Archives par mot-clé : archives orales

Assemblée générale de l’AFAS, 26 janvier 2017, Paris

L’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles (AFAS) et sa revue font peau neuve ! Son assemblée générale, le 26 janvier1 accueillera les anciens et les nouveaux adhérents, toutes celles et ceux s’intéressent aux archives sonores orales ou audiovisuelles ou qui utilisent cette source pour leurs travaux. Vous êtes tou.te.s bienvenue pour participer aux activités de l’association et apporter vos idées pour la développer. Continuer la lecture de Assemblée générale de l’AFAS, 26 janvier 2017, Paris

  1. L’AG aura lieu à 19 h à l’EPHE, Bâtiment France, 190 avenue de France, 1er étage, salle 114, métro Quai de la gare []

Épinglez les collections sonores de la phonothèque dans Historypin !

L’après-midi organisée le 17 octobre à la MMSH a été l’occasion d’explorer de façon collaborative les fonctionnalités du média social Historypin pour mettre en valeur deux collections sonores de la phonothèque1.

Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Récits de vie de français vivant au Maghreb entre 1930 et 1962

L’équipe de la phonothèque explorait pour la première fois cet outil dont le but est d’épingler2 des contenus (photos, vidéos, fichiers audio, textes) sur une carte générée par Google Maps. Après le chargement des fichiers sur SoundCloud, dans une collection spécifique, un tutoriel de l’outil a été réalisé pour guider l’organisation de l’après-midi. La navigation dans Historypin, est possible par deux approches : le lieu (à partir d’une recherche sur la carte) ou bien en se promenant dans les collections thématiques. Une fois inscrit, l’utilisateur peut créer ses propres collections, ou bien enrichir des collections existantes, ce qui a été le cas lors de cet atelier.

Lors de l’après-midi, la majeure partie des participants a choisi d’enrichir les témoignages des Arméniens des Bouches-du-Rhône,  sans doute en raison de la familiarité avec les lieux évoqués. En effet, une des missions principales était de géolocaliser ces entretiens, d’après le lieu principalement évoqué, une des difficultés étant l’itinéraire parfois complexe de la communauté arménienne, d’Asie-Mineure en France.

L’enrichissement a permis d’identifier les lieux d’implantation de cette communauté : leurs lieux de vie dans les différents quartiers de Marseille : Beaumont, Les Trois- Lucs (12e), La Rose (13e) et dans les environs : Bouc-Bel-Air (13320), Le Tholonet (13100), Martigues (13500) ainsi que leurs lieux de culte (église apostolique à Saint Jérôme, cathédrale des Saints-Traducteurs au Prado).

La saisie de mots-clés3 a permis de compléter les lieux évoqués dans les entretiens, mais aussi d’évoquer les thèmes récurrents, comme la cuisine, la musique et les traditions arméniennes. Pour cette première session dans HistoryPin, une modération s’est avérée nécessaire pour rectifier des fautes de frappe ou mots « parasites », qui nuisaient à la qualité de l’indexation.

L’annotation collaborative a également servi à apporter des informations de contextualisation, comme cette précision sur le quartier de Croix-Sainte :
Le quartier de Croix Sainte était là où se situait l’usine d’oléagineux Verminck (route de Port-de-Bouc à Martigues)
ou encore sur la localisation de l’association culturelle arménienne à Aix-en-Provence :
Aujourd’hui elle [l’association] s’appelle « Hay’s club du Pays d’Aix »

Enfin, la possibilité d’épingler de nouveaux éléments a permis a un utilisateur de signaler une exposition sur les Arméniens à Marseille au Musée d’histoire de Marseille.

En effet, un des atouts de l’outil Historypin est de pouvoir croiser tous types de documents, en intégrant des articles, photographies, vidéos en commentaire. Après avoir utilisé l’outil, il nous a semblé qu’une fonctionnalité  à développer serait le tracé d’itinéraires, qui – dans le cas de la migration des arméniens – mettrait en valeur les trajets des réfugiés, comme pour la collection sonore des réfugiés d’Asie-Mineure.

Comme lors de l’edit-a-thon du 23 octobre 2015,  organisé en partenariat avec la communauté Wikimedia France et Europeana Sounds, les collections sélectionnées par l’équipe de la phonothèque avaient pour objet les récits de migrants. Une idée d’enrichissement pourrait consister à lier ces articles de Wikipedia qui ont été créé lors de l’edit-a-thon directement aux enregistrements via Historypin.

Visitez le blog d’HistoryPin : http://blog.historypin.org/

 

  1. Cette journée a été organisée avec le soutien du groupe « Enrichment & participation » du projet Europeana Sounds, Workpackage 2, dont un des axes est l’enrichissement des données à travers l’usage d’outils collaboratifs. Au préalable, les fichiers  audio sélectionnés par l’équipe de la phonothèque ont été préalablement chargés sur la plateforme SoundCloud sous licence « Attribution » (CC-BY) avec le soutien d’Harry Van Biessum. []
  2. To pin en anglais []
  3. Tags en anglais []

Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ?

Le 10 mars 2016 a eu lieu à Lyon, un séminaire sur le thème “Pratiques de collecte, d’archivage et d’utilisation des données d’entretien. Questions éthiques, juridiques et techniques”. Cette journée était l’occasion de présenter le projet Sygade, un système de gestion et d’archivage des données d’entretiens recueillis par les chercheurs en sciences humaines et sociales de l’IRSTEA (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture). Florence Descamps, historienne à l’EPHE, y présentait une conférence sur le thème « Utiliser et réutiliser les archives orales. Comment faire des archives orales un outil de recherche collectif ? ». Il est présenté ci-dessous, sous la forme de son exposé oral, accompagné d’une brève bibliographie.

Utiliser et réutiliser les archives orales
Comment faire des archives orales
un outil de recherche collectif ?

 

1.  Un débat à la fois disciplinaire et méthodologique

La question de l’utilisation ou de la réutilisation des entretiens réalisés par les chercheurs des SHS est une question principalement débattue en France entre les ethnographes et les historiens oraux, c’est-à-dire les historiens qui ont recours aux entretiens ou aux témoignages oraux. Sans doute ce débat pourrait il avoir lieu avec les sociologues, les politistes ou les anthropologues.

Le point de départ de ce débat tient au caractère « fabriqué » des informations produites ou restituées par les informateurs, des informations ou des connaissances qui sont toujours aussi le fruit de cadres ou d’outils proposés ou imposés par les chercheurs-enquêteurs (problématiques, méthode d’entretien, cadrage, questionnaire, enregistrement sonore ou filmé, modes d’utilisation etc.).

On sait que les ethnologues et les ethnographes ont précocement collecté, transcrit, enregistré, filmé et utilisé la parole des « informateurs » dès la première moitié du XXème siècle.

En revanche, les historiens se sont initiés à cette méthode beaucoup plus tardivement, seulement à partir des années 1970 (à l’exception notoire du Comité d’histoire de la Seconde Guerre Mondiale après 1945), lors de l’invention de l’histoire orale1. Ils ont d’ailleurs aligné, dans un premier temps, leurs pratiques de recherche sur leurs collègues des SHS en enregistrant ou en prenant des notes à titre personnel et en considérant ces données comme des matériaux de réflexion ou de recherche personnels dont ils étaient propriétaires et les seuls auteurs. Cette règle supporte comme toujours des exceptions, comme par exemple le Musée national des ATP, (Arts et traditions populaires) à la fois musée et institution de recherche, où les chercheurs étaient soumis à des protocoles d’archivage des données très ordonnancés et rigoureux (qui sont d’ailleurs objets d’histoire aujourd’hui).

Quoiqu’il en soit, les historiens oraux fondateurs de l’histoire orale française et leurs successeurs ont été et sont encore peu « déposants » et peu « partageux » de leurs enquêtes orales, ils ont reproduit ou partagent encore les comportements de leurs collègues des SHS. Il n’y a pas de ce point de vue-là d’exception historienne.

Pourtant quelque chose change avec les archives orales. En 1980, avec le concept d’archives orales lancé par Dominique Schnapper historienne et sociologue2, naît l’ambition de créer des corpus documentaires à destination des chercheurs – les historiens du futur3 -. La revisite par tout un chacun est, si l’on peut dire, inscrite par vocation dans le concept d’archives orales : accessibilité, vérifiabilité, constitution d’une documentation à destination de la collectivité et caractère virtuellement public de ces sources.

Par ailleurs, avec le tournant schnappérien et la volonté de traiter les sources orales comme les autres sources, les historiens retrouvent leurs bases méthodologiques fondatrices. En définitive, peu importe que les témoignages oraux historiques soient produits par des chercheurs, des laboratoires de SHS, des institutions patrimoniales, des institutions ou des entreprises, ils ont tous vocation à accéder au statut d’archives4 et sont dans tous les cas des traces de l’activité des hommes ou des sociétés dans l’espace et dans le temps ; à ce titre, ils doivent être analysés comme les autres sources et comme les autres documents, avec les techniques de la discipline historique, à savoir le croisement des sources et la critique interne et externe des documents5.

Donc, nous avons un enjeu à la fois disciplinaire et méthodologique : d’un côté, les hésitations et les craintes des chercheurs ethnographes à voir réutilisées , dans un autre contexte ou dans le cadre d’une autre problématique , les données qu’ils ont fabriquées pour leurs recherches personnelles ou collectives. A l’inverse, on constate une absence de problème pour les historiens, transformés en archivistes oraux, qui depuis Marc Bloch sont nourris par la conviction que toutes les traces peuvent être érigées en « sources », si le dispositif méthodologique est adéquat, et qu’ils peuvent « faire parler les documents malgré eux », c’est à dire malgré leurs silences, leurs lacunes, leurs biais, leurs erreurs et même leurs mensonges, pour paraphraser Marc Bloch dans Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’ils ne prennent pas en compte les difficultés soulevées par les ethnographes6.

Quelles sont de façon plus précise les difficultés pointées par les ethnographes à la revisite des corpus d’entretiens ou d’enquêtes réalisées dans le passé ? On peut en identifier cinq principalement :

  • La personnalisation de la construction des données (ici les entretiens, mais aussi les documents d’enquête ou les méta-données, notes de terrain, carnets d’enquête etc.). Les ethnologues insistent sur la subjectivité très forte du chercheur impliquée dans les données et dans les informations produites, par les interrelations et les interactions qui structurent un « terrain » ;
  • La question du pacte d’entretien et de la confiance intervieweur/interviewé, qui se voit rompue ou transformée dans le cas d’un dépôt aux archives et dans la mise en consultation par des tiers ;
  • La question juridique de la propriété des documents  et de sa transmission ou de sa cession à un organisme scientifique ou patrimonial ;
  • La question de la validité scientifique de ces documents et de l’exportabilité de la validité de la preuve (le dévoilement des archives de recherche met nécessairement en danger ou du moins en risque ou en fragilité les auteurs-chercheurs) ;
  • L’exposition de soi qui peut résulter du dévoilement des archives de recherche et la difficulté que peut éprouver un chercheur à devenir finalement lui aussi objet d’étude ou d’histoire.

Les historiens oraux qui créent des archives orales ou déposent leurs propres corpus de données dans des centres de ressources ne se sont pas désintéressés de cette question. Au contraire, ils ont pris ces questions au sérieux, me semble-t-il.

Quelles sont donc les réponses des historiens à cette question de la réutilisation des corpus d’archives orales, qu’ils aient été conçus d’emblée pour les chercheurs du futur ou qu’ils aient d’abord été conçus et réalisés par des chercheurs dans l’exercice de leurs activités professionnelles, puis déposés dans des lieux patrimoniaux, type Archives, Bibliothèques, Musées ou Mémoriaux, Médiathèques, Conservatoires ou dans toute institution visant à se constituer en centres de ressources documentaires etc.  ?

Il me semble qu’on peut proposer plusieurs pistes de réflexion pour répondre à ce défi de faire des archives orales un outil de recherche collectif, c’est à dire un matériau promis à la collectivité et aux générations futures.

D’abord, il faut souligner que le désir de restituer aux données de la recherche un caractère collectif est récent, que la prise de conscience patrimoniale est également récente et que la préoccupation de transmettre ces données aux générations futures est elle aussi très nouvelle. On se reportera notamment aux deux rapports Cribier-Feller et au rapport Wolikov pour le CNRS…L’objet de notre rencontre n’étant pas de savoir pourquoi, je me contenterai de l’indiquer en préambule. Donc, tout le monde n’adhère pas à cette idée de constituer les données de la recherche en SHS en « archives historiques », à revisiter. Il y a là un travail et une prise de conscience en cours…et chacun reste libre d’y participer. Même si la question de la propriété de ces archives publiques/privées reste une vraie question.

Que peut-on faire alors pour faire des archives orales un objet collectif  de recherche ?

Le premier effort consiste à « documenter » l’enquête.

Le deuxième effort consiste à organiser et à structurer les informations collectées pour les rendre identifiables.

Le troisième à en organiser la transmission d’une façon à la fois efficace, sécurisée, respectueuse des droits de chacun et apaisée.

2. Contextualisation et historicisation, tant du côté des enquêtés que des enquêteurs

Le premier effort consiste d’abord à consigner et à conserver tous les éléments susceptibles de renseigner le futur lecteur-utilisateur-chercheur sur les conditions de production des témoignages, pour qu’il puisse d’une part en évaluer la valeur et d’autre part les réutiliser en connaissance de cause. Il s’agit de constituer les archives de l’enquête. Ou dit autrement, à documenter l’enquête.

Ce travail peut être fait en amont de l’enquête ou a posteriori. Mais on gagne du temps et on gagne en précision quand on le fait avant.

Deux termes résument cet effort : contextualisation et historicisation.

  • 1° Historicisation et contextualisation des individus interrogés, à l’instant où l’enquête est réalisée mais aussi dans le passé, objet de l’enquête ;
  • 2° Historicisation et contextualisation des conditions de productions des témoignages, càd du projet d’enquête orale, de ses producteurs et de ses auteurs-chercheurs dans le contexte institutionnel du moment et dans un contexte de recherche en SHS bien déterminé.

Concrètement, comment faire ?

En constituant un dossier d’enquête très complet et très fouillé, à la fois sur l’enquête, sur chaque interview, sur chaque témoin et sur chaque intervieweur.

1° Établir un dossier sur l’enquête en général

  • L’appel à candidature ou à recherche, le déclenchement de la recherche (le BO, la lettre de commande ou de mission)
  • Les références bibliographiques invoquées (les influences sur le CHEFF)
  • La problématique et les axes d’étude
  • La définition du périmètre de l’enquête
  • Les bornes chronologiques
  • Le questionnaire général s’il y en a un
  • La liste des sources d’archives utilisées
  • La liste ou la définition du corpus-cible et sa justification
  • La note d’intention ou la note-projet
  • La lettre d’appel à témoignage type

Tous ces éléments sont fondamentaux pour analyser le contexte de l’enquête et ses présupposés, ou sa problématique et seront précieux pour le futur lecteur-chercheur.

2° Établir un dossier sur le témoin, à double épaisseur (passé et présent)

  • Le repérage et l’exploitation des sources primaires (inventaire)
  • Photographies, archives privées
  • Les recherches biographiques et l’analyse du positionnement stratégique de l’enquêté-acteur-témoin, dans le temps et dans l’espace (CV, œuvres, publications, organigrammes).
  • L’évaluation des intentions du témoin (les méta-discours sur les motivations de son témoignage et sur son degré de testimonialité, sa réponse à la lettre d’appel à témoignage, les correspondances échangées, la demande d’un double de l’enregistrement)

Autrement dit, il s’agit de savoir qui parle ? D’où parle-t-il ? Quand parle-t-il ?  Pourquoi parle-t-il (à cause de quoi, en vue de quoi, au nom de quoi ?) ?  Comment parle-t-il ? Et finalement, ce n’est qu’après avoir répondu à toutes es questions que l’on se demandera que dit-il ?

3° Constituer des éléments sur l’interview elle-même

  • La conservation des correspondances qui émaillent le développement de l’entretien
  • Le carnet d’enquête ou de terrain où l’on note tous les événements et les infos concernant l’interview : l’avant, le pendant et l’après-interview. Les interactions, les incidents, les observations des environnements et des décors de l’interview, les dispositifs d’interview. Le « off », les commentaires autour de l’interview etc. L’analyse du discours, les émotions, les silences…
  • Le dispositif d’entretien et d’enregistrement/filmage
  • Le lieu et le temps ; les déplacements
  • Le matériel d’enregistrement
  • La fiche d’analyse historique ou fiche de synthèse

4° Constituer un dossier sur l’enquêteur,  qui est souvent le parent pauvre des enquêtes orales et qui devrait pourtant faire l’objet d’une fructueuse attention

  • Le CV, les qualifications, le mode de recrutement, les publications, l’expertise, le parcours universitaire et scientifique de l’intervieweur, surtout s’il s’agit d’un chercheur confirmé. Comme un mini parcours d’égo-histoire. Bref, jeter les bases documentaires d’une sociologie des enquêteurs…qu’ils soient étudiants ou chercheurs professionnels
  • NB Le conservateur pourra a posteriori préciser quelles trajectoires a eu l’enquêteur après l’enquête. Cf. les trajectoires des enquêteurs du Comité pour l’histoire économique et financière de la France ou celles du Comité pour l’histoire de la Sécurité Sociale de Dominique Schnapper…

Tous ces éléments viennent alimenter un dossier d’interview et un dossier d’enquête générale volumineux, qui constituent les sources d’archives de l’enquête et viennent éclairer les conditions de production des témoignages oraux.

3. Identification et structuration de l’information

Le deuxième effort consiste à identifier l’information et à l’organiser pour qu’elle devienne utilisable par tous, à ce propos il convient de réfléchir :

  • au choix des instruments de travail adaptés : résumés, scénarios, condensés d’entretiens, transcriptions d’extraits ou textes exhaustifs ;
  • à la fiche chronothématique (l’outil privilégié des archivistes-historiens oraux) ;
  • à l’indexation ;
  • à l’arborescence, la structure de la base de données etc. ;
  • aux interfaces de diffusion.

Je n’en dis pas plus, car la communication de Michel Jacobson a été très complète sur ce sujet.

4. Choix des modalités de transmission collectives et dans le futur

Le troisième effort consiste à préparer et à travailler les conditions de la transmission aux générations futures et à la collectivité.

1° Choisir la qualité (son, image).

La patrimonialisation et la transmission aux générations futures supposent le choix de la qualité sonore, la qualité de la prise de son « primaire », et donc du matériel. Idem pour l’image.

2° Sécuriser et rendre partageables les archives orales de façon apaisée et sécurisée, dans le respect des personnes.

La question juridique : elle est devenue prioritaire depuis internet, depuis l’injonction patrimoniale et depuis l’injonction de la valorisation et de la mise à disposition des données.

  • Choix du régime patrimonial des archives orales : public ou privé ;
  • Définition de la titularité des droits d’auteur et établissement des contrats de cession de droits qui y correspondent (respect du droit moral, définition de la cession des droits patrimoniaux) ;
  • Détermination de la communicabilité des entretiens et de ses modalités : libre et immédiate, sélective ou différée, nominative ou anonyme etc… ;
  • Choix de la reproductibilité ou non, de la publication sur internet ou non, du téléchargement ou non ;
  • Protection des données personnelles sensibles (cf. loi Informatique et Liberté et déclaration à la CNIL) ;
  • Respect de la vie privée des personnes et des droits de la personnalité (loi de 1970 et Code Civil)
  • Respect des « secrets » professionnels (secret défense, secret bancaire, secret fiscal, secret médical, secret judiciaire, secret industriel etc.) ;
  • Choix des mentions de références pour la citabilité de l’entretien.

 

A ces règles juridiques, s’ajoutent la préoccupation déontologique et éthique. On peut avoir le droit de publier des documents mais on peut y renoncer pour des raisons éthiques…Il y a pour chaque cas, une réflexion à mener : quels sont les acquis historiques ou scientifiques ? Mais je ne développe pas car la communication de Véronique Ginouvès a développé tous ces aspects et mis en valeur le dialogue entre éthique et droit.

 

Brève bibliographie juridique

Descamps Florence, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation », Histoire et politique. Politique, culture, société, revue électronique du Centre d’histoire de Sciences Po, no 3, novembre-décembre 2007.
http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03&rub=autres-articles&item=24.

Avec Véronique Ginouvès, à propos du Carnet de recherche Éthique et droit en SHS sur Hypotheses.org : http://phonotheque.hypotheses.org/10530

– « Matériaux pour une enquête orale : préambule », 4 décembre 2012, en ligne :
http://ethiquedroit.hypotheses.org/280.

– « Publier la parole des témoins. Exigences scientifiques et respect des données personnelles », 18 janvier 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/397

– « Le contrat, un pacte entre le témoin et l’enquêteur… et une nécessité juridique », 28 février 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/516

– « Bien rédiger un contrat de cession de droit pour un enregistrement de terrain », 9 mars 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/545

–  « Qui est l’auteur de la transcription d’en enquête de terrain enregistrée ? », 21 mai 2013, en ligne : http://ethiquedroit.hypotheses.org/711

–  « Peut-on librement diffuser la parole publique ? », 7 novembre 2013, en ligne :
http://ethiquedroit.hypotheses.org/

Le Draoullec Ludovic, « L’utilisation des corpus oraux à des fins culturelles : quels contrats mettre en œuvre ? », Bulletin de l’AFAS – Association française des détenteurs de documents sonores et audiovisuels, http://afas.imageson.org/document622.html#tocto11

Mallet-Poujol Nathalie, « Vie privée et droit à l’image : les franchises de l’histoire », Légicom, no 20, 4e trimestre 1999, p. 51-68.

Mallet-Poujol Nathalie, « Recherche et vie privée : du droit du citoyen au droit du chercheur », Actes de la Journée d’étude des 15 et 16 mai 2003, De la série à l’individu, archives du personnel et archives orales, Gazette des archives, no 198, juin 2005, p. 157-175.

Mallet-Poujol Nathalie, « La collecte des témoignages oraux à l’épreuve du droit pénal spécial de la presse », Les archives orales : bilan, enjeux, perspectives, Gazette des archives, no 211, 2008, p. 33-55.

Mallet-Poujol Nathalie, « Protection de la vie privée et des données personnelles », février 2004, Legamedia,   http://eduscol.education.fr/chrgt/guideViePrivee.pdf

Stérin Anne-Laure, Guide pratique du droit d’auteur : utiliser en toute légalité textes, photos, films, musiques, internet, Paris, Maxima, 2007.

Vaïsse Maurice (dir.), Rapport sur le statut juridique des témoignages oraux, Conseil supérieur des Archives, 17 janvier 2014, consultable en ligne : https://phonotheque.hypotheses.org/12258

Crédits photographiques : image extraite de la page 831 de l’ouvrage « Christian herald and signs of our times » (1896) avec la note suivante « he Outfit includes TalkiMachine, Style 7 1-2. provided with revolving table, aered with felt, fly-wheel so balanced as to turn evenly aarm which holds the sound-box with reproducingphragnri, rubber tubes as described above. Box ofneedles. All nicely packed in a box and sent express ppaid to any point in the United States upon receipt ofpri Send Money by Postal Note, Express Money-Order Gr New York Draft. SPECIA1 OFFER. ». Pas de restrictions de droits connues.

  1. Descamps Florence, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, CHEFF, 2001, réédition 2005, édition électronique https://books.openedition.org/igpde/104 []
  2. « Archives orales. Une autre histoire ? », Annales ESC, no 1, janvier-février 1980, Aron-Schnapper, Lequin, Métral etc. ; Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité Sociale, Paris, Association pour l’histoire de la Sécurité Sociale, 1980. []
  3. cf. les AO du Comité d’histoire de la Sécurité Sociale, reprenant l’intuition du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, Archives du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, Témoignages recueillis auprès d’anciens résistants par la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF) puis par le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, accompagnés de documents d’archives originaux ou en copie (notamment télégrammes, courriers, ordres de mission, faux papiers, comptes rendus de réunions et d’entretiens, notes d’information, bulletins), Résistance intérieure : mouvements, réseaux, partis politiques et syndicats (72AJ/35-72AJ/89), France libre et Résistance extérieure – 72AJ/220-72AJ/248 []
  4. cf. la définition du terme « archives » dans la Code du Patrimoine, loi de 1979 et loi de 2008 []
  5. Seignobos Charles et Charles-Victor Langlois, Introduction aux sciences historiques, Paris, 1898, Kimé, rééd. 1992. []
  6. Sur ces questions, nous vous renvoyons vers deux articles publiés dans Genèses, le premier reprend un débat entre les deux Florence, Weber et Descamps, animé par Bertrand Müller et publié dans Genèses -n° 62, « Clientélisme, caciquisme, caudillisme », mars 2006, p. 93-109- le second est l’article de Gilles Laferté « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite » – Genèses, n°63, 2006, pp. 25-45 – et vers les séminaires de Sciences-Po sur la réutilisation des données de la recherche en sciences politiques et la création de la banque d’enquêtes beQuali : « L’ouverture des données de la recherche est plus que jamais d’actualité. Or aujourd’hui, les archives d’enquêtes qualitatives en sciences sociales sont rarement sauvegardées dans des conditions garantissant leur disponibilité pour la recherche et l’enseignement. Pour répondre à ce besoin, la banque d’enquêtes beQuali* offre un service national de mise à disposition, en ligne, de ces données. BeQuali accroît son catalogue et vous offre l’opportunité de sauvegarder et de valoriser vos enquêtes. Cet appel est ouvert aux chercheurs, aux professionnels de l’information scientifique et technique et aux institutions ayant produit ou conservant des enquêtes qualitatives en sciences sociales. Il vise à recueillir des propositions d’enquêtes en vue de leur dépôt sur beQuali.fr. La plateforme beQuali est développée au Centre de données socio-politiques (CDSP, UMS 828 Sciences Po – CNRS) par une équipe de professionnels des archives, de la documentation, des humanités numériques et des sciences sociales. Elle fait partie de l’équipement DIME-SHS (Données Infrastructures et Méthodes d’Enquête en Sciences Humaines et Sociales) porté par Sciences Po en partenariat avec l’INED, l’EHESS, l’Université Paris Descartes, le GENES, le Réseau Quételet, Telecom-ParisTech et EDF-R&D. Cet équipement est financé par l’ANR (ANR-10-EQPX-19-01) dans le cadre des investissements d’avenir. ». []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

La descize sur le Rhône et La chanson de Saint-Nicolas : deux chansons de la fête votive de Châteuneuf-du-Rhône

Jean-Claude Bouvier, professeur émérite de l’Université Aix-Marseille1, spécialiste en linguistique provençale (dialectologie, onomastique, ethnolinguistique) a déposé l’ensemble des sources de sa recherche en  2013 à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH. Ces archives ont été collectées pendant sa thèse sur Les parlers provençaux de la Drôme, soutenue en 1973, et dans le cadre de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Provence2.

Dans ses enquêtes Jean-Claude Bouvier ne s’est pas limité à collecter des listes de termes en langue provençale pour la publication des atlas linguistiques, mais il a enregistré des ethnotextes. Ceux-ci permettent de comprendre le contexte du discours et le lien avec l’identité des témoins.3

Au cours de cette collecte, Jean-Claude Bouvier a recueilli deux chansons dans la commune de Châteauneuf-du-Rhône, dans le département de la Drôme, durant le mois d’août 1968. Toutes les deux se rapportent à l’usage de la batellerie sur le Rhône et sont interprétées par Charles-Louis Brugier4, il s’agit de «La descize sur le Rhône » et de « La chanson de Nicolas ».

Ces deux chansons étaient indissociables de la fête votive traditionnelle de Châteauneuf-du-Rhône qui avait lieu chaque année le 6 décembre pour la Fête de Saint Nicolas5.

Jean-Claude Bouvier a décrit ces deux chansons dans un article publié en 1974 dans la Revue régionale d’ethnologie : Le monde alpin et rhodanien  sous le titre «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)».6. Nous vous proposons de lire cet article dans sa version numérisée ci-dessous7. Ce texte est publié avec l’aimable autorisation du Musée Dauphinois a pour projet de mettre en ligne en texte intégral les collections du Monde alpin et rhodanien, d’ici la fin de l’année 2015, en collaboration avec la bibliothèque Diderot de l’ENS de Lyon.

L’intégralité de l ‘enquête menée par Jean- Claude Bouvier peut être entendue sur la base données Ganoub.

 

Crédits photographique : “Man and woman towing a cargo-boat Trough a ship-canal”. The Netherlands, 1931, [Spaarnestad  Photo, SFA001004154], https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3280638429/.  Aucune restriction des droits d’auteur connue. crédits photographique player SoundCloud: Édouard Baldus, Avignon, Pont St. Bénezet -The Metropolitan Museum of Art, ca 1864. www.metmuseum.org/collection/the-c…ne/search/287332. Domaine Public.

  1. La fusion des université a eu lieu en 2011, Jean-Claude Bouvier était auparavant rattaché à l’Université de Provence. []
  2. Jean-Claude, Bouvier et Claude, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1975. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel, et Marcel, Gaillard,  Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1979. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Pierre, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, CNRS, 1975-1986. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Charles, Rostaing, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Ed. du Centre national de la recherche scientifique, 1986. []
  3. Vous pouvez retrouver l’ensemble du corpus de l’Atlas Linguistique de la Provence dans la base de données de la Phonothèque. []
  4. Natif de Châteauneuf-du-Rhône, Monsieur Brugier y est né en 1887 []
  5. La paroisse de Châteauneuf-de-Rhône avait comme Patron Saint-Nicolas, évêque de Mire au IXe siècle, patron des bateliers et des enfants []
  6. Jean-Claude Bouvier, «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)», Revue régionale d’ethnologie. Le monde alpin et rhodanien., 109–122 p. , vol. 2-4, Grenoble, 1974. []
  7. Nous remercions Christian Champaloux de la Médiathèque de la MMSH qui a numérisé le document. []

Questionner le monde : « Archives orales »

Dans le cadre du programme de recherche « Questionner le monde: les outils qui ont fait les sciences sociales » sous la responsabilité de Christelle Rabier (maîtresse de conférence à l’EHESS Marseille) et avec elle, une matinée est organisée à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  le 1er juillet 2015, salle Paul-Albert Février de 10h à 13h, sur la question des archives orales :

Danielle Musset (ethnologue, directrice du Musée d’ethnologie de Salagon de 2000 à 2014) présentera les archives sonores de la phonothèque du musée1.

Hélène Claudot-Hawad (ethnologue) et Véronique Ginouvès (archiviste) reviendront sur une expérience commune : L’anthropologue et l’archiviste. Une enquête sur la lutherie2 à la phonothèque de la MMSH.

Crédits photographiques : photographie prise au cours d’une formation sur les archives sonores à la télévision et radio nationales tanzaniennes, septembre 2014 ; visuel réalisé par Christelle Rabier.

  1. Danielle Musset a présenté la phonothèque de Salagon dans le catalogue qui vient de paraître, actuellement diffusé au Musée dans le cadre de l’exposition « C’est quoi exactement un musée d’ethnologie ?« , voir pages 17 à 24. []
  2. En 1982, alors que le terrain saharien lui était interdit d’accès, Hélène Claudot-Hawad a mené une enquête auprès des luthiers de Mirecourt. En 2012, elle a déposé ses archives et travaillé avec l’équipe de la phonothèque à leur traitement et valorisation sous des formes multiples :  base de donnée, billets de blog, exposition, jusqu’à la publication d’un instrument de recherche publié aux PUP []

Le statut juridique des archives orales : les propositions du rapport Vaïsse

Dans le cadre du Conseil supérieur des Archives, qui est l’instance consultative en matière de politique archivistique en France, présidé par Georgette Elgey historienne de la IVè République et auteur de l’Avis du Conseil économique et social de janvier 2001 sur « Les archives orales. Rôle et statut », la question du statut juridique des archives orales et des témoignages oraux, recueillis dans une visée patrimoniale, scientifique, pédagogique ou culturelle, a de nouveau été mise à l’ordre du jour.

En effet, en dépit de travaux récents menés sur la question par des chercheurs, par le réseau des Archives, par celui des Bibliothèques ou des Maison des sciences de l’homme,  de nombreuses difficultés et incertitudes persistent, soit dans la détermination des dispositifs juridiques à mettre en place  lors de création de corpus oraux , soit dans la communicabilité et la diffusion des corpus existants conservés par les institutions patrimoniales ou de recherche, soit dans les règles à appliquer lors de l’exploitation et de la publication de ces témoignages oraux.

D’autre part, les difficultés conjoncturelles rencontrées par le Service Historique de la Défense en 2012-2013 dans la gestion de ses collections de témoignages oraux, pourtant parmi les plus importantes et les plus anciennes en France, ont attiré l’attention du Conseil supérieur des Archives de France, qui a alors confié au professeur Maurice Vaïsse, historien contemporanéiste et spécialiste des relations internationales au XXème siècle, la responsabilité d’un groupe de travail sur les archives orales et leur statut juridique. Ce groupe de travail a rendu une note de synthèse générale et fait des propositions que vous trouverez dans le fichier joint.  Vos remarques, propositions et suggestions sont les bienvenues, vous pouvez contacter Florence Descamps (EPHE) par courriel descampsflorence<at>gmail.com .

Documents à télécharger :

Rapport Vaïsse (octobre 2013)

Délibération no2012-113 du 12 avril 2012 portant autorisation unique de traitements de données à caractère personnel contenues dans des informations publiques aux fins de communication et de publication par les services d’archives publiques (décision d’autorisation unique AU-029)

Délibération no 2010-460 du 9 décembre 2010 portant recommandation relative aux conditions de réutilisation des données à caractère personnel contenues dans des documents d’archives publiques

Crédits photographiques : Dépôt du fonds Métral à la phonothèque de la MMSH, avril 2013, photographie d’Hélène Loukou.

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []

Journée d’étude de l’AFAS, Angers, 17 juin 2011 : Les services d’archives et les sources orales et audiovisuelles. De la collecte à la valorisation : quels partenariats ? Compte-rendu, deuxième partie

Ce billet fait suite au compte-rendu de la première partie de la matinée de la journée de l’AFAS à Angers, le 26 mai 2011.

Edouard Bouyé, directeur des archives départementales du Cantal, a présenté un programme de valorisation d’un corpus d’archives orales dans le cadre d’une collaboration entre le MuCEM, les archives départementales du Cantal (AD15) et le centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, longtemps connu sous l’appellation « Conservatoire occitan ». Ce corpus présente des archives sonores enregistrées au début des années 1960 sur un des sites les plus fascinants parmi les hauts plateaux du Cantal dédiés à l’agropastoralisme, l’Aubrac. Menée par des ethnologues, des agronomes et des historiens cette « Recherche coopérative sur programme » (RCP) qui dura trois ans1, réunit – entre autres – des chercheurs du MNATP (aujourd’hui le MuCEM) et du CNRS.

Cette RCP aboutit à une publication en 7 volumes2 et à la production d’une série de sources sonores, visuelles et audiovisuelles. Les sources sonores, déposées au MNATP, ont été numérisées par la MRT dans le cadre du plan national de numérisation au début des années 2000. A cette époque, pour accélérer le traitement documentaire des archives du MNATP et restituer ces collectes aux populations sur le terrain, Florence Gétreau, alors directrice du Département de la musique et de la parole au MNATP, a institué des conventions entre le musée et les centres d’archives sonores en région. Ce projet a été développé par Marie-Barbara Le Gonnidec à partir de 2009. C’est ainsi que le traitement documentaire de ces archives a été confié au Centre régional des musiques et danses traditionnelles Midi-Pyrénées, tandis que les archives départementales du Cantal étaient chargées de résoudre les questions des droits relatifs à ces enregistrements en vue de leur valorisation. Les AD15 ont ainsi commencé à rechercher des contacts avec les anciens informateurs ou leurs ayants droit en vu d’obtenir la signature des autorisations de diffusion. Cette tâche de longue haleine, n’est certes pas aisée, d’autant que le Cantal est situé sur trois départements et trois régions (Cantal, Aveyron, Lozère), ce qui complexifie les questions administratives.

Lorsque l’ensemble du traitement documentaire de ces 561 documents sonores sera terminé, tous les enregistrements pourront être consultés localement à Toulouse ainsi qu’aux AD15 et, pour les documents pour lesquels les questions de droit auront été résolues, en ligne sur Internet. Un premier entretien est aujourd’hui accessible sur le site des AD15, celui de Lucien Remise enregistré en 1964, où cet ancien « cantalais », joueur de cabrette, raconte son départ en montagne entre mai et octobre pour fabriquer le fromage.

Mais les AD15 ne se limitent pas à la recherche des droits. Chaque témoin, ou ses ayants droit lorsqu’ils sont retrouvés, reçoit une copie de l’enregistrement qui est souvent resté inédit pour la famille. Frédéric Bianchi, responsable des archives audiovisuelles aux AD15, met à profit ces rencontres pour collecter autour de la RCP et sur la façon dont elle a été perçue à l’époque. C’est ainsi qu’il a rencontré et filmé, la veuve de Lucien Remise, Jeanne-Marie Remise. Frédéric Bianchi lui avait remis auparavant l’enregistrement de son mari. Edouard Bouyé a diffusé des extraits de cet entretien filmé à l’assemblée. Toute à l’émotion de réécouter cette voix surgissant du passé, Jeanne-Marie Remise confie à l’enquêteur : «  Y’a des choses que j’ai apprises parce que mon mari ne parlait pas beaucoup, il se vantait pas lui (…) ». Puis, promettant de l’écouter prochainement avec ses enfants, elle ajoute : « J’ai pas été plus loin parce que vraiment c’était sa voix ».

Les enquêtes de la RCP Aubrac avec George-Henri Rivière, avaient également vocation de participer à l’acquisition de collections pour le musée des arts et traditions populaires. Ainsi, pour créer ses « unités écologiques », le directeur du musée pouvait réussir à déplacer des ensembles complets avec l’objectif de les présenter dans les salles d’exposition. Il s’agissait d’offrir au visiteur une meilleure compréhension du fonctionnement des sociétés étudiées en reconstituant des ensembles dans leur contexte : une aire de battage, une forge, la fabrication d’un aliment mais aussi des intérieurs de maisons dans différentes régions de France. C’est ainsi que la pièce principale de l’habitation du frère de Lucien Remise avait fait l’effet d’un rigoureux travail de repérage par l’équipe du musée, puis avait été entièrement démontée et remontée dans la galerie culturelle du MNATP. Dans le souvenir de Jeanne-Marie Remise, tout avait été transporté jusqu’aux casseroles et au chapeau de l’oncle Lucien. Elle se rappelle en souriant que ce dernier avait un jour proposé à son frère de récupérer une armoire familiale cachée dans un fenil à ce moment-là. En effet, ces « démontages » étaient toujours liés à une négociation. Une lettre de George-Henri Rivière, lue par Edouard Bouyé à l’assemblée, précise les termes de la transaction : l’espace de la cuisine avait été échangé contre de nouvelles boiseries, des meubles en formica, un lit en fer et… une télévision.

Mme George-André Panguio-Mendibil, chef du pôle médiation culturelle et communication, aux archives départementales des Pyrénées Atlantiques (AD64), a ensuite présenté le travail mené par le service, notamment autour de la culture basque, là encore, à partir des collections du MuCEM (ex-MNATP). En 2007, les Archives ont ainsi reçu, après la signature d’une convention, 17 enquêtes ethnomusicologiques, soit 40 heures d’enregistrements. Ils ont alors, eux-aussi, commencé la recherche des ayants droit et entamé la réalisation d’un instrument de recherche normalisé. Pour cela, ils se sont associés avec l’Institut culturel basque qui a réalisé le traitement dans la langue, tandis que les AD64, en appui technique, organisaient le traitement des données sous la norme ISAD-G. Ce fonds sonore est donc traité comme tous les autres, sur leur base de données Pleade/Arkhéïa. Pour le moment, les documents sonores ne peuvent pas encore être recherchés sur la base mais le seront bientôt. L’analyse s’est terminée en décembre 2010 et l’inventaire est désormais accessible en intranet, dans les salles de recherches de Pau et de Bayonne.

Plusieurs actions de valorisation ont été mises en place à partir de ce fonds sonore, en particulier, des ateliers pédagogiques réguliers en direction des élèves. Ainsi, lorsque l’exposition Archives sensibles a été créée à partir d’une sélection du patrimoine archivistique du Pays Basque, au moment de l’inauguration du pôle de Bayonne sur la thématique des cinq sens, les archives sonores sont naturellement venues illustrer l’ouïe. Mascarade, pelote, sonnailles, une partie de l’exposition donne à écouter de nombreux enregistrements, offrant un regard original sur la culture du Pays Basque au 19e et 20e siècles. L’un des enregistrements a d’ailleurs suscité une grande émotion : l’enregistrement de la pastorale souletine en 1967 à la salle Wagram a pu être entendu pour la première fois par la plupart des visiteurs. Cette pastorale, héritière des mystères du Moyen-Age, était interprétée uniquement par des hommes et cette représentation, délocalisée alors à Paris en direction de la communauté souletine, avait été la première introduisant la mixité.

Ainsi, les AD64 ont pris goût aux archives sonores et plusieurs actions de collectes ont été sous traitées auprès de l’Institut culturel basque, ou de l’Institut occitan. Le traitement archivistique et la valorisation sont toujours réalisés par les Archives. D’après un premier état des lieux sur le département, quelques 20 000 heures pourraient être engrangées dans les années à venir. Un premier programme de numérisation a été lancé engageant 500 heures sur le Béarn et 500 autres sur le Pays Basque.

En début d’après-midi, Elizabeth Vérry, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire (AD49) intervenait sur le thème « Le rôle d’un service d’archives départemental comme appui et ressources ». De son point de vue, même si depuis le 19e siècle le métier des archives ont beaucoup évolué, depuis l’époque des archivistes garants des droits des citoyens jusqu’aux archivistes manageurs en passant par les archivistes paléographes, la mission prioritaire des archivistes est restée celle de la collecte et de la conservation des traces de la mémoire de la Nation. Mais les archives se déclinent désormais sous des formats et des supports très variés.

C’est pourquoi les AD49 ont créé à la fin des années 1990 un emploi dédié aux archives sonores et audiovisuelles, suite à une double prise de conscience :

  • les archives audiovisuelles sont fragiles et nécessitent un traitement approprié ;
  • la mémoire orale est devenue un objet d’étude à part entière.

La politique menée actuellement fait des AD49 un lieu de production d’archives orales (collectes thématiques réalisées en direct), en même temps qu’un lieu d’accompagnement des producteurs. Cette mission d’appui prend plusieurs formes : l’appui méthodologique pour la formation des chefs de projet (méthodes d’entretien, techniques sonores, traitement documentaire, documents-types), grâce à des sessions de formation, des ateliers d’échanges et de partage d’expériences, des rencontres de collecteurs ou des tables rondes ; l’appui juridique (conseils, documents-types, contrats de communicabilité) ; l’appui technique (numérisation) et parfois un appui documentaire (bibliographie, archives).

Les AD49 sont également un lieu de ressources où s’organisent la conservation et la valorisation des archives sonores. 2400 heures de témoignages oraux sont conservées actuellement aux AD49, issues de collectes thématiques menées par la chargée de mission ou d’enquêtes menées par des collecteurs : campagnes de récits de vie de pays 2003-2007 ; corpus des musées de société (vin, chaussure, Maison de la Loire) ; corpus universitaires ou de centres de recherche ; corpus associatifs (maisons de quartier, professions, immigration, etc…).

La valorisation est conçue comme un prolongement naturel de la collecte, mais pas comme un absolu : il s’agit de la permettre, pas forcément de la faire ! La priorité est donnée à la communication et à la diffusion au public ; les autres formes de valorisation se font dans le cadre des journées d’études thématiques élargies (histoire des femmes, histoire locale, vie politique locale, mémoire des métiers etc.)… En conclusion, aucune action en matière de mémoire orale ne peut se faire sans un partenariat étroit avec les acteurs locaux (associations, collectivités publiques), les chercheurs et les institutions patrimoniales.

Deux actions départementales dans la Manche et dans la Sarthe ont été ensuite présentées.

Responsable du service des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de la Manche  (AD50), Domnine Plume a présenté un projet qui s’est structuré, dès sa création dans une logique de partenariat avec des institutions, des associations, des chercheurs, des scolaires et des particuliers. Il a été élaboré dès 2000 par l’association Mémoire et terroirs porté par Marie Tassel autour du recueil de la mémoire auprès des 120 presque centenaires recensés dans le département de la Manche. Pour constituer cette « galerie de portraits », une vingtaine de personnes originaires du département de la Manche seront rencontrées dans les mois à venir par l’une des deux collectrices (Marie Tassel et Elisabeth Nodinot) de l’association afin de recueillir leur récit, un photographe (Thomas Jouanneau) les accompagnera. Ces enregistrements seront par la suite déposés aux archives départementales et mis en ligne sur le site des archives et du conseil général. Une exposition présentée dans un premier temps dans les locaux des archives et itinérante par la suite dans des maisons de retraite et/ou établissements scolaires permettra de la faire circuler. Il est aussi prévu un concours ou un appel à projet destiné aux collèges, il s’agira de valoriser lors de l’exposition les entretiens les plus intéressants recueillis par les élèves. 

Frank Pohu, initiateur d’un vaste projet de développement des archives sonores et audiovisuelles dans le département de la Sarthe, a relaté comment – avec l’appui de différents partenaires- il avait réussi à lancer une action de sauvegarde de la mémoire orale sarthoise. Au départ, c’est une émission réalisée sur le parler sarthois, dans le cadre de l’association Fréquence Sillé, qui lui a permis de rencontrer des acteurs locaux qui, sur le terrain, avaient chez eux des documents sonores et audiovisuels enregistrés dans le département. Rapidement est né le programme « sauvegarde la parole sarthoise » en collaboration avec des partenaires publics comme le conseil général de la Sarthe et les archives départementales de la Sarthe (AD72), les communautés de communes du pays de la haute Sarthe et du pays du Mans et la mission recherche et technologie du ministère de la Culture qui a financé le projet pendant 4 ans. L’objectif de « Parole sarthoise » est de restituer librement sur un site internet des documents d’archives. Aujourd’hui, sur le site conçu par Fréquence Sillé en collaboration avec les AD72, plus de 75 heures sont disponibles, à terme 1000 heures seront accessibles lorsque les questions de droits auront été réglées.

Avant que ne s’organise la table ronde en clôture de cette journée, Marina Maréchal, de la Cité des mémoires étudiantes, a présenté un appel à communication pour un colloque en préparation qui aura lieu en mars 2012 dans le cadre du 40e anniversaire des universités de France sur le thème Vers un corpus d’archives orale avec une organisation originale valorisant l’oralité. Il est en effet prévu que des ateliers thématiques réunissent différentes composantes de la communauté universitaire susceptible d’avoir recours aux archives orales (histoire de la recherche, histoire de l’enseignement, histoire de la gouvernance et de l’administration des universités, histoire des étudiants et des mouvements étudiants) et fassent intervenir, à partir de cas précis, un témoin interrogé, un chercheur et/ou un archiviste ; un discutant extérieur s’ajoutant au trinôme étant chargé d’éclairer le potentiel de généralisation des cas présentés.

La table ronde qui a suivi, a permis aux nombreux participants de terminer par des échanges cette riche journée. Elle a porté principalement sur les développements et les actions qui s’offrent à l’association et à son ouverture vers de nouveaux adhérents. Un compte rendu et le rapport d’activités de l’association seront diffusés dans le prochain numéro du Bulletin de l’AFAS.

 Compte-rendu rédigé par Marie-Christine Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès.

Crédits photographiques :

– Joueur de cornemuse sur la Maison d’Adam, place Ste-Croix à Angers (encadrement de la fenêtre surmontant la porte), photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

– La traite d’une vache à la montagne de Placès de Cure (1972). L’utilisation différenciée des deux mains ou d’une main, de tous les doigts ou seulement du pouce et de l’index, de l’index et du majeur, commune de Nasbinals, photographie de Jean-Dominique Lajoux, MNATP. Recherches coopératives sur programme sur l’Aubrac (1964-1966), cote : Ph.1976.110.95. Visualisation des images de la RCP Aubrac.

– Domnine Plume (AD50) intervient lors de la journée de l’AFAS à Angers, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

– La salle de conférence des archives départementales de Maine-et-Loire lors de la journée de l’AFAS, Angers, 26 mai 2011, photographie de Véronique Ginouvès, mai 2011.

 

 

  1. Il y eut d’autres RCP à la même période en France. Celle de Plozévet, qui s’est déroulée entre 1961 et 1965, fait actuellement l’objet d’une recherche-action menée par le CERHIO (UMR CNRS 6258) qui a organisé dans ce cadre un colloque qui reprenait l’histoire de ces RCP http://plozevet.hypotheses.org/1675 []
  2. L’Aubrac – Etude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain. Recherche Coopérative sur Programme  RCP, CNRS 1970, 7 tomes + carte et catalogue des montagnes. []