Tous les articles par Véronique Ginouvès

14762767461_441b1d783d_o

Heritage Archives of Tanzania : la phonothèque de la MMSH à Dar-el-Salam

14762767461_441b1d783d_o

La phonothèque de la MMSH  participe au programme européen soutenu par l’UNESCO “Safeguarding, Preservation and Promotion of the Heritage Archives of Tanzania: the African Liberation Heritage Archives”. Dans ce cadre, une formation à la collecte, l’archivage et la valorisation des archives sonores aura lieu à Dar-el-Salam du 25 août au 5 septembre 2014. Continue la lecture

PUBLIC LIBRARY

Master “Métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation sonore et audiovisuelle” 2014-2015

Pour la troisième année, il est possible de suivre le cursus du Master professionnel 1 & 2 “Métiers des bibliothèques, des archives et de la documentation sonore et audiovisuelle” du Département d’histoire UFR ALLSH 2014-2015 arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales Aix-Marseille Université – AMU. Toutes les informations administratives sont accessibles en ligne. Continue la lecture

6442484343_8aabba79a4_o

Programme du 18e congrès international d’histoire orale : Pouvoir et démocratie

Le 18e congrès international d’histoire orale se tiendra à Barcelone du 9 au 11 juillet 2014, sous le titre de Pouvoir et démocratieAu cours de ces journées, cinq grands thèmes seront abordés à travers une série de conférences plénières, d’ateliers, de posters et de tables rondes : Continue la lecture

1910parlertel

Visio-conférence des Dialogu’IST : les bases de données de la recherche et les services de la documentation

Le deuxième atelier en visioconférence de Dialogu’IST organisé dans le cadre des réseaux métiers Mistral portera sur Les bases de données de la recherche et les services de la documentation : quelles interactions ?  Cet atelier, qui encourage les échanges libres et spontanés des professionnels, se déroulera en présentiel et en ligne le lundi 30 juin 2014 à 9h30 (ouverture des salles à partir de 9h00)   Vous pourrez rejoindre la conférence sur les sites de Nice Sophia Antipolis, Marseille Saint Charles, Marseille Luminy à partir de 9h. Continue la lecture

ARCHIVESEN BOITE

Archivage à long terme des données sonores de la phonothèque – épisode 2

Le projet d’archivage à long terme des données de la phonothèque de la MMSH continue son chemin avec le soutien de la TGIR Huma-Num. Il va être mené conjointement avec l’équipe de la plateforme Telemeta, notre partenaire CNRS dans le projet Europeana Sounds. Pour préciser notre méthode de travail, nous avons reçu le 5 mai 2014 à Aix-en-Provence Nicolas Larrousse (Huma-Num). Avec lui, et avec nos collègues de Telemeta en  visioconférence depuis Nanterre, nous avons fait un point sur la mise en place d’un archivage sur le long terme de nos données sonores, un diaporama à l’appui :

Après cette présentation la question qui s’est posée a été celle de définir l’unité intellectuelle (ou « paquet ») à archiver : déposerions-nous nos archives par fonds, corpus, enquête ou item ? La question est centrale, car chaque « paquet » ou SIP – Submit information package – est défini avec précision par le CINES. Après chaque dépôt de SIP, le déposant reçoit un courriel de validation qui délivre un numéro d’identifiant ARK (Archival Resource Key). Après avoir longuement échangé avec l’équipe de Telemeta, le dépôt par « corpus » (ou « collection ») nous a paru le plus pertinent. Les collections, conservées dans leur intégrité sur le long terme, permettront de mieux reconstituer le contexte de production des données. Un fichier XML décrira le corpus, le nombre d’enquêtes et éventuellement d’items, les documents annexes et les fichiers sons y seront associés. Les SIP sont destinés à une « conservation définitive » (expression apposée à chaque SIP). L’identifiant ARK sera récupéré et affiché dans les notices « corpus » des banques de données. Pour rappel, chaque notice d’enquête ou d’item possède un numéro Handle obtenu à partir du moissonnage d’Isidore. A l’occasion de cette entrée en phase de préparation à l’archivage, une pré-estimation du volume des données de la phonothèque de la MMSH pour un premier dépôt a été évaluée, à 2000 Go.

Il s’avère que dans le cadre du projet Europeana Sounds, la phonothèque vient d’achever un récolement complet de son fonds : il permettra de mettre en oeuvre plus facilement l’archivage sur le long terme. Depuis les premières numérisations à la phonothèque en 2000, deux récolements avaient été réalisés mais aucun n’avaient été aussi complets et minutieux. Ainsi, pour chaque enquête, nous avons vérifié que :

- Un fichier sonore au format Wave  est bien rattaché à la notice documentaire.

- Un fichier de consultation au format MP3 est disponible avec le fichier Wave. Dans un premier temps, un travail de conversion de chaque fichier au format Wave vers un format de consultation (MP3) a été engagé. Toutefois, la phonothèque n’a pas les moyens techniques nécessaires au bon déroulement de ces transferts de façon “industrialisée” (outils de conversion permettant le traitement massif et assurant la validité et l’intégrité des fichiers). En collaboration avec Huma-Num, nous allons étudier les modalités d’automatisation de cette opération. Nous préciserons cette phase ultérieurement et créons pour le moment les fichiers de consultation au fur et à mesure de la demande de mise en ligne.

- Les métadonnées génériques en vue de l’archivage sont valides.

- Chaque notice documentaire est bien rattachée à un “corpus”, et chaque corpus rattaché à un “fonds”.

- Les formats sont valides. Cette validation s’est faite à partir d’échantillons prélevés dans les corpus en utilisant le programme Facile.

- Les informations confidentielles dans les entretiens ont bien été supprimées et documentées dans les fichiers de consultation.

- Un lien a bien été enregistré vers les contrats existants : enquêteur, informateur ou ayant droit.

- Lorsque les contrats existent les obligations ont été respectées. L’équipe de la phonothèque a vérifié s’il était nécessaire – ou pas – de mettre les informations à jour, et si les restrictions demandées par les différents acteurs avaient bien été respectées. Les questions éthiques ont aussi été prises en compte et toutes les métadonnées ont été validées. L’équipe est allée parfois jusqu’à l’écoute pour vérifier éventuellement si des informations confidentielles devaient être supprimées des fichiers de consultation.  Des contacts ont été recherchés, en particulier pour les enquêteurs qui n’avaient pas encore signé de contrats.

-  Lorsqu’il s’est avéré impossible de contacter les enquêteurs ou les collecteurs, si la prise de risque de mise en ligne pouvait être évaluée. Auparavant déjà, dans certains cas, des conseils scientifiques thématiques avaient été mis en place (Ex. : fonds sur le Yémen enregistrés dans les années 1980 ou dans le Sud du Sahara, enregistré dans les années 1960). Il a été décidé que le conseil scientifique de la MMSH, constitué d’enseignants-chercheurs, de chercheurs et de représentants d’institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, sera sollicité une fois par an pour une expertise et conseil à propos des questions juridiques et éthiques qui se posent à la diffusion de certaines archives.

La prochaine étape est désormais, pour la phonothèque de la MMSH, de mettre en place un archivage intermédiaire sur les serveurs d’Huma-Num pour simplifier le flux du dépôt. A suivre donc…

Article rédigé en collaboration avec Matthieu Andréani et Marine Soubrié.

Crédits photographiques : archives en boîtes à chaussures, photographie d’Hélène Loukou, 2013.

14237927394_980e355456_o

Le field recording sur Radio Grenouille 88.8

La phonothèque de la MMSH participera à l’émission “Son de plateau” sur Radio Grenouille, samedi 24 mai à 14h. L’occasion de découvrir les créations sonores d’artistes qui s’inspirent  des enregistrements sur le terrain sous toutes leurs formes, “de l’audionaturalisme aux musiques savantes en passant par l’ethnomusicologie, pour écouter le vent, la lune, les étoiles, les voitures, les trains…”, avec Lucien Bertolina, Nicolas Debade, Matthieu Saladin, Chris Watson.

A vos radios, en direct ou en podcast !

Crédits photographiques : site du GRIM

JABES2014

Jabes 2014 : présentation d’un poster par la phonothèque de la MMSH

Les 20 et 21 mai 2014  se sont tenues à Montpellier les Journées de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche, l’ABES. Cette année était l’occasion de fêter les 20 ans de l’agence : un moment privilégié de conférences, débats et discussions, partagé avec plus de 500 professionnels du monde des archives, de la documentation et des bibliothèques qui participent aux des différents réseaux qu’elle coordonne en France et dans les territoires d’outre mer. L’équipe de la phonothèque participe depuis 2013 au réseau Calames et le poster qu’elle a proposé sur ses travaux pour ces journées d’anniversaire a été retenu. Une belle occasion de présenter le catalogage en EAD des entretiens de terrain à d’autres professionnels de l’information, curieux de ce type d’archive qu’ils nous ont confié connaître peu ou mal.

L’ensemble des conférences des journées de l’ABES a été filmé et peut être (ré)écouté sur la chaîne universitaire Canal C2 TV. Je ne sais pas si les tweets #jabes2014 seront conservés, ni où (et si les “off” le seront aussi) ou si les posters seront accessibles en ligne ; celui de la phonothèque est joint à ce billet.

Crédits photographiques : discussions autour des posters présentés aux JABES, Montpellier, 20 mai 2014, photographie de V. Ginouvès. 

Encore merci à Sylvie Laurens-Aubry et Stéphane Renault pour leur aide à la mise en page de notre poster.

Dorpsomroeper-Town-crier

Appel à communication/Call for papers, AFAS n°40

Le dernier Bulletin de l’AFAS, association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels (n°39 2013) vient d’être mis en ligne sur le site de l’association. Pour le numéro 40 (à paraître fin 2014), le comité de rédaction du bulletin lance un appel à communication. Il s’adresse aux centres de ressources en France ou à l’étranger qui gèrent, conservent, et valorisent, des archives sonores et/ou audiovisuelles. L’article doit présenter leur retour d’expérience en particulier sur la mise en ligne des documents.

- Le texte peut être en français ou en anglais (maximum 20 000 signes) ;
- Le protocole de rédaction est accessible ici : http://afas.revues.org/2451
- Les propositions sont à envoyer par courriel à : liste-afas<@>listes.revues.org
- Date limite : 20 juillet 2014

AFAS is a French association dedicated to sound and audiovisual archives (n°39 2013). For the 40th issue of its journal, the AFAS Bulletin, a call for proposal has been posted by the editorial team on the association website. The team is interested in papers dealing with archives repositories located in or outside Europe and in charge of curating, preserving and disseminating sound and audiovisual collections online. Papers should present and reflect on online dissemination experiences or projects. This 40th issue of the AFAS Bulletin will be published at the end of 2014.
- The text can be either in French or in English (maximum 20 000 characters).
- Notes for authors are available here (only in French): http://afas.revues.org/2451
- Proposals have to be sent by email to liste-afas@listes.revues.org.
- Copy deadline: 20th of July 2014.

Crédits photographiques : Town crier, Terschelling Island, 1938, Archives nationales des Pays-Bas, pas de restrictions de droit connues.

K7

Le vrai retour de la cassette

Il en a été question tout récemment dans ce carnet : la cassette audio n’est pas morte… Elle dominait les supports sonores dans les années 1990 (justement cette année là, 442 millions d’exemplaires avaient été vendu) puis ses ventes ont chuté brutalement au début du 21ème siècle (en 2007, ce n’était plus que 274 000 exemplaires qui avaient trouvé acheteur). La voilà qui se fait une deuxième jeunesse.

Car il semblerait que la cassette va bel et bien revenir sur le marché. Sony vient d’en inventer une qui pourra contenir 185 téraoctets de données ! Présentée lors de l’International Magnetic Conférence qui a lieu ces jours-ci (4-8 mai 2014) à Dresde, il semble que la bande magnétique ait encore de beaux jours devant elle… En effet, d’après les calculs du  blog ExtremeTech une seule bande pourra contenir environ 64,75 millions de chansons, assez de musique à écouter pendant 134 896 jours (si on considère qu’une chanson dure environ 3 minutes). A la phonothèque de la MMSH nous arrivons à saturation de nos disques après occupation de 8 téras de données… vite, une cassette !

Sourcehttp://consequenceofsound.net/2014/05/r-i-p-ipod-sony-unveils-cassette-tape-that-can-hold-64750000-songs

Le Monde en a parlé aussi (le 6 mai)  : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2014/05/06/une-super-cassette-pour-stocker-des-donnees_4412060_651865.html

Crédits photographiques : photographie d’un graph de rue, Heart-shaped glasses, Blogaaja.fi

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook : www.facebook.com/SoundsEuropeana

Europeana_Sounds_KickOff_British Library_Elizabeth_Hunter_CCBYSA  (47)

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@>bl.uk - +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@>bl.uk – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@>bnf.fr – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : Logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).