Tous les articles par Véronique Ginouvès

Voulez-vous parler l’arabe ? Ecoutez… et répétez…

Des lectrices de la médiathèque de Berre-l’étang ont mené avec une bibliothécaireu au sein de l’espace documentation un projet de méthode de langue et d’exercices de prononciation. Celui-ci peut s’avérer très intéressant pour ceux qui cherchent à apprendre une langue avec des expressions de chaque jour, plus utiles que les phrases habituelles des méthodes qui vous permettent certes de réserver des chambres d’hôtel mais pas vraiment de parler de vous.

Cette série d’exercices a été créé de toute pièce dans le cadre d’un atelier composé de femmes de toutes origines, engagées dans un programme d’insertion porté par l’association GDID à Berre-l’Étang1. Le thème présenté ici est celui de la rencontre et des présentations mais d’autres thématiques viendront (nous les ajouterons à ce billet) et d’autres langues sont à venir.

Les participantes à l’atelier ont choisi leurs thématiques, écrit leurs textes sous Libre Office, enregistré les fichiers son, utilisé Audacity pour le montage et chargé les fichiers sous Archive.org en choisissant leur licence Creative Commons (BY-NC-SA). La plupart d’entre elles n’avaient jamais utilisé un  ordinateur ni enregistré quoi que soit… Voilà un bel usage du son comme moyen pédagogique pour apprendre et transmettre !

Les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Corinne Cassé à la Médiathèque de Berre – Espace documentation et Internet, 2, rue Lafayette, 13130 Berre l’étang.  Tél : 04.42.74.93.85

Crédits photographiques : Image from page 200 of Arabic grammar, paradigms, literature, exercises and glossary (1895), Internet Archive, domaine public.

  1. Créé en 2008, le groupement GDID est constitué de trois associations unies par le même projet associatif Centremploi, Proxim’Services-Famillemplois et PAIS. sur Berre. []

Le témoin à l’écran : approches comparées

Les 13 avril l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS), l’UMR LARHRA (UMR 5190 CNRS), le Centre Ceisme (CIM Paris EA1484), la Phonothèque et le Pôle Image, son, pratiques du numérique de la MMSH, le programme de Post-graduaçao Communication et Culture de la Faculté de Communication de Salvador de Bahia, le groupe de recherche Images et sociabilité de l’Université du Minas Gerais (Grupos de Pesquisa em Imagem e Sociabilidade – Gris), le groupe Médias, Mémoire et Amnésie de l’Université de Rio de Janeiro organisent une journées d’étude sur le thème “Le témoin à l’écran : approches comparées”. Cette journées se tient dans le cadre du programme “Patrimoine, images-médias identités” (PIMI), financé dans le cadre d’un projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS. La journée du 13 avril est ouverte à tou.te.s et sera suivi d’une réunion de travail restreinte, le 14 avril, pour mettre en place l’organisation du projet.

Date :13 avril 2015

Lieu : salle Paul-Albert Février

Horaires : 9h-18h

Le témoin à l’écran : approches comparées, programme

9h Accueil par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME

Présidence de séance Vera Regina França (Minas Gerais)

9h20 Evelyne Cohen (LARHRA) et Itania Gomes (UFBA-POSCOM) coordinatrices France-Brésil du programme PIMI
9 h30 Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS) et Anne-Marie Granet (LARHRA) Le témoin à l’écran. Questionnements et perspectives.

10 heures François Jost (CIM-CEISME) Pour une typologie du témoignage télévisuel

10h30-11 heures pause

Présidence de séance Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS)

11 heures Itania Maria Mota Gomes e Juliana Freire Gutmann (Universidade Federal da Bahia) « Le témoin oculaire de l’histoire” ou celui qui “vit les faits du dedans au dehors »? La construction du reporter-témoin à la télévision brésilienne

11 heures 30 Marie-France Chambat Houillon(CIM-CEISME) La sincérité du témoin

12h Discussion

12h30 Déjeuner

13 h45 Reprise

Présidence de séance François Jost

14 h Vera Regina França e Graziela Mello Vianna (Universidade Federal de Minas Gerais)
Témoignages dans les médias: pluralité des voix ou stratégie mercantile? 

14h35 Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH- USR 3125) European sounds : donner à entendre le patrimoine sonore européen 
15 h Ana Paula Goulart (Universidade Federal do Rio de Janeiro) e Igor Sacramento (Fundação Oswaldo Cruz/ Universidade Federal do Rio de Janeiro) Témoignages de la répression et de la résistance: les images de télévision du Brésil en 1968 

15h35-15h50 Pause

Présidence de séance Anne-Marie Granet Abisset

16 h Djamel Achour Responsable de l’association Anonymal TV La télé au coeur de la cité. Autour du film Jas de Bouffan, reflets d’une mémoire

16h30 Sophie Gebeil (TELEMME, AMU-CNRS) Mémoires locales à l’ère de l’internet : l’association AnonymalTV

http://www.anonymal.tv/ et extraits du film de D. Achour http://www.anonymal.tv/web-tv/emissions/les…/item/reflet-d-une-me-moire

17 h- 17 heures 45  Discussion sur les interventions de la journée .

 

N.B La traduction du brésilien au français sera assurée par Mariana de Souza Gomes (CEISME)

Information sur la journée en langue portugaise.

 

Programme de travail de la journée du 14 avril :

Axes du projet

Présidence de séance Marie-France Chambat Houillon
9 h30 Evelyne Cohen Rappel du programme déposé  PIMI
9h50 Isabelle Gaillard Dimensions économiques : l’émergence et l’essor d’un genre stratégique dans l’économie des chaînes de télévision privée française: la série (des années 1980 à aujourd’hui)
10h15-10h45 Discussion
1/ De l’archive audiovisuelle à sa constitution en patrimoine
2/ Programmes de télévision et genres médiatiques comparés
3/ Etudes des formes télévisuelles de mise en récit et de mise en scène du témoignage
4/ Proposition de formation doctorale : L’atelier numérique des savoirs en sciences humaines et sociales
10h45-11h15 Pause
Présidence de séance Itania Gomes
11h15-11h30 Géraldine Poels (Ina)
11h30- 12 h30  propositions sur les différents axes-Responsables par axes

Présidence de séance Evelyne Cohen
14 heures-17 heures  Calendrier et organisation de PIMI

 

Crédits photographiques de l’image “à la une” : Convair/General Dynamics Plant and Personnel Corporation – F-102/F-106, 1955-1969, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restriction de droits connues.

Le son au travail

Six musées européens ont réuni leurs collections sonores et audiovisuelles pour créer un site qui nous fait entrer dans l’environnement sonore du travail. La carte est certes nordique puisque Travailler avec les son / Work With Sounds réunit les collections en Pologne du Museum of Municipal Engineering Krakow, en Slovénie du Technical museum of Slovenia, en Allemagne du LWL-Industriemuseum Dortmund, en Finlande Finnish Labour Museum Werstas Tampere, en Belgique du Musée bruxellois de l’industrie et du travail, appelé plus simplement La Fonderie et en Suède, du Museum of Work Norrköping… mais – comme pour le projet Flickr the Commons – peut-être que d’autres collections ne tarderont pas à s’ajouter, comme celles du CRESSON qui a déjà beaucoup travaillé sur ces questions.

Les enregistrements traversent les siècles depuis l’invention de l’enregistrement à nos jours et suit les travailleurs sur la terre, dans le ciel ou sur l’eau.  Tous les sons peuvent être téléchargés et réutilisés sous une licence Creatives Commons.

A écouter sur http://www.workwithsounds.eu

Crédits photographiques : Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 Original Caption: Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 U.S. National Archives’ Local Identifier: 412-DA-2466. Pas de restrictions de droit connues.

Patrimoine culturel immatériel : jeux d’acteurs et questions de méthode

Les 16 et 17 avril 2015 se tiendront à la MMSH d’Aix-en-Provence deux journées sur les inventaires du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI). Ces rencontres, à la fois journées de réflexion et de formation, réuniront divers acteurs qui agissent autour de la valorisation du PCI. Ces journées sont les troisièmes organisée à la MMSH1 bâties sur ce modèle et concernant cette thématique.

Dans la continuité des travaux menés depuis 2008 sur les inventaires du patrimoine culturel immatériel, ces journées entendent mener une réflexion sur les jeux d’acteurs à l’œuvre et sur les questions de méthode posées par la réalisation de ces inventaires d’un type nouveau. Comment articuler les méthodes des inventaires traditionnels et les méthodes spécifiques de l’inventaire du PCI ? La spécificité du PCI rend-elle nécessaire l’élaboration de méthodes d’inventaires nouvelles ? Comment s’assurer de la participation des communautés et intéresser ces dernières à la médiation et à la valorisation du PCI ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs qui participent à des démarches d’inventaire, et des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et la construction des projets de patrimonialisation.

Jeudi 16 avril 2015 – Salle 10

Après-midi – Président de séance – discutant : Cyril Isnart (IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU)

14h00 : Ouverture des travaux par Dionigi Albera (directeur de l’IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et Introduction par Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU)

14h30 : Médiations du patrimoine et élaboration d’une fiche d’inventaire. Le cas des fêtes de l’ours dans les Pyrénées par Claudie Voisenat (CNRS, IIAC-Lahic, Paris) et Christelle Nau (médiatrice du patrimoine à l’Office de tourisme de Prats-de-Mollo) – Présentation des méthodes de travail collaboratif mises en place avec les professionnels locaux de la médiation du patrimoine, pour l’élaboration de la fiche d’inventaire sur les fêtes de l’ours.

16h00 : Projets de patrimonialisation et méthodes participatives en Catalogne par Joan Reguant (coordinateur des projets culturels de la Fondation pour la Diète Méditerranéenne, Barcelone) – Pistes et propositions pour augmenter la participation des communautés aux démarches de patrimonialisation. Exemple d’un projet transfrontalier Espagne-Andorre-France (Brandons).

17h00 – 17h30 : Conclusions de la première journée par Christian Hottin (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Vendredi 17 avril 2015 – Salle 3

Matin :  Président de séance – discutant : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU) – 9h30, Introduction de la deuxième journée

10h00 – 12h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (1e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI avec Sylvie Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication), Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau), Patricia Heiniger-Casteret et Mélanie Larché (ITEM, Université de Pau), Séverine Cachat (CFPCI Vitré), Yann Leborgne, Chloé Bour et Séverine Le Guel (CRECET Normandie), Morgane Dallic (PNR Morbihan), Simone Tortoriello et Daniel Ortiz (association Ile du Monde), Luc Avot (Fédération Internationale des Trompes de France), Francesca Cominelli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Lucie Saban (association Mémoire Vivante, Marie-Galante), Julie Léonard (Bretagne Culture et Diversité) –  Le forum s’inscrit dans la continuité des séminaires tenus depuis deux ans au MCC. Il réunit les équipes actuellement engagées en France dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI et permet de discuter régulièrement de l’avancée de l’inventaire en France et de poser un ensemble de questions méthodologiques.

Après-midi : Présidente de séance – discutante : V. Ginouvès (USR 3525 CNRS-MMSH)

14h00 – 16h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (2e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI – Reprise des débats et projet d’élaboration en commun d’un vademecum concernant les méthodologies des inventaires du PCI en France.

16h00 – 16h30 : Conclusions et perspective par L.S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et S. Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Ces journées sont organisées avec le soutien de l’IDEMEC (UMR 7307 – AMU/CNRS), de l’USR 3525, et du Ministère de la Culture et de la Communication.

Entrée libre, sur inscription auprès de Chloé Rosati-Marzetti : fiches.pci<at>gmail.com

 

Crédits photographiques : Image from page 278 of “Chess and playing cards” (1898), Culin, Stewart, 1858-1929 United States National Museum University of Pennsylvania. University Museum. Domaine public.

  1. Rappelons qu’à Aix-en-Provence deux journées se sont tenues en 2013 sur le thème Restituer les inventaires du PCI : expériences participatives et comparaisons internationales et en 2012 sur le thème Collecter le patrimoine immatériel : pratiques, usages, bricolage de l’inventaire. []

Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

- Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

- Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

- La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

- L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of “A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise” (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

#FREEBASSELDAY 2015

Depuis le 15 mars Bassel Khartabil a été emprisonné, en Syrie et chaque 15 mars la communauté des Creatives Commons et du libre accès à la connaissance sur Internet lui rend hommage et appelle à sa libération.

Depuis le 15 mars 2012, on ne sait rien.  Même si on doit découvrir l’horreur, donnez nous des nouvelles de Bassel.

 

Crédits photographiques : #FREEBASSEL campaign. Pictures taken in Amsterdam, Haarlem and Utrecht par Kennisland. CC BY-SA 2.0

“Sources et créations” : rencontre ouverte à tou-te-s, jeudi 26 mars 2015, 10h, MuCEM

Jeudi 26 mars aura lieu au MuCEM, esplanade du J4 à Marseille, une rencontre professionnelle ouverte au public sur le thème “Sources et créations”, à partir de 10 heures.

Dans le cadre de sa réflexion sur le développement des formes d’arts et des genres musicaux qui se fondent et fusionnent pour créer de nouveaux styles, le MuCEM propose un rendez-vous avec des professionnels, compositeurs et musiciens issus du monde méditerranéen, interrogeant la dualité Sources/ Créations.  Cette rencontre sera l’occasion d’une découverte des fonds sonores du MuCEM ainsi que de différentes sources méditerranéennes susceptibles d’ouvrir de nouveaux horizons aux musiciens d’aujourd’hui.

Les intervenants :

Jean LambertMNHN – Museum national d’histoire naturelle, membre de la fondation pour la musique arabe, archives et recherche (AMAR) et directeur du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM).

Flavia Gervasi, qui enseigne la sociomusicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal (UdeM), spécialiste des musiques du sud de l’Italie.

Véronique Ginouves, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), qui participe au programme européen Europeana sound

Aurélie Goustans, responsable des archives du MuCEM.

De nombreux invités seront avec eux : Ferdinand Richard, directeur de l’AMI (Aide aux musiques novatrices), Laure Chatefrou, réalisatrice de documentaireset de créations sonores, Marc Touche chercheur, Séverine Cachat, responsable du Centre français du patrimoine culturel immatériel (CFPCI), les musicien-ne-s Tarek Abdallah, Françoise Atlan, Maura Guerrera, …

De 12h à 15h  : atelier de réflexion – réservé aux professionnels sur inscription auprès de floriane.la-rocca@mucem.org

– 12h-13h : Speed dating sur l’usage des ressources sonores, la question des sources, la création d’un réseau de ressources sonores en Méditerranée, la préparation d’un événement en 2016.

- 13h -14h : pause déjeuner

– 14h – 15h : restitution.

Cette rencontre est organisée en lien avec la 11e édition de Babel Med Music qui se tient du 26 au28 mars 2015 au dock des suds.

Photographie de Nadine Vakhnovsky, février 2015.

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax “Assistant in charge”, c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (“Lead Belly”), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (“Muddy Waters”), Aunt Molly Jackson, Son House, David “Honeyboy” Edwards, Texas Gladden, Ferdinand “Jelly Roll” Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien “Uncle” Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

12 février 2015 : collecter sur le terrain au Yémen, conférence de Fatima Al-Baydani

Le 12 février prochain  nous aurons la chance de découvrir le travail mené depuis plusieurs années par Fatima Al-Baydani, chercheure yéménite invitée par l’IREMAM à la MMSH (salle Paul-Albert Février, 14h30) pour une conférence sous le titre : “12 ans de terrain pour la collecte de littérature orale populaire à travers le Yémen”. En effet, depuis les années 2000 Fatima Al-Baydani n’a cessé de collecter à travers le Yémen et de former des collecteurs sur le domaine. Ses enregistrements, films et photographies sont archivés au sein de l’association culturelle Aydanout1. Elle est l’auteur de nombreux recueils et anthologies de littérature orale et de poésie.

La conférence sera donnée en arabe avec traduction simultanée.

Le lien vers le site de l’IREMAM, rubrique “L’IREMAM accueille” est momentanément inaccessible. Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Anne Debray-Decory.

A propos de Fatima Al-Baydani
Fatima Al-Baydani, née à al-Bayda au Yémen, a fait ses études secondaires à Aden. Après avoir étudié la médecine à Damas, elle a brièvement enseigné cette discipline à l’Université de Sanaa, avant de se tourner vers sa passion véritable, le patrimoine yéménite. Elle s’est donc lancée dans la collecte de documents sur la littérature orale (poésie, contes, proverbes) à travers toutes les régions du Yémen, travail qu’elle poursuit encore actuellement, non sans avoir formé en même temps de nombreux jeunes aux techniques de la collecte. Ses travaux et études l’ont amené à collaborer avec de multiples institutions culturelles et scientifiques, dont le CEFAS (Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa, le FSD (Fonds social de développement au Yémen) et l’Ecole normale supérieure à Paris. En 2006, elle a créé une association culturelle Meel al-Dhahab, renommée depuis Aydanout , c’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. Ce centre est aujourd’hui dépositaire de milliers de documents collectés à travers tout le Yémen sous forme d’enregistrements, de photos, de vidéos et d’ouvrages. Fatima Al-Baydani a participé à de multiples colloques aussi bien dans le monde arabe, qu’en Europe et en Amérique. De même, elle a publié de nombreux articles et ouvrages (voir ci-dessous un extrait de sa bibliographie). Actuellement, Fatima Al-Baydani  travaille  sur un dictionnaire de termes tirés de la vie quotidienne au Yémen.   Elle collabore également avec des chercheurs de l’IREMAM dans le domaine de la poésie orale populaire au Hadramaout, ainsi que sur des contes relatifs aux hammams de Sanaa.

Bibliographie (extraits) 

– Halâli wa lak (instants d’enchantement), Sanaa, Organisation générale du Livre, 2014 ;

Contes du Yémen : Lit de pierre, lit de verre. Contes collectés par Fatima Al-Baydani et traduits par l’atelier de traduction arabe de l’ENS, Ecole des loisirs, 2008.

– Hikâyât al-hayawân fî-l-adab al-sha’bi (contes d’animaux dans la littérature populaire), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2008 ;

– Diwân mahall zayn (Divan de lieux enchanteurs), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2014 ;

– Haggabi yamma  ‘allaya (chants féminins de mariage), sous presse,  Matbaat al-Nur, Sanaa, 2015.

– al-Dimm wa-l-fa’r (le chat et le rat), Sanaa, FSD, 2009 ;

– Tika Tika (récit adénite), Matbaat al-Nur, Sanaa, 2011 [avec le soutien de l’Unesco].

Crédits photographiques : Scene in a marketplace Market, buildings, sheep, people. 1896.  Name of Expedition: Africa Expedition Participants: D.G. Elliot and Carl Akeley Expedition Date: 1896. Location:Asia, Arabia, Yemen, Aden Original material: Hand-colored glass lantern slide Digital Identifier: CSZ5913_LS Learn more about The Field Museum’s Library Photo Archives. No known copyright restrictions.

  1. C’est-à-dire « reine » en langue arabe sud-arabique ancienne. L’association a d’abord été créée en 2006 sous le nom de  Meel al-Dhahab []

APPEL À CANDIDATURES – Atelier numérique en Méditerranée : frontières, migrations, mobilités

Cadre de l’atelier doctoral

Cet atelier doctoral (ATED) s’adresse à des doctorants en sciences sociales de toute université et de tous les pays. Il s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes, en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMESIRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Argumentaire

A l’intersection des sciences humaines et sociales, de l’informatique et des usages numériques cette école doctorale met en avant les Digital Humanities (DH) comme une pratique de recherche mobilisant des technologies numériques de façon structurelle, des modèles épistémologiques et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. Deux thématiques sont proposées pour cette cession, les frontières et les migrations, en appuie à une réflexion autour du numérique dans la mesure où les TIC bouleversent les pratiques de recherche en SHS et parce que la Toile est devenue une donnée centrale du monde actuel.  Son intégration dans les études méditerranéennes est porteuse d’interrogations multiples qui offre de nombreuses pistes de réflexions.

Le numérique est devenu un objet de recherche de l’étude du changement en Méditerranée. D’abord outil de travail et d’analyse, le numérique est devenu un nouveau terrain d’étude pour appréhender les transformations à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes.

Il s’agira, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation des usages du numérique et de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la Méditerranée. Depuis les années 1990, l’émergence de l’internet a été intégrée dans une réflexion plus large menée sur les relations entre les TIC et les migrations (Tristan Mattelart, 2014). Ces travaux ont mis en évidence la place croissante des technologies numériques dans les pratiques diasporiques. Les outils de communication du web sont d’abord utilisés par les migrants pour pallier l’absence de la famille et des proches. Les courriels, les dispositifs de discussions instantanées, les téléconférences et les réseaux sociaux sont des modes de communication réguliers, rapides et interactifs qui participent au renforcement les liens diasporiques. Ces relations constituent également un marché de « niche » qui se manifeste, sur la toile, par la multiplication des sites diasporiques et des médias de minorité. Cette

« marchandisation de l’identitaire » est à l’origine de sites de plus en plus spécialisés qui participent à la segmentation de l’espace public (Isabelle Rigoni, 2012). Les migrants sont ainsi insérés dans de nouvelles stratégies communautaires mises en réseau. L’atlas augmenté e-diaspora (Dana Diminescu (dir.), 2009) rend compte de ces nouvelles dynamiques migratoires en proposant une cartographie des diasporas numériques, constituées sur le web (http://www.e-diasporas.fr/). Ces travaux invitent à repenser les migrations en Méditerranée et permet de sortir d’une approche européo-centrée mettant en exergue les flux Nord-Sud. Ils invitent également à reconsidérer la notion d’espace, en « dépassant la simple dichotomie espace physique / espace numérique (Sabrina Marchandise, 2012) : les liens virtuels créés sur le réseau s’appuient sur les relations préexistantes émanant du vécu de l’étudiant (famille, école, université, associations…). S’instaure ainsi, une nouvelle relation à la distance dans laquelle le réseau ouvre le champ des déplacements et des rencontres.

Les études sur les relations entre TIC et migration sont à l’origine de la figure du « migrant connecté » (Dana Diminescu, 2005), inséré dans une culture transnationale et en prise avec de nouvelles formes de participations. Relié à son pays d’origine mais aussi acteur dans sa société d’accueil, le « migrant online » est ainsi davantage en situation de « double présence » par opposition à la problématique traditionnelle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad. La cyberculture est ainsi à l’origine d’une nouvelle façon d’exister dans un monde de plus en plus caractérisé par la mobilité et le cosmopolitisme. Néanmoins, ces pratiques du « migrant connecté » ne peuvent faire l’objet d’une généralisation dans la mesure où elles s’insèrent dans des situations migratoires hétérogènes n’impliquant pas systématiquement le recours possible aux TIC. De plus, comme le souligne Tristan Mattelart, en étant connecté, le migrant s’intègre dans des relations de pouvoir et des logiques économiques à l’œuvre sur le réseau Internet qui ne sont pas sans conséquence sur ses propres pratiques.

La généralisation du numérique, transforme également les modalités d’élaboration, de valorisation et de patrimonialisation des mémoires migrantes. Grâce à la numérisation, le web apparaît comme un espace de sauvegarde et de valorisation du patrimoine audiovisuel méditerranéen, souvent conservé sur des supports analogiques fragiles. Le projet « Med-Mem, partager les mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » (2009-2011) a abouti à la mise en place d’un site proposant des extraits d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen (http://www.med-med.ue). L’internet permet également d’interroger les stratégies mises en place par les différents acteurs mémoriels sur la toile pour faire valoir leurs revendications. Dans le cas français, les mémoires de l’immigration maghrébine n’ont pas intégré la mémoire collective malgré la création en 2007 d’une cité nationale pour l’histoire de l’immigration. Pour ces mémoires souvent perçues comme délaissées, le web constitue ainsi un nouvel espace d’expression et de mobilisation.

Déroulement de la session

Des exposés seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session avec un focus sur la place des Digital Humanities.

Dates

Arrivée le dimanche 21 juin 2015 départ le vendredi 26 juin 2015 à 14h.

Lieu

Sidi-Bou-Saïd, Tunisie

Modalités de sélection

Un jury sélectionnera dix candidatures qui comprendront :

- un CV ;

- une lettre de motivation de 8 000 signes maximum, rédigée en français résumant la thèse avec focus sur les questions que se pose le-la doctorant-e sur les humanités numériques en lien avec son projet. Aucune compétence ou de connaissance particulière en informatique n’est demandée pour participer à cette école doctorale.

Tous les champs disciplinaires demeurent en principe éligibles s’ils sont en lien avec l’argumentaire de l’école doctorale. La langue de l’atelier est le français.

Logistique

Les candidats seront prévenus de leur sélection au plus tard le 20 avril 2015. Les frais de transport et de séjour seront pris en charge. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session et à respecter les dates de départ et de retour qu’impliquent la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Elles seront adressées par courriel à Claude Bruggiamosca qui enverra en retour un accusé de réception <bruggiamosca@mmsh.univ-aix.fr>

Comité scientifique pour la sélection des dossiers : Maryline Crivello (Telemme), Virginie Baby-Collin (Telemme), Blandine Descamps-Julien (LabexMed), Karima Dirèche (IRMC), Véronique Ginouvès (USR 3125), Stéphanie Latte (Iremam), Nicolas Maï (Lames), Sylvie Mazzella (LAMES), Cédric Parizot (IREMAM) , Stéphane Pouyllau (Huma-Num).

Comité d’organisation
Maryline Crivello (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Claude Bruggiamosca (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Karima Dirèche (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org
Mathilde Favier (LABEXMED)
Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH, AMU-CNRS) http://phonotheque.hypotheses.org
Sylvie Mazzella (LAMES – MMSH, AMU-CNRS) mazzella@mmsh.univ-aix.fr
Cédric Parizot (IREMAM – MMSH, AMU-CNRS) http://iremam.cnrs.fr

Information sur Calendahttp://calenda.org/316245

Crédits photographiques de l’image à la une : carte des îles de la Méditerranée, Florence, 1489 insérée dans Google Maps. Collection de la British Library (Follow Account of the Islands of the Mediterranean. – caption: ‘World map by Martellus’). Pas de restrictions de droits connues.

 

 

/