n’ont pas intégré la mémoire collective malgré la création en 2007 d’une cité nationale pour l’histoire de l’immigration. Pour ces mémoires souvent perçues comme délaissées, le web constitue ainsi un nouvel espace d’expression et de mobilisation.

Déroulement de la session

Des exposés seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session avec un focus sur la place des Digital Humanities.

Dates

Arrivée le dimanche 21 juin 2015 départ le vendredi 26 juin 2015 à 14h.

Lieu

Sidi-Bou-Saïd, Tunisie

Modalités de sélection

Un jury sélectionnera dix candidatures qui comprendront :

- un CV ;

- une lettre de motivation de 8 000 signes maximum, rédigée en français résumant la thèse avec focus sur les questions que se pose le doctorant sur les humanités numériques en lien avec son projet. Aucune compétence ou de connaissance particulière en informatique n’est demandée pour participer à cette école doctorale.

Tous les champs disciplinaires demeurent en principe éligibles s’ils sont en lien avec l’argumentaire de l’école doctorale.

Logistique

Les candidats seront prévenus de leur sélection au plus tard le 20 avril 2015. Les frais de transport et de séjour seront pris en charge. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session et à respecter les dates de départ et de retour qu’impliquent la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015

Elles seront adressées par courriel à Claude Bruggiamosca qui enverra en retour un accusé de réception <bruggiamosca@mmsh.univ-aix.fr>

Comité scientifique pour la sélection des dossiers : Maryline Crivello (Telemme), Virginie Baby-Collin (Telemme), Blandine Descamps-Julien (LabexMed), Karima Dirèche (IRMC), Véronique Ginouvès (USR 3125), Stéphanie Latte (Iremam), Nicolas Maï (Lames), Sylvie Mazzella (LAMES), Cédric Parizot (IREMAM) , Stéphane Pouyllau (Huma-Num).

Comité d’organisation
Maryline Crivello (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Claude Bruggiamosca (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Karima Dirèche (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org
Mathilde Favier (LABEXMED)
Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH, AMU-CNRS) http://phonotheque.hypotheses.org
Sylvie Mazzella (LAMES – MMSH, AMU-CNRS) mazzella@mmsh.univ-aix.fr
Cédric Parizot (IREMAM – MMSH, AMU-CNRS) http://iremam.cnrs.fr

Information sur Calendahttp://calenda.org/316245

Crédits photographiques de l’image à la une : carte des îles de la Méditerranée, Florence, 1489 insérée dans Google Maps. Collection de la British Library (Follow Account of the Islands of the Mediterranean. – caption: ‘World map by Martellus’). Pas de restrictions de droits connues.

 

 

/

Un patrimoine culturel à sauver, Florence, Palazzo Strozzi, 31 janvier 2015

AFFICHE-31_01_2015

 

UN PATRIMONIO CULTURALE DA SALVARE

Le registrazioni audiovisive

come testimonianza linguistica, storica, antropologica

Date : 31 janvier 2015

Lieu : Sala l’Altana Palazzo Strozzi, Firenze

Organisation : Scuola Normale Superiore Piazza Strozzi Firenze –  Laboratorio di Linguistica – http://linguistica.sns.it

 

Programme

9,15 Ouverture

9,30 PIETRO CLEMENTE Etnografia e fonti orali: L’esperienza toscana

10,00 GIOVANNI CONTINI BONACOSSI Le fonti orali: Problemi storiografici e giuridici

10,30 GIAN BRUNO RAVENNI Archivi orali e audiovisivi in Toscana

11,00 Pause

11,30 PIER ANGELO BONAZZOLI La Banca della Memoria del Casentino: Un archivio audiovisivo di provincia

12,00 PIER MARCO BERTINETTO & SILVIA CALAMAI Il portale Gra.Fo e gli archivi orali di Toscana: i salvati e i sommersi

12,30 Consegna degli attestati di “Protettore della cultura orale” ai donatori di archivi per il portale Gra.Fo

13,00 Pause

15,00 VÉRONIQUE GINOUVÈS Un dispositif pour la dissémination des archives sonores de la recherche: L’exemple de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

15,30 CHRISTIAN HUBER Multidisciplinary Archiving of Audiovisual Research Documents in the Phonogrammarchiv

16,00 Discussions

Fin de la journée : 16,30

Nommer et définir les archives sonores – 27 janvier 2015, MMSH

Le mardi 27 janvier, l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS -http://afas.revues.org) organise une rencontre autour du témoignage oral à travers les sciences humaines et sociales sous le titre “Nommer et définir les archives sonores : les témoignages enregistrés. Exemples méditerranéens” à Aix-en-Provence, MMSH.

Le terme “témoignage” est profondément polysémique; il traverse aujourd’hui plusieurs univers ou domaines professionnels : la confession de foi religieuse, l’enquête policière, le monde judiciaire et pénal, le journalisme, la littérature, la communication, les sciences humaines et sociales… L’AFAS s’intéresse plus particulièrement aux témoignages enregistrés, dans un cadre patrimonial, scientifique, pédagogique ou culturel.

De quelles appropriations le témoignage oral fait-il aujourd’hui l’objet, selon les différentes sciences sociales  Quelles pratiques et quels usages met-on en œuvre autour du témoignage ? Quelle valeur ou quel statut lui attribue-t’-on d’une discipline à l’autre ? Que veut-on faire et que fait-on lorsqu’on parle de recueillir, de collecter ou de constituer des témoignages oraux ?

Pour répondre à ces questions l’AFAS a demandé à Juliette Honvault (CNRS – IREMAM) de nous proposer une synthèse du séminaire qu’elle organise à la MMSH avec Ghilaine Alleaume (CNRS – IREMAM) sur le thème Statuts, valeurs et usages du témoignage dans le monde arabe et musulman. Deux expériences de collecte de témoignages filmés, dont les archives ont été déposées dans des phonothèques de la MMSH et de la BDIC, seront ensuite présentées celles des témoignages des coopérants français en Algérie par François Siino (CNRS – IREMAM) et des Algériens du Souf à Nanterre par Rosa Olmos (BDIC). Florence Descamps (EPHE, Présidente de l’AFAS) introduira et modèrera les échanges.

Titres des interventions :

François Siino :
“Le témoignage filmé : un entretien comme les autres ?”

Rosa Olmos
“Entretiens auprès des anciens habitants du bidonville de Nanterre, originaire du Souf. L’expérience de l’immigration et du retour.”

L’après-midi sera suivi d’une réunion des adhérents de l’association.

Lieu : MMSH, Aix-en-Provence, salle Paul-Albert Février

Horaires : 14h-17h

Avec le soutien du Pôle image/son, pratiques numériques de la MMSH (Aix-en-Provence).

 
Crédits photographiques : Mennonite Church USA Archives Follow Classroom in Toumghini, Algeria Caption: 1965. Girls gathered around teachers desk in classroom in Toumghini, Algeria. Citation: Mennonite Board of Missions. Photographs. Algeria, 1963-1965. IV-10-7.2 Box 1 Folder 24-25, Photo #6. Mennonite Church USA Archives – Goshen. Goshen, Indiana. 

The pre-milky food (gift and neonatal consumption of the colostrum): practices, representations and issues in public health

14775519634_4229c3cd4a_o

L’alimentation pré-lactée (don et consommation néonatale du colostrum) : pratiques, représentations et enjeux de santé publique – The pre-milky food (gift and neonatal consumption of the colostrum): practices, representations and issues in public health.
Bilan (aux 2/3 du programme) – Assessement (2/3 of the program).

 

MERCREDI 14 JANVIER 2015

14h00-14h15 : objectifs de la rencontre

14h15-15h45 : premiers résultats par pays (volet anthropologique). Pour chaque intervention, 20’ de présentation, 10’ de

14h15-14h45 : Allemagne (Hans Hahn, Kathrin Knodel)

14h45-15h15 : Bolivie (Céline Geffroy)

15h15-15h45 : Brésil (Leticia Ferreira)

Pause

16h00-16h30 : Burkina Faso (Ludovic Kibora)

16h30-17h00 : Cambodge (Eve Bureau)

17h00-17h30 : France (Céline Verguet)

17h30-18h00 : Maroc, milieu saharien (Marie-Luce Gélard)

18h00-18h30 : discussion générale

JEUDI 15 JANVIER 2015

9h00-10h00 : réussir P3 (volet anthropologique) : traitement des questionnaires

10h00-11h00 : réussir P3 (volet anthropologique) : traitement des entretiens

11h20-11h50 : premiers résultats du volet biologique (Valérie Verhasselt)

11h50-12h20 : premiers résultats du volet psychobiologique (Karine Durand, Benoist Schaal)

pause

15h50-17h00 : Convergences entres les volets anthropologique, biologique et psychobiologique ?

17h00-18h00 : utiliser Nvivo (Céline Geffroy, Céline Verguet)

VENDREDI 16 JANVIER 2015

9h00-10h15 : réussir P4 (valorisation, restitution, communications, publications) publications
– Organisation des données (Véronique Ginouvès, Thierry Rosso)
– Où publier ? publication(s) mono- ou interdisciplinaire(s) ?
– Mise en dépôt des données sonores numériques issues des entretiens menés dans le cadre de l’ANR
– Présentation succincte de Horizon 2020

10h50-12h00 : échanges avec les invité-e-s ne participant pas à l’ANR et des membres du service de réanimation néonatale de l’Hôpital l’Archet(1) : Maria-Fernanda Acosta (LAPCOS, U. de Nice Sophia Antipolis), Amélie Aubert (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, LESC & UMR 208-PaLoc/Nutriset), Sandé Baeyens (consultante en lactation, maternité, Hôpital l’Archet), Isabelle Bianquis (U. François Rabelais, Tours), André Bongain (CHU de Nice), Katia Boujnaiah (cadre sage-femme maternité, Hôpital l’Archet), Sylvie Chavigny (cadre néonatologie, Hôpital l’Archet), Chantal Crenn (Université de Bordeaux III), Stéphanie De Smet (Médecin réanimation-néonatale, Hôpital l’Archet), Geneviève Féret, puéricultrice coordinatrice départementale au Conseil général des Alpes-Maritimes, DEFP /SDPMI 06), Antonio Guerci (U. de Gênes), Sandrine Junay (consultante en lactation, néonatologie, Hôpital l’Archet), Armelle Lorcy (CHU de Québec/Institut national de santé publique du Québec), Chloé Mérel (consultante en lactation, réanimation-néonatale, Hôpital l’Archet), Pascale Rasse (Comité Allaitement du Conseil général des Alpes-Maritimes), Isabelle Séguy (CEPAM, U. de Nice Sophia Antipolis), Laura Schuft (LAMHESS, U. de Nice Sophia Antipolis), Isabelle Milhabet (LAPCOS, U. de Nice Sophia Antipolis), Christian Rinaudo (URMIS, U. de Nice Sophia Antipolis). – 14h00-15h40 : débat général (avec les partenaires de l’ANR, les invité-e-s non partenaires et les membres du service de réanimation néonatale de l’Hôpital l’Archet(1)) sur l’après ANR : Stop ? Nouvelle ANR ? Horizon 2020 ? Autre ?

16h00-17h00 : décision sur l’après ANR

Les journées sont organisées avant tout pour dresser un bilan de l’ANR Colostrum aux 2/3 du programme mais les  invité-e-s ne participant pas à l’ANR et les membres du service de réanimation néonatale de l’Hôpital l’Archet peuvent intervenir dans tous les débats pendant les 3 jours de la rencontre.

Lieu : Université de Nice, Maison des sciences de l’homme du Sud-Est (Salle plate – amphi 0.31)

Coordonnateur de l ‘ANR COLOSTRUM : Pr. Joël Candau http://lasmic.unice.fr/homepage-candau.html
Université de Nice Sophia Antipolis MSHS SUd-Est – Campus Saint-Jean-d’Angély (SJA3)
Laboratoire d’Anthropologie et de Psychologie Cognitives et Sociales
LAPCOS, http://www.unice.fr/lapcos
3 Bd François Mitterrand 06357 Nice Cedex 4
http://colostrum.hypotheses.org

 

Crédits photographiques : Image page 354 “A textbook of obstetrics” (1899) publié en 1899 (1890s). Auteur : Hirst, Barton Cooke, 1861-1935. Philadelphia : Saunders. Domaine public.

Nouvelle année, nouvelle base de données – New year, new database

En 2015 Ganoub1, la base de données de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, fait peau neuve. En effet, l’équipe de la phonothèque vient de terminer la migration des données de Ganoub vers la nouvelle version du logiciel Alexandrie2. La base est désormais hébergée sur les serveurs du centre de calcul IN2P3 accueillie par la grille de services Huma-Num. Il reste certes quelques réglages à terminer, le thesaurus ne s’affiche plus dans son entier mais il le sera bientôt au format SKOS sur une URL spécifique : n’hésitez pas à nous faire part de vos retours ! N’oubliez pas que les données de la phonothèque sont également accessibles sur le Portail du patrimoine oral et Isidore, Calames (pour partie) et bientôt en 2015 sur Europeana.

In 2015 Ganoub3, the  sound archive database of the Mediterranean House of Social Sciences and Humanities – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, gets a tech update and a new look. The team has just finished the migration of the Ganoub’s data to the new version of the software Alexandrie4. The database is now hosted at CCIN2P3 Computing Center within the Huma-Num “services grid” facility. No doubt there is still some settings and features to fix and complete, for example the thesaurus is not fully dispalying but it will be very soon available in SKOS format on a specific URL: feel free to send us your comments and feedback ! Don’t forget that our data are also available on the Portail du patrimoine oral – Oral Heritage Portal, Isidore, Calames, and forthcoming  in 2015 on Europeana.

Avec tous nos voeux sonores pour la nouvelle année / With all our sound wishes for the new year:

Un souvenir de l’ancienne interface de Ganoub / Remember of the old interface of Ganoub:

10124285085_817ba337d6_o 

Crédits photographiques :
Crédits sonores : extrait de l’enquête 136 enregistrée par Jean-Noël Pelen auprès d’Ernestine Gonfon à Mouriés le 19 février 1976.
Image à la une : Page d’accueil de Ganoub, photographie “écouter au début du 20ème siècle dans l’Hérault”, domaine public. 

  1. Le Sud en langue arabe []
  2. Version 7, logiciel développé par la société GB-Conceptl. Merci à Stéphanie Venck d’avoir suivi le projet ! []
  3. The South in arabic []
  4. Version 7, developed by GB-Concept. Thanks Stéphanie Venck for having followed the project. []

Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique, 19 janvier 2015

Le 19 janvier 2015 se tiendra à Lyon une journée d’étude sur le thème « Sources orales, sources sonores à l’âge du numérique. Du traitement des données à la valorisation des ressources ».

Présentation de la journée :

Dans un paysage des humanités numériques en plein essor, la multiplication des outils techniques disponibles pour le traitement des données pose à la recherche en sciences humaines et sociales des questions de plus en plus complexes. Les logiciels permettant de traiter des bases de données conséquentes ouvrent des perspectives nouvelles à l’usage des sources orales et, plus généralement, sonores (témoignages filmés, enregistrements…), et à la recherche. Une fois archivées, les données sont à même de documenter des champs peu couverts par les sources conventionnelles. Elles contribuent à renouveler les problématiques et les approches. Les procédés techniques facilitent aussi bien l’archivage de ces données, leur constitution en sources, que leur traitement analytique et leur valorisation. Le foisonnement des propositions techniques, leur complexité d’utilisation peut toutefois plonger dans la perplexité et décourager plus d’un chercheur. Par ailleurs, les possibilités d’exploitation des données qu’elles offrent, mais aussi leurs limites influent sur les méthodes d’analyse, voire sur les choix de problématisation. Enfin, le recours au numérique et à des outils fondés sur le partage des données, le travail collaboratif et la diffusion n’est pas sans soulever des problèmes éthiques et juridiques. Cette journée aura pour objectif de réfléchir à la rencontre entre les sources orales et certains outils numériques développés ces dernières années. Les interventions tenteront de clarifier les possibilités et les perspectives ouvertes par des logiciels permettant le traitement des données. Seront abordées les questions de la captation des données, filmées ou enregistrées, de leur traitement, de l’indexation et du catalogage, de l’interopérabilité entre des systèmes de conservation des données. La réflexion portera sur les usages, principalement scientifiques et pédagogiques, sur la production et la valorisation des ressources. Elle englobera les questions éthiques et juridiques soulevées par le numérique. Les contributions porteront sur différents types de corpus et leurs auteurs pourront présenter des outils, des programmes et des réalisations concrètes.

Programme :

09h00 : Accueil des participants

09h30 – 09h45 : Introduction

Matin : ordonner, indexer et analyser les données

Présidence : Jean-Philippe Magué (UMR ICAR)

9h45 – 10h15 : Edouard Lynch (LER, Lyon 2) : « Indexer des sons et des images en sciences humaines »

10h15 – 10h45 : Emmanuel Debono (IFE/LARHRA, ENS Lyon) ; « La collection de témoignages de l’USC Shoah Foundation. Indexation, catalogage et moteurs de recherche. »

11h15 – 11h45 : Alex Alber (Laboratoire CITERES, Tours) : « Présentation du logiciel Sonal pour l’aide à la transcription à l’analyse qualitative des entretiens »

11h45 – 12h15 : Joachim Carreira (LAS-EHESS, Paris) et Karine Basset (LARHRA-CNRS, Grenoble) : « Une expérience d’utilisation de Sonal au service d’un programme de recherche, « Histoire et mémoires du PnC (1970-2010) »
12h15 – 12h30 : Conclusion de la matinée

Après-midi : valoriser et diffuser les ressources

Présidence : Anne-Marie Granet Abisset (LARHRA-Pôle Images-sons-Mémoires)

14h00 – 14h30 : Aude Julien Da Cruz Lima (LESC-CREM, CNRS – Université Paris Ouest) : « Gérer et diffuser les archives sonores de la recherche ; le projet Telemeta et les archives sonores du CNRS – Musée de l’Homme (ethnomusicologie) »

14h30 – 15h00 : Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix-en-Provence) : « Valoriser les données de la recherche : quelle interopérabilité pour les archives sonores ? »

15h00 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h00 : Elsa Coupard (Responsable du studio hypermédia de l’INA) : « Les grands entretiens de l’INA, conception et valorisation »

16h00 – 16h30 : Abderahmen Moumen (CRHiSM, Perpignan, Association Génériques, Paris) : « Histoire et mémoires de l’immigration : mobilisations et luttes pour l’égalité. 1968-1988 »

16h30 – 17h00 : discussion et conclusion

Informations pratiques :

Lieu : Institut Français de l’Éducation (ENS, Lyon) – 19 allée de Fontenay Lyon 7ème – Métro Debourg – Salle de réunion n°2 de 09h30 – 17h00

Organisateurs : LARHRA-IFÉ – Pôle Images-sons-mémoires (LARHRA) – Laboratoire d’Etudes Rurales

Organisateurs de la journée : Karine Basset (Larhra-Cnrs), Emmanuel Debono (IFé-Larhra), Edouard Lynch (Lyon 2, LER)

Crédits photographiques : visite des archives sonores de la radio-télévision nationale de Tanzanie, 26 août 2014, photographie de Véronique Ginouvès.

En effeuillant le mois de décembre…

Nous signalions il y a quelques jours le lancement du calendrier de l’Avent du domaine public du collectif SavoirCom1. Ce site reprend l’idée du de la friandise offerte aux enfant chaque jour jusqu’à Noël et poursuit même après le 25 décembre, tant la richesse du Domaine Public est grande. Il vous révèle, quotidiennement, un ou une des artistes, auteur(e)s, voire oeuvres qui s’élèveront dans le domaine public au 1er janvier 2015. Edouard Munch, Jean Giraudoux et Sergueï Prokoudine-Gorski sont les premiers venus… d’autres vont suivre.

Un autre calendrier vous accompagnera tout au long du mois, celui du projet Europeana Sounds. Là encore, chaque jour un des 24 partenaires des 12 pays participants vous propose d’écouter un ou plusieurs extraits sonores. Le 3 décembre le CREM et la phonothèque de la MMSH se sont prêtés à l’exercice et deux billets, en langue française et anglaise, ont été publiés sur le thème de la fête de Noël en Provence. L’occasion d’écouter un conte facétieux inédit en langue provençale enregistré en 1900 lors de l’Exposition Universelle de Paris qui nous présente un Joseph très occupé dans la crèche  ou d’évoquer le petit et le grand souper de Noël avec Ernestine Gonfon, une informatrice née en Provence à la fin du 19ème siècle.

Très beau mois de décembre à tou-te-s !

Accès direct au billet d’Europeana Sounds sur Noël en Provence
En langue française : http://www.europeanasounds.eu/fr/actualites-fr/noel-en-provence-cest-toute-une-histoire
En langue anglaise  : http://www.europeanasounds.eu/news/december-3-celebrate-christmas-just-as-in-provence

Crédits photographiques : Acropole, Athènes, Fronton aux olives, 20134, photogr. V. Ginouvès (CC BY-NC-SA 2.0).

Compte-rendu : “Que faire des archives sonores ?”

Oiseau en cage

Le 21 novembre dernier s’est tenu au Rize (Villeurbanne) une journée d’étude sur le thème “La fabrique des patrimoines musicaux” annoncée sur le carnet, à laquelle la phonothèque de la MMSH a participé dans le cadre de l’atelier  “Que faire des archives sonores”. Un compte-rendu vient d’être publié sur le carnet Cinémadoc.

Un grand merci donc à Rémy Besson  qui a retranscrit les échanges très riches de l’après-midi. Je retiens pour ma part les remarques Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) qui a insisté sur la nécessité de lâcher du lest sur les angoisses d’exhaustivité des archivistes. Nous ne pourrons jamais tout conserver et il faudra être capable d’utiliser les archives en dépit des absences, des trous et des vides comme d’ailleurs cela a toujours été le cas dans l’histoire des archives… Mais voilà, le numérique donne l’illusion de pouvoir tendre vers l’exhaustivité d’où cette obsession de chercher à obtenir les informations, le dépit lorsqu’on ne trouve que le silence. Par contre,  on l’oublie parfois et pourtant , peut-être plus qu’auparavant, il convient de documenter au mieux le passage du matériel au numérique. Pour mieux comprendre cette nécessité et ses modalités, la lecture de l’ouvrage Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? de Jean-François Bert est d’un grand secours. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des archives sonores.

Pour rappel, la journée était organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Oiseau en cage à Cacao, village Hmong en Guyane, décembre 2014, photographie de V. Ginouvès. (CC BY-NC-SA 3.0 FR)