Tous les articles par Véronique Ginouvès

Appel à communications : médiation des mémoires en ligne

Médiation des mémoires en ligne
Appel à communications sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson
Intention de soumission : 30 septembre 2015

Depuis dix ans, l’ouverture de sites d’hébergement vidéo, tels que Youtube ou Dailymotion, donne une visibilité nouvelle aux entretiens filmés avec des acteurs et des témoins de l’histoire. De plus, d’autres formats audio-visuels : journaux intimes, parcours sonores, lettres filmées, expositions virtuelles d’objets ou de documents numérisés, ont émergé. Leur production est, en partie, rendue possible par la progressive démocratisation des outils de captation vidéo (caméras numériques, téléphones portables, tablettes, etc.) et des logiciels de montage (parfois fournis lors de l’achat du matériel). Ces technologies rendent, en effet, accessibles au plus grand nombre, dans un quasi continuum, l’opération de collecte d’images animées et de son, ainsi que leur valorisation en ligne. Traditionnellement produites par des institutions liées au patrimoine elles émanent aussi de plus en plus souvent de particuliers, d’associations d’amateurs ou de communautés (Boyd et Larson, 2014).

Le web permet ainsi de repérer des formats et des usages amateurs du souvenir individuel et de la mémoire sociale (Roussiau, 2002) qui restaient auparavant difficiles à identifier. Les films de famille et les vidéos privées circulaient, en effet, dans des cercles restreints. Mais, l’avènement de l’époque du numérique, a également eu un effet sur d’autres acteurs du champ mémoriel. Ainsi, les groupes de mémoires se sont approprié le web pour diffuser des capsules audiovisuelles afin de valoriser leurs points de vue. Jean-Barthélémi Debost a, par exemple, recensé près de deux cents actions de terrain se référant à la mémoire du quartier, de la ville, à l’identité collective, aux racines et à l’intégration. Les institutions (archives, musées, bibliothèques ou centres de ressources de collectivités locales) lancent, elles, des collectes de documents privés qu’elles numérisent1, en faisant parfois appel, pour cela, à la mémoire des collectionneurs et des internautes (Gellereau 2012, Casemajor-Loustau, 2011).

Des interfaces web, conçues par des professionnels ou des amateurs, ont vu le jour pour valoriser ces productions. Il s’agit parfois d’une simple diffusion sur un site d’hébergement, de blogs, de wikis, ou de conceptions spécifiques : des entrepôts d’archives ouvertes, des expositions virtuelles, des cartographies temporelles, des frises chronologiques ou encore des documentaires interactifs ou des œuvres numériques. Nous proposons de nommer ces formats émergents et hétérogènes des modes de médiation des mémoires en ligne. Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéresserons particulièrement à ceux qui placent des images animées ou des sons en leur centre. Cependant, c’est bien l’articulation entre images animées et d’autres types de contenus (métadonnées écrites, annotations, enregistrements sonores, images fixes, animations, textes, etc.) qui sera questionné. En effet, sur le web les captations audiovisuelles de la mémoire ne sont plus considérées de manière isolées (comme lors de leur diffusion en salle ou à la télévision), mais dans un environnement médiatique pluriel ménageant des approches contributives ou interactives. A ce titre, les types d’articulation entre images animées et fichiers sonores sont particulièrement intéressants à scruter.

Les problématiques en jeu sont anciennes. Elles ont à voir avec la médiation de la parole et remontent ainsi, au moins, aux premières tentatives d’enregistrement de la voix sur un support médiatique par des chercheurs en sciences humaines durant le second dix-neuvième siècle. Elles sont ainsi liées à l’émergence de l’histoire orale (Descamps, 2005) et à l’histoire de l’oralité (Zumthor, 2008), voire de l’auralité. Ces problématiques renvoient aussi à la captation du mouvement. Elles sont en cela contemporaines des débuts du cinéma, puis, plus tard, du développement de l’anthropologie et de la sociologie visuelle (Maresca et Meyer, 2013 ou Chauvin et Reix, 2015). Elles ont également à voir avec les usages artistiques des ces captations filmées (intégration de celles-ci au théâtre et à l’art contemporaine, notamment, Jean Hurtsel et Armand Gatti) et à la figure de l’amateur (Odin, 1999). Enfin de tels objets interrogent la culture visuelle (Gunthert, 2014), la socio-sémiologie (Treleani, 2014), et plus largement les humanités numériques (Le Deuff, 2014).

Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive). Les contributions, transdisciplinaires, éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est-ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est-ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est-ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité.

Axes de propositions possibles (liste non exhaustive)

Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur :

  • Des dispositifs socio-techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs).
  • Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés.
  • Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web.
  • Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire.
  • Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.

Comité de lecture du numéro

Calendrier

Intention de soumission :                                                       25/09/2015
Notification aux auteurs :                                                      10/10/2015
Date limite de soumission :                                                   20/12/2015
Date de notification d’acceptation aux auteurs :      1/02/2015
Date de la version finale :                                                       15/03/2016
Remise éditeur :                                                                            avril 2016
Parution du numéro spécial :                                                juin 2016

Recommandations aux auteurs

  • Les intentions de soumission (6000 caractères, espaces compris, plan et références bibliographiques non compris) sont à envoyer à Claire Scopsi : scopsi@cnam.fr avant le 25/09/2015. Elles doivent comporter prénom et nom, institution d’attache, adresse électronique, titre de l’article, 3 à 5 mots clefs. Elles seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

Les articles font entre 20 à 25 pages (50 000 signes environ, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris). Ils sont acceptés en français . Les soumissions seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

  • les versions finales seront acceptées au format word.

Les soumissions seront évaluées en double aveugle.

Contact
Claire Scopsi (Maitre de Conférences, Dicen-Idf CNAM Paris) :claire.scopsi@cnam.fr
Rémy Besson (Postdoctorant à l’Université de Montréal):remybesson@gmail.com

Bibliographie indicative

Boyd, Douglas A. et Mary Larson (éd.), Oral history and digital humanities, New York, Palgrave Macmillan, 2014.

Casemajor Loustau, Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication. Langages, information, médiations, 36, 2011, pp. 39–52.

Chauvin, Pierre-Marie, and Fabien Reix (dir.), « Sociologies visuelles. Histoire et pistes de recherche », L’Année sociologique, 65 (1), 2015, pp. 15–41.

Debost, Jean Barthélemi, Répertoire Analytique Des Actions de Terrain Travaillant L’histoire et/ou La Mémoire de Populations et/ou de Territoires, Association l’Entre Deux, 2003.

Descamps, Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone : De la constitution de la source orale à son exploitation, Vincennes: Institut de la gestion publique et du développement économique, 2005, URL : http://books.openedition.org/igpde/104

Gellereau, Michèle, « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales : synthèse des principaux résultats de l’étude TEMUSE 14-45 », TEMUSE 14-45. Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d’objets des deux Guerres mondiales, Médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale, septembre 2012, France, pp. 16-31, URL : http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401/document

Gunthert, André, « L’image conversationnelle », Etudes photographiques, 31, 2014, URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3387

Laurens, Stéphane et Roussiau, Nicolas, La mémoire sociale : identités et représentations sociales, Presses universitaires de Rennes, 2002.

Le Deuff, Olivier (dir.), Le Temps des humanités digitales, Editions FYP, 2014.

Maresca, Sylvain et Meyer, Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Odin, Roger, « La Question de L’amateur », Communications, 68 (1), 1999, pp. 47–89.

Treleani, Matteo, Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Presses de l’Université de Montréal, 2014, URL : http://orbilu.uni.lu/handle/10993/20006

 

Crédits photographiques de l’image à la une : Ray Vaughan filming at a Movietone event in Circular Quay, Sydney This photograph depicts a group of men and a film crew on board SS SIERRA. The photograph was taken in August 1929 at Circular Quay during the welcoming and celebrations of the arrival of Australia’s first Movietone News truck. The man standing behind the camera is a Sydney cameraman, Ray Vaughan, who had just spent time at Fox Studios in the US. The man standing second from the right is William Szarka of Stanmore, who was the Director of Hoyts Theatre in about 1932.Photographer: Samuel J. Hood Studio Collection. Australian National Maritime Museum. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Voir par exemple l’opération « La Grande Collecte » menée par la mission du Centenaire, la Bibliothèque nationale de France et le réseau des Archives de France en 2013 et 2014, URL :http://www.lagrandecollecte.fr []

Questionner le monde : “Archives orales”

Dans le cadre du programme de recherche “Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales” sous la responsabilité de Christelle Rabier (maîtresse de conférence à l’EHESS Marseille) et avec elle, une matinée est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  le 1er juillet 2015, salle Paul-Albert Février de 10h à 13h, sur la question des archives orales :

Danielle Musset (ethnologue, directrice du Musée d’ethnologie de Salagon de 2000 à 2014) présentera les archives sonores de la phonothèque du musée1.

Hélène Claudot-Hawad (ethnologue) et Véronique Ginouvès (archiviste) reviendront sur une expérience commune : L’anthropologue et l’archiviste. Une enquête sur la lutherie2 à la phonothèque de la MMSH.

Crédits photographiques : photographie prise au cours d’une formation sur les archives sonores à la télévision et radio nationales tanzaniennes, septembre 2014 ; visuel réalisé par Christelle Rabier.

  1. Danielle Musset a présenté la phonothèque de Salagon dans le catalogue qui vient de paraître, actuellement diffusé au Musée dans le cadre de l’exposition “C’est quoi exactement un musée d’ethnologie ?“, voir pages 17 à 24. []
  2. En 1982, alors que le terrain saharien lui était interdit d’accès, Hélène Claudot-Hawad a mené une enquête auprès des luthiers de Mirecourt. En 2012, elle a déposé ses archives et travaillé avec l’équipe de la phonothèque à leur traitement et valorisation sous des formes multiples :  base de donnée, billets de blog, exposition, jusqu’à la publication d’un instrument de recherche publié aux PUP []

Atelier numérique en Méditerranée – Frontières, migrations, mobilités : programme

Cet atelier doctoral (ATED) s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes. il est organisé en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMES,IRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.


Programme de l’ATED, 22-26 juin 2015

Lundi 22  juin

8h30

– Accueil par Karima Dirèche, directrice de l’IRMC.

– Présentation des étudiants et des intervenants.

– Présentation du programme et de l’organisation des ateliers de publication

10h-11h45

Session 1 : Les humanités numériques : état des lieux,

conférences introductives :

– Maryline Crivello (Directrice de l’UMR Telemme) : Expériences de projets numériques en sciences humaines (articles électronique, colloques et séminaires)

– Delphine Cavallo (Responsable du pôle Information scientifique, Cléo) : Les digital humanities, renouvellement des collaborations entre chercheurs et ingénieurs. Une expérience de plateforme de blogging scientifique

– Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, Huma-Num) : La politique du CNRS. La sauvegarde sur le long terme de la recherche

 

Discussion avec les doctorants.

11h45-12h : Pause

12h-14hAtelier de travail (1)

– Sophie Gebeil (UMR TELEMME – AMU) : Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web

– Mohamed Naimi (CERSS – Université de Rabat) : Printemps arabe et digital humanities. Cas du Maroc : de la constitution d’un “espace des mouvements sociaux”

20h30-22h – Soirée-Débat

Watch the Med  (17min), film réalisé par Charles Heller (Université Goldsmiths, Londres)

Mardi 23 juin

Session 2 : Les sources numériques en SHS, recherche et méthode

8h-9h – Discussion avec l’ensemble des participants sur la journée précédente

9h-11h45 Nicolas Larrousse (Ingénieur de recherche, TGIR Human-Num) La recherche d’information à l’heure du web sémantique : enjeux, méthodes et outils

11h45-12h : Pause

12h-14h Atelier de travail (2)

– Célia Lamblin (LabexMed – AMU) : L’usage du numérique dans l’étude du numérique du phénomène des migrations égyptiennes en France

– Hicham Jamid (Université d’Agadir – LEMASE) : Le transnationalisme des migrants marocains hautemement qualifiés. Une preuve par le Web.

20h30-21h30 – Soirée-Edition

Atelier publication sur le carnet du Pôle image – son, pratiques numériques avec Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH).

Mercredi 24 juin

8h-9h – Séance de restitution collective

9h-12hAtelier de travail (3)

– Sabrina Melouah (Université d’Annaba) : Créativité langagière chez les utilisateurs algériens de la messagerie instantanée sur Facebook.

– David Lagarde (LISST-CIEU Université de Toulouse 2) : Dynamiques et réseaux de l’installation des réfugiés syriens en Jordanie.

– Alain Zind (Université Paris 8) : La représentation du conflit irakien (2003-2010)  par ses acteurs. La question du numérique.

12h-12h15 : Pause

Session 3 : Migrations connectées

12h15-14h :  Sociologie numérique des migrations Dana Diminescu (Ecole d’Ingénieur Télécom Paritec)

20h30-22hSoirée-Documentaire

God Went Surfing with the Devil d’Alexander Klein (2011), film réalisé et présenté par Samuel Jaquesson (Association Surfer pour la paix) et discussion avec les participants

Jeudi 25 juin

8h-9h –  Séance de restitution collective

9h-12h :  Atelier de travail (3)

– Marion Breteau (IDEMEC – AMU) : Usages des NTIC et contours de l’intimité chez la jeunesse omanaise.

– Ahmad Abdoul-Malik (LEST – AMU) :  Les migrations internationales à l’ère du numérique. Les usages du numérique dans l’organisation d’activités de commerce transnational.

– Eya Jrad (Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis) : La sécurité des frontières en Afrique du Nord.

12h-12h15 : Pause

Session 4: Frontières, art et numérique

12h15-14h : Cédric Parizot A Crossing Industry : un jeu vidéo sur les borderscapes israélo-palestiniens

Visite organisée par l’’IRMC de la Medina de Tunis

Vendredi 26 juin

Session 5 : Publier sa recherche : l’expérience des carnets


8h-12h

Conférence de Kmar Bendana, Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine (ISHTC), auteure du carnet Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine http://hctc.hypotheses.org

Atelier- Edition sur les carnets du Pôle, animé par Delphine Cavallo (Cléo) et Véronique Ginouvès  (USR 3125 – MMSH)

12h-12h15 : Pause

12h15-13h : Présentation des différents billets par les doctorants.

 13h-14h : Bilan de l’atelier doctoral et conclusions

Crédits photographiques : page à la une extraiteSidi-Bou-Saïd vers 1906, photographie extraite de l’ouvrage de Norma Lorimer, page 372 : “By the waters of Carthage”, domaine public.

Collaboration fructueuse entre le Museon Arlaten et la phonothèque de la MMSH

L’assemblée départementale a renouvelé en mai 2015 la convention de collaboration qui liait le Museon Arlaten à la phonothèque de la MMSH depuis novembre 2010. Le partenariat entre ces deux institutions a pour but de favoriser la collecte d’archives sonores, en utilisant au mieux leurs points forts dans les domaines de la conservation, de la documentation et de la valorisation. Ainsi depuis 2009, le Museon Arlaten dépose une partie de ses fonds sonores à la phonothèque, ce qui conforte leur conservation et améliore leur diffusion. En effet, depuis de nombreuses années, le Museon Arlaten mène des enquêtes de terrain enregistrées ou filmées et ses axes de collecte intéressent les chercheurs de la MMSH de près : traditions orales, fêtes, élevage, monde industriel, Rhône, identité linguistique et culturelle, recueil de mémoire, techniques et savoir-faire, ethnomusicologie… et bien entendu, la question du Pays d’Arles. Désormais, la Phonothèque, grâce à cette nouvelle convention, pourra – dans un accord commun – déposer des fonds d’objets et de documents au Museon Arlaten.

affiche danse Lancelot

Comme en témoigne ce bref article paru ce mois-ci dans le programme du Museon Arlaten (juillet-octobre 2015) cette collaboration est aussi l’occasion pour l’équipe du musée de réfléchir à des problématiques spécifiques à laquelle la phonothèque de la MMSH est attachée : la conservation des fichiers numériques sur le long terme, les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données, la mise en valeur d’archives de la recherche ou l’Open Data.

Crédits photographiques : image à la une, carte postale “Art chorégraphique du Mourillon, Toulon. Société mixte de danse, d’éducation physique et morale. Danso e Jue de Prouvènço. Lei ciéuclo vau dei Triho. Gént simulacro de l’autouno”. Affiche pour une soirée de bienfaisance organisée aux Salins-de-Giraud en 1909. Fonds Francine Lancelot, MMSH, domaine public.

Inquiétude sur le devenir des plateformes numériques : adieu à Crevilles.org

Cette année aurait pu être celle des 10 ans de Crevilles.org. Mais elle sera celle de sa fermeture, sans que l’on puisse trouver d’information  sur la ou les raisons de cet arrêt. Une recherche attentive montre simplement qu’Archives.org a cessé de la repérer sur sa Wayback machine en mars 2015.

Si vous avez travaillé à un moment donné sur les études urbaines, vous avez peut-être bénéficié des ressources mises en avant sur ce portail qui rassemblait tous types d’informations disponibles en ligne sur le domaine : textes, images, sons, vidéos. Partagé entre actualités et ressources, le site moissonnait également les publications récentes comme les textes classiques publiés dans ce champ de recherche et disponibles en texte intégral. Les documentalistes qui alimentaient le site, repéraient et sollicitaient les chercheurs dont les thèses sur le sujet était inaccessibles pour les numériser et les mettre en ligne1. Heureusement les inventeurs de Crevilles.org, sensibles à la question du libre accès, plaçaient toutes les numérisation sur HAL. Ainsi, les documents sont toujours accessibles sur la plateforme d’archives ouverte tandis que désormais, sur le site de Crevilles.org s’affiche ce message “Nous informons nos chers utilisateurs que la plate-forme continue à offrir des ressources, mais sans la partie actualité.”.

Le travail de fond sur l’actualité, le regroupement de données sur la thématique, la possibilité d’interroger de façon fine et avec des référentiels adéquats un sujet,  l’aboutissement des collaborations engagées… rien de tout cela ne subsiste. L’innovation technologique de Crevilles.org manquera également à la communauté scientifique : ce site est un des premiers portails thématiques a avoir connu cette ampleur. Conçu d’abord sur Joomla il a ensuite été transféré sur Omeka, un logiciel sur lequel nombre de projets sont développés aujourd’hui.

Pour les professionnels de l’information, il est surtout très inquiétant qu’un projet de cette envergure, qui recevait chaque mois quelques  8000 visiteurs , créé et financé par la recherche, l’université et soutenu par l’Europe et les collectivités locales2, puisse disparaître dans un si fracassant silence. Que cet outil, utile et utilisé, qui fournissait quelques 12 500 notices “Actualités” et 12 000 “Ressources”3 puisse disparaître du jour au lendemain n’augure rien de très bon pour la pérennité de nos projets numériques et nous donne une leçon sur la façon dont nous devons penser la longue durée. Aujourd’hui, ce billet veut garder une trace de ce projet et remercier  ceux qui l’ont créé. En ce début de 21ème siècle,  il a certainement inspiré plus d’un-e-s d’entre nous dans le monde de l’information.

La notice “Crevilles.org” sur la revue Aldébaran :  http://aldebaran.revues.org/6331

Ils utilisaient Crevilles.org (revue de presse très rapide, n’hésitez pas à me signaler d’autres billets à ajouter) :
Espace Temps
Ressources urbaines : un film réalisé par Crévilles.org (31 juillet 2008)
Le blog de la ville
Crévilles.org (20 mars 2008)
Le Cresson veille :
Photographies de villes en ligne (20 juillet 2009)
Les Carnets de la phonothèque :
Diffuser les données de la recherche en SHS : questions de droit et d’éthique (29 juin 2011)
Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics (3 juillet 2011)
La Maison des sciences de l’homme de Tours observe la ville pour nous (19 mars 2009)
Rumor :
Les développements de Crévilles (8 janvier 2010)
Océrisation de thèses en études urbaines (8 janvier 2010)

Crédits photographiques : Downtown Core Area of Portland, after 7 P.M. on November 2 1973, During the State’s Energy Crisis with Few Commercial and Neon Lighting Displays. This Photo Looks Toward the West with the Willamette River in the Foreground 11/1973. The U.S. National Archives. No known copyright restrictions.

  1. Plus de 1000 thèses avaient été repérées et mises en ligne en libre accès et en texte intégral depuis la création du projet []
  2. Le CNRS, l’université François Rabelais, la MSH Val de Loire, la région Centre et le programme FEDER étaient les principaux financeurs du site []
  3. Ces informations statistiques nous ont été fournies par courriel par Pascal Garret, créateur et gestionnaire du site, en juin 2015. []

Humanités numériques en Méditerranée : la Grèce

Afin de poursuivre son tour des Digital Humanities en Méditerranée le LabexMed organise cette année un atelier le 10 juin 2015 portant sur les Digital Humanities en Méditerranée : la Grèce. Nous accueillerons Amaryllis Raouzaiou, chercheure au laboratoire « Image, Video and Multimedia Systems » de l’ICCS-NTUA (Institute of Communication and Computer Systems – National Technical University of Athens) à la MMSH (Aix en Provence) de 14h à 17h. Ses recherches portent sur le domaine des interactions homme-machine à la synthèse de la reconnaissance des expressions et de la communication non verbale. Elle est reviewer dans des revues internationales et membre de la Technical Chamber of Greece. Depuis 2000 elle a participé à plusieurs projets nationaux et internationaux, notamment du réseau d’excellence Human-Machine Interaction Network on Emotion. Elle est également membre de l’AAAC – The Association for the Advancement of Affective Computing.

Son exposé portera principalement sur :

– La situation de la numérisation des archives de la Grèce dans les domaines scientifiques et culturels: musées, sites archéologiques, institutions culturelles, cinéma, bibliothèques, télévision, tourisme ;
– La participation de la Grèce au sein du portail culturel Europeana ;
– Les initiatives numériques en Grèce et en particulier l’intérêt croissant du grand public sur des projets commeMemoro, les groupes pour l’histoire des quartiers, le blogging ou encore les groupes facebook ;
– La formation au sein des universités et desinstituts de recherche grecs ;
– Les axes de recherche du laboratoire Image, Video and Intelligent Multimedia Systemsde ICCS-NTUA.

Cette intervention sera également l’occasion de présenter différentes initiatives développées en Grèce sur le web.

L’atelier est libre et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cadre de la formation :

Les Humanités Numériques –Digital Humanities – se sont structurées avec l’intensification des usages des technologies numériques à tous les niveaux de la recherche en sciences humaines et sociales. LabexMed a pour objectif de promouvoir les Digital Humanities et la diffusion de nouvelles pratiques collaboratives dans le domaine des SHS dans les pays de l’Europe et de la Méditerranée en favorisant une large appropriation des outils et des standards du numérique ;  de partager, de mettre en réseau et de rendre accessibles les ressources documentaires des laboratoires partenaires. Dans le cadre du pôle “Humanités numériques” de LabexMed et du pôle ”Image, son et pratiques numériques en sciences humaines et sociales” de la MMSH. Le programme des Ateliers du Numérique pour l’automne 2015 sera prochainement disponible sur le carnet de LabexMed.

Crédit photographiques : Parthenon from Southeast Collection, A. D. White Architectural Photographs, Cornell University Library Accession Number: 15/5/3090.00611, Photograph date: ca. 1865-ca. 1889, Materials: albumen print Image: 6.7323 x 8.8976 in.; 17.1 x 22.6 cm. No known copyright restrictions.

Voulez-vous parler l’arabe ? Ecoutez… et répétez…

Des lectrices de la médiathèque de Berre-l’étang ont mené avec une bibliothécaireu au sein de l’espace documentation un projet de méthode de langue et d’exercices de prononciation. Celui-ci peut s’avérer très intéressant pour ceux qui cherchent à apprendre une langue avec des expressions de chaque jour, plus utiles que les phrases habituelles des méthodes qui vous permettent certes de réserver des chambres d’hôtel mais pas vraiment de parler de vous.

Cette série d’exercices a été créé de toute pièce dans le cadre d’un atelier composé de femmes de toutes origines, engagées dans un programme d’insertion porté par l’association GDID à Berre-l’Étang1. Le thème présenté ici est celui de la rencontre et des présentations mais d’autres thématiques viendront (nous les ajouterons à ce billet) et d’autres langues sont à venir.

Les participantes à l’atelier ont choisi leurs thématiques, écrit leurs textes sous Libre Office, enregistré les fichiers son, utilisé Audacity pour le montage et chargé les fichiers sous Archive.org en choisissant leur licence Creative Commons (BY-NC-SA). La plupart d’entre elles n’avaient jamais utilisé un  ordinateur ni enregistré quoi que soit… Voilà un bel usage du son comme moyen pédagogique pour apprendre et transmettre !

Les personnes intéressées par le projet peuvent contacter Corinne Cassé à la Médiathèque de Berre – Espace documentation et Internet, 2, rue Lafayette, 13130 Berre l’étang.  Tél : 04.42.74.93.85

Crédits photographiques : Image from page 200 of Arabic grammar, paradigms, literature, exercises and glossary (1895), Internet Archive, domaine public.

  1. Créé en 2008, le groupement GDID est constitué de trois associations unies par le même projet associatif Centremploi, Proxim’Services-Famillemplois et PAIS. sur Berre. []

Le témoin à l’écran : approches comparées

Les 13 avril l’UMR TELEMME (Aix-Marseille Université – CNRS), l’UMR LARHRA (UMR 5190 CNRS), le Centre Ceisme (CIM Paris EA1484), la Phonothèque et le Pôle Image, son, pratiques du numérique de la MMSH, le programme de Post-graduaçao Communication et Culture de la Faculté de Communication de Salvador de Bahia, le groupe de recherche Images et sociabilité de l’Université du Minas Gerais (Grupos de Pesquisa em Imagem e Sociabilidade – Gris), le groupe Médias, Mémoire et Amnésie de l’Université de Rio de Janeiro organisent une journées d’étude sur le thème “Le témoin à l’écran : approches comparées”. Cette journées se tient dans le cadre du programme “Patrimoine, images-médias identités” (PIMI), financé dans le cadre d’un projet international de coopération scientifique (PICS) du CNRS. La journée du 13 avril est ouverte à tou.te.s et sera suivi d’une réunion de travail restreinte, le 14 avril, pour mettre en place l’organisation du projet.

Date :13 avril 2015

Lieu : salle Paul-Albert Février

Horaires : 9h-18h

Le témoin à l’écran : approches comparées, programme

9h Accueil par Maryline Crivello, directrice de l’UMR TELEMME

Présidence de séance Vera Regina França (Minas Gerais)

9h20 Evelyne Cohen (LARHRA) et Itania Gomes (UFBA-POSCOM) coordinatrices France-Brésil du programme PIMI
9 h30 Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS) et Anne-Marie Granet (LARHRA) Le témoin à l’écran. Questionnements et perspectives.

10 heures François Jost (CIM-CEISME) Pour une typologie du témoignage télévisuel

10h30-11 heures pause

Présidence de séance Maryline Crivello (TELEMME, AMU-CNRS)

11 heures Itania Maria Mota Gomes e Juliana Freire Gutmann (Universidade Federal da Bahia) « Le témoin oculaire de l’histoire” ou celui qui “vit les faits du dedans au dehors »? La construction du reporter-témoin à la télévision brésilienne

11 heures 30 Marie-France Chambat Houillon(CIM-CEISME) La sincérité du témoin

12h Discussion

12h30 Déjeuner

13 h45 Reprise

Présidence de séance François Jost

14 h Vera Regina França e Graziela Mello Vianna (Universidade Federal de Minas Gerais)
Témoignages dans les médias: pluralité des voix ou stratégie mercantile? 

14h35 Véronique Ginouvès (Phonothèque MMSH- USR 3125) European sounds : donner à entendre le patrimoine sonore européen 
15 h Ana Paula Goulart (Universidade Federal do Rio de Janeiro) e Igor Sacramento (Fundação Oswaldo Cruz/ Universidade Federal do Rio de Janeiro) Témoignages de la répression et de la résistance: les images de télévision du Brésil en 1968 

15h35-15h50 Pause

Présidence de séance Anne-Marie Granet Abisset

16 h Djamel Achour Responsable de l’association Anonymal TV La télé au coeur de la cité. Autour du film Jas de Bouffan, reflets d’une mémoire

16h30 Sophie Gebeil (TELEMME, AMU-CNRS) Mémoires locales à l’ère de l’internet : l’association AnonymalTV

http://www.anonymal.tv/ et extraits du film de D. Achour http://www.anonymal.tv/web-tv/emissions/les…/item/reflet-d-une-me-moire

17 h- 17 heures 45  Discussion sur les interventions de la journée .

 

N.B La traduction du brésilien au français sera assurée par Mariana de Souza Gomes (CEISME)

Information sur la journée en langue portugaise.

 

Programme de travail de la journée du 14 avril :

Axes du projet

Présidence de séance Marie-France Chambat Houillon
9 h30 Evelyne Cohen Rappel du programme déposé  PIMI
9h50 Isabelle Gaillard Dimensions économiques : l’émergence et l’essor d’un genre stratégique dans l’économie des chaînes de télévision privée française: la série (des années 1980 à aujourd’hui)
10h15-10h45 Discussion
1/ De l’archive audiovisuelle à sa constitution en patrimoine
2/ Programmes de télévision et genres médiatiques comparés
3/ Etudes des formes télévisuelles de mise en récit et de mise en scène du témoignage
4/ Proposition de formation doctorale : L’atelier numérique des savoirs en sciences humaines et sociales
10h45-11h15 Pause
Présidence de séance Itania Gomes
11h15-11h30 Géraldine Poels (Ina)
11h30- 12 h30  propositions sur les différents axes-Responsables par axes

Présidence de séance Evelyne Cohen
14 heures-17 heures  Calendrier et organisation de PIMI

 

Crédits photographiques de l’image “à la une” : Convair/General Dynamics Plant and Personnel Corporation – F-102/F-106, 1955-1969, San Diego Air and Space Museum Archive. Pas de restriction de droits connues.

Le son au travail

Six musées européens ont réuni leurs collections sonores et audiovisuelles pour créer un site qui nous fait entrer dans l’environnement sonore du travail. La carte est certes nordique puisque Travailler avec les son / Work With Sounds réunit les collections en Pologne du Museum of Municipal Engineering Krakow, en Slovénie du Technical museum of Slovenia, en Allemagne du LWL-Industriemuseum Dortmund, en Finlande Finnish Labour Museum Werstas Tampere, en Belgique du Musée bruxellois de l’industrie et du travail, appelé plus simplement La Fonderie et en Suède, du Museum of Work Norrköping… mais – comme pour le projet Flickr the Commons – peut-être que d’autres collections ne tarderont pas à s’ajouter, comme celles du CRESSON qui a déjà beaucoup travaillé sur ces questions.

Les enregistrements traversent les siècles depuis l’invention de l’enregistrement à nos jours et suit les travailleurs sur la terre, dans le ciel ou sur l’eau.  Tous les sons peuvent être téléchargés et réutilisés sous une licence Creatives Commons.

A écouter sur http://www.workwithsounds.eu

Crédits photographiques : Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 Original Caption: Subway Construction in Downtown Washington, D.C. Noise from Air Compressors and Jackhammers Can Cause Irreversible Hearing Loss. 07/1972 U.S. National Archives’ Local Identifier: 412-DA-2466. Pas de restrictions de droit connues.

Patrimoine culturel immatériel : jeux d’acteurs et questions de méthode

Les 16 et 17 avril 2015 se tiendront à la MMSH d’Aix-en-Provence deux journées sur les inventaires du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI). Ces rencontres, à la fois journées de réflexion et de formation, réuniront divers acteurs qui agissent autour de la valorisation du PCI. Ces journées sont les troisièmes organisée à la MMSH1 bâties sur ce modèle et concernant cette thématique.

Dans la continuité des travaux menés depuis 2008 sur les inventaires du patrimoine culturel immatériel, ces journées entendent mener une réflexion sur les jeux d’acteurs à l’œuvre et sur les questions de méthode posées par la réalisation de ces inventaires d’un type nouveau. Comment articuler les méthodes des inventaires traditionnels et les méthodes spécifiques de l’inventaire du PCI ? La spécificité du PCI rend-elle nécessaire l’élaboration de méthodes d’inventaires nouvelles ? Comment s’assurer de la participation des communautés et intéresser ces dernières à la médiation et à la valorisation du PCI ? Pour répondre à ces questions, ces journées d’étude et de formation souhaitent confronter des expériences d’acteurs qui participent à des démarches d’inventaire, et des interventions d’experts sur les méthodes de collecte et la construction des projets de patrimonialisation.

Jeudi 16 avril 2015 – Salle 10

Après-midi – Président de séance – discutant : Cyril Isnart (IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU)

14h00 : Ouverture des travaux par Dionigi Albera (directeur de l’IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et Introduction par Laurent Sébastien Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU)

14h30 : Médiations du patrimoine et élaboration d’une fiche d’inventaire. Le cas des fêtes de l’ours dans les Pyrénées par Claudie Voisenat (CNRS, IIAC-Lahic, Paris) et Christelle Nau (médiatrice du patrimoine à l’Office de tourisme de Prats-de-Mollo) – Présentation des méthodes de travail collaboratif mises en place avec les professionnels locaux de la médiation du patrimoine, pour l’élaboration de la fiche d’inventaire sur les fêtes de l’ours.

16h00 : Projets de patrimonialisation et méthodes participatives en Catalogne par Joan Reguant (coordinateur des projets culturels de la Fondation pour la Diète Méditerranéenne, Barcelone) – Pistes et propositions pour augmenter la participation des communautés aux démarches de patrimonialisation. Exemple d’un projet transfrontalier Espagne-Andorre-France (Brandons).

17h00 – 17h30 : Conclusions de la première journée par Christian Hottin (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Vendredi 17 avril 2015 – Salle 3

Matin :  Président de séance – discutant : L. S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307, CNRS-AMU) – 9h30, Introduction de la deuxième journée

10h00 – 12h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (1e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI avec Sylvie Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication), Jean-Jacques Casteret (INOC-Aquitaine, Pau), Patricia Heiniger-Casteret et Mélanie Larché (ITEM, Université de Pau), Séverine Cachat (CFPCI Vitré), Yann Leborgne, Chloé Bour et Séverine Le Guel (CRECET Normandie), Morgane Dallic (PNR Morbihan), Simone Tortoriello et Daniel Ortiz (association Ile du Monde), Luc Avot (Fédération Internationale des Trompes de France), Francesca Cominelli (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Lucie Saban (association Mémoire Vivante, Marie-Galante), Julie Léonard (Bretagne Culture et Diversité) –  Le forum s’inscrit dans la continuité des séminaires tenus depuis deux ans au MCC. Il réunit les équipes actuellement engagées en France dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI et permet de discuter régulièrement de l’avancée de l’inventaire en France et de poser un ensemble de questions méthodologiques.

Après-midi : Présidente de séance – discutante : V. Ginouvès (USR 3525 CNRS-MMSH)

14h00 – 16h00 : Table-ronde – Forum des inventaires (2e partie) : avec la participation des représentants d’équipes impliquées dans la réalisation de fiches d’inventaire du PCI – Reprise des débats et projet d’élaboration en commun d’un vademecum concernant les méthodologies des inventaires du PCI en France.

16h00 – 16h30 : Conclusions et perspective par L.S. Fournier (Université de Nantes et CNRS, IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU) et S. Grenet-Coye (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)

Ces journées sont organisées avec le soutien de l’IDEMEC (UMR 7307 – AMU/CNRS), de l’USR 3525, et du Ministère de la Culture et de la Communication.

Entrée libre, sur inscription auprès de Chloé Rosati-Marzetti : fiches.pci<at>gmail.com

 

Crédits photographiques : Image from page 278 of “Chess and playing cards” (1898), Culin, Stewart, 1858-1929 United States National Museum University of Pennsylvania. University Museum. Domaine public.

  1. Rappelons qu’à Aix-en-Provence deux journées se sont tenues en 2013 sur le thème Restituer les inventaires du PCI : expériences participatives et comparaisons internationales et en 2012 sur le thème Collecter le patrimoine immatériel : pratiques, usages, bricolage de l’inventaire. []