Archives du mot-clé chanson

Qui veut entendre une chanson, nouvellement nous la dirons...

oiso

Dans une Ardèche pas si lointaine où la tradition orale se transmettait encore de bouche à oreille, dans les années 1980, de jeunes gens, musiciens ou chercheurs ont enregistré plus de 500 chansons traditionnelles auprès d'anciens dans plusieurs cantons du Vivarais. Ainsi, Sylvette Béraud-Williams a arpenté le pays de Boutières, Aline et Dominique Laperche, les Cévennes et Christian Oller le Haut-Vivarais. Ce corpus n'est pas accessible pour le moment dans une archive (excepté le fonds de Sylvette Béraud-Williams déposé en partie à la phonothèque de la MMSH), mais l'association l'Aigardent en avait publié une partie en 1985 sous la forme d'un 33 tours documenté par un livret. Il réapparaît aujourd'hui, numérisé : il mesure désormais 12 centimètres et il est toujours accompagné de sa brochure.

Sept femmes et huit hommes, nés entre 1899 et 1929, interprètent tour à tour leurs complaintes, chansons d'amour ou chansons grivoises, chant de Noël, de quête ou de Carnaval, chanson à danser ou à rythmer le travail, chanson de noces ou de veillées... Cet "arrêt sur son" nous renvoie trente-cinq ans en arrière, vers une belle histoire, celle qui a permis de bâtir de nombreuses phonothèques à travers la France.

Voilà un voyage dans le temps bien joyeux. Les textes qui contextualisent dans le livret les 24 chansons nous racontent quelques bribes des vies de chaque interprète. Ces hommes et ces femmes étaient pour la plupart paysan-ne ou travaillaient ou comme ouvrier-ère dans des moulins à blé ou des filatures. Les occasions pour chanter ne manquaient pas, souvent en lien avec le travail, le rythme des saisons, les rites de passage, les veillées ou les fêtes de village.

Certains interprètes vous resteront dans l'oreille. Peut-être Rose Derail qui chantait à la voix dans les bals de village (titre 4, face A), ou alors Milou Liotard et son frère Roger qui interprètent à eux seuls huit titres dans le disque ou encore Marie-Victoire Chazel qui nous laisse une jolie interprétation de Rossignolet du bois (titre 11, face B), dont on retrouve des versions du côté des Pyrénées ou en Bretagne et que Malicorne interprétait déjà en 1973 dans son premier disque, Pierre de Grenoble. Ces voix a cappella nous bousculent. Profitez de l'émission en podcast d'Hélène Azéra "Chanson Boum!" du 22 décembre 2013 (France-Culture), qui diffuse à la 25ème minute une chanson issue du disque : "Je suis fillette à plaindre" (titre 7, face B), interprétée par Madame Dumas.

Disque et livret "Apprends moi ton langage" Chansons des Pays d’Ardèche. Enquêtes , enregistrement et réalisation : Sylvette Béraud-Williams, Dominique Laperche, Christian Oller, Aline Sévilla, 12 euros, à commander à famdta@famdt-ardeche.fr ou 06 52 05 48 61.

Crédits photographiques : Roodborstje - European robin (Erithacus rubella) par Martha de Jong-Lantink, 2013, CC BY-NC-ND 2.0.

"La mélodie de la semaine", à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu'Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l'AMTA1, présente sur le site de son association "La mélodie de la semaine", offrant ainsi à l'internaute l'occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l'archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l'AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l'archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène... Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d'offrir l'occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c'est bien l'intérêt de cette rubrique d'éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l'espère s'effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d'emphase, s'est parée de l'anglais "All Rights Reserved" (à rechercher tout en bas de la page du site de l'AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l'archiviste qui n'est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent... Réveillez-vous ! pour qu'ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d'écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens...

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d'Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson "La barque aux 30 matelots", une collectée dans les Cévennes, l'autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée "Ont anarem gardar". []

Echos des Cévenols d'autrefois. Jean Noël Pelen en Vallée Longue. (1971-1976) Une exposition sonore et visuelle

De gauche à droite: Pascal Jaussaud, Basile Brémaud, Gwennaël Baronnet, Jean Noël Pelen, Annie Courtan, Clément Gauthier, Nicolas Roche, Mana Seranno

Le collectif Manja Pelos.

L'occasion était trop belle, découvrir et redécouvrir les travaux de Jean Noël Pelen, écouter "la voix des ancêtres" mais aussi les voix d'aujourd'hui. Appréhender le microcosme monde, pour être au monde ; une idée de la vie et du temps quoi !

L'exposition montrée dans la salle communale de Sainte Cécile d'Andorge du 16 au 18 décembre 2011, élaborée par Jean Noël Pelen à la demande de la municipalité, nous a donné la possibilité de voir ou revoir les divers et nombreux ouvrages et collaborations de son parcours d'ethnologue et d'écrivain en Cévennes et en Provence. Apprécier aussi les photographies d'André Nicolas, compagnon de route de Jean Noël et Daniel Travier à l'époque où tous trois sillonnaient les Cévennes pour édifier leur monumental Temps Cévenol. Entre les recueils manuscrits de contes, de chansons populaires, les magnifiques paniers en éclisses de châtaigniers qui ont longtemps fasciné Jean Noël, des textes. Des textes bouleversants et acerbes du grand père Pelen qui raconte la mutinerie épineuse qu'il vécu au sein même de son jardin dans "La révolte des chardons", les mots lumineux de "Récit aux miroirs", textes inédits (J.N. Pelen) ou encore la correspondance époustouflante de Georges Fontanes, auteur des "Quatre temps" ou la vie d'un mineur cévenol.

Grâce à la collaboration active de la phonothèque de la MMSH (Véronique Ginouves et Corinne Cassé), deux séances d'écoute de documents d'archives issus des collectes de Jean Noël Pelen ont été l'objet d'un vif intérêt de la part du public, y compris de la part de nombreux locaux, cévenols d'adoption ou de cœur. Ces écoutes ont donné la possibilité à tout un chacun de plonger dans une parole vive ancrée dans l'expérience du lieu et du temps.

Dans la soirée, la veillée a réuni amis et musiciens, Collectif Manja Pelos, Clair de Terre, Tornamai, Cor Galeisonenc autour du répertoire musical collecté par Jean Noël lui même dans ses enquêtes de terrain, Claudette Castell et Nicole Coulomb et Pierre Laurence, ethnologues ayant travaillé également sur le territoire cévenol.

C'est un réel enjeux que celui du traitement d'archives sonores avec toute les difficultés inhérentes à ce type de matériau, mais la mémoire doit s'entretenir, se réveiller, devenir outil, un atout.  La restitution de ces collectes auprès du public sous la forme d'écoute, de réinterprétations musicales permet d'entretenir cette mémoire, plus que cela, de la retrouver vivante, la faire sienne.

 Crédits photographiques : Laurent Aiglon, Sainte-Cécile-d'Andorge, décembre 2011.

 

L'archive sonore apprivoisée ou l'approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d'une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l'entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d'une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d'enregistrer le répertoire conséquent d'un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu'il  nomme Sur le pont d'Avignon. Au cour de l'entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l'enlèvement d'une jeune fille par trois cavaliers qui l'emmène pour leur plaisir jusqu'à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d'être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L'ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d'une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l'entretien : rythme, origine de la chanson, condition d'apprentissage et contexte d'interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre "La belle qui fait la morte pour son honneur garder". On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d'autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d'autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d'enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d'écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de "l'incipit littéraire" qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : "Sur le pont d'Avignon, trois belles s'y promènent" et "Rosette se promène, tout le long de son jardin".

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d'archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l'amplitude de la valeur informative et de l'identité d'un item sans jamais le découper de sa matrice d'origine, l'entretien qui l'a livré, ni de l'ensemble des autres items qui l'accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L'œuvre d'art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d'enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la "Mémoire orale du Mont Lozère" et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d'airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d'un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s'est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l'horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d'amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les "bêtises" de jeunesse, les paroles occitanes d'un air de polka ou de bourrée.

L'ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l'ai vu passer le papet devant la porte

L'ai vist passar que pensav' anar gostar / Je l'ai vu passer qu'il pensait aller goûter

Portav' un piòch, una pala sus l'espatla / Il portait une pioche, une pelle à l'épaule

Portav' un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l'époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités "avant la télévision" était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L'ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l'orthographe. Auteurs d'une thèse de troisième cycle d'études occitanes sur les "Chansons et danses populaires du Mont Lozère"3;La barque qui allait sur l'eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l'enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d'une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l'herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s'était couché là-haut dans l'herbe. Et quand il s'est réveillé, l'herbe avait tellement poussé qu'elle l'avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s'était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s'est dit :

- Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu'es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s'est mis à manger l'herbe :

- Es pas possible quant erba qu'ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s'est mis à couper l'herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu'èra pas d'acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

- Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c'est suffisant pour tout le jour ?

- Oh si, la viande des os c'est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n'y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d'herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

- Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

- Si sabiòtz coma l'erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l'agriculture et l'exode des jeunes générations. Plusieurs classes d'âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d'enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d'abord elle aborde des questions intemporelles sur l'identité d'un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d'un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d'illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d'enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d'occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l'eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L'ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l'entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n'est pas possible, qu'est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n'est pas croyable toute l'herbe que j'ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d'Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n'était pas d'accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l'herbe du rocher est bonne, c'est la meilleure. []

Le catalogue Laforte, un outil au service des phonothèques de l'oral

Conrad Laforte et Patrice Coirault sont les compagnons de route de ceux qui gèrent des fonds d'archives sonores dont les collections portent sur le domaine de la littérature orale. En effet, tout comme le conte1, la chanson de tradition orale court le monde avec ses versions qui changent d'un village, d'une région, d'un continent à l'autre. Conrad Laforte (1921-2008), ethnologue, bibliothécaire archiviste, professeur à l'université de Laval, a créé le premier catalogue international de la chanson folklorique française en six volumes (1977-1987). Ainsi, au moment de l'indexation d'une chanson, ce catalogue permet de relier une version chantée à un titre uniforme.

Trouver une bibliothèque qui propose un exemplaire papier de la totalité des volumes n'est pas des plus facile2 . Plusieurs volumes du catalogue ont été numérisés dans le cadre du projet Google books mais aucun n'est entièrement en libre accès. La classification dans son ensemble peut toutefois être parcourue à travers la base de données de Dastum3 qui a utilisé le catalogue Conrad Laforte pour l'indexation de la littérature orale de ses collections sonores.

Prenons par exemple la chanson "Rossignolet du bois", vous en trouvez deux versions dans les notices de la base de Dastum, quatre dans celle de la phonothèque de la MMSH, six sur celle du centre occitan des musiques et danses traditionnelles. Toutes ces versions sont regroupées sous le même code, ici  [LAF] II, F-09  c'est à dire que dans le deuxième tome du catalogue Laforte,  dans la partie des chansons strophiques

A. Chansons à caractère épique (ou tragique)

B. Sujets religieux

C. Chansons romanesques

D. Chansons comiques

E. Chansons idylliques

F. Chansons bucoliques

G. Chansons saisonnières

H. Cycle de voyage : les départs

I. Cycle de voyage : les retours

J. Cycle de voyage : le déserteur

K. Cycle de voyage : la navigation

L. Cycle de voyage : les coureurs de bois, les chantiers forestiers, la drave, etc...

M. Cycle de voyage : les militaires

N. Cycle de voyage : l'ennui et les messages

O. Chansons sur l'état civil et les conditions sociales

P. Chansons de circonstance

Q. Chansons d'ivrogne

R. Chansons à boire

Ainsi "Le rossignolet sauvage" est la neuvième chanson présentée dans la section "F" des chansons bucoliques.  Conrad Laforte en propose des versions sur plus de quatre pages de bibliographie.

J'avais déjà remarqué que trouver des versions électroniques en libre accès de ce type de monographies peut devenir très compliqué. D'après mes recherches, seuls trois volumes de la classification de Conrad Laforte sont accessibles en ligne sur Google Books en aperçu : le volume deux sur Les chansons strophiques, le volume quatre sur Les chansons énumératives et le volume cinq sur Les chansons brèves (les enfantines). Certes, en aperçu certaines pages ne sont pas accessibles  mais il est possible de faire des recherches sur les mots du titre des chansons et les numéros des catalogues, lorsqu'on connait la difficulté de manipuler le catalogue papier, c'est tout de même un avantage. Il faut également noter que l'ouvrage écrit avec Carmen Roberge  sur Les chansons à caractère religieux (1988) n'est, lui aussi, qu'accessible en aperçu mais sa consultation est très pratique car la table des matières est bien faite et affiche les titres des chansons cliquables. Ce n'est pas rien au vu de l'interface pas toujours facile à utiliser de Google Books. Intérêt supplémentaire de cet ouvrage, toutes les chansons sont accompagnées de leurs partitions musicales  (mais ciblez votre recherche, vous ne pouvez visualiser qu'un nombre de page limité).  Si vous connaissez ou trouvez d'autres ouvrages de Conrad Laforte en texte intégral, merci de les signaler dans les commentaires !

L'occasion vous est offerte aujourd'hui de mieux comprendre la force et la richesse de ce catalogue à travers des mélanges posthumes qui viennent d'être publiés autour de l'oeuvre de Conrad Laforte sous le titre "M'amie, faites moi un bouquet..."4. Jean-Nicolas De Surmont a dirigé ce travail collectif, publié avec la collaboration de Serge Gauthier, qui réunit 17 articles de 19 auteurs. L'appel à contribution avait été lancé dès 2006 et ce sont les Presses de l'université de Laval qui ont publié cet ensemble qui porte à la fois sur et autour de l’œuvre de Conrad Laforte. Belle occasion, c'est justement en 2011 que les PUL ont relancé la collection Les archives de folklore fondée en 1946 par Luc Lacourcière et aujourd'hui dirigée par Jean-Pierre Pichette5. Ce dernier publie d'ailleurs un entretien avec Conrad Laforte au début de l'ouvrage. Formons le souhait que d'autres titres suivent sur ce domaine car les archivistes de la tradition orale ont toujours besoin d'outils or, les publications sur cette thématique de recherche tendent à se raréfier ces dernières années.

  1. Sur le conte, je vous renvoie également vers le billet sur La classification Aarne et Thompson, un outil pour les phonothèques de l'oral, du 26 avril 2011 []
  2. Une rapide interrogation du SUDOC montre que le nombre de bibliothèques qui le détiennent sont peu nombreuses et que souvent, certains volumes sont manquants. Comme les notices de localisation du SUDOC ne sont pas citables, je vous laisse faire la recherche... []
  3. Dastum, qui signifit "recueillir" en langue bretonne, est une association qui depuis les années 1970 collecte la littérature orale en Bretagne. Plus de 8000 heures, numérisées et indexées, sont accessibles au public sur place et une grande partie est en ligne. []
  4. La phonothèque de la MMSH y publie un article, sous le titre Les phonothèques de l'oral en France, catalyseurs de nouveaux corpus interdisciplinaires sur l'oralité. L'article est déposé sur HAL-SHS sous deux versions la première date de 2008, elle a été mise à jour en 2011  []
  5. A propos de cette collection, vous pouvez lire l'article de L'encyclopédie canadienne. Encyclopédie de la musique au Canada [Consulté le 19 novembre 2011] []

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d'anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l'histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l'un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l'on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C'est ce qui fait, d'un premier abord, tout l'intérêt du croisement de ces différents types d'interprétation d'une même chanson. Qu'elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d'une amante), un drame domestique (femme d'un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d'un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d'une pratique du chant comme moyen de se distraire, d'apprendre des nouvelles de l'extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l'écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu'elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises "d'oreille" pour quelques unes.

L'attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d'origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s'embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d'autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l'écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l'écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d'en interpréter une chanson, même s'ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l'écriture a fait l'objet d'un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que "la condensation à travers l'histoire d'apports hétérogènes" des différentes migrations, plus qu'un "répertoire spécifique de chants indigènes", ont donné "la richesse et l'originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont".

Au sein de la collection d'enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l'ampleur esthétique d'un chant, par sa version initialement recueillie auprès d'un ancien mineur, par exemple pour les morceaux "En revenant de Lille j'ai fait l'amour à une fille" ou "Le pauvre vigneron", et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d'un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l'article de Christian Bromberger, Les chansons ''populaires'' : hétérogénéité et ambiguïtés d'un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l'ethnologie d'une vallée vaudoise. Documents d'ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

Chants populaires de la Basse-Bretagne : mise en ligne des ouvrages de François-Marie Luzel (1874 et 1868)

Standing stones at Kermario, Carnac, Britanny, France
Les catalogues de chansons traditionnelles sont essentiels aux phonothécaires qui les utilisent pour l'analyse et l'indexation de la littérature orale enregistrée sur le terrain.  Pour le conte, la classification internationale Aarne et Thompson, permet d'organiser les différentes versions autour de titres uniformes. Pour la chanson, il n'existe pas d'outil à vocation universelle. Les principaux catalogues sur le domaine français sont nationaux ou francophones, mais la plupart du temps les archivistes du son utilisent des ouvrages, de type anthologie, qui couvrent des zones culturelles. Certains sont encore publiés aujourd'hui, la plupart datent du 19e siècle et du début du 20e siècle, quand les folkloristes se sont attachés à la chanson populaire.

Ces jours ci, la bibliothèque universitaire de Rennes a mis en ligne les deux volumes d'un ouvrage important pour la chanson traditionnelle :  les "Chants populaires de la Basse-Bretagne - Gwerziou Breiz-Izel" (1874 puis 1868), recueillis par  François-Marie Luzel (1821-1895). Une aubaine pour les archivistes de l'oral ! Cet enseignant, également archiviste, juge et journaliste à ses heures, s'était lancé dès 1864 dans la collecte du patrimoine populaire en Bretagne, aussi bien dans le domaine du conte que du théâtre ou de la chanson. Ses archives sont rassemblées, dans leur grand majorité, à la Bibliothèque municipale de Rennes. Pour les bretons mais aussi pour ceux qui, plus largement, s'intéressent à la chanson traditionnelle, l'accès simplifié à ce recueil est capital.

Ravie de ma trouvaille et de ma rencontre avec François-Marie Luzel, j'ai recherché ses deux autres volumes sur la chanson. L'édition des Soniou Breiz-Izel de 1890 est disponible en libre accès sur Gallica et le tome 1 de la réédition de Donatien Laurent chez Maisonneuve et Larose en 1971 est en "en accès limité" sur Googlebooks. Les quatre volumes sont également en cours de traitement chez Wikisource, et les éditions de Luzel sur la chanson font peut-être partie de la collaboration BnF/Wikisource et nous aurons bientôt le résultat de ce travail.

Entre ces quatre  éditions électroniques des catalogues de Luzel, sans aucun doute le site le plus ergonomique pour les consulter  est celui publié par la BU de Rennes à l'aide d'Omeka, du Center for History and New Media (oui le même laboratoire qui développe Zotero). Pour l'utilisateur, le menu en haut de la page est vraiment pratique. Il propose en seul coup d'oeil de consulter l'ouvrage numérisé, voir sa notice, en lire une présentation, consulter sa table des matières ou rechercher par mots. Dans la recherche, le mot apparaît sur la droite, les différentes informations nécessaires à la catégorisation et une citation rapide de l'ouvrage sont là avec un petit plus, l'affichage de la géolocalisation de l'édition. François-Marie Luzel, qui a aussi été archiviste, aurait apprécié...  Les responsables du projet à la BU de Rennes, Laurence Leroux et Julien Sicot, font part de leur expérience dans un diaporama qui donne envie de se lancer dans une expérience similaire. N'hésitez donc pas à visionner Omeka ou comment réaliser une bibliothèque numérique à l'échelle d'un SCD (mai 2010).

Références citées :

Luzel, François-Marie (1821-1895), "Chants populaires de la Basse-Bretagne : premier volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel ," in Bibliothèque numérique - Université de Rennes 2, Item #321, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/321 (accessed August 27, 2010).

Luzel, François-Marie (1821-1895), "Chants populaires de la Basse-Bretagne : second volume / recueillis et traduits par F.M. Luzel ," in Bibliothèque numérique - Université de Rennes 2, Item #322, http://bibnum.univ-rennes2.fr/items/show/322 (accessed August 27, 2010).

Crédits photographiques :  Woman at standing stones / Menhirs at Kermario alignments in Carnac, Britanny. Photographe inconnu.  Permalien :  http://www.kms.raa.se/cocoon/bild/show-image.html?id=16001000218244 [Kulturmiljöbild - The Swedish National Heritage Board's photographic database]. Pas de restriction de droit connu.

Sonore et amoureux, un deuxième aperçu du corpus yéménite de Marceau Gast


Riche des enquêtes sur les pratiques agricoles des populations du Yémen du nord dans les années 1970-1980, le corpus yéménite de l'ethnologue Marceau Gast contient également quelques chants et morceaux instrumentaux. Certains s'inscrivent dans le cadre d'une cérémonie comme le mariage. D'autres sont enregistrés lors de moments plus informels.

C'est le cas de l'extrait que nous vous proposons ici  : durant ce court moment, Marceau Gast échange quelques paroles et rires avec un groupe d'enfants et d'adolescents. Nous sommes dans un village de la région de Sadah au nord-ouest du Yémen, en novembre 1974. C'est la première année de terrain pour l'ethnologue dans ce pays du sud de la péninsule arabique. L'extrait sonore fait entendre un jeune garçon, entouré des encouragements et des rires de ses camarades. Ce garçon, que l'on devine adolescent au timbre de sa voix, entonne au micro un chant d'amour.

Du refrain voici une transcription en arabe et une proposition de traduction en français :

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Traduction

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis assoiffé
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu'il n'y a rien
A cause de toi, mon amour, si tu me dis qu'il n'y a rien

Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d'amour
Ô musulmans, ô serviteurs de Dieu, je suis éperdu d'amour
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi
Je suis celui qui dort sous (la fenêtre ?) du roi

Transcription et traduction de la chanson: Hanan Maloom, François Dumas
Crédits photographiques: Laure Principaud

A second and loving taste of the yemenite corpus of Marceau Gast

Rich of inquiries on agricultural practices of North Yemen's population in the years 1970-1980, the Yemenite corpus of the ethnologist Marceau Gast also contains a few songs and some instrumental pieces. Some may be parts of ceremonies like weddings, others are recorded during informal moments.

As the extract that we put forward here  ; Marceau Gast exchanging words and laughter with a group of children and teenagers of a village of Sadah region in the northwest of Yemen. We are in november 1974, it's the first year of the ethnologist's field in the south of Arabian peninsula. On the recording, between the encouragements and the laughter of his friends, a young boy, that we guess is a teenager to the tone of his voice, starts singing a love song.

Of the tune here is a transcription in Arabic and a proposition of translation in english:

يا مسلمين يا عباد الله انا عاطش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش

في ذمتك يا الحبيب لو قلتلي مابش


يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

يا مسلمين يا عباد الله من الهايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

وانا الذي تحت (شباك؟ شبان) الملك نايم

Transcription

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh ʻanā ʻāṭš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš
Fī ḏammitak yā l-ḥabīb law gultalī mabaš

Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Yā maslimīn  yā ʻibād Allāh man al-hayim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim
Wa ʼanā llaḏī taḥt (šubāk? Šubān) al-malik nāyim

Translation

Ô muslims, ô servants of God, I'am thirsty
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing
Because of you, my love, if you tell me that there is nothing

Ô muslims, ô servants of God, I'm the everlasting lover
Ô muslims, ô servants of God, I'm the everlasting lover
I'm the one who sleeps under (the window?) of king
I'm the one who sleeps under (the window?) of king

Transcription : Hanan Maloom, François Dumas
Translation: Laure Principaud (thanks to Isabelle Blouet)