Tous les articles par Véronique Ginouvès

Le futur des sons historiques, Paris, vendredi 2 octobre 2015

Le programme européen Europeana Sounds est dans sa deuxième année et – à travers les différents axes du projet – a réussi à créer un solide réseau d’experts, de techniciens, de passionnés et de curieux. En profitant de l’opportunité de l’organisation à Paris en 2015 du congrès international de IASA (association internationales des archives sonores et audiovisuelles), Europeana Sounds a mis sur pieds une journée insolite et alléchante, croisant les conférences et les discussions, s’ouvrant sur les dernières innovations technologiques liées au son à travers des démonstrations et des performances inédites…

Une interprétation simultanée en français et en anglais sera assurée, avec le soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Les places sont limitées alors, n’oubliez pas de réserver !

Consultez le programme en ligne en langue anglaise ou sous sa version imprimable et faites connaissance avec les intervenants :

9h00–9h30 Accueil et enregistrement des participants
9h30–9h40 Quelques mots d’introduction par Bruno Racine, président de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et de la Fondation Europeana
9h40–9h55 Le future des sons historiques : Prélude, Richard Ranft, directeur du département Sons et Images, British Library, et coordinateur du projet Europeana Sounds
9h55–10h50 De l’enregistrement à l’écoute : pourquoi et comment donner accès au patrimoine sonore ?
Modérateur : Richard Ranft, directeur du département Sons et Images, British Library et coordinateur du projet

  • Steen Kaargaard Nielsen, professeur associé, département de dramaturgie et de musicologie, université d’Aarhus
  • Pascal Cordereix, responsable du service des documents sonores, Bibliothèque nationale de France (BnF)
  • Aude Julien-da Cruz Lima, chargée des archives sonores du centre de recherche en ethnomusicologie, centre national de la recherche scientifique (CREM-CNRS)
  • Alexis Rossi, directrice médias & accès, Internet Archive
10h50–11h05 Pause
11h05–11h35 Le bruit, une histoire humaine, par David Hendy, maître de conférences dans le domaine des médias, université du Sussex
11h35–12h30 Créer un accès légal au patrimoine sonore
Modératrice : Lisette Kalshoven, conseillère en droits d’auteur, patrimoine et éducation ouverte, Kennisland

  • Isabel Bordes Cabrera, chef  de la bibliothèque numérique, bibliothèque nationale d’Espagne
  • Dr. Krisztina Rozgonyi, régulatrice principale et conseillère juridique, maître de conférences, Université ELTE de Budapest
  • Dr. Simone Schroff, chercheuse en droit de la propriété intellectuelle, institut de droit de l’information, université d’Amsterdam
12h30–14h00 Pause
14h00–15h00 Interagir avec les archives musicales : le regard du monde de la musique électronique, session live avec Matthew Herbert, musicien électronique
15h00–16h00 De l’écoute à l’interaction : les innovations liées au son, partie 1
Modérateur : Johan Oomen, directeur recherche et développement, institut néerlandais pour le son et l’image et coordinateur technique pour Europeana Sounds

  • Nouvelles approches à la recherche de la musique, Alexander Schindler, scientifique spécialiste en MIR,  institut autrichien de technologie
  • Introduction à la musicologie computationnelle, John Ashley Burgoyne, chercheur post-doctorant et professeur, université d’Amsterdam
  • Introduction au web audio, Samuel Goldszmidt, responsable adjoint, Centre de Ressources, institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique (Ircam)
16h00–16h10 Pause
16h10–17h10 De l’écoute à l’interaction : les innovations liées au son, partie 2
Modérateur : Johan Oomen, directeur recherche et développement, institut néerlandais pour le son et l’image et coordinateur technique pour Europeana Sounds

  • La sémantisation des corpus de la parole, Michel Jacobson, ingénieur informatique, centre national de la recherche scientifique (CNRS), Laboratoire ligérien de linguistique & Olivier Baude, maître de conférences, université d’Orléans
  • La chaîne « Musique » sur Europeana, David Haskiya, responsable développement produit, Europeana
  • L’enrichissement de contenu sur un modèle collaboratif, Maarten Brinkerink, chef de projet R&D, institut néerlandais pour le son et l’image
  • Développer une interface « search-by-playing » pour les archives musicales avec Tunepal et Europeana, Dr. Bryan Duggan, maître de conférences en sciences de l’informatique, institut de technologie de Dublin
17h10–17h30 Performance surprise

 

Crédits photographiques : Desert Storm parade, National Homecoming Celebration, Screaming Eagle Band, Photographer: Harold Dorwin, 1991, Smithsonian Institution., No known copyright restrictions.

Patrimoines, participation, citoyenneté – 4 & 5 septembre 2015, Anost

Les 4 et 5 septembre 2015 auront lieu dans le Morvan deux journées de rencontre et d’échanges pour que se croisent les expériences et les réflexions autours de projets participatifs  en France et en Europe (Italie, Belgique, Espagne). Le patrimoine culturel immatériel (PCI) sera au centre des débats, posant ainsi la question des rapports entre patrimoines et citoyenneté. Ces journées-rencontres se tiendront à la Maison du patrimoine oral de Bourgogne (Anost). Elles sont organisées par le Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne) et la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, en collaboration avec le Centre français du patrimoine culturel immatériel et avec le soutien de la Région Bourgogne.

arton1016-8632b

Programme

Vendredi 4 septembre 2015

9 h 15 – 9 h 45 : Ouverture par Séverine Cachat, anthropologue, directrice du CFPCI , Caroline Darroux, anthropologue, Centre Georges Chevrier et Jean-Louis Tornatore, anthropologue, Centre Georges Chevrier

9 h 45 – 12 h 30 : Modération : Pascal Ribaud, président de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Caroline Darroux et Pierre Léger, président de l’Association des « Langues de Bourgogne » à Anost :
Émergence citoyenne et institutionnalisation : la place de la participation dans le projet Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne
Benjamin Assié, directeur du CIRDOC (Béziers) : Le CIRDOC, de la bibliothèque occitane d’initiative populaire à la bibliothèque-forum des acteurs du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Aix-Marseille Université et Mikaël O’Sullivan, directeur de la Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne : Le patrimoine oral à l’heure des humanités numériques : le portail du patrimoine oral, outil de recherche et de valorisation du patrimoine culturel immatériel

14 h – 15 h 30 : Modération : Séverine Cachat
Emmie Segers, LECA, Expertise centrum alledaags erfgoed (Gand, Belgique) : Autour des jupes des géants. Expériences participatives de sauvegarde et réseaux d’acteurs du patrimoine culturel immatériel en Flandre
Flavie Ailhaud, ethnologue, Ville d’Arbois, et Noël Barbe, anthropologue, LAHIC – IIAC et DRAC Franche-Comté : À propos d’une candidature Unesco et de l’organisation des publics. Retours critiques sur les réglages du dossier du Biou d’Arbois

15 h 30 – 16 h : Pause

16 h – 17 h : Marion Trannoy, responsable du Musée de Corse : Patrimonialisation et interculturalité, ce que participer veut dire entre centre et ultra-périphérie. Communication précédée du film réalisé par la communauté wayana dans le cadre de la candidature du rituel du maraké pour la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente

21 h – 22 h 30 : Spectacle « Tourne les histoires et rêve la musique », Jean Dollet et Simon Guillaumeau.

Samedi 5 septembre 2015

9 h 15 – 12 h 15 : Modération : Caroline Darroux
Valentina Zingari, anthropologue, université de Sienne et réseau Simbdea (Italie) : Patrimoines : approches intégrées, PCI et participation en Italie.Le terrain de Cocullo, pays de la montagne méditerranéenne
Gaizka Aranguren, directeur de Labrit multimedia (Pampelune, Espagne) : Identité et développement local : méthodologie, modèles et exemples de gestion participative du PCI

11 h 15 – 11 h 30 : Pause

Jean Vigreux, professeur d’histoire contemporaine, Centre Georges Chevrier, président du Conseil scientifique du Parc du Morvan : Enjeux d’un partenariat de recherche scientifique en lien avec les habitants pour questionner la patrimonialisation en milieu rural

12 h 15 – 12 h 30 : Mots de fin par Jean-Louis Tornatore

Crédits photographiques : Le Jour ni l’Heure 8455 : Gislebert (?), chapiteau des Vieillards de l’Apocalypse, musiciens, joueurs de luth, c. 1170, cathédrale Saint-Lazare d’Autun, Saône-&-Loire, Bourgogne, photographie de Renaud Camus, lundi 3 mars 2014, 12:32:08 http://www.renaud-camus.net/librairie

Ennejma Ezzahra, le palais des archives sonores tunisiennes

En juin dernier j’ai visité le palais Ennejma Ezzahra1, ancienne maison du Baron Rodolphe d’Erlanger, où se situe depuis 1991 le CMAM, centre des musiques arabes et méditerranéennes2. Je ne présenterai pas ici les nombreuses missions du CMAM qui sont nombreuses. Pour les découvrir, je vous renvoie vers le site de l’institution et vers ce documentaire d’ARTE, “Trésors oubliés de la Méditerranée.  : le Palais du baron d’Erlanger, Tunisie”3. Quoiqu’un peu ancienne (2011), le film donne un aperçu assez complet des activités, du musée comme de la beauté du site du palais .

Je voudrais ici m’attacher aux missions directement en lien avec la conservation et la valorisation des archives sonores et audiovisuelles, celles qui m’ont poussée à visiter le CMAM en  juin dernier, alors que j’étais en déplacement pour raisons professionnelles. Mon intérêt de phonothécaire était aiguisé pour diverses raisons. Tout d’abord je savais que  ce centre était en charge du dépôt légal des phonogrammes en Tunisie – un dépôt légal  créé dès 1977 ! –4, mais aussi qu’il avait publié à partir des années 1990 des collectes enregistrées sur le terrain5 ou des archives sonores anciennes6 et – dans la lignée du baron d’Erlanger – des monographies7. À cette double mission de conservation et de diffusion, s’ajoutait également celle de la recherche dans le domaine. Ainsi, j’avais noté qu’au début du mois de juin,  une table ronde avait été organisée sur le thème8 Rythmes et danses traditionnels en Tunisie : patrimoine immatériel en danger ainsi qu’en décembre 2014, un colloque international sur les traditions musicales en Afrique-du-Nord.

J’ai ainsi rencontré l’équipe du CMAM qui archive, conserve, catalogue, numérise – ou transfère pour les documents plus récents – avec des outils de pointe tous les types enregistrements sonores et audiovisuels déposés au Palais : collectages, conférences, enregistrements de concerts publics ou privés, phonogrammes édités…. pour favoriser la mise en ligne des données du patrimoine musical tunisien.

19638576481_7acd969ede_o

Pour cela, l’équipe du CMAM prend en compte les règles du droit tunisien en matière de propriété intellectuelle comme les questions éthiques. Une base de données documentaire permet la recherche à travers les collections et sera bientôt accessible en ligne. Elle permettra de dresser une cartographie musicale de la Tunisie, de réaliser de19603215385_a9acd60519_qs recherches en musicologie et en organologie mais aussi de faire mieux connaître au grand public le patrimoine musical tunisien . Pour mettre en oeuvre ce projet, le centre de documentation a choisi d’utiliser l’outil Telemeta, créé par le CREM/LESC/MAE. Dans cet objectif, le CMAM a réalisé une traduction complète de l’interface de ce logiciel libre en langue arabe.

Le lancement de la base de données sera un bel évènement pour les archives sonores et la recherche ethnomusicologique en Méditerranée, nous l’attendons tou-te-s impatiemment !

19415240620_28389b9ea2_o

Je remercie chaleureusement Soufiane Féki et Anas Ghrab qui ont pris le temps de me recevoir

Le site du CMAM – Centre des musiques arabes et méditerranéennes : http://www.cmam.tn

Présentation du CMAM – centre des musiques arabes et méditerranéennes sur le blog “Musique arabe” : http://musique.arabe.over-blog.com/article-19299210.html

Crédits photographiques : vue de la phonothèque, une partie de l’équipe du CMAM dans une des deux salles de numérisation, photographie de l’écran présentant l’interface de Telemeta en langue arabe, intérieur de la maison du Baron d’Erlanger qui semble avoir quitté à l’instant le salon de musique… Photographies de Véronique Ginouvès, juin 2015, CC-BY.

  1. En langue arabe, le terme signifie “l’étoile de Venus” ou “La fleur étoilée” ou encore “l’étoile resplendissante”. Le palais a été construit entre 1912 et 1922 []
  2. Le palais Ennejma Ezzahra a été classé monument historique par le décret numéro 577 du 29 mai 1989, promulgué  dans le Journal Officiel de la République Tunisienne  n° 40 du 13 juin 1989. La création du CMAM  a été décidée sous le gouvernement de Zine El Abidine Ben Ali en décembre 1991. []
  3. L’émission a été réalisée par Laurence Thiriat et diffusée sur Arte le 30 octobre 2011 à 16h05. []
  4. Le CMAM gère le dépôt légal depuis 1994, quand la phonothèque nationale tunisienne lui a été rattachée ; de 1977 à 1993, c’est le conservatoire national de musique de Tunis qui en était responsable. []
  5. Dans le documentaire d’ARTE ci-dessus on peut voir un exemple de collectage réalisé par Mounir Hentati, ancien conservateur du palais Ennejma Ezzahra puis directeur du CMAM par intérim de novembre 2010 à février 2011, filmé en direct dans la province d’El-Kef. []
  6. Dans les années 1990 la phonothèque de la MMSH échangeait ses publications avec celles du CMAM, à l’initiative du directeur de cette période, Monsieur Hatem Touil. Plusieurs titres ont été publiés, quasiment impossibles à acquérir dans le circuit commercial. Ils valorisaient des documents anciens conservés au CMAM comme des collectes enregistrées sur le terrain. []
  7. Bien entendu, dans les publications papier, il faut citer les six tomes de l’histoire de la musique arabe rédigés sour la direction du Baron d’Erlanger dont le premier avait été publié de son vivant (1930), les cinq autres en 1935, 1938, 1939, 1949 et 1959. Si les six volumes ne sont pas librement accessibles en ligne (ils devraient pourtant être élevés – au moins pour partie – dans le domaine public !), ils ont toutefois été numérisés dans le cadre des programmes de Google et et il est possible de rechercher dans les ouvrages à partir d’un nuage de mots clés ou par mots dans le moteur de recherche de Google Books. []
  8. L’évènement a eu lieu le 5 juin 2015, était organisé par le CMAM en collaboration avec l’association Hayyou’Raqs. Des chercheurs intéressés par ce patrimoine et des danseurs témoins-clés de l’histoire des danses traditionnelles y intervenaient. []

La danse en fresque

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) ne propose pas moins de 18 fresques interactives, sur des sujets aussi différents que la magie des montagnes, l’électroacoustique ou le festival de Cannes. L’objectif est d’accompagner le public au sein d’une sélection thématique d’extraits sonores ou vidéo choisis par des spécialistes parmi les milliers d’heures du fonds d’archives de l’INA. Deux d’entre elles, mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MEDMEM et repères méditerranéens,  ont d’ailleurs été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour faciliter l’interactivité des parcours, un outil a été créé dès 20031 alliant l’intuition de la navigation électronique et la réflexion. Ainsi, les “fresques interactives” ne se limitent pas à placer les extraits sélectionnés dans un contexte historique, géographique, économique et culturel mais ces extraits sont éditorialisés et commentés par des spécialistes du domaine. Le grand public peut s’y promener facilement à travers des entrées et un affichage – cartographique, chronologique et thématique – qui se retrouvent systématiquement au fil des fresques.

7561486876_09d847ea54_o

La dernière née des fresques INA2, se nomme Danse sans visa. Elle propose une lecture originale de l’histoire des danses selon la circulation des peuples à travers le monde. Cinquante-huit vidéos mettent ainsi en avant des parcours de danses emblématiques analysés et présentés par des danseurs, des chorégraphes, des universitaires, des chercheurs et des écrivains, reconnus pour leur légitimité pour chacune des danses3. Sans s’attacher à une recherche des origines hypothétique ou à un inventaire exhaustif, le projet présente avant tout les facettes multiples d’une danse, ses filiations, ses évolutions ou ses liens avec les mouvements migratoires. Il rappelle que lorsque les hommes voyagent – librement ou de façon forcée-, ils emportent avec eux les rythmes et les musiques, faisant évoluer les pas de la danse et ses mouvements. D’ailleurs, si le voile des origines possibles se soulève parfois, il prend toujours en considération l’accélération actuelle de la diffusion des danses “grâce aux nouveaux outils de communication qui propulsent dans la société des danses à la vitesse de l’électronique, là ou il a fallu parfois plusieurs siècles pour les déplacer”. Sont abordées au lancement de cette fresque les danses et claquettes irlandaises, la capoeira, les danses afropop actuelles, le tango et la salsa, le haka, les danses de société, le hip hop, les danses d’Outre-mer, le flamenco.

Chaque danse est analysée à travers son parcours d’Afrique, d’Océanie en Europe en passant par les Caraïbes et les Amériques depuis les années 1960 à nos jours. La recherche est possible à travers la date de la prise de vue, la référence dans les archives INA, le titre de l’émission et la durée ou elle peut être affinée par le nom des danseurs représentés. Une “visionneuse exportable” vous permet d’afficher les vidéos sur des sites distants. Enfin, pour être informé-e des nouveautés de la fresque, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook du projet.

Crédits : Image à la une, Dancing on a pier during the Kilmakilloge Pattern in Co. Kerry, 1913, archives nationales d’Irlande,  Wacana Elementary School students dancing at the 1959 Florida Folk Festival: White Springs, Florida, 1959, photographe : Robert R. Leahey,projet archives du projet Florida Memory. Pas de restrictions de droit connues. Vidéo : L’Apartheid, le récit du corps, 2013, fresque “Danse sans visa”, INA.

  1. Il s’agissait alors de la fresque interactive Jalons pour l’histoire du temps présent,  []
  2. Plusieurs partenaires se sont réunis pour la réaliser : le CDC – centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées,  l’A-CDC – association des Centres de Développement Chorégraphique  et la délégation Ina Pyrénées. Ils ont travaillé avec le soutien  des services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication en répondant à l’appel à projet 2014, de la Direction Générale de la Création Artistiquedu Ministère de la Culture et de la Communication, des théâtres départementaux de La-Réunion TEAT Champ Fleuri – TEAT Plein Air,  , de l’iconothèque historique de l’océan Indien, de la compagnie James Carlès, des étudiants de la licence professionnelle médiation et développement de projets en danse et arts du cirque du département Art et Com de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès,   et du laboratoire LLA-Créatis /Lettres, Langages, Arts/Programme Danse []
  3. Ainsi Eric Falc’her-Poyroux, Stan Lehericy, Florence Boyer, Edmony Krater, Corinne Frayssinet-Savy, Christian Dubar, Simon Valzer, Marie-Christine Vernay, Thomas Jacques Le Seigneur, Fabrice Hatem, Pol Briand et James Carlès sont ici les auteurs des présentations des vidéos. Leurs textes peuvent être lus en langue française et  anglaise. []

Patrimoine Culturel et numérique : transmission, participation, enjeux (Vitré, 8 & 9 septembre 2015)

Les mardi 8 et mercredi 9 septembre 2015 se tiendra le quatrième séminaire international du CFPCI1 où le PCI sera étudié sous toutes les coutures du numérique avec un focus sur les enjeux de la transmission et de la participation à l’inventaire. Trois axes vont aider le public à approfondir ces questions :

– Numérique et participation : les nouveaux outils numériques semblent offrir des solutions innovantes pour faciliter l’engagement des communautés dans la définition de leur PCI. Si des expérimentations sont en cours dans cette direction, elles rencontrent plusieurs obstacles techniques, sociaux et éthiques. Comment convaincre les communautés d’utiliser ces nouvelles plateformes ? Quelles sont les solutions techniques les plus adéquates ? Est-il possible de s’appuyer sur des médias sociaux déjà populaires comme Facebook et YouTube dans une démarche institutionnelle de protection du patrimoine ?

– Transmission, valorisation, médiation : les nouvelles technologies se sont imposées comme le meilleur et le plus fiable support de documentation et d’archivage du patrimoine. L’avantage de ces outils ne consiste pas seulement dans la facilité de conservation et de sauvegarde des informations concernant les éléments patrimoniaux mais aussi dans les opportunités qu’ils offrent pour accéder à ces informations et les valoriser. Quel est l’impact réel du numérique pour la valorisation du PCI ? Quels sont les défis auxquels les projets de valorisation numérique du PCI sont confrontés ?

– Enjeux juridiques et éthiques : ces dernières années, la sauvegarde et la valorisation du PCI ont soulevé plusieurs questions liées aux droits des communautés de pratique. La protection de ces droits devient encore plus complexe avec l’entrée en scène du numérique, qui alimente lui-même de nombreux débats éthiques et juridiques. Comment trouver une médiation entre d’une part le droit d’auteur des communautés et auteurs de documents numériques, et d’autre part le droit d’accès et le besoin de valorisation du PCI ? Quelles solutions adopter pour protéger le droit à la vie privée des membres des communautés sans limiter les possibilités de diffusion de leurs pratiques ?

Programme (en cours)

Mardi 8 septembre 2015 10h45

Accueil 11h Ouverture, Séverine Cachat, directrice du CFPCI (Maison des Cultures du Monde), et Christian Hottin, conservateur du patrimoine, adjoint au département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication)

11h15 PCI et numérique : observatoire des acteurs et des usages, Marta Severo, maîtresse de conférences, université de Lille III (laboratoire GERiiCO), et Francesca Cominelli, maîtresse de conférences, université de Paris I (IREST)

11h45 Wikipédia et patrimoine : une définition participative, Rémi Mathis, conservateur du patrimoine, Bibliothèque nationale de France, président de Wikimédia France de 2011 à 2014 12h45 Déjeuner (buffet)

13h45 Session 1 – Participation, transmission, valorisation Présidente de séance : Marta Severo 13h45 Hugues Sicard, spécialiste de gestion de l’information, section du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco

14h25 Le cas de la République de Corée et l’exemple du projet ichpedia.org, Hwarim Cho et In-Sook Ma, professeures, université nationale de Chonbuk (République de Corée)

15h05 Le projet « PCI Lab pour la valorisation numérique de l’Inventaire français du PCI », Jean-Jacques Casteret, directeur de l’Ethnopôle InOc (Institut occitan d’Aquitaine), Mélanie Larché, chargée de la médiation scientifique (InOc)

15h45 Pause

16h15 Le projet écossais ichscotlandwiki.org, Alison et Alistair McCleery, professeurs, Edinburgh Napier University (Écosse)

16h55 Le projet i-Treasures, Francesca Dagnino, Consiglio Nazionale delle Ricerche (CNR), Italie

17h35 The global archiving of intangible heritage, Sheenagh Pietrobruno, Assistant Professor, School of Social Communication, Faculty of Human Sciences, Saint Paul University (Canada) (à confirmer)

18h15 – Visite du CFPCI et des expositions

Mercredi 9 septembre 2015

8h45 Accueil 9h00 Ouverture de la journée

9h15 Session 2 –  Le PCI face au numérique : enjeux juridiques et éthiques Président de séance : Patrice Marcilloux, professeur d’archivistique, université d’Angers

9h15 Pour un humanisme numérique, Milad Doueihi, titulaire de la chaire d’humanisme numérique (Labex OBVIL), université de Paris IV-Sorbonne/chaire sur les cultures numériques, université Laval (Canada)

10h15 Le patrimoine nativement numérique : enjeux de gouvernance, de recherche et de valorisation, Valérie Schafer, chargée de recherche CNRS (Institut des sciences de la communication), responsable du pôle Trajectoires du numérique

11h A-t-on le droit de réutiliser les données culturelles publiques ?, Anne-Laure Stérin, juriste, chargée de cours à l’université Paris 1 -Panthéon Sorbonne.

11h45 Enjeux et pratiques éthiques pour la diffusion des archives orales dans une phonothèque de recherche, Véronique Ginouvès (visioconférence), responsable de la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (CNRS/Aix-Marseille université)

12h30 Déjeuner

14h Session 3 – Projets et retours d’expériences (table-ronde) Présidente de séance : Florence Pizzorni, conservateur en chef, inspection générale des Musées de France, direction générale des patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication) – Jean-Pierre Dalbera, chef de la mission recherche et technologie du ministère de la Culture et de la Communication de 1989 à 2004, expert, Sylvaine Leblond-Martin, musicologue, docteure en sciences de l’information et de la communication, Renan Mouren, chercheur en sciences de l’information et de la communication, chaire Unesco ITEN (Information, Transmission, Édition Numériques), université de Paris VIII/Fondation Maison des sciences de l’Homme : Enjeux et spécificités de la médiation numérique – Elisabeth de Pablo, ingénieure d’études, Fondation Maison des sciences de l’Homme, responsable éditoriale du programme Archives audiovisuelles de la recherche : « Patrimoine culturel immatériel andin », un exemple de portail audiovisuel consacré au patrimoine vivant (à confirmer) – Charles Quimbert, directeur, Bretagne Culture Diversité : Création d’un web documentaire participatif sur le fest-noz – Nolwenn Blanchard, chargée de l’audiovisuel et des ressources, CFPCI, et Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI : Valoriser les archives de la Maison des Cultures du Monde : expositions virtuelles du projet “performing arts” (Institut culturel de Google)

16h15 Conclusions, Marta Severo

Ouvert au public sur inscription (indispensable) : info@cfpci.fr

Comité d’organisation Séverine Cachat, CFPCI Alexandre Quéré, université de Rennes II/CFPCI Marta Severo, laboratoire Geriico, université de Lille III Christian Hottin, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique, direction générale des Patrimoines, ministère de la Culture

Contacts severine.cachat-at-cfpci.fr ; marta.severo-at-univ-lille3.fr

Lieu Centre français du patrimoine culturel immatériel Maison des Cultures du Monde Prieuré des Bénédictins 2 rue des Bénédictins – 35500 Vitré Tél. : +33 (0)2 99 75 48 92 info@cfpci.fr

 

Crédits photographiques de l’image à la une : 2007 Powwow, photographie de Walter Larrimore, archives du Smithsonian Institution, pas de restriction de droits connues.

  1. Le centre français du patrimoine culturel immatériel (PCI) – Maison des Cultures du Monde – Vitré (35)  organise ce séminaire en collaboration avec le laboratoire Geriico (université de Lille III) avec le soutien de la direction générale des Patrimoines, département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (ministère de la Culture et de la Communication) ; l’université nationale de Chonbuk (république de Corée) et la chaire Unesco ITEN (université de Paris VIII) sont également partenaires []

L’équipe de la phonothèque aux Frédoc 2015 !

Tous les deux ans sont organisées les FRéDoc, des journées d’action nationale de formation Renatis (Réseau National des Professionnels de l’Information Scientifique et Technique, CNRS). Cette année elles se tiendront du  29 septembre au 2 octobre 2015 près de Lyon, au même moment que la conférence internationale de IASA (International association of sound and audiovisual archives) qui, elle, se tiendra à Paris, du 27 septembre au 1er octobre 2015 dont nous aurons l’occasion de reparler dans les carnets.

La thématique sélectionnée par les FRédoc cette année est un sujet porteur, bousculé par le numérique, celui du changement dans les métiers de l’information scientifique et technique présenté sous le titre “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions d’IST”. Deux phonothèque ont été sollicités, celle du CRESSON et de la phonothèque de la MMSh, pour présenter les mutations perçues dans un métier où la veille d’information et l’adaptation aux nouvelles  technologies, doit être constante pour continuer à organiser les données recueillies. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de noter que les deux centre d’archives ont été créés par des chercheurs en sciences humaines et sociales à la même date, 1979. Depuis, le numérique a supplanté l’analogique, les bobines sonores, DAT, minidisc ou cassettes ont été copiés sur des cédés, des cédéroms, des disques durs puis des serveurs. Les archives sonores sont sorties de leurs boîtes où elles étaient bien rangées pour être écoutées en ligne, diffusées à travers différents outils. Les voix des anonymes, qui étaient loin d’imaginer que le monde pourrait les écouter, se font aujourd’hui entendre sur différentes plateforme. Les archivistes ont dû endosser la responsabilité des questions juridiques et éthiques de cette dissémination. La société civile a désormais accès aux données créés par le monde académique dont les données jusqu’ici étaient inaccessibles. L’équipe de la phonothèque de la MMSH avait d’ailleurs participé à l’organisation en 2009 des FRédoc à Fréjus sur la question du protocole OAI-PMH. La formation a été bénfique puisqu’aujourd’hui Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH est moissonnée par Europeana et Isidore. Soyons sûrs que cette 9ème édition sera tout aussi profitable. Les équipes du CRESSON (Françoise Acquier) et de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) interviendront à la fois en conférence plénière et au cours d’un atelier pratique.

Résumé de la conférence plénière conjointe CRESSON / Phonothèque de la MMSH :  “Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire”
L’accès aux données de la recherche est aujourd’hui au coeur des métiers de l’IST au CNRS. Depuis la fin des années 1970 deux laboratoires de recherche se préoccupent de l’archivage des données enregistrées sur le terrain : la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences et de l’Homme à Aix-en-Provence et le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain à Grenoble. L’intervention a pour objectif présenter comment le métier de phonothécaire se redéfinit autour de nouvelles pratiques : la contextualisation des archives, l’exigence des formats des données, leur interopérabilité, leur archivage à long terme, leur éditorialisation sur des Carnets de la plateforme Hypothèses, la mise en oeuvre de guide de bonnes pratiques alliant éthique et droit. Les archives sonores participent ainsi pleinement de l’essor des “digitals humanities”.

Résumé de la présentation de l’atelier conjoint CRESSON / Phonothèque de la MMSH : “De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores”
Les stagiaires, mis en situation à partir de l’écoute de plusieurs enregistrements sonores, devront résoudre les questions méthodologiques rencontrées par le traitement et la diffusion de ce type de données : comment décrire une enquête de terrain ? Quels formats utiliser pour la conservation et la diffusion ? Peut-on mettre à disposition la totalité de l’enquête ? Comment valoriser ce contenu sur d’autres plateformes (Isidore, Calames, Europeana) ? Comment utiliser les services d’Human-Num ? Le contenu de l’atelier sera restitué par l’écriture collective d’un billet publié sur Les carnets de la phonothèque.

Programme des FRédoc 2015 (en cours)

Mardi 29 septembre : Introduction aux évolutions et besoins de la recherche
13h45-14h00 Allocution de bienvenue, comité d’organisation14h-14h30 Ouverture des journées, Renaud Fabre (DIST CNRS)
14h30-15h30 Quelles évolutions pour l’IST et ses métiers, Francis André (DIST CNRS)
15h30-16h : Pause
16h-17h30 Quels besoins pour les chercheurs de l’ESR (Enseignement Supérieur et la Recherche) ? Table ronde animée par Renaud Fabre (DIST-CNRS). Intervenants : Didier Torny (DAS INSHS), Benoît Pier (Chercheur et Corist INSIS), Caroline Muller (Doctorante en histoire, LARHRA)
17h30-18h15 L’élaboration de la prospective d’emploi au CNRS. Béatrice Simpson (OMES CNRS)

Mercredi 30 septembre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h-10h10 Mieux partager l’information scientifique : retours sur l’enquête sur les besoins d’IST des unités de recherche, réalisée auprès des DU du CNRS et sur l’enquête personnels IST, Francis André et Joanna Janik (DIST CNRS)
10h10-10h55 Hier : documentaliste en IST / demain : chargée d’enseignement en ligne pour la réalisation de Mooc : quel chemin parcouru ? Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
10h55-11h10 : Pause
11h10-11h55 Intervention thème “Big Data” (titre à préciser), Jean-Michel Salaün (ENS Lyon)
11h55-12h40 Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire, Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH, Aix en Provence, MMSH)

Ateliers et table ronde 14h30-16h00 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Comment mettre en place un MOOC? Quelles sont les étapes du projet ? Comment accompagner les scientifiques ? A vous de jouer… Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
Atelier 2 : Produire, traiter, analyser, documenter : les bases de données d’enquête en SHS dans tous leurs états. Viviane Le Haye (Sociologue CNRS)
Atelier 3 : De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores. Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH Aix en Provence)

16h30-17h30 Instances, organismes et processus de formation : Table ronde animée par Jean-Michel Salaün (ENS Lyon) Intervenants : Jean-Philippe Accart (EHL, Lausanne), Claire Denecker (URFIST Lyon), Paolo Laï (INIST), Michel Roland (URFIST Nice, BSN9), intervenant Enssib à préciser
17h30-18h30 Présentation de la synthèse sur l’accompagnement aux chercheurs dans le cadre d‘une réflexion commune inter-réseau. Caroline Martin (ISTREA), Huguette Rigot (Inalco)

Jeudi 1er octobre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h00-9h45 2010-2015 – 5 années pour changer l’INIST, par Raymond Bérard. Accompagnement au changement : l’immersion. Retour d’expérience, par Dominique Lechaudel (INIST CNRS)
10h00-10h45 Vers la gestion et le partage des données de la recherche : chercheurs et documentalistes scientifiques des évolutions parallèles. Thierry Beguiristain (LIEC), Marie-Christine Jacquemot (INIST-CNRS)
10h45-11h15 : Pause
11h15-12h00 Communication scientifique et community management dans un institut du CNRS (#CST & #CM @INC_CNRS), Jonathan Rangapanaiken (Institut de Chimie, CNRS) 12h00-12h45 Le pôle Edition Scientifique d’Inria : évolution et nouveau périmètre pour un professionnel de l’IST, Gaëlle Riverieux (INRIA Grenoble).

Ateliers et évènement social
14h00-15h30 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Accompagnement CNRS et autres tutelles dans la communication : comment articuler son activité de professionnel de l’IST ?, Sébastien Buthion (CNRS, Délégation Régionale Rhône-Auvergne)
Atelier 2 : Accompagner les chercheurs : 5 tutoriels à votre disposition pour la rédaction d’un Plan de Gestions des Données dans le cadre d’Horizon 2020, Yvette Lafosse, Françoise Cosserat (INIST-CNRS)
Atelier 3 : Focus sur le lancement d’une épi-revue et l’accompagnement de l’équipe éditoriale, Gaëlle Riverieux (INRIA, Grenoble)
15h30 – 16h Temps de rencontre et d’échanges professionnels : Arrêt sur posters.

A partir de 16h30 : visite musée des Confluences Lyon.

Un appel à poster en direction des participants des journées a été lancé.

Crédits photographiques : Un changement de domicile / A change of domicile. Image Description from historic lecture booklet: “This is somewhat different from moving day of an American family, with a van piled high with household goods. In this instance change of homes is not so inconvenient ” 1915. Oregon State University (OSU) archives. Pas de restrictions de droit connues.

Appel à communications : médiation des mémoires en ligne

Médiation des mémoires en ligne
Appel à communications sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson
Intention de soumission : 30 septembre 2015

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014).

Le web permet ainsi de repérer des formats et des usages amateurs du souvenir individuel et de la mémoire sociale (Roussiau, 2002) qui restaient auparavant difficiles à identifier. Les films de famille et les vidéos privées circulaient, en effet, dans des cercles restreints. Mais, l’avènement de l’époque du numérique, a également eu un effet sur d’autres acteurs du champ mémoriel. Ainsi, les groupes de mémoires se sont approprié le web pour diffuser des capsules audiovisuelles afin de valoriser leurs points de vue. Jean-Barthélémi Debost a, par exemple, recensé près de deux cents actions de terrain se référant à la mémoire du quartier, de la ville, à l’identité collective, aux racines et à l’intégration. Les institutions (archives, musées, bibliothèques ou centres de ressources de collectivités locales) lancent, elles, des collectes de documents privés qu’elles numérisent1, en faisant parfois appel, pour cela, à la mémoire des collectionneurs et des internautes (Gellereau 2012, Casemajor-Loustau, 2011).

Des interfaces web, conçues par des professionnels ou des amateurs, ont vu le jour pour valoriser ces productions. Il s’agit parfois d’une simple diffusion sur un site d’hébergement, de blogs, de wikis, ou de conceptions spécifiques : des entrepôts d’archives ouvertes, des expositions virtuelles, des cartographies temporelles, des frises chronologiques ou encore des documentaires interactifs ou des œuvres numériques. Nous proposons de nommer ces formats émergents et hétérogènes des modes de médiation des mémoires en ligne. Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéresserons particulièrement à ceux qui placent des images animées ou des sons en leur centre. Cependant, c’est bien l’articulation entre images animées et d’autres types de contenus (métadonnées écrites, annotations, enregistrements sonores, images fixes, animations, textes, etc.) qui sera questionné. En effet, sur le web les captations audiovisuelles de la mémoire ne sont plus considérées de manière isolées (comme lors de leur diffusion en salle ou à la télévision), mais dans un environnement médiatique pluriel ménageant des approches contributives ou interactives. A ce titre, les types d’articulation entre images animées et fichiers sonores sont particulièrement intéressants à scruter.

Les problématiques en jeu sont anciennes. Elles ont à voir avec la médiation de la parole et remontent ainsi, au moins, aux premières tentatives d’enregistrement de la voix sur un support médiatique par des chercheurs en sciences humaines durant le second dix-neuvième siècle. Elles sont ainsi liées à l’émergence de l’histoire orale (Descamps, 2005) et à l’histoire de l’oralité (Zumthor, 2008), voire de l’auralité. Ces problématiques renvoient aussi à la captation du mouvement. Elles sont en cela contemporaines des débuts du cinéma, puis, plus tard, du développement de l’anthropologie et de la sociologie visuelle (Maresca et Meyer, 2013 ou Chauvin et Reix, 2015). Elles ont également à voir avec les usages artistiques des ces captations filmées (intégration de celles-ci au théâtre et à l’art contemporaine, notamment, Jean Hurtsel et Armand Gatti) et à la figure de l’amateur (Odin, 1999). Enfin de tels objets interrogent la culture visuelle (Gunthert, 2014), la socio-sémiologie (Treleani, 2014), et plus largement les humanités numériques (Le Deuff, 2014).

Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive). Les contributions, transdisciplinaires, éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est-ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est-ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est-ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité.

Axes de propositions possibles (liste non exhaustive)

Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur :

  • Des dispositifs socio-techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs).
  • Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés.
  • Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web.
  • Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire.
  • Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.

Comité de lecture du numéro

Calendrier

Intention de soumission :                                                       25/09/2015
Notification aux auteurs :                                                      10/10/2015
Date limite de soumission :                                                   20/12/2015
Date de notification d’acceptation aux auteurs :      1/02/2015
Date de la version finale :                                                       15/03/2016
Remise éditeur :                                                                            avril 2016
Parution du numéro spécial :                                                juin 2016

Recommandations aux auteurs

  • Les intentions de soumission (6000 caractères, espaces compris, plan et références bibliographiques non compris) sont à envoyer à Claire Scopsi : scopsi@cnam.fr avant le 25/09/2015. Elles doivent comporter prénom et nom, institution d’attache, adresse électronique, titre de l’article, 3 à 5 mots clefs. Elles seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

Les articles font entre 20 à 25 pages (50 000 signes environ, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris). Ils sont acceptés en français . Les soumissions seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

  • les versions finales seront acceptées au format word.

Les soumissions seront évaluées en double aveugle.

Contact
Claire Scopsi (Maitre de Conférences, Dicen-Idf CNAM Paris) :claire.scopsi@cnam.fr
Rémy Besson (Postdoctorant à l’Université de Montréal):remybesson@gmail.com

Bibliographie indicative

Boyd, Douglas A. et Mary Larson (éd.), Oral history and digital humanities, New York, Palgrave Macmillan, 2014.

Casemajor Loustau, Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication. Langages, information, médiations, 36, 2011, pp. 39–52.

Chauvin, Pierre-Marie, and Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles. Histoire et pistes de recherche », L’Année sociologique, 65 (1), 2015, pp. 15–41.

Debost, Jean Barthélemi, Répertoire Analytique Des Actions de Terrain Travaillant L’histoire et/ou La Mémoire de Populations et/ou de Territoires, Association l’Entre Deux, 2003.

Descamps, Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : De la constitution de la source orale à son exploitation, Vincennes: Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005, URL : http://books.openedition.org/igpde/104

Gellereau, Michèle, « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : synthèse des principaux résultats de l’étude TEMUSE 14-45 », TEMUSE 14-45. Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales, Médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale, septembre 2012, France, pp. 16-31, URL : http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401/document

Gunthert, André, « L’image conversationnelle », Etudes photographiques, 31, 2014, URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3387

Laurens, Stéphane et Roussiau, Nicolas, La mémoire sociale : identités et représentations sociales, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Le Deuff, Olivier (dir.), Le Temps des humanités digitales, Editions FYP, 2014.

Maresca, Sylvain et Meyer, Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Odin, Roger, « La Question de L’amateur », Communications, 68 (1), 1999, pp. 47–89.

Treleani, Matteo, Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Presses de l’Université de Montréal, 2014, URL : http://orbilu.uni.lu/handle/10993/20006

 

Crédits photographiques de l’image à la une : Ray Vaughan filming at a Movietone event in Circular Quay, Sydney This photograph depicts a group of men and a film crew on board SS SIERRA. The photograph was taken in August 1929 at Circular Quay during the welcoming and celebrations of the arrival of Australia’s first Movietone News truck. The man standing behind the camera is a Sydney cameraman, Ray Vaughan, who had just spent time at Fox Studios in the US. The man standing second from the right is William Szarka of Stanmore, who was the Director of Hoyts Theatre in about 1932.Photographer: Samuel J. Hood Studio Collection. Australian National Maritime Museum. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Voir par exemple l’opération « La Grande Collecte » menée par la mission du Centenaire, la Bibliothèque nationale de France et le réseau des Archives de France en 2013 et 2014, URL :http://www.lagrandecollecte.fr []

Questionner le monde : “Archives orales”

Dans le cadre du programme de recherche “Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales” sous la responsabilité de Christelle Rabier (maîtresse de conférence à l’EHESS Marseille) et avec elle, une matinée est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  le 1er juillet 2015, salle Paul-Albert Février de 10h à 13h, sur la question des archives orales :

Danielle Musset (ethnologue, directrice du Musée d’ethnologie de Salagon de 2000 à 2014) présentera les archives sonores de la phonothèque du musée1.

Hélène Claudot-Hawad (ethnologue) et Véronique Ginouvès (archiviste) reviendront sur une expérience commune : L’anthropologue et l’archiviste. Une enquête sur la lutherie2 à la phonothèque de la MMSH.

Crédits photographiques : photographie prise au cours d’une formation sur les archives sonores à la télévision et radio nationales tanzaniennes, septembre 2014 ; visuel réalisé par Christelle Rabier.

  1. Danielle Musset a présenté la phonothèque de Salagon dans le catalogue qui vient de paraître, actuellement diffusé au Musée dans le cadre de l’exposition “C’est quoi exactement un musée d’ethnologie ?“, voir pages 17 à 24. []
  2. En 1982, alors que le terrain saharien lui était interdit d’accès, Hélène Claudot-Hawad a mené une enquête auprès des luthiers de Mirecourt. En 2012, elle a déposé ses archives et travaillé avec l’équipe de la phonothèque à leur traitement et valorisation sous des formes multiples :  base de donnée, billets de blog, exposition, jusqu’à la publication d’un instrument de recherche publié aux PUP []

Atelier numérique en Méditerranée – Frontières, migrations, mobilités : programme

Cet atelier doctoral (ATED) s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes. il est organisé en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMES,IRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.


Programme de l’ATED, 22-26 juin 2015

Lundi 22  juin

8h30

– Accueil par Karima Dirèche, directrice de l’IRMC.

– Présentation des étudiants et des intervenants.

– Présentation du programme et de l’organisation des ateliers de publication

10h-11h45

Session 1 : Les humanités numériques : état des lieux,

conférences introductives :

– Maryline Crivello (Directrice de l’UMR Telemme) : Expériences de projets numériques en sciences humaines (articles électronique, colloques et séminaires)

– Delphine Cavallo (Responsable du pôle Information scientifique, Cléo) : Les digital humanities, renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs. Une expérience de plateforme de blogging scientifique

– Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, Huma-Num) : La politique du CNRS. La sauvegarde sur le long terme de la recherche

 

Discussion avec les doctorants.

11h45-12h : Pause

12h-14hAtelier de travail (1)

– Sophie Gebeil (UMR TELEMME – AMU) : Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web

– Mohamed Naimi (CERSS – Université de Rabat) : Printemps arabe et digital humanities. Cas du Maroc : de la constitution d’un “espace des mouvements sociaux”

20h30-22h – Soirée-Débat

Watch the Med  (17min), film réalisé par Charles Heller (Université Goldsmiths, Londres)

Mardi 23 juin

Session 2 : Les sources numériques en SHS, recherche et méthode

8h-9h – Discussion avec l’ensemble des participants sur la journée précédente

9h-11h45 Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, TGIR Human-Num) La recherche d’information à l’heure du web sémantique : enjeux, méthodes et outils

11h45-12h : Pause

12h-14h Atelier de travail (2)

– Célia Lamblin (LabexMed – AMU) : L’usage du numérique dans l’étude du numérique du phénomène des migrations égyptiennes en France

– Hicham Jamid (Université d’Agadir – LEMASE) : Le transnationalisme des migrants marocains hautemement qualifiés. Une preuve par le Web.

20h30-21h30 – Soirée-Edition

Atelier publication sur le carnet du Pôle image – son, pratiques numériques avec Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH).

Mercredi 24 juin

8h-9h – Séance de restitution collective

9h-12hAtelier de travail (3)

– Sabrina Melouah (Université d’Annaba) : Créativité langagière chez les utilisateurs algériens de la messagerie instantanée sur Facebook.

– David Lagarde (LISST-CIEU Université de Toulouse 2) : Dynamiques et réseaux de l’installation des réfugiés syriens en Jordanie.

– Alain Zind (Université Paris 8) : La représentation du conflit irakien (2003-2010)  par ses acteurs. La question du numérique.

12h-12h15 : Pause

Session 3 : Migrations connectées

12h15-14h :  Sociologie numérique des migrations Dana Diminescu (Ecole d’Ingénieur Télécom Paritec)

20h30-22hSoirée-Documentaire

God Went Surfing with the Devil d’Alexander Klein (2011), film réalisé et présenté par Samuel Jaquesson (Association Surfer pour la paix) et discussion avec les participants

Jeudi 25 juin

8h-9h –  Séance de restitution collective

9h-12h :  Atelier de travail (3)

– Marion Breteau (IDEMEC – AMU) : Usages des NTIC et contours de l’intimité chez la jeunesse omanaise.

– Ahmad Abdoul-Malik (LEST – AMU) :  Les migrations internationales à l’ère du numérique. Les usages du numérique dans l’organisation d’activités de commerce transnational.

– Eya Jrad (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) : La sécurité des frontières en Afrique du Nord.

12h-12h15 : Pause

Session 4: Frontières, art et numérique

12h15-14h : Cédric Parizot A Crossing Industry : un jeu vidéo sur les borderscapes israélo-palestiniens

Visite organisée par l’’IRMC de la Medina de Tunis

Vendredi 26 juin

Session 5 : Publier sa recherche : l’expérience des carnets


8h-12h

Conférence de Kmar Bendana, Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC), auteure du carnet Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine http://hctc.hypotheses.org

Atelier- Edition sur les carnets du Pôle, animé par Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès  (USR 3125 – MMSH)

12h-12h15 : Pause

12h15-13h : Présentation des différents billets par les doctorants.

 13h-14h : Bilan de l’atelier doctoral et conclusions

Crédits photographiques : page à la une extraiteSidi-Bou-Saïd vers 1906, photographie extraite de l’ouvrage de Norma Lorimer, page 372 : “By the waters of Carthage”, domaine public.

Collaboration fructueuse entre le Museon Arlaten et la phonothèque de la MMSH

L’assemblée départementale a renouvelé en mai 2015 la convention de collaboration qui liait le Museon Arlaten à la phonothèque de la MMSH depuis novembre 2010. Le partenariat entre ces deux institutions a pour but de favoriser la collecte d’archives sonores, en utilisant au mieux leurs points forts dans les domaines de la conservation, de la documentation et de la valorisation. Ainsi depuis 2009, le Museon Arlaten dépose une partie de ses fonds sonores à la phonothèque, ce qui conforte leur conservation et améliore leur diffusion. En effet, depuis de nombreuses années, le Museon Arlaten mène des enquêtes de terrain enregistrées ou filmées et ses axes de collecte intéressent les chercheurs de la MMSH de près : traditions orales, fêtes, élevage, monde industriel, Rhône, identité linguistique et culturelle, recueil de mémoire, techniques et savoir-faire, ethnomusicologie… et bien entendu, la question du Pays d’Arles. Désormais, la Phonothèque, grâce à cette nouvelle convention, pourra – dans un accord commun – déposer des fonds d’objets et de documents au Museon Arlaten.

affiche danse Lancelot

Comme en témoigne ce bref article paru ce mois-ci dans le programme du Museon Arlaten (juillet-octobre 2015) cette collaboration est aussi l’occasion pour l’équipe du musée de réfléchir à des problématiques spécifiques à laquelle la phonothèque de la MMSH est attachée : la conservation des fichiers numériques sur le long terme, les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données, la mise en valeur d’archives de la recherche ou l’Open Data.

Crédits photographiques : image à la une, carte postale “Art chorégraphique du Mourillon, Toulon. Société mixte de danse, d’éducation physique et morale. Danso e Jue de Prouvènço. Lei ciéuclo vau dei Triho. Gént simulacro de l’autouno”. Affiche pour une soirée de bienfaisance organisée aux Salins-de-Giraud en 1909. Fonds Francine Lancelot, MMSH, domaine public.