Archives pour l'étiquette chanson

“La compagnie de ce charmant repas est si jolie que je ne la quitte pas”

La commission documentation de la FAMDT doit être de belle compagnie puisque voilà bientôt 20 ans qu’elle échange, archive, publie, valorise des enregistrements de terrain… Pour mieux faire connaître leur travail et faire entendre les voix des anonymes conservées dans les centres de ressources liés à la FAMDT, les documentalistes ont décidé de proposer un tour sonores de leurs archives. Celui qui est proposé dans ce premier billet, présente des chants, des recettes et des ambiances de repas que vous pouvez retrouver et réécouter sur les différentes bases de données du réseau FAMDT ou sur le Portail du patrimoine oral, catalogue collectif de l’ensemble des centres de ressources associés à ce réseau.

imagedastum

La chanson dont les premiers vers donnent le titre du billet, est interprétée par Marie Rigodias originaire de Saint-Rémy-sur-Durolle. Elle a été enregistrée par Jean Dumas un été de 1960 quand il arpentait le Puy-de-Dôme avec son magnétophone à bandes. Aujourd’hui cette chanson peut être entendue et restituée dans son contexte de collecte et avec les documents associés à l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne – AMTA.


Enquête n°AMTA0287

Dans les collectes de Jean Dumas, vous trouverez d’autres chansons issues du répertoire du territoire de Saint-Rémy-sur-Durolle, que Marie Rigodias – surnommée “La Fouine” – aimait chanter. Elle avait une prédilection pour les chansons gaies et sa maîtrise du timbre, ses ornementations, son interprétation au rythme soutenu, lui donnait une place particulière dans les chanteuses de la région1.

Passons aux plats de résistance ! En Catalogne les escargots se mangent grillés dans leur coquilles, simplement accommodés d’herbes, de sel et de poivre. Dans les années 1950, la Compagnie des gais troubadours catalans interprète un chant en l’honneur de la Cargolata composé par un de ses membres, Georges Barthès en 19402. Si vous souhaitez consulter les paroles de ce chant qui précise la recette des escargots au four à l’ail et au piment, vous pouvez vous rendre au CIMP – Centre Internacional de Música Popular où il est archivé3. Vous y découvrirez également un musée des instruments de musiques traditionnelles.

La liste des plats d’un menu se prête bien aux chansons traditionnelles dites énumératives ou randonnées : voilà deux chansons qui viennent illustrer cet exemple.

“La Première partie de la foire à la Loire” a été collectée puis archivée par l’association normande La Loure, a été répertoriée dès 1903 par nombre de collecteurs en France et au Canada. La foire de la Loire. Cette chanson de noces, dresse une table où Pantagruel se trouverait à l’aise.

Enquête  n°0756-02

Dans cette chanson collectée en 1980 et archivée à la Maison du patrimoine oral,  la semaine en Bourgogne débute chichement par une soupe bouillie et se termine de façon satirique comme un air de vêpres au milieu des victuailles, la chanteuse parodiant l’intonation du prêtre qui fait sa messe.

Enquête MPOB n°1257a02_03

amtaA table, il ne suffit pas de chanter, il faut aussi manger ! Les collecteurs du réseau de la FAMDT ne se sont pas limités aux oeuvres orales, ils ont aussi pris en compte le contexte culturel des témoins qu’ils enregistraient. Ainsi, dans ce domaine nombre de recettes anciennes et de façon de se mettre à table sont rapportées par toutes les voix qui se croisent sur le Portail du patrimoine oral :

– Les recettes de beignets, boudin et civet de lapin délivrées en occitan par Angèle Chabeaudie, née au village de Montazeau (commune de Rochechouart) en Haute-Vienne. Son répertoire de chansons traditionnelles et ses récits de la vie au village ont été enregistrés par Robert Dagnas dans le cadre de l’Institut d’études occitane du Limousin, dont les collectages sont conservés et valorisé par le CRMTL – Centre régional musique traditionnelles en Limousin.

– La recette des miques au miel, aux farines de maïs et de blé, enregistrée auprès de Mademoiselle Jamet à La Réole (33) par Jacques Boisgontier. Elle est conservée et valorisée par le COMDT – centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles.

Enquête n°2581-2

– Dans le Poitou, Paul et Aline Micheneau, originaires de Moncoutant nous racontent4 comment on fabriquait les tourtisseaux, délicieux petits morceaux de pâtes sucrées frites

Enquête n°003775_55

– Enfin, la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme5 offre dans ses archives de nombreuses recettes et d’enquêtes autour de la commensalité. Voilà ici, dans un extrait en langue occitane enregistré en 1965, la présentation des plats de fête tout au long de l’année en Provence :

Enquête n°MMSH4652 – cote F3581

C’est avec les plats de fête que nous quittons cette belle compagnie… d’autres tours de France sonores vous seront présentés prochainement. Toutes ces archives peuvent être écoutées à partir de vos recherches sur le Portail du patrimoine oral.

Les auteurs du billet : Stéphanie Coulais (CERDO), Yvon Davy (La Loure), Eric Desgrugillers (AMTA), Eva Durif (CRMTL), Véronique Ginouvès (MMSH), Marie Grollier (CIMP), Marie-Laure Labois et Michaël O’Sullivan (MPOB), Jean-Luc Ramel (Dastum), Gwenaëlle Sarrat (COMDT).

Crédits photographiques :  Repas des anciens a Ploneour Lanvern (N° inv. 3738203)  [s.n.]Le Roy, Y. (Loguivy-Plougras) éditeur ), vers 1903, sur la photo à la une, puis collectage de Jean Dumas dans les années 1960 source AMTA enfin “Environs de la Roche Bernard : Noce bretonne, le repas” vers 1903 issue des archives de l’association Dastum.

 

  1. A propos de l’interprétation des chanteurs traditionnels d’Auvergne, nous vous renvoyons à la lecture du mémoire de diplôme de fin d’étude des musiques traditionnelles d’Éric Desgrugillers, documentaliste à l’AMTA accessible en ligne. []
  2. Ce plat local sonore interprété par un orchestre de guitares, mandolines et luths, a été dépeint par l’auteure catalane Llúcia Bartre comme « (…) Una cançó descascada, llisa com un allioli, rica de pebrina i de veritat» – une chanson dépouillées, lisse comme une aïoli, riche de poivrons et de vérités []
  3. L’archive présentée dans ce billet fait partie du fonds de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, laboratoire du Centre d’ethnologie française), aujourd’hui MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Comme pour l’ensemble du réseau documentaires de la FAMDT, des copies des enregistrements inédits réalisés dans le cadre de missions du CEF ont été déposées dans les centres de ressources. Ce chant fait partie des fonds fonds collectés en Catalogne française (Roussillon) et déposé au CIMP en novembre 2012. Pour la diffusion de ce chant, nous remercions les archives du MuCEM de nous avoir donné l’autorisation de l’écoute en ligne, []
  4. L’enregistrement a été réalisé par l’association ARCuP en 1985. Les recettes ont été publiées chez Geste Editions en 2015. Les archives sont conservées et valorisées au CERDO de l’UPCP Métive. []
  5. N’oubliez pas tous les derniers lundi du mois d’aller sur le carnet de a phonothèque de la MMSH, une recette issue de ses archives sonores vous est présentée []

La descize sur le Rhône et La chanson de Saint-Nicolas : deux chansons de la fête votive de Châteuneuf-du-Rhône

Jean-Claude Bouvier, professeur émérite de l’Université Aix-Marseille1, spécialiste en linguistique provençale (dialectologie, onomastique, ethnolinguistique) a déposé l’ensemble des sources de sa recherche en  2013 à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH. Ces archives ont été collectées pendant sa thèse sur Les parlers provençaux de la Drôme, soutenue en 1973, et dans le cadre de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Provence2.

Dans ses enquêtes Jean-Claude Bouvier ne s’est pas limité à collecter des listes de termes en langue provençale pour la publication des atlas linguistiques, mais il a enregistré des ethnotextes. Ceux-ci permettent de comprendre le contexte du discours et le lien avec l’identité des témoins.3

Au cours de cette collecte, Jean-Claude Bouvier a recueilli deux chansons dans la commune de Châteauneuf-du-Rhône, dans le département de la Drôme, durant le mois d’août 1968. Toutes les deux se rapportent à l’usage de la batellerie sur le Rhône et sont interprétées par Charles-Louis Brugier4, il s’agit de «La descize sur le Rhône » et de « La chanson de Nicolas ».

Ces deux chansons étaient indissociables de la fête votive traditionnelle de Châteauneuf-du-Rhône qui avait lieu chaque année le 6 décembre pour la Fête de Saint Nicolas5.

Jean-Claude Bouvier a décrit ces deux chansons dans un article publié en 1974 dans la Revue régionale d’ethnologie : Le monde alpin et rhodanien  sous le titre «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)».6. Nous vous proposons de lire cet article dans sa version numérisée ci-dessous7. Ce texte est publié avec l’aimable autorisation du Musée Dauphinois a pour projet de mettre en ligne en texte intégral les collections du Monde alpin et rhodanien, d’ici la fin de l’année 2015, en collaboration avec la bibliothèque Diderot de l’ENS de Lyon.

L’intégralité de l ‘enquête menée par Jean- Claude Bouvier peut être entendue sur la base données Ganoub.

 

Crédits photographique : “Man and woman towing a cargo-boat Trough a ship-canal”. The Netherlands, 1931, [Spaarnestad  Photo, SFA001004154], https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3280638429/.  Aucune restriction des droits d’auteur connue. crédits photographique player SoundCloud: Édouard Baldus, Avignon, Pont St. Bénezet -The Metropolitan Museum of Art, ca 1864. www.metmuseum.org/collection/the-c…ne/search/287332. Domaine Public.

  1. La fusion des université a eu lieu en 2011, Jean-Claude Bouvier était auparavant rattaché à l’Université de Provence. []
  2. Jean-Claude, Bouvier et Claude, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1975. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel, et Marcel, Gaillard,  Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1979. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Pierre, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, CNRS, 1975-1986. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Charles, Rostaing, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Ed. du Centre national de la recherche scientifique, 1986. []
  3. Vous pouvez retrouver l’ensemble du corpus de l’Atlas Linguistique de la Provence dans la base de données de la Phonothèque. []
  4. Natif de Châteauneuf-du-Rhône, Monsieur Brugier y est né en 1887 []
  5. La paroisse de Châteauneuf-de-Rhône avait comme Patron Saint-Nicolas, évêque de Mire au IXe siècle, patron des bateliers et des enfants []
  6. Jean-Claude Bouvier, «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)», Revue régionale d’ethnologie. Le monde alpin et rhodanien., 109–122 p. , vol. 2-4, Grenoble, 1974. []
  7. Nous remercions Christian Champaloux de la Médiathèque de la MMSH qui a numérisé le document. []

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement – en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

“On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
“Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée… ”
Et je lui ai donné  – mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit “C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle”

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit “Une jeune fille chante au bord de la rivière”. Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre.”

Crédits photographiques de l’image “à la une” : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University – SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

Polyphonies des collections sonores européennes

TenoreOliena

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
– le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
– l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant sarde, enregistré par Bernard Lortat Jacob en 1992 à Britti (province de Nuoro), CREM

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

Qui veut entendre une chanson, nouvellement nous la dirons…

oiso

Dans une Ardèche pas si lointaine où la tradition orale se transmettait encore de bouche à oreille, dans les années 1980, de jeunes gens, musiciens ou chercheurs ont enregistré plus de 500 chansons traditionnelles auprès d’anciens dans plusieurs cantons du Vivarais. Ainsi, Sylvette Béraud-Williams a arpenté le pays de Boutières, Aline et Dominique Laperche, les Cévennes et Christian Oller le Haut-Vivarais. Ce corpus n’est pas accessible pour le moment dans une archive (excepté le fonds de Sylvette Béraud-Williams déposé en partie à la phonothèque de la MMSH), mais l’association l’Aigardent en avait publié une partie en 1985 sous la forme d’un 33 tours documenté par un livret. Il réapparaît aujourd’hui, numérisé : il mesure désormais 12 centimètres et il est toujours accompagné de sa brochure.

Sept femmes et huit hommes, nés entre 1899 et 1929, interprètent tour à tour leurs complaintes, chansons d’amour ou chansons grivoises, chant de Noël, de quête ou de Carnaval, chanson à danser ou à rythmer le travail, chanson de noces ou de veillées… Cet “arrêt sur son” nous renvoie trente-cinq ans en arrière, vers une belle histoire, celle qui a permis de bâtir de nombreuses phonothèques à travers la France.

Voilà un voyage dans le temps bien joyeux. Les textes qui contextualisent dans le livret les 24 chansons nous racontent quelques bribes des vies de chaque interprète. Ces hommes et ces femmes étaient pour la plupart paysan-ne ou travaillaient ou comme ouvrier-ère dans des moulins à blé ou des filatures. Les occasions pour chanter ne manquaient pas, souvent en lien avec le travail, le rythme des saisons, les rites de passage, les veillées ou les fêtes de village.

Certains interprètes vous resteront dans l’oreille. Peut-être Rose Derail qui chantait à la voix dans les bals de village (titre 4, face A), ou alors Milou Liotard et son frère Roger qui interprètent à eux seuls huit titres dans le disque ou encore Marie-Victoire Chazel qui nous laisse une jolie interprétation de Rossignolet du bois (titre 11, face B), dont on retrouve des versions du côté des Pyrénées ou en Bretagne et que Malicorne interprétait déjà en 1973 dans son premier disque, Pierre de Grenoble. Ces voix a cappella nous bousculent. Profitez de l’émission en podcast d’Hélène Azéra “Chanson Boum!” du 22 décembre 2013 (France-Culture), qui diffuse à la 25ème minute une chanson issue du disque : “Je suis fillette à plaindre” (titre 7, face B), interprétée par Madame Dumas.

Disque et livret “Apprends moi ton langage” Chansons des Pays d’Ardèche. Enquêtes , enregistrement et réalisation : Sylvette Béraud-Williams, Dominique Laperche, Christian Oller, Aline Sévilla, 12 euros, à commander à famdta@famdt-ardeche.fr ou 06 52 05 48 61.

Crédits photographiques : Roodborstje – European robin (Erithacus rubella) par Martha de Jong-Lantink, 2013, CC BY-NC-ND 2.0.

Chanter pour planter le blé


Dans son ouvrage Alimentation des populations de l’Ahaggar. Etude ethnographique, Marceau Gast consacre un chapitre au blé (Partie II :  “Production, préparation et consommation des aliments”,  p. 78-101).  Ses archives sonores documentent en partie sa démonstration scientifique1. Une de ses enquêtes de terrain2  illustre en particulier un passage (page 79) qui décrit le défrichage collectif des jardins.

Chant agraire de l’Ahaggar (extrait de l’enquête n°4204)

L’enregistrement a été réalisé à Idélès, un village touareg au nord-est de Tamanghasset, en décembre 1964.

Marceau Gast décrit ainsi les activités liées à ce chant :

Le défrichage de la terre ou son défoncement, comme le transport des couffins de terre nouvelle, seront effectués souvent en association avec plusieurs jardiniers. (…). Ces travaux d’entraide collective rythmés par des chants qu’il est émouvant d’entendre au milieu des jardins. Les hommes, serrés côte à côte,  avancent en cadence, reprenant en coeur la ritournelle qui accompagne les couplets du meneur. Les houes s’entrechoquent, la poussière monte, l’enthousiasme et l’entrain sont de rigueur. A la fin de la matinée le bénéficiaire de l’entraide apporte un plat de nourriture, mangé au milieu du champ. Les voiles des visages sont déposés sur les talus avec les tuniques ; la plupart des hommes sont torse nu et tête nue. On mange des dattes pilées que l’on puise à la main dans un plat de bois, ou des crêpes de farine de blé, arrosées d’une sauce avec des légumes, ou du couscous à gros grains (tikhammzin), si ce n’est une bonne bouillie de mil bien compacte. Après ce repas en général rapide (10 minutes environ), on prépare le thé et chacun retourne ensuite à ses occupations. Les travaux collectifs durent autant de temps qu’il est nécessaire, une, deux, ou plusieurs demi-journées.

Marceau Gast rédige, à cette occasion, une longue note sur le terme “touiza” qu’il prête aux “Algériens du nord” sans faire le lien avec le terme “tiwsé” qui en tamahaq a le même sens de “travaux d’entraide collective” et a été également assimilé dans toute la littérature du début du XXe siècle à la notion de “tribut” ou de redevance3. Il note comme nom local de ce chant le terme “el barah” ou “el brih”.

Voilà la note de Marceau Gast spécifique au chant, transcrite de son ouvrage (toujours page 79) :

Brih : signifie en arabe algérien : l’annonce, le ban, le cri, la proclamation, la publication par un crieur ;

Cf.  Beaussier (M.) : Dictionnaire pratique arabe-français, Alger, Typo-litho, 1958, p.42. L’institution d’assistance se dit, dans le Nord de l’Algérie, taoussa ou touiza. « Institution d’assistance, la tawsa est en réalité un prêt en espèce ou en nature, à l’occasion d’une fête. La personne qui l’a reçue est tenue de la rendre au moins à valeur égale, à celui qui l’a versée. Voilà pourquoi on donne à la tawssa une large publicité par l’emploi d’un crieur. Ce détail est fondamental »

Cf.  M’Hamsadji (N.), Usages et rites alimentaires d’une contrée rurale d’Algérie, A.I.E.O, t. XIV, 1956, pp.314-316. Nous comprenons mieux pourquoi les agriculteurs de l’Ahaggar nomment leurs travaux collectifs rythmés par des chants elbrikh (déformation berbère de elbrih). Le chant lui-même s’appelle el barakh, « quand quelqu’un veut faire un travail très urgent, ou un travail difficile pour peu d’ouvriers mais facile pour un grand nombre, il convoque tous les travailleurs du lieu et leur demande de lui accorder, gratis, par l’amitié, ou moyennant salaire, tous ensemble à un moment déterminé, quelques heures, ou un jour, ou deux ou trois jours de travail. »

Cf Foucauld (P. de), Dictionnaire touareg-français, tome 3, p. 994. Cette assistance collective se termine en général par un petit repas ou un thé; elle n’a pas le caractère rigoureux de prêt en retour consacré dans le Tell. Cela se comprend très bien quand on sait combien les communautés paysannes forment des unités vouées au même sort et où la morale publique a force de loi.

3/25_Dictionnaire touareg-français (Dialecte de l’Ahaggar) – Charles de Foucauld__CH /c/ (120-137)

 

Merci à Hélène Claudot-Hawad pour ses conseils et sa relecture.

 

Crédits photographiques : photographies de Marceau Gast, issues de son livre “Alimentation des populations de l’Ahaggar” (1968) : planche XI, les semailles, le travail collectif. 

  1. Marceau Gast a déposé ses enquêtes de terrain à la phonothèque de la MMSH. Les collections du Queyras et du Yémen ont été traitées, celles sur le Sud du Sahara sont en cours de traitement avec le soutien de la TGIR Corpus. []
  2. Cette enquête est déposée à la phonothèque de la MMSH sous le numéro 4204 []
  3. Voir H. Claudot-Hawad, « Iseqqemâren », in Encyclopédie berbère, 25 | Iseqqemâren – Juba [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 14 novembre 2012. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org1450 – Paragraphes 8 à 15 []

“La mélodie de la semaine”, à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association “La mélodie de la semaine“, offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais “All Rights Reserved” (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson “La barque aux 30 matelots”, une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée “Ont anarem gardar”. []

Echos des Cévenols d’autrefois. Jean Noël Pelen en Vallée Longue. (1971-1976) Une exposition sonore et visuelle

De gauche à droite: Pascal Jaussaud, Basile Brémaud, Gwennaël Baronnet, Jean Noël Pelen, Annie Courtan, Clément Gauthier, Nicolas Roche, Mana Seranno
Le collectif Manja Pelos.

L’occasion était trop belle, découvrir et redécouvrir les travaux de Jean Noël Pelen, écouter “la voix des ancêtres” mais aussi les voix d’aujourd’hui. Appréhender le microcosme monde, pour être au monde ; une idée de la vie et du temps quoi !

L’exposition montrée dans la salle communale de Sainte Cécile d’Andorge du 16 au 18 décembre 2011, élaborée par Jean Noël Pelen à la demande de la municipalité, nous a donné la possibilité de voir ou revoir les divers et nombreux ouvrages et collaborations de son parcours d’ethnologue et d’écrivain en Cévennes et en Provence. Apprécier aussi les photographies d’André Nicolas, compagnon de route de Jean Noël et Daniel Travier à l’époque où tous trois sillonnaient les Cévennes pour édifier leur monumental Temps Cévenol. Entre les recueils manuscrits de contes, de chansons populaires, les magnifiques paniers en éclisses de châtaigniers qui ont longtemps fasciné Jean Noël, des textes. Des textes bouleversants et acerbes du grand père Pelen qui raconte la mutinerie épineuse qu’il vécu au sein même de son jardin dans “La révolte des chardons”, les mots lumineux de “Récit aux miroirs”, textes inédits (J.N. Pelen) ou encore la correspondance époustouflante de Georges Fontanes, auteur des “Quatre temps” ou la vie d’un mineur cévenol.

Grâce à la collaboration active de la phonothèque de la MMSH (Véronique Ginouves et Corinne Cassé), deux séances d’écoute de documents d’archives issus des collectes de Jean Noël Pelen ont été l’objet d’un vif intérêt de la part du public, y compris de la part de nombreux locaux, cévenols d’adoption ou de cœur. Ces écoutes ont donné la possibilité à tout un chacun de plonger dans une parole vive ancrée dans l’expérience du lieu et du temps.

Dans la soirée, la veillée a réuni amis et musiciens, Collectif Manja Pelos, Clair de Terre, Tornamai, Cor Galeisonenc autour du répertoire musical collecté par Jean Noël lui même dans ses enquêtes de terrain, Claudette Castell et Nicole Coulomb et Pierre Laurence, ethnologues ayant travaillé également sur le territoire cévenol.

C’est un réel enjeux que celui du traitement d’archives sonores avec toute les difficultés inhérentes à ce type de matériau, mais la mémoire doit s’entretenir, se réveiller, devenir outil, un atout.  La restitution de ces collectes auprès du public sous la forme d’écoute, de réinterprétations musicales permet d’entretenir cette mémoire, plus que cela, de la retrouver vivante, la faire sienne.

 Crédits photographiques : Laurent Aiglon, Sainte-Cécile-d’Andorge, décembre 2011.

 

L’archive sonore apprivoisée ou l’approche successive du contenu

Le travail documentaire resserré au niveau d’une séquence sonore (ou item) révèle les trésors de l’entretien. Prenons un exemple de traitement réalisé au sein de la phonothèque de la MMSH. Lors d’une enquête dans le Piémont italien en 1984, Christian Bromberger a la chance d’enregistrer le répertoire conséquent d’un chanteur surnommé Robert le Diable. Celui-ci interprète en français une chanson qu’il  nomme Sur le pont d’Avignon. Au cour de l’entretien le chanteur livrera pas moins de trente et une chansons de son répertoire ! Cette chanson-ci parle de l’enlèvement d’une jeune fille par trois cavaliers qui l’emmène pour leur plaisir jusqu’à Paris. Arrivée sur place la jeune fille feint d’être morte pour échapper à son sort. Recherchée par son père elle sera déterrée, toujours vivante et ramenée en lieu sûr.

L’ensemble du travail piémontais est décrit dans la notice du corpus. Cette enquête avec  Robert le Diable est décrite au sein d’une notice générale, comme toutes les chansons interprétées. Chacune a été documentée  dans une notice particulière, générant ainsi trente et une autre notices. Elles décrivent le détail des chansons et toutes les informations livrées par l’entretien : rythme, origine de la chanson, condition d’apprentissage et contexte d’interprétation. Dans le cas qui nous intéresse, la chanson est identifiée, grâce à la classification des chansons françaises réalisée par Patrice Coirault1 comme appartenant à la catégorie des chansons de rapt [COI 13027], plus connue sous le titre “La belle qui fait la morte pour son honneur garder”. On peut ainsi rapprocher notre chanson entendue dans le Piémont d’autres versions existantes dans tout le répertoire des chansons de tradition orale et lui donner un deuxième titre d’œuvre en plus de celui déjà donné par le témoin.

Ce travail étant réalisé pour d’autres enquêtes, une interrogation de la base avec ce titre d’œuvre comme critère nous livre trois autres versions issues d’enquêtes en Cévennes et en Ardèche. Il nous est possible alors d’écouter et de comparer les versions par exemple avec cet exemple cévenol.


Au sein de chacune des notices item un champ prend une importance particulière : celui de “l’incipit littéraire” qui nous permet de noter les premiers mots de l’œuvre, la ou les premières phrases de la chansons. Ici : “Sur le pont d’Avignon, trois belles s’y promènent” et “Rosette se promène, tout le long de son jardin”.

Ce traitement rigoureux permet le recoupement de plusieurs corpus et de la mise en miroir de leurs points communs, au sein de la phonothèque mais aussi entre centres détenteurs d’archives sonores, au niveau national comme international du moment que ces données peuvent être mises en ligne. Il permet de révéler l’amplitude de la valeur informative et de l’identité d’un item sans jamais le découper de sa matrice d’origine, l’entretien qui l’a livré, ni de l’ensemble des autres items qui l’accompagnent.

 

Crédits photographiques : Quentin Metsys, Le prêteur et sa femme, huile sur panneau, 1514, Musée du Louvre, Paris. (détails et vue générale).  L’œuvre d’art représentée dans cette image et sa reproduction sont dans le domaine public mondialement.

 

  1. Patrice Coirault, Répertoire des chansons de tradition orale.  Ouvrage révisé et complété par Georges Delarue, Marlène Belly et Simone Wallon. Trois volumes. Paris, BnF, 2006. []

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la “Mémoire orale du Mont Lozère” et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les “bêtises” de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités “avant la télévision” était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []