Archives pour la catégorie Image

Belle année sonore 2012 !

 

Crédits photographiques : Young smiling woman, holding a camera, photographie de Alvan S. Harper (1847-1911) prise entre 1885 et 1910. Plaque de verre de la collection de la bibliothèque et archives nationales de Floride. Permalien : www.floridamemory.com/items/show/129743 Pas de restrictions de droits connues.

Flickrland 2

Vue de la Corniche de Marseille

Ce billet est paru dans la revue Bibliothèque(s) sur le thème Nouveaux patrimoines (octobre 2010, n°52) sous le titre “Indexation collective des images et partage de collections patrimoniales en ligne, l’expérience de Flickr Commons”, dans le cadre de la rubrique Le billets des hybrides. Il est à mettre en liaison avec le billet publié sur le journal Telemme Infos n°45 de mai 2009, diffusé sur les Carnets de la phonothèque.

Le photochrome représente une route qui longe la mer, en pleine ville. Quelques maisons dominent la côte rocheuse, leurs façades sont claires. Pas très loin du bord de la côte, se devinent des îles à la roche blanche qui reflètent le soleil. Cette image dormait dans les collections de la Bibliothèque du Congrès, (Library of Congress, Loc) sans titre ni localisation, avec une date de prise de vue approximative et quelques informations sur sa technique de production. Sa diffusion sur le site Flickr Commons a suscité une douzaine de commentaires qui ont rapidement permis aux bibliothécaires de compléter leurs métadonnées. Les internautes ont repéré Marseille et sa corniche et, à l’aide d’annotations, appliquées directement sur l’image, précisé les toponymes.. En décidant d’utiliser un outil ancré dans les pratiques d’utilisateurs rodés au Web 2.0, les responsables des institutions participant à Flickr Commons ont ainsi réussi plusieurs défis dont certains ont de quoi faire rêver les conservateurs de bibliothèques : ouvrir leurs collections à un public immense et faire participer ce public à la documentation de leurs fonds.

L’aventure a commencé au sein d’une petite équipe du bureau des initiatives stratégiques de la Bibliothèque du Congrès alors à la recherche de nouvelles audiences et curieuse d’explorer les nouveaux usages de partage collaboratif du Web 2.0. Ils ont travaillé en collaboration avec le département de l’image de la Bibliothèque du Congrès qui commençait à se décourager du manque d’intérêt du public pour les millions d’images numérisées pourtant librement accessibles en ligne. Ils cherchaient un outil de diffusion qui puisse atteindre instantanément des millions de personnes et utilise les normes et les formats en usage pour la photographie1. L’équipe souhaitait aussi que le projet démarre rapidement. Flickr s’est imposé. Ce site web de partage de photographies et de vidéos2 identifié comme un pionnier du Web 2.0 était déjà utilisé par des millions d’amateurs et de professionnels de l’image à travers le monde. Le projet de Flickr Commons a été lancé le 16 janvier 2008 et aussitôt de grandes institutions à travers le monde y ont été associées pour que l’impact patrimonial puisse être démultiplié3.

Le seul défaut de Flickr était son système d’expression des droits développé en direction de photographes présentant leur oeuvres en ligne. Cela ne pouvait correspondre au statut juridique de documents conservés dans les bibliothèques, les centres d’archives ou les musées qui, la plupart du temps, ne détiennent pas eux-même la totalité des droits sur les images mises à disposition du public. La formule « Pas de restriction de droit connue » (No known copyright restriction)4 a ainsi été ajoutée.

Les objectifs étaient clairs. Il s’agissait de de mettre à la disposition d’internautes qui a priori ne connaissaient pas la LOC, une partie de ses collections d’images photographiques libres de droits. L’intérêt était aussi de faire bénéficier la bibliothèque des avantages des réseaux sociaux. L’entrée dans Flickr permettait d’atteindre de façon instantanée une communauté habituée au système de tags, de notes et de commentaires. En exploitant le puissant réseau social de Flickr l’idée était de faire travailler les foules en améliorant l’identification des images (sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing5) et de diffuser les collections bien au-delà des murs de la bibliothèque. Enfin, l’association à d’autres grands fonds patrimoniaux à travers le monde créait un vaste catalogue d’images inédit en permettant une interrogation mutualisée des collections. Le tout devait pouvoir se dérouler sans un investissement trop important en terme de financement comme de temps de travail.

Pour mettre en place le projet, la Bibliothèque du Congrès, en collaboration avec l’équipe de programmation de Flickr, a travaillé sur la structuration des différentes bases de données. Ils ont créé une méthode de dérivation automatique du catalogage des bibliothèques (format MARC) vers les champs de la base Flickr et associé les fichiers images à leur description. La capacité de téléchargement a également été portée à 1500 photographies. L’ensemble des informations technique est décrit avec précision sur un rapport en ligne6 qui indique comme coût (hors temps de travail7) celui de l’abonnement annuel à Flickr, soit 24.95$ !

Dans Flickr Commons (tout comme dans Flickr), l’utilisateur dispose de trois fonctions pour réagir aux images : les tags, les commentaires de forme libre et les notes directement appliqués sur la photographie. L’équipe à l’origine du projet s’est très vite rendue compte de la force de tous ces mots apportés au fil de leur consultation par les internautes : indexés par la plupart des moteurs généralistes, ils sont aussi une des causes de la réussite fulgurante des Commons.

Au moment du téléchargement des photographies chaque image est systématiquement caractérisée par trois tags8. Tous les autres sont ajoutés par la communauté. Flickr en limite le nombre à 75 par photographies ; la moyenne des ajouts sur Commons est de 23 tags par image. Les gestionnaires du projet on choisi de n’effectuer qu’un minimum de corrections, même si il y a des erreurs d’orthographe ou si le terme semble n’intéresser que celui qui l’indique. Très peu de tags qui auraient pu être considérés offensants ont été enlevés9 et il arrive quelquefois que les termes des internautes soient ajoutés dans la base originelle à ceux de l’indexation des bibliothécaires, faisant ainsi évoluer leur thesaurus10. Les commentaires ont permis d’ajouter des descriptions à d’anciennes photographies souvent muettes. De véritable « détectives historiques » contribuent à signaler des informations. Des discussions naissent souvent entre membres de Flickr sur ces photos sur des thèmes comme la guerre, le travail des femmes, les pratiques des grand-parents… Les notes sont des annotations laissées directement sur l’image. Elle permettent de faire un focus sur une partie de l’image, par exemple commenter un acte technique, identifier un lieu ou indiquer l’identité d’une personne. Ce sont des sortes de messages graffitis qui peuvent aussi indiquer une humeur, faire des blagues. Leur prolifération pourrait saturer l’image mais ils n’apparaissent que lorsque la souris passe dessus.

Les images mises en ligne sont extrêmement variées : couleur et noir et blanc, lieux sujets et périodes différentes. L’objectif est toujours de toucher des audiences multiples et montrer la diversité des collections des institutions11. Toutes sont téléchargeables librement en haute définition, autorisant ainsi une très large gamme d’usages et une nouvelle vie éditoriale… Elles racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, évolution des technologies, photographies de voyages ou tout simplement de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, évènements historiques ou militaires, intérieurs d’habitations… Aujourd’hui The Commons réunit une petite cinquantaine d’institutions mais a dû faire une pause12 pour intégrer de nouveaux sites, victime de son succès. Vivement que d’autres institutions françaises rejoignent ce projet ! L’intégration pourrait être plus rapide car elles bénéficieront des nouvelles expériences en train de voir le jour13 autour de l’image, du rassemblement des collections et de leur partage.

Crédits photographiques : Vue de la Corniche à Marseille à la fin du 19e siècle, [Corniche Road, Marseilles, France][between ca. 1890 and ca. 1900], photochrome, color.Title from identifying information provided by the Flickr Commons project, 2009. (Print not listed in the Detroit Publishing Company, Catalogue J, 1905.). L’image fait partie de la collection “Nineteenth century travel views of Europe in the Photochrom print collection.Format: Photochrom prints–Color–1890-1900″. Pas de restrictions de droits connues. Déposée à la Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA. Permalien : hdl.loc.gov/loc.pnp/ppmsc.09991

Institutions participant à Flickr Commons en septembre 2010

Australie

Australian National Maritime Museum (participe au projet depuis 2009)

Australia State Library of Queensland (participe au projet depuis 2009)

Australian War Memorial (participe au projet depuis 2008)

Powerhouse Museum Collection (participe au projet depuis 2008)

State Library of New South Wales collection (participe au projet depuis 2008)

Canada

Musée McCord Museum (participe au projet depuis 2008)

Etats Unis d’Amerique

Brooklyn Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

Center for Jewish History NYC (participe au projet depuis 2009)

Cornell University LibraryCornell (participe au projet depuis 2009)

DC Public Library (participe au projet depuis 2010)

the Field Museum Library (participe au projet depuis 2009)

Galt Museum & Archives (participe au projet depuis 2009)

George Eastman House (participe au projet depuis 2008)

Getty Research Institute (participe au projet depuis 2009)

Jewish Historical Society of the Upper Midwest 2010

Jewish Women Archives (participe au projet depuis 2009)

Keene and Cheshire County (NH) Historical Photos (participe au projet depuis 2008)

the Library of Congress (créateur du projet en janvier 2008)

the Library of Virginia (participe au projet depuis 2008)

the Nantucket Historical Association Research Library (participe au projet depuis 2009)New York Public Library (participe au projet depuis 2008)

Oregon State University Archives (participe au projet depuis 2009)

Smithsonian Institution (participe au projet depuis 2008)

SMU Central university library (participe au projet depuis 2009)

Texas State Archives (participe au projet depuis 2008)

State Library and Archives of Florida (participe au projet depuis 2008)

University of Washington Libraries – Image collection (a une collection sur Flickr depuis 2007 mais participe au projet depuis 2010)

Upper Arlington History UA Archives (participe au projet depuis 2009)

the U.S. National Archives (participe au projet depuis 2009)

France

Bibliothèque de Toulouse (participe au projet depuis 2008)

Hollande

Nationaal Archief (participe au projet depuis 2008)

Islande

Reykjavík Museum of Ljósmyndasafn Reykjavíkur (participe au projet depuis 2009)

Norvège

Bergen Public Library (participe au projet depuis 2009)

Fylkesarkivet i Sogn og Fjordane (participe au projet depuis 2009)

Nouvelle Zélande

National Library NZ (participe au projet depuis 2008)

Portugal

Biblioteca de Arte – Fundação Calouste Gulbenkian (participe au projet depuis 2008)

Royaume-Uni

Imperial War Museum Collections (participe au projet depuis 2009)

Llyfrgell Genedlaethol Cymru (LlGC) ~ National Library of Wales (participe au projet depuis 2009)

London School of Economics and Political Science Library (participe au projet depuis 2009)

the National Archives UK (participe au projet depuis 2008)

National Galleries of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Library of Scotland (participe au projet depuis 2008)

National Maritime Museum (participe au projet depuis 2008 mais a une collection flickr depuis 2006)

National Media Museum (participe au projet depuis 2008)

Suède

Swedish National Heritage Board (participe au projet depuis 2010).

1 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, sembleen train de la remplacer.

2 Flickr est apparu sur le Web en février 2004, en 2010 le site hébergerait plus de 4 milliards de photos. Il appartient au groupe Yahoo depuis 2005.

3 Elles étaient 16 au départ et 47 en juillet 2010. Pour les dates d’entrée dans le projet et la localisation des bibliothèques participantes, voir la liste en annexe.

4 Cette formule est inspirée du droit anglo-saxon qui a développé des pratiques autour des oeuvres orphelines (« Orphan works ») http://fr.wikipedia.org/wiki/%C5%92uvre_orpheline

5 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Mark Robinson. Il s’oppose à l’outsourcing qui renvoie vers l’externalisation des tâches. Le crowdsourcing, au contraire, souligne la contribution ouverte à tous à une œuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

6 For the common Good ; the Library of congress flickr pilot project. 30 octobre 2008. [En ligne] www.loc.gov/rr/print/flickr_report_final.pdf

7 En terme de temps de travail, il est indiqué dans le rapport qu’aucun membre du projet (une quinzaine de personnes de fonctions différentes) n’a été directement assigné sur ce travail, 222 heures ont été dédiées à la programmation techniques tandis que la réflexion pour la mise en route du projet et les discussions avec Flickr ont pris environ 70 heures.

8 Il s’agit du nom de la bibliothèque et de deux numéros machine d’identification.

9 C’est une angoisse récurrente chez les bibliothécaires et pourtant après un an de mise en ligne seule une petite trentaine de termes « offensifs » ont dû être supprimés. Le rapport sur les Commons signale qu’enlever les spams occupe deux heures de temps de travail par semaine.

10 Par exemple, l’expression « Rosie the Riveter » a été utilisée 73 fois en correspondance à une indexation de type « Women-employment » et « World War, 1939-1945 » il a été intégré dans la base de la LOC.

11 Il s’agit toujours d’extraits des collections, la totalité des corpus doit être consulté sur la base originelle.

12 Voir à ce sujet le billet d’Olivier Ertzscheid, sous le joli titre d’« Embouteillage dans les nuages » sur son blog Affordance, en janvier 2010 http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/01/embouteillages-dans-les-nuages-.html

13 Je renvoie ici au développement du portail MédiHAL (http://medihal.archives-ouvertes.fr/) qui a été créé en février 2010 et affichait 2 312 images en juillet 2010

Souvenirs, souvenirs…

sorting-anc-packing-tomatoes

Les applications pour publier du multimédia se multiplient. Hier je vous présentais VoiceThread, créé en mars 2009, ce soir je découvre un nouvel outil sorti à la même époque et finalement assez proche dans sa présentation, Memory-life. L’ambition de Memory-Life est de réaliser l’album de votre mémoire. En quelques clics, vous reconstituez vos flashs visuels mémoriels : votre arrivée essoufflée au sommet de la Sainte-Victoire un jour de mistral, la jupe de coton à carreau blanc et brun qui a dû être portée au siècle dernier d’une femme qui passe, l’arbre sous lequel vous aviez l’habitude de faire la sieste… Bien sûr vous taguez, vous commentez, vous explorez. Dès que vous avez créé votre compte en ligne, vous pouvez télécharger des images  sur votre boite à souvenir, soit depuis votre ordinateur, soit en vous les envoyant sur un courriel créé par Memory Life. Pas de lien ici avec Facebook ou Flickr mais il vous est proposé de télécharger une application d’Adobe (Adobe AIR) pour importer plus simplement vos images.  Si vous souhaitez numériser des documents analogiques, Memory Life vous renvoie vers des partenaires commerciaux. Vous pourrez ensuite exporter sous forme vidéo une animation reproduisant vos photos dans l’ordre que vous aurez déterminé (temps, thème, hasard).

Vous avez à votre disposition de nombreuses possibilités d’organisation pour vos images, de l’aléatoire à la frise chronologique. Cette frise n’est pas sans rappeler d’ailleurs la fresque chronologique du projet Repères méditerranéens lancé par l’INA, sur un financement de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Ce site vous permet de reconstituer toute l’histoire de la Provence contemporaine d’un seul coup d’œil en affichant des émissions télévisées sous forme de listes, de cartes ou de fresques. Repères méditerranéens serait finalement la boîte à souvenirs, provençaux et pacifiques, d’une méditerranée remémorée par les historiens d’un laboratoire (ici TELEMME). Dans cette application, le système éditorial a été créé par le studio hypermédia de l’INA, à Bry-sur-Marne.

Il me semble qu’il manque à Memory Life comme aux Repères Méditerranéens, tout l’aspect collaboratif et de partage proposé par Voice Thread : les internautes ne peuvent pas laisser de commentaires ni déposer de nouvelles photos ou vidéos pour créer des interactions de souvenirs, pas de partage. Ces sites sont superbes et ils ont la couleur du Web 2.0 mais n’en n’ont pas la saveur. Il n’empêche, les outils d’édition multimédias se multiplient et les phonothèques devraient pouvoir en tirer partie.

Crédits photographique : Sorting and packing tomatoes at the Yauco Cooperative Tomato Growers Association, Puerto Rico, 1942, par Delano, Jack (1914- ), Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C., Pas de restriction de droit connu. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsac.1a34052

Dans ma boîte à souvenir, voilà ce qui me vient :

Ouvriers
Ô cette chaude matinée de février. Le Sud inopportun vint relever nos souvenirs d’indigents absurdes, notre jeune misère.
Henrika avait une jupe de coton à carreau blanc et brun, qui a dû être portée au siècle dernier, un bonnet à rubans, et un foulard de soie. C’était bien plus triste qu’un deuil. Nous faisions un tour dans la banlieue. Le temps était couvert, et ce vent du Sud excitait toutes les vilaines odeurs des jardins ravagés et des prés desséchés.
Cela ne devait pas fatiguer ma femme au même point que moi. Dans une flache laissée par l’inondation du mois précédent à un sentier assez haut elle me fit remarquer de très petits poissons.
La ville, avec sa fumée et ses bruits de métiers, nous suivait très loin dans les chemins. Ô l’autre monde, l’habitation bénie par le ciel et les ombrages ! Le sud me rappelait les misérables incidents de mon enfance, mes désespoirs d’été, l’horrible quantité de force et de science que le sort a toujours éloignée de moi. Non ! nous ne passerons pas l’été dans cet avare pays où nous ne serons jamais que des orphelins fiancés. Je veux que ce bras durci ne traîne plus une chère image.

Arthur Rimbaud, Illuminations, 1873-1875

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.

Flickrland

Ce texte a été publié dans le Telemme Infos du mois de mai 2009 dans un format plus court.

Flickr est un site web de partage de photos et de vidéos gratuit qui fait partie de ce qui s’appelle communément aujourd’hui, les outils du web 2.01. Ce site, qui héberge plus de 3 milliards de photos, est utilisé à travers le monde aussi bien par des photographes professionnels que des amateurs de tous genres.

Mais voilà que les institutions se sont emparées de Flickr. En janvier 2008, la bibliothèque du Congrès a lancé un nouveau service sous le titre de Flickr Commons, traduit en français par « Flickr organismes publics ». Elle a été très vite rejointe2 par d’autres organismes, musées, instituts ou bibliothèques du monde entier. De quoi s’agit-il ? Les institutions qui le souhaitent mettent à la disposition des internautes une partie de leurs collections d’images photographiques libres de droits. Toutes les images sont téléchargeables3 en haute définition, ce qui autorise une très large gamme d’usages.

Qu’est-il donc passé par la tête des dirigeants de ces vénérables institutions pour qu’ils mettent ainsi leur précieux patrimoine à disposition de tous à travers, un site dont le service semble de prime abord bien éloigné des systèmes habituels des grandes bibliothèques ?

D’abord ils en avaient assez de détenir depuis si longtemps un patrimoine public inexploité et méconnu. Des millions de plaques de verre, de tirages, de diapositives ou de négatifs sont enfouis dans les archives des bibliothèques et des musées depuis l’invention de Nicephore Niépce. La numérisation des données est certes onéreuse au départ mais ensuite, la diffusion du document numérique est simple, surtout pour la photographie qui bénéficie de normes connues et utilisées par tous4. En recourant à un gestionnaire d’images comme Flickr, ces directeurs de musées et de bibliothèques se donnaient la possibilité de dévoiler enfin leurs images à un public immense5 qui jamais n’aurait mis un pied dans leurs bâtiments.

Mais ils espéraient bien aussi en tirer certains avantages. Car le puissant système de tags6, de géolocalisation et de commentaires, offert par Flickr permet très simplement à l’internaute d’indexer et de commenter les images. Il peut ainsi proposer son interprétation, fournir des informations sur la localisation, la période de prise de vue, l’identité des personnes représentées ou le photographe. Mieux encore, il diffuse autour de lui ces images et le public s’élargit d’autant plus. En exploitant le réseau social de Flickr, ces directeurs de bibliothèques et de musées font donc tout simplement travailler les foules. Sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing7.

Ces images racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, photographies de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, intérieurs d’habitations… Vous pouvez les visualiser sur la « Galerie » de chaque institution ou les rechercher à partir d’un mot. Sur les seize institutions qui ont jusqu’ici rejoint The Commons, cinq sont établies aux États-Unis, une au Québec, trois en Australie et une en Nouvelle-Zélande ; les autres sont en Europe (une au Portugal, trois en Grande-Bretagne, une aux Pays-Bas et une en France). Ainsi, aux côtés du Brooklyn Museum qui propose – par exemple- des daguerréotypes réalisés en Égypte à la fin du 19e siècle et de la Smithsonian Institution qui présente de magnifiques portraits d’indiens, la bibliothèque de Toulouse est devenue le premier organisme public français à participer à ce projet. Elle met à disposition 310 photographies anciennes transférées de plaques de verre, faisant partie du fonds Trutat8, datant des années 1880 à 1920. Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que sur place. Aujourd’hui, vous pouvez admirer des paysages pyrénéens, arpenter les glaciers avec les randonneurs ou observer des scènes de vie quotidienne dans la ville de Luchon au début du 20e siècle.

A des niveaux plus petits, mais tout aussi riches, des laboratoires ou des responsables de projets de recherche ont lancé des albums d’images librement mises à disposition. Un des plus anciens exemples est celui du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine9 un des plus récents est celui que vient d’ouvrir l’Institut français du Proche Orient10. D’un autre genre, l’album « Photos Normandie », invite les internautes à améliorer les légendes des 2 763 photos de la Bataille de Normandie11. Flickr nous offre aujourd’hui assez d’images que nous n’aurons jamais le temps de visualiser en une vie !

***

1 A propos des outils du web 2.0, je vous renvoie vers un article de l’inventeur du terme, Tim O’Reilly, qui date déjà de septembre 2005 : http://www.eutech-ssii.com/ressources/view/1

2 Un rapport sur l’histoire du projet et ses résultats a été publié le 11 décembre 2008 sur le blog de la Library of Congress : http://www.loc.gov/blog/?p=394 Aujourd’hui Flickr Commons compte presque 5000 photos.

3 Pour les droits de ce téléchargement Flickr Commons a inventé un nouveau type de copyright, celui qui n’est pas connu (l’expression consacrée désormais est : No known restrictions on publication). D’autres images sont simplement libres de droits et une partie est placée sous copyright .

4 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, est en train de la remplacer.

5 Le site compte plus de 54 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde dont 880 000 visiteurs uniques en France, selon les chiffres de la société comScore (avril 2008).

6 Le mot-clé est appelé communément « tag » sur les sites dits de réseaux sociaux appartenant au Web2.0.

7 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Marc Robinson. Il s’oppose à l’outsoucing qui renvoie à une externalisation des tâches tandis que le crowdsourcing souligne la contribution ouverte à tous à une oeuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

8 Eugène Trutat, conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et photographe, a sillonné les Pyrénées et photographié sur plaques de verre entre 1870 et 1920 autant les paysages, les villages, que les habitants.

9 Le LHIVIC a plusieurs Flickr dont celui de son directeur, André Gunthert : http://www.flickr.com/photos/gunthert/

11 Pour plus d’informations sur ce projet (http://flickr.com/people/photosnormandie/), lire l’article de Patrick Pécatte, « Une plate-forme sociale pour la redocumentarisation d’un fonds iconographique » (deuxième conférence sur le document numérique et Société les 17 et 18 novembre 2008, CNAM-Paris) http://blog.tuquoque.com/post/2008/09/16/Une-plate-forme-sociale-pour-la-redocumentarisation-d-un-fonds-iconographique

Crédit photographique : la photographie a été prise entre 1907 et 1930 par Edward S. Curtis (1868-1952), technique : photogravure. Titre : In the land of the Sioux – No known restrictions on publication URL : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?id=5207