Tous les articles par Véronique Ginouvès

« L’Europe et ses intellectuels », Varsovie, 30 mai – 2 juin 2016

Dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’Université de Varsovie (1816-2016), un colloque international sur le thème de « L’Europe et ses intellectuels » se tiendra à Varsovie du 30 mai au 2 juin 2016 sur le site de la Bibliothèque Universitaire de l’université1.

PROGRAMME

Lundi 30 mai 2016

Collections et visions de l’Europe :
un dialogue fondateur et perpétuel

17h   Table-ronde modérée par Paul Gradvohl (Varsovie)

Krzysztof Pomian (Paris/Varsovie) – Du cabinet de curiosité au musée
Dietmar Preisler (Bonn) – Les interrogations fondatrices d’un musée d’histoire allemande de l’après-1945
Jolanta Talbierska (Varsovie) – Les collections d’œuvres graphiques: sens et évolution
Véronique Ginouvès (Aix-en-Provence) – Identités et collections sonores : les défis du streaming

Mardi, 31 mai 2016

L’engagement pour l’Europe et ses formes

Présidence de Mario Domenichelli
10h30 – Didier Alexandre (Paris) – La notion d’Orient dans les débats qui  traversent le milieu intellectuel français dans  l’entre-deux-guerres
11h – Henryk Chudak (Varsovie) – Comment faire l’Europe selon Julien Benda
11h30 – Marthe Segrestin (Paris) – La revue « Europe » dans l’entre-deux-guerres : quelle Europe littéraire ?
12h – 13h Débat

L’Europe en perspective comparatiste

Présidence de Michael Bernsen
14h30 – Dorota Szeliga (Varsovie) – L‘idée d’Europe dans les relations choisies des voyageurs français de la Renaissance
15h – Remigiusz Forycki (Varsovie) – Les métamorphoses de l’Europe dans les récits de voyage d’Astolphe de Custine
15h30- Henryk Głębocki (Cracovie) – « La Russie telle qu’elle est » aux yeux de l’Occident ou Adam Gurowski et les avatars de la vision de Russie et d’Europe centrale aux Etats-Unis et en Europe au milieu du XIXe siècle
16h 30 – Véronique Gély (Paris) – La littérature européenne selon Joseph Texte, premier titulaire d’une chaire de littérature comparée en France
17h – Tomás Gonzalo Santos (Salamanca) Le père Feijoo, précurseur de l’illustration en Espagne 
17h 30 – Joanna Żurowska (Varsovie) – Maciej Żurowski, un comparatiste polonais après 1945
17h30 – Manuel Montesinos Caperos (Salamanca) – Les intellectuels espagnols du XIXe siècle et la transmission de la culture allemande en Espagne

Mercredi, 1er juin  2016

Les grandes figures européennes

Présidence de Michel Delon
9h – Paweł Matyaszewski (Lublin) – Montesquieu, ou comment peut-on être Européen ?
9h30 – Fabienne Bercegol (Toulouse) – Chateaubriand et l’Europe des intellectuels
10h – Judyta Zbierska-Mościcka (Varsovie) – Maurice Maeterlinck, une pensée belge sur l’Europe
11h – Michael Bernsen (Bonn) – Ernst Robert Curtius, philologue moderne de l’Europe
11h30 – Isabelle Serca (Toulouse) – Une grande figure européenne : Leo Spitzer, philologue humaniste
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Véronique Gély
14h30 – Thomas Hunkeler (Fribourg) – Denis de Rougemont et la notion d’Occident
15h  – Michela Landi (Florence) – L’Europe et l’Esprit: une réflexion politique de Paul  Valéry
15h30     Michael Wetzel (Bonn) – Jacques Derrida et la question de l’Europe
16h30 – Peter Frei (Fribourg) – De Sartre à Derrida : fictions de l’intellectuel en (dé)construction
17h – Marcin Darmas (Varsovie) – Une déprime européenne. L’œuvre littéraire et cinématographique de Michel Houellebecq
17h30    Miriana Yanakieva (Sofia) – L’identité européenne en cinq axiomes
18h – Débat

Jeudi, 2 juin 2016

Avatars de devenir européen

Présidence de Didier Alexandre
9h – Monika Kulesza (Varsovie) – Jean Chapelain et sa « République des Lettres »
9h30 – Michel Delon (Paris) – Le philosophe des Lumières comme intellectuel européen
10h – Izabella Zatorska (Varsovie) – Les réécritures de la « Genèse » au Siècle des Lumières en France
11h – Michael White (St Andrews) – Écrivain entre deux nations philologiques : Paul Heyse – philologue, traducteur, poète
11h30 – Patrizio Collini (Florence) – Le théâtre subversif de Heiner Muller
12h – Débat

Après-midi sous la présidence de Thomas HUNKELER
14h30 – Réni Yotova (Sofia) – Le rôle des intellectuels de l’Europe de l’Est pendant la Guerre froide
15h – Aneta Bassa (Varsovie) – Échanges intellectuels au-delà du rideau de fer – perspectives de recherches autour des archives numérisées du Centre de Civilisation  Française de l’Université de Varsovie
15h30 – Romuald Fonkoua (Paris) – L’Europe face à l’autre part d’elle-même
16h – Wiesław Kroker (Varsovie) – L‘Europe dans l’œuvre d’Andrzej Stasiuk
16h30 – Willi Jung (Bonn) – Albert Camus, Berlin-Est et l’Europe révoltée

En guise de conclusion…

17h  Mario Domenichelli (Florence) – Petite histoire des intellectuels et des idées de l’Europe: de la monarchie universelle à   la démocratie globalisée
18h -Débat suivi du bilan du Colloque Varsovie 2016 par Didier Alexandre, Michael Bernsen et Remigiusz Forycki

 

Comité organisateur : Remigiusz FORYCKI (Varsovie), Président ; Didier ALEXANDRE (Paris), Michael BERNSEN (Bonn), Vice-présidents ;  Aneta BASSA (Varsovie), Secrétaire général ;  Henryk CHUDAK (Varsovie), Mario DOMENICHELLI (Florence), Paul GRADVOHL (Varsovie), Thomas HUNKELER (Fribourg), Artur LOMPART (Bureau du Recteur – Varsovie), Jolanta TALBIERSKA (Bibliothèque Universitaire de Varsovie), Michael WHITE (St Andrews), Miriana YANAKIEVA (Sofia), Membres.

Programme en ligne en langue française.

Programme en ligne en langue polonaise.

 

Crédits photographiques : Pont Alexandrowk à Varsovie photographié entre 1910 et 1915, collection de la bibliothèque du Congrès,  domaine public.

  1. Auditorium 1.007, 55 rue Dobra et sale nr 316, 3ème étage 56 rue Dobra, Varsovie. []

2ème rencontre « Sources et créations », Mucem, 9 mai 2016 : Quelles archives pour la création ?

En mars 2015, dans le cadre du projet « Sources et créations », le Mucem organisait une première journée professionnelle de réflexion consacrée à la question : Quelles sources pour la création ? Pour cette nouvelle édition, l’interrogation est cette fois : Quelles archives pour la création ?. Quelles méthodes, processus et orientations sont proposés par les organismes privés et publics pour conserver des créations artistiques, que celles-ci soient émises par des festivals, des compositeurs, des musiciens, ou des chercheurs ? S’agit-il d’archives publiques ou d’archives privées ? Comment cela s’organise-t-il à l’échelle méditerranéenne ? Ces rencontres seront l’occasion d’explorer différentes pratiques aussi bien en France qu’en Tunisie et au Liban, avec ateliers et table-ronde.

PROGRAMME

9h30 : accueil au Centre de conservation et de ressources (CCR)

10h-12h, CCR : Atelier A la découverte des archives du musée, en compagnie de Marie-Charlotte Calafat (responsable adjointe du Centre de conservation et de ressources, Mucem)  et Fabienne Tiran (archiviste, Mucem).

14h30-15h15, fort St Jean, I2MP, salle Meltem : Atelier avec Zeina Saleh Kayali du Centre du patrimoine musical libanais1.

15h30-16h15 : Atelier avec Anas Ghrab du Centre des musiques arabes et méditerranéennes2.

16h30-17h15 : Atelier : Présentation du thesaurus d’instruments de musique MIMO par Rodolphe Bailly

18h-20h : Rencontre-discussion : Quelles archives pour la création ? Avec Lenka Bokova (responsable de la maison Jean Vilar), Bertha Bermudez (danseuse et chorégraphe), Mireille Maurice (déléguée générale de l’INA), Fabienne Tiran (archiviste), Véronique Ginouvès (responsable de la phonothèque de la MMSH). Modération par Marie-Charlotte Calafat (Mucem) et Elisabeth Cestor (Mucem).

Crédits photographique : promenade près du Mucem en 2015, photographie de Nadine Vakhnovsky, CC-BY-NC.

  1. Le Centre du patrimoine musical libanais – CPML-espace Robert Matta  a ouvert ses portes en 2012 au Collège Notre-Dame de Jamhour, dans la région de Beyrouth. Il a pour objectifs de rassembler, conserver et valoriser les archives et la documentation des compositeurs libanais de musique savante []
  2. Le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes est une institution publique sous la tutelle du ministère de la Culture de la Tunisie. Situé à Sidi Bou Saïd, il se consacre à l’étude et à la valorisation du patrimoine musical arabe. Le Centre abrite aujourd’hui une importante phonothèque ainsi qu’un musée d’instruments de musique, et organise différentes activités artistiques et scientifiques []

L’empreinte maghrébine, un colloque international à Gabès

Du 14 au 17 avril s’est tenu à l’université de Gabès, Institut supérieur des arts et métiers la troisième session du colloque international sur le thème « Arts et musiques tunisiens, dimensions arabo-musulmanes africaines et méditerranéennes : l’empreinte maghrébine ».

من  14 الى 17 ابريل إنتضم في جامعة قابس المعهد العالي للفنون والحرف، الدورة الثالثة للمؤتمر الدولي حول « الفنون  والموسيقى التونسية، أبعاد عربية وإسلامية  في أفريقيا ومنطقة البحر الأبيض المتوسط: بصمة شمال أفريقيا »  

From 14 to 17 April, the University of Gabes and the Higher Institute of Arts and Trades held the third session of the international conference on « Tunisian Arts and music, African and Mediterranean Arab-Muslim dimensions: the Maghreb footprint »

affichecollloqueGABES2016

PROGRAMME

Mercredi 14 avril 2016

9h30 : Allocution d’ouverture d’Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM) et de Mohamed Gouja (directeur de l’UF EASYER « Esthétique, arts, synergie environnementale et recherche », Maître de conférence en musique et musicologie, ISAMG)

Parcours et enjeux créatifs  – Career and creative issues 
مسار واهداف الإبداع   

Séance 1 – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba) Numériquement autre

Amor Keraim (Directeur de l’ISAM, Sidi Bouzid)                                       تراسل الفنون في تجريبة عمر كريم التشكيلية
Les affinités entre les arts selon l’expérience plastique d’Omar Karim

Mohamed-Sahbi Chtioui (Sculpteur tunisien vivant au Maroc)
Parcours sculptural de Sahbi Chtioui/ témoignage et débat

Séance 2 : Modérateur : Nacer Ben Cheikh (Professeur émérite, Université de la Manouba)

Salwa Bakr (écrivaine égyptienne)
تجربتها الروائية و رحلتها الاءبداعية
L’expérience de l’écriture de fiction et son voyage créatif

Fata Ben Amer (Maître de conférence en arts plastiques, ISAMS) فسيفساء الفن التونسي
La mosaïque de l’art tunisien

Sara Ben Ahya (Enseignant chercheur ISBAT)
Corps céramiques métamorphosés : miroirs d’un Être et image d’une vie

Abdellali Maazouz (Professeur habilité de l’Unversité Hassan 2 de Casablanca, Maroc)
Image cinématographique et narrativité

Chaker Louaibi (Maître assistant ISAMG) :
اشكالية الفارق  بين (الحرفي) و (الفنان) مطلع القرن العشرين ,تونس مثـلآ
La problématique de la différence entre l’art et l’artisanat du début du 20ème siècle, le cas tunisien

Séance 3 – Modérateur :  Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)

Salah Adouni (Assistant ISAMG) :
تساؤلات حول مسارات الحرف في التشكيل العربي المعاصر
Interrogations autour des parcours artisanaux dans les arts plastiques arabe contemporains

Mouna Khaskoussi (Doctorante) :
التجربة النسجية لدى محمد مطيمط على ضوء بعض التجارب التونسية
L’expérience du tissage chez Mohamed Mtimtin

Arij Jaouachi (Doctorant) : La issaya de Kébili
Transmission, apprentissage et pratique

Karim Thlibi (Doctorant)
التعبيرية الموسيقية التنسية: الاصوات الشعبية بين التداول و التوثيق
L’expressivité musicale tunisienne

Bassam Tabelsi (Assistant)
التعبيرية الموسيقية المغاربية من خلال التدوين و التداول: استخبار على آلة الناي في تونس نموذجا
L’expressivité musicale maghrébine

Soirée musicale : Croisement, avec Abdelkhalek Draouil et Zied Mnifi « Aswât »

DSC00070

15 avril 2016

Musique et musicologie – Music and musicology
الموسيقى و علم الموسيقة

Séance 4 – Modérateur : Mahmoud Guettat, professeur émérite (excusé)

Jérôme Clerc (Maître de conférence à l’université Paris-Sorbonne : Réflexion sur la notion de géo- musicologie, à travers l’exemple d’une recherche en Turquie méridionale

Pierre-Philippe Rey (Professeur des Universités, Paris 8 : L’art Mudéjar’ au Mexique pendant la colonisation espagnole, un transfert du Maghreb à l’Amérique latine

Zouhaier Gouja (Maître assistant à l’ISMT)
Le Gougay, genre de vièle du Stambali tunisien

Séance 5 – Modératrice : Fouzia Belhachemi (Maître de conférence en anthropologie, CNRPAH)

Mahmoud Guettat (Professeur émérite)
الموسيقى المغربية و مقاربات التوثيق
Musique maghrébine et approche archivistique (excusé)

Abdhallah Mokhtar Sebai (Professeur à l’Université de Tripoli)
النوبة الليبية
La nouba lybienne

Samiha Ben Said (Maître assistante à l’ISMS)
نقدية لواقع الموسيقى التونسية في بعدها المغربي
Critique de la réalité de la musique tunisienne dans le contexte maghrebin

Sélim Gouja (Maître assistant à l’ISAMG)
إشكالية محمدودية جدوى التدوين السلالم و الإيقاعات التونسية
La problématique de la limite des archives

Séance 6 –  Modératrice : Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)

Houda Fekili (Enseignante-chercheuse à l’ISAMG)
الحلي و التحلي: تجليات إيقاعية
Les bijoux traditionnels : manifestations rythmiques

Ikbal Hamzaoui (Assistante à l’ISMK)
Musique Jarocho et musique Stambali

Abdhelkhaled Draouil (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
العناصر الدرمية لرواية طرق الصيد بآلة القصبة في الجنوب التونسي
Les éléments dramatiques de la flûte de roseau (caçba) dans le Sud tunisien

Ali Chamsseddine (Assistant en musicologie à l’ISAMG)
المحاكاة الصوتية في المنظومة الإيقاعية العربية بين رؤى التنظير و واقع التطبيق
L’onomatopée sonore dans les systèmes rythmiques arabes entre pratique et théorie

Malek Hamdi (Doctorant en musicologie)
القصبة في الجنوب الشرقي لتونس دراسة ارغانولوجية
Flûtes de roseaux dans le Sud tunisien

Selfeddine Mayouf (Doctorant en musicologie)
القصبة في الشمال الغربي لتونس دراسة ارغانولو جية
Flûtes de roseaux dans le Nord tunisien

Mohamed Besbes (Assistant à l’ISAMG)
الحظرة العيساوية لسيدي مهمد بن جابربالمهدية: دراسة توثيقية تحليلية
La transe de la confraternité Esaoui chez Mohamed Bendjaber de Medhia : étude archivistique analytique

Fida Louhichi (Chercheur UR)
مقومات المقام في الموسيقى المغربية بين النظرية و الممارسة من خلال مقاربة مقاربة بين مزموم التونسي و القسنطيني
Les fondements des échelles musicale maghrébines : études comparatives du tab° mazmùm à travers sa pratique dans le màlùf tunisien et constantinois à travers sa pratique

Soirée musicale : atelier musiques de tradition orale « Stambali », direction Zouhaier Gouja

MOhamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam, conférence Gabès 2016

Archivage de l’art et art de l’archivage – Archiving art and art of archiving
أرشيف الفن و فن الأرشيف

Séance 7  – Modérateur : Mohamed Gouja (Directeur de l’UF EASYER, Maître de conférence en musique et musicologie ISAMG)

Fouzia Belhachemi (Maître de conférence)
Observer, décrire, analyser et archiver dans l’urgence à Tamanrasset

Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, Directrice d’ISAM)
L’archivage dans la pratique picturale de Tahar Aouida

Véronique Ginouvès (Phonothèque, MMSH Aix-en-Provence – USR3125 AMU/CNRS)
Cataloguer, conserver et diffuser les archives sonores de la recherche : exemples issus de l’expérience de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence)

Hala Ben Maalam (Assistante à l’ISAMG)
La pérennisation de l’éphémère : le paradoxe de l’archivage des formes artistiques numériques

Maya Saidani (Professeure en ethnomusicologie, CNRPAH, Alger)
Autour de l’archivage du patrimoine des musiques et danses traditionnelles en Algérie : propositions, réalisations, perspectives

Séance 8 – Modératrice  – Olfa Nejima (Maître assistante à l’ISAMG, directrice d’ISAM)

Mohamed Mehannek (CNRPAH)
L’archivage et la documentation au CNRPAH, Algérie

Zouair Tighellet (Directeur du Centre Culturel Méditerranéen de l’Archivage de Houmt Souk)
تجربة المركز الثقافي المتوسطي بحومة السوق جربة في التوثيق
L’expérience archivistique du Centre Culturel Méditerranéen à Houmt Souk, Djerba

Zied Mnifi (Chercheur UR)
مساهمة الوسائل الرقمية الحديثة في التوثيقالفني
Contribution numérique dans l’archivage artistique

Rihab Farhat (Doctorant UR Toulouse 2)
Échantillonnage et archivage : question de couleur

Sonia Chamsi (Doctorante)
Archiver c’est communiquer

Souhir Trab (Doctorante)
الخططات المعمارية اشكالية و مشاكل التوثيق
Les plans architecturaux : problèmes d’archivage

Dimanche 17 avril : visite du Centre culturel et touristique méditerranéenne de Djerba qui a l’objectif de numériser les archives de l’île.

26479694841_88c36f7438_k

Ce colloque a été également l’occasion de diffuser les actes de la précédente session publiés par l’ISAMG (la session 2014 avait été publiée en 2015). Ces actes sont consultables à la bibliothèque de la Médiathèque de la MMSH, sous la cote MUS 780 GOU (1) et MUS 780 GOU (2).

Comité scientifique : Mohamed Gouja et Olfa Nejima

Pour en savoir plus sur l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, lire la présentation de sa directrice, Madame Olfa Nejima.

Comité d’organisation : Inés Aboud, Sonia Chamsi, Rihab Farhat, Houda Fekili, Arij Jaouachi, Hala ben Maalam, Salma Mansouri, Amana Najjari, Souheir Trab, Fatma Soltan.

Lieu : Université de Gabès, Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès, UR « Esthétique, Arts, Synergie Environnementale et Recherche (EASYER)

Merci à Hanaé Allali pour la mise en page, la traduction en langues anglaise et arabe et les transcriptions en langues arabe.

Crédits photographiques : deux vues de l’université de Gabès, affiche du programme, Mohamed Gouja, Maya Saidani et Hala Ben Maalam à la tribune, façade du centre culturel et touristique méditerranéen de Djerba, photographies de Véronique Ginouvès (avril 2016). Film réalisé par l’équipe des étudiants de Mme Hela Ben Maallen, Institut supérieur des arts et métiers de Gabès.

Archiver le futur radieux

Dans son documentaire,  « Souvenirs d’un futur radieux » José Veira filme la vie dans un bidonville en 2005 et croise ses images avec des films d’archives du même bidonville qu’il a habité 50 ans auparavant. Les traces du bidonville où il est arrivé en 1966 sont rares : la bande son d’une émission de télé, quelques journaux d’actualité et des articles de presse aux photographies noir et blanc, jaunies et tramées. Pas grand chose pour se remémorer cette période, pas facile de retrouver d’anciens habitants et de les faire témoigner.  Car que sont les archives des bidonvilles sinon des archives administratives ? Certes, certains ont été bien documenté, et sur la durée, comme celui de Nanterre par exemple. Sur celui-ci, des enregistrements ont été collectés par la BDIC (bibliothèque de documentation internationale contemporaine) et plusieurs émissions ou journaux télévisées et radiodiffusés sont archivés par l’Ina. Mais comment peut-on archiver l’adversité et la joie,  les odeurs, le mouvement ?

Le tournage du bidonville de Massy filmé au début des années 2000 est finalement emblématique : si José Veira y retrouve ses souvenirs d’enfance, et en particulier ceux de son père qui les y amena pour quitter un pays où la dictature et la pauvreté sévissaient, il plonge le spectateur dans la durée en passant sobrement des années 1966 au 21ème siècle. Autour des baraques, le quotidien semble toujours en mouvement : construire, trier, nettoyer, déblayer, bricoler, cuisiner, transporter… Il ne faut pas s’arrêter si on veut survivre. Il y a aussi la boue tyrannique sur le terrain marécageux : les pas qui s’enfonce et demandent une grande attention pour ne pas trébucher (surtout éviter de se salir), les roues des petits chariots qui protègent ce que l’on transporte qui s’embourbent , l’odeur de la terre remuée. Il y a bien sûr la violence de la promiscuité, de ceux qui veulent gagner de l’argent même sur ceux qui n’en ont pas,  celle de la Marie qui ne veut pas inscrire les enfants à l’école ou installer l’eau courante pour éviter que les installations durent, les chauffeurs de bus qui continuent leur route alors qu’un habitant du bidonville leur fait signe à l’arrêt qui pourtant est bien construit là.

Arrivé un peu par hasard en suivant un groupe de Roms qu’il filmait, José Veira a eu la surprise de retrouver un campement planté comme il y a 50 ans à quelques centaines de mètres des trois tours de Massy qui dominaient son paysage enfant. Rien n’a changé. Enfin était différent tout de même c’était la période économique : si son père avait trouvé du travail dans les années 1960, il n’y en avait pas pour ces nouveaux habitants. Si l’avenir de l’enfant arrivé en 1966 semblait radieux1 , celui des enfants qu’il découvre là semble bouché, l’inscription à l’école est impossible. Pour transmettre cette durée, José Veira utilise les portraits filmés. Ceux-là même qu’il transforme ensuite en photographies et imprime pour les habitants du bidonville, et qu’ils affichent sur les murs de leurs cahutes. Dans le documentaire, ces portraits sont d’une force toute particulière : les personnes posent, sans bouger et pourtant un clignement d’oeil, le vent qui soulève les cheveux, le sourire qui pointe, les rendent vivants dans une histoire qui ne se termine jamais. Ce sont aussi ces portraits qui donne la joie du film, son humour. Avec aussi les moments particuliers de franche rigolade comme les pseudos journalistes de bidonville, ou la baignade dans le petit lac de Massy (toujours sous la surveillance des trois tours d’HLM) qui elle aussi traverse les années.

Le scénario peut se deviner : à la fin du film la Mairie commence à détruire les maisons inhabitées et creuser des tranchées autour des autres, au dessus de murs de boue, impossibles à franchir. D’autres vont venir les chasser violemment et brûler les quelques murs qui restent. Le film ne raconte pas comment ils vont recommencer à bâtir leurs baraques après être repartis en Roumanie et revenus aussitôt mais la continuité retracée depuis les années 1960 nous laisse imaginer la poursuite des mêmes gestes, à quelques mètres.

D’ailleurs si on voulait encore un signe de l’universalité de ce documentaire, il faut savoir que José Veira ne parle pas la langue des Roms. Il a filmé d’abord puis a compris ensuite au montage, avec un traducteur, le sens des mots. Peu importe, il avait déjà entendu une partie de l’histoire lorsqu’il était enfant…

A lire également sur ce documentaire :
Isabelle Ligner, « Bidonvilles: parcours croisés de « chercheurs de vie meilleure » portugais et roumains », Dépêche tsiganes, 23 février 2015 [En ligne] http://www.depechestsiganes.fr/bidonvilles-parcours-croises-de-chercheurs-de-vie-meilleure-portugais-et-roumains

Voir la fiche technique du film : http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_actualite_film/42460

et la page Facebook du film : https://www.facebook.com/souvenirsdunfuturradieux

Crédits photographiques de l’image à la une : image d’une famille dans un bidonville sur l’île d’Antigua en 1914, pas de restrictions de droits connues, collection des archives nationales UK.

  1. La voix off du documentaire nous explique le titre « Il était annoncé des cités dans l’espace, des villes sous marines, il se disait que les robots débarrasseraient l’homme de la servitude, la science triompherait des malheurs de l’Humanité. La science fiction était devenu le futur tangible. C’est ce que prédisaient les revues que nous trouvions à la décharge. Cet avenir là n’a jamais existé que dans mes souvenirs. » []

Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 

#FreeBasselDay 2016

En 2013, 2014, 2015 des appels ont été lancés sur ce blog et partout dans la presse et sur internet pour que soit libéré Bassel Khatibi emprisonné en Syrie. Un réseau de volontaires s’est créé pour aider à soutenir ces campagnes de presse. Rien n’y a fait. En 2015, un article paru en langue française puis anglaise a retracé les bribes d’histoire que l’on peut recueillir sur cet informaticien qui vit pour un Internet libre et risque d’en mourir Un billet sur le blog de la Jimmy Wales Foundation, paru le 5 mars dernier nous enjoint à continuer à poser la question sans relâche : Où est Bassel ?  #WhereIsBassel? Il a disparu depuis 2012 !

Pour ce triste jour d’anniversaire, et malgré toutes les menaces sur sa vie, continuons de réclamer sa libération !

Une marche de protestation aura lieu le 19 mars prochain conjointement à Paris, San Francisco, Berlin et Londres. A Paris, elle partira de la Bibliothèque publique d’Information (BPI) à 14h !

Aidez-nous à soutenir la campagne pour la libération de Bassel en signant la lettre de soutien et la pétition et suivre les informations

sur le site http://freebassel.org

et sur Twitter https://twitter.com/freebassel

freebassel-infosheet-2016-color-outlines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien – Jeudi 10 mars 2016, Irstea (Lyon)

Le 10 mars 2016 aura lieu à Lyon, un séminaire sur le thème « Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques ». Cette journée sera l’occasion de présenter le projet Sygade1, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) .

PROGRAMME

9h30 – Genèse et déroulement du projet Sygade et brève démonstration.

10h – Les enjeux de la qualité des données et métadonnées sonores et de leur conservation, par Michel Jacobson (Laboratoire ligérien de linguistique).

11h – Le témoin aux sources du savoir de l’enquête de terrain :quels sont les apports de la signature d’un contrat entre témoin et enquêteur ? par Véronique Ginouvès (USR3125 – AMU/CNRS)

11h45 – Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? par Florence Descamps (EPHE).

L’après-midi sera consacrée à des ateliers pratiques avant de se centrer sur les enjeux de la valorisation des données de terrain à l’IRSTEA, de dresser un bilan de la journée et d’envisager les suites de ce séminaire.

Atelier 1. Signer un contrat entre informateur et collecteur. Premier retour d’expérience et discussion.

Atelier 2. Les données d’entretien : un matériau pour de futures recherches ? À quelles conditions ?

15h45 – Interventions d’un responsable de la DJA (Direction juridique et des achats) d’Irstea et de la DP2VIST (Direction de la prospective, de la veille et de la valorisation de l’information scientifique et technique) sur les enjeux des données de la recherche à Irstea »

Téléchargez le programme du séminaire (format PDF)

Se rendre à l’IRSTEA Lyon

Crédits photographiques de l’image « à la une » : Margaret Mead (1901-1978) parle à des journalistes à l’Académie des sciences de New-York en juin 1968. On voit également la chimiste Linus Pauling (1901-1994). Photographe : Stephen Siegel. Collection du Smithsonian Institution Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Ce projet est développé dans le cadre de l’appel à projets de soutien au développements des systèmes d’informations scientifiques 2014 (APSIS14) d’Irstea []

Parution du nouveau bulletin de l’AFAS

En 2015, l’AFAS a modifié  son nom en ajoutant aux documents « sonores et audiovisuels » les document « oraux ». Désormais AFAS signifie Association des archives orales, sonores et audiovisuelles. En effet, depuis quelques années l’histoire orale et les archives orales étaient de plus en plus présentes dans les articles du bulletin. Il en va de même dans ce nouveau numéro 41 qui vient de paraître (hiver 2015).

Florence Descamps, présidente de l’associationn nous présente, dans son éditorial, ce numéro comme une pause rétrospective car il offre l’occasion d’une réflexion sur l’histoire orale et  les différents courants d’histoire orale en France et à l’étranger : Qu’est-ce que l’histoire orale et qu’est-elle devenue ? Comment et pourquoi a-t-elle été « inventée » ? Quels ont été ses grandes intuitions d’origine et y est-elle restée fidèle ? Quels sont ses enjeux épistémologiques, sociaux et technologiques aujourd’hui ? Pour lancer le débat et ouvrir le dialogue, le numéro débute par un très beau texte, qui conserve son oralité, issu d’une conférence de Giovanni Contini sur l’histoire orale « à l’italienne » et il est suivi par une réponse sur l’histoire orale « à la française ».

Voilà une belle occasion de voyager avec ce numéro dans l’oralité puisque les textes présentés passent par le Canada, la Suisse et voguent sur les océans à travers les compagnies maritimes françaises… Bonne lecture !

Dernière information : pour la première fois, depuis le numéro zéro du bulletin, vous ne pourrez pas le lire au format papier mais en ligne, en texte intégral, sur le site de la revue.

N’hésitez pas à soumettre des articles au comité de rédaction (en langues française ou anglaise) de l’AFAS.

Comment adhérer à l’AFAS ?

Crédits photographiques de la photographie « à la une » : Dans le village d’Amalfi, plaque de verre de la bibliothèque du Congrès, vers 1910 ou 1915. Pas de restrictions de droits connues.

L’histoire orale par Antigone (de Shatila)

Elles sont huit femmes face au spectateurs qui lancent en langue arabe, dans un chœur monodique et puissant, la vieille histoire d’Antigone. Celle-la même qui a accompagné son père Œdipe à Colonne, celle qui s’est entêtée à enterrer son frère Polynice et pour cela a été enterrée vivante, subissant la rage de son oncle Créon. Pour nous raconter cette histoire, elles sont assises sur des chaises de bois et de paille. Peut-être sont elles épuisées de la route qu’elles ont parcouru entre Alep, Daraa ou Damas et Beyrouth et dont elle vont nous faire le récit entrelacé dans les vers d’Antigone ? Peut-être qu’elle sont assises ainsi comme on peut l’être dans la cuisine avec ses amies, pour leur confier soudain – parce que les circonstances s’y prêtent – des récits jusqu’ici enfouis, des récits que l’on a jusqu’ici préféré oublier.

Car les chaises vont bouger. Le chœur est là pour rythmer les monologues de chacune d’entre elle, indiquer le passage de l’une à l’autre. Comme dans la tradition du théâtre antique, il est mené par une coryphée qui sort du chœur régulièrement pour s’installer à son petit bureau de bois. C’est elle qui a la fonction de guider le spectateur, lui faire comprendre le contexte à travers la lecture de son journal intime qui raconte pourquoi ces huit femmes, qui habitent le camp de Shatila à Beyrouth, sont là ce soir.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9556

Ainsi, assise à son bureau, elle raconte d’abord sa surprise – au milieu du désordre du camp de Shatila – d’apprendre que des cours de théâtre se mettent en place et s’adressent à des femmes. Elle est la seule « dans la vraie vie » : elle boit quelques gorgées de thé ou d’eau à même la bouteille au fil de sa lecture, elle feuillette son journal, elle fume… – les autres ne prennent vie que lorsqu’elles racontent, comme si elles représentaient l' »Histoire » -. Elle a tout noté de ces deux mois de travail et de répétitions, avec la tristesse de l’excitation du premier jour qui sait déjà que l’aventure qui rompt son quotidien sinistre, se terminera.  « Aide par le théâtre », c’était ce qui circulait par le bouche à oreille dans le camp de Shatila et laissait chacune circonspecte. Antigone of Shatila@Didier Nadeau0066

Au camps, une trentaine de femmes décident de participer à ce projet mené par Omar Abusaada1 et participent à des ateliers d’écriture qui vont peut à peu constituer le corps d’Antigone. Car chacune se reconnait dans ce personnage entêté à défendre ses valeurs, essentielles pour se construire, et à prendre son destin en main.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9965

Assises sur leurs chaises, pieds nus, elles sont semblables et différentes. Chacune a sa façon de se tenir, de porter son foulard, de se vêtir. Lorsqu’elles sont sous la lumière, cette individualité déferle dans un récit qui renvoie à une traversée de quelques kilomètres qui les a arrachées à leur vie, leur maison, leurs proches – de la Syrie au Liban. La soeur qui a perdu son frère, la mère qui a perdu ses fils, la fille qui a perdu son père, celle qui ne parle pas de ses morts mais du combat de la vie chaque jour… Des récits qui nous happent et viennent éclairer les statistiques que l’on lit trop souvent sans s’en représenter la réalité.  L’écriture est belle, la diction mélodieuse, plongeant le spectateur dans chacune de ces bribes d’Histoire, uniques et universelles.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9936

Une soeur court d’une faction à une autre pour chercher son frère disparu. La rumeur le dit mort, elle veut l’enterrer. Contrainte à définitivement quitter sa campagne d’Alep sans avoir pu le retrouver, elle emporte avec elle une pierre de sa maison détruite par un bombardement. Une fille retrouve l’odeur de son père mort d’épuisement dans ses bras en dépliant le pull-over qu’il portait ce jour là. Elle déplie avec lui cette journée, où à l’hôpital libanais, en tant que réfugiés, leur douleur s’est heurtée à une absence totale de considération. Il y a aussi cette épouse réveillée un matin pour la première fois de sa vie après son mari, le lit est vide. Inquiète aussitôt – car tout qui change de l’habitude peut être douloureux -, elle s’alarme d’autant plus quand il lui demande de ne pas ranger, de rien préparer mais de partir en taxi, quitter le camp, aller à Beyrouth. Et voilà qu’il entre dans un magasin, lui achète un chemisier et  lui souhaite une belle Saint-Valentin ! Quel émerveillement que de ressentir ce bonheur simple de ne plus trembler. Il y a celle mariée très jeune à un mari grincheux qui lui impose de porter un voile intégral. Sa propre famille soutient cette obligation, le ciel et les oiseaux s’obscurcissent. Mais le camp de Shatila curieusement va la libérer. En voulant ramasser son linge, étendu sur la terrasse de leur pauvre appartement le lendemain même de leur long périple,  elle découvre que quelqu’un lui a volé son voile. Les premiers jours, son mari lui impose la règle, « Pas de voile, pas de sorties » mais son épuisement et les vicissitudes de la vie quotidienne auront le dessus : il finira par la laisser aller visage découvert.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau9888

« Aide par le théâtre », c’était par ces mots que ces actrices se sont décider à participer à ce projet d’écriture de pièce sans savoir qu’à travers le théâtre c’est elles qui allaient aider le public à comprendre l’Histoire. Leurs bribes de récits de vie, nous permettent de partager pour un instant leur intimité, leur douleur et leurs espoirs. Loin du stéréotype des femmes au foulard, elles se découvrent opiniâtres telles Antigone, créatrices, actrices, conteuses… Et leurs histoires nous permettent de comprendre le monde.

Antigone of Chatila©Didier Nadeau9478

Mise en scène : Omar Abusaada
Dramaturgie : Mohammad Al Attar
Préparation des actrices : Hala Omran
Lumières : Hasan Al Balkhi
Première européenne à la Friche de la Belle de Mai,
A Hambourg lundi 1er février et mardi 2 à 15h et à 20h, théâtre  Thalia. Réservations : http://www.thalia-theater.de
Si nous apprenons d’autres dates nous le signalerons sur le carnet.

Traduction (les didascalies en langue française s’affichent sur les deux côtés de la scène pendant le spectacle) : Lise Alchami, Khadija Fadel avec le soutien de Simon Dubois.

Antigone of Shatila@Didier Nadeau0057Actrices : Fatema Al Hasan, Faten Al Hasan, Aicha Al Khalaf, Muntaha Al Shahadat, Israa Alabdou, Fadoa Alaoyete, Zarifa Aljafar, Zakieh Alkhalaf, Heba Alsahly, Reem Meselmani, Esraa Shahror, Walaa Sokare, Wessam Soukari.

Crédits photographiques : Merci à Didier Nadeau (Atelier Pan, Marseille) de m’avoir autorisée à diffuser ses images pour ce billet.

 

Voir une vidéo sur les répétitions de la pièce à Beyrouth :

  1. Omar Abusaada est un metteur en scène syrien qui a créé la troupe Studio Theatre. Son premier spectacle ‘Insomnia’ en 2004 a été joué à Damas et au Contact Theatre Festival de Manchester. Il enchaîne ensuite les productions en Syrie : Poster (2006), Samah (2008) – une improvisation collective réalisée avec un groupe de jeunes prisonniers – puis Al Merwad wa Al Mekhala (2009) – joué à l’opéra national de Syrie à Damas – et Look at the Streets.  This is how Hope looks like (2011). Il quitte la Syrie en 2011 et continue son travail de metteur en scène comme Can You Please Look at the Camera? []

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.

23912906402_0a76faf9b3_o

Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.

 

  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []