Archives du mot-clé film

En ligne : Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel

Le Museum Association of Newfoundland and Labrador pour le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP) viennent de publier en ligne1 un Guide pratique pour la numérisation du patrimoine culturel immatériel.

Ce document fait un point sur tous les outils et les méthodes à notre disposition pour prendre en compte le patrimoine culturel immatériel (PCI) dans les projets de numérisation. Pour expliquer leur démarche, les auteurs partent de l’exemple du “caveau à légumes” (cf. photographie ci-dessus) pour nous faire comprendre l’intérêt de l’archivage numérique du PCI :

Qu’est-ce qu’une entrevue enregistrée au sujet d’un caveau à légumes peut nous apprendre sur le mode de vie des gens de l’époque? À qui cette information pourrait-elle être utile et comment pourrait-elle avoir un effet positif sur une communauté? Le fait de documenter les pratiques traditionnelles, comme la façon de bâtir un caveau à légumes et d’y entreposer des aliments, est important parce que si nous ne prenons pas le temps d’apprendre le savoir-faire du passé, certaines formes de connaissances traditionnelles pourraient devenir inaccessibles aux générations présentes et futures. La documentation est essentielle à la sauvegarde de notre patrimoine culturel immatériel. Cette pratique est importante pour le développement des communautés, puisqu’en contribuant à perpétuer des coutumes et des pratiques d’une valeur inestimable, elle atteste des expériences de vie des membres plus âgés d’une collectivité. Par ailleurs, en partageant du patrimoine culturel immatériel, on incite les jeunes générations à réfléchir à la façon dont certains aspects de leur communauté ont changé, et pourquoi. Alors que de plus en plus de caveaux à légumes donnent des signes de délabrement, les photographies et les histoires ont le pouvoir de nous rappeler que certaines traditions qui se perdent pourraient éventuellement redevenir utiles ou populaires dans l’avenir.

Après avoir décrit les processus de numérisation étape par étape pour les fichiers audio et vidéo et les documents photographiques, le guide présente une étude de cas sur un projet d’archives de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Un chapitre sur le stockage et la gestion des données, un glossaire et des liens vers divers outils (comme le wiki d’Audacity) complètent ce document fort utile à tous ceux qui s’intéressent à la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le guide donne malheureusement trop peu d’informations sur les métadonnées et l’indexation au fil de la numérisation pour être complet. Il vous faut donc, l’associer aux guides de bonnes pratiques qui existent déjà dans le domaine de l’audiovisuel :

- Les guides publiés par la TGIR HumaNum  comme les Guide des bonnes pratiques numériques (2011) et le Guide méthodologique pour le choix de formats numériques pérennes dans un contexte de données orales et visuelles (2011) ;

- La BnF a publié en 2009 un document sous le titre Écrire un cahier des charges de numérisation de collections sonores, audiovisuelles et filmiques et met régulièrement à jour les pages professionnelles sur la numérisation.

- Le Ministère de la culture met en ligne sur une page des ressources sur la numérisation, le catalogage, l’indexation et le catalogage des documents numérisés en direction des professionnels dont malheureusement les liens ne sont pas toujours mis à jour.

Bon travail à tou-te-s ! Merci à nos collègues canadiens de partager leur méthode.

 

Merci à Aude Da Cruz-Lima (Centre de Recherche en Ethnomusicologie LESC UMR 7186 CNRS) pour sa relecture.

Crédits photographiques : Le caveau à légumes de la ferme Robichaud, au Village historique acadien, photographie de Dr Wilson, août 2008, licence CC BY-SA 3.0.

  1. La mise en ligne date du 30 septembre 2013. []
photogramme docu helen

Un documentaire sur la phonothèque de la MMSH

photogramme docu helen Entre mai et août 2013, Hélène Loukou, étudiante en bibliothéconomie à l’Université de Thessalonique en séjour Erasmus en France, a réalisé un documentaire sur la phonothèque de la MMSH. Elle a été accompagnée dans son projet par Maria Zitaki, étudiante aux Beaux-arts à Marseille en séjour Erasmus également, et par Frédéric Porta, infographiste. Merci à eux de nous raconter comment la vie de la phonothèque et de ses collections.

 

Je profite de ce billet pour remercier tou(te)s celles et ceux qui ont travaillé à la phonothèque, pour de petites ou de longues périodes, et qui l’ont enrichie de leur créativité et de leur expérience. Bonne route à chacun(e) !

Murmures de la foggara – 23 mars 2012, amphithéâtre de la MMSH

A la suite de la journée d’étude Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire vendredi 23 mars à la MMSH, Maya Saidani présentera son film Murmures de la foggara. Ce film,  réalisé en 2011, en collaboration avec le réalisateur Mohamed Yargui, raconte les aventures de Mohamed Ben Ali Ben Sadiq, récit de vie  à la croisée de deux langues, de deux cultures similaires en apparence, celle du Touat et celle du Gourara. Le film, pièce d’un ensemble de 12 collectes audiovisuelles, est  l’occasion d’inventorier les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar, dans le sud ouest algérien.

Durée : 52 minutes.

Lieu : amphithéâtre de la MMSH

Horaire : 18h-19h

Auteur : Maya Saidani est ethnomusicologue au CNRPAH, engagée dans l’inventaire du PCI en Algérie.

Programme du séminaire sur l’histoire orale à l’EPHE

En 2012, plusieurs séances du séminaire de Florence  Descamps sur l’histoire orale à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes seront consacrées aux témoignages oraux filmés.

Mercredi 4 janvier 2012 : Entendre et voir la parole.

Mercredi 11 janvier : De la parole filmée au film monté, le cas de Shoah de ClaudeLanzmann (Rémi Besson, EHESS).

Mercredi 25 janvier : Les entretiens filmés du Comité d’histoire de la TV (Claire Mascolo, INA)

Le séminaire a lieu le mercredi de 9 h 30 à 12 h à l’EPHE, Bâtiment France, 190 avenue de France 75 013 Paris, 1er étage, salle 115, métro Quai de la Gare ou Gare d’Austerlitz

Renseignement et inscription auprès de Florence Descamps (florencedescamps[at]wanadoo.fr)

 

Crédits photographiques : Un écureuil et une caméra, 1943 (Australie du Nord). Collection : Australian War Memorial. Permalien : http://cas.awm.gov.au/item/015549. Pas de restrictions de droit connues.

 

 

Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles. Comment les partager ? Comment les diffuser ? Besoins, risques, contraintes, atouts et bénéfices

Les sources sonores et audiovisuelles au format numérique sont aujourd’hui facilement accessibles. Cet état de fait modifie le rapport que le chercheur pouvait entretenir avec elles et avec leurs terrains. D’une part ces sources, avec l’émergence de l’édition électronique, peuvent être désormais intégrées au texte numérique et transformer l’économie de l’argumentation et la diffusion des savoirs. D’autre part, leur démultiplication en facilite l’ubiquité, modifiant potentiellement la question du retour des archives vers les aires géographiques étudiées et leurs enjeux dans les relations avec les populations enquêtées. Ces observations nous placent au cœur des Digital humanities dont le but est d’intégrer les technologies du numérique aux pratiques de recherche, d’enseignement et de publication en SHS.

Ce colloque aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence le 30 novembre 2010, salle Paul-Albert Février. Il est ouvert à tous, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves<arobase>mmsh.univ-aix.fr

9h15-9h45
Introduction
Florence Descamps – Maître de conférence en histoire contemporaine – EPHE (Paris)
Modérateur de la matinée

9h45-10h30
Revisiter une collecte : de la source à l’archive orale
Anne-Marie Granet, Professeur d’histoire contemporaine – UMR Larha (Laboratoire de recherche historique. Rhône-Alpes) – Université Pierre Mendès France (Grenoble)

10h30-11h15
De la numérisation des sources à leur diffusion auprès des populations enquêtées. Le cas des archives sonores et audiovisuelles des enquêtes interdisciplinaires de Plozévet (1961-1965)
Bernard Paillard, directeur de recherche émérite au CNRS, responsable du projet Plozarch et Laure Welschen, doctorante, chargée de politiques culturelles et patrimoniales    Laure Welschen, chargée de politiques culturelles et patrimoniales, coordinatrice du projet Plozarch. CERHIO UMR 6258 – Université de Rennes 2 (Rennes)

Pause

11h30-12h15
Le chercheur et ses sources audiovisuelles : enjeux éthiques et scientifiques dans le cas de commandes publiques
Corinne Cassé, directrice de l’association “Paroles Vives” (Marseille)

Après-midi

Modérateur
Joël Candau, professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC – Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie. Mémoire, Identité et Cognition sociale (Nice)

14h-14h45
Présentation d’une bibliothèque audiovisuelle numérique destinée au libre accès à un patrimoine littéraire sur Internet : ALIA – Atelier Littéraire d’Ici et d’Ailleurs
Muriel Duchemin-Chemouny – Ingénieur de recherche à l’ESCoM – FMSHS – Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris)

14h45-15h30
La création artistique en prison : comparaison internationale. Utilisation et diffusion des sources audiovisuelles dedans-dehors
Leïla Delannoy – Doctorante rattachée au  Centre de recherche Sophiapol, laboratoire du LASCO, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense (Paris)

15h30-16h15
Mémoires filmées, mémoires retrouvées : les films amateurs en Corse
Lisa D’Orazio – Post-doctorante à l’Université de Corse – Chercheur associée à l’UMR TELEMME – MMSH (Corte)

Intervention annulée mais apparaîtra dans la publication :

Mémoire locale – mémoire muséale, un regard audiovisuel sur les Bouriates de Cisbaïkalie
Mina Dos Santos – Centre franco-russe de recherche en sciences humaines et sociales de Moscou (Russie)

Publication de l’appel à communication : http://phonotheque.hypotheses.org/3124

Comité scientifique :

- Joël Candau (professeur d’ethnologie à l’université de Nice, MSH de Nice, LASMIC)
- Florence Descamps (maître de conférence – histoire contemporaine à l’EPHE Paris)
- Laurent Douzou (professeur d’histoire à l’université et à l’Institut d’études politiques de Lyon 2)
- Marie-Dominique Mouton (IR au LESC, MSH Nanterre)
- François Siino (IR à l’IREMAM, MMSH Aix-en-Provence)

Organisation : Véronique Ginouvès (MMSH), Laure Principaud (MMSH), Thierry Rosso (LASMIC).

Annonce sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17478.html

Crédits photographiques : Affiches, hiver 2010, V. Ginouvès.

Enquêtes dans les sociétés créoles : le dépôt des archives sonores et audiovisuelles de Jean Benoist, anthropologue de la santé

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Jean Benoist, médecin et professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Provence Aix-Marseille III, est spécialiste des sociétés créoles. Son fonds d’archives sonores et audiovisuelles, basé sur la culture indienne dans les Antilles (Martinique, Saint-Barthélemy) et l’Océan Indien (La Réunion), est essentiellement composé de discours politiques et religieux, de récits, d’entretiens, de conversations et de cérémonies religieuses. Ses enregistrements de terrain ont été déposés à la phonothèque de la MMSH en 2008.

On retrouve trois zones géographiques dans les archives sonores de Jean Benoist. A Saint-Barthélemy, la dominante est la cérémonie du centenaire du rattachement de l’île à la France en 1978. On note également des récits de vie de Saint-Barths. Les discours et les entretiens sont en langue française.

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

En ce qui concerne La Réunion et la Martinique, les enquêtes sont centrées autour de la culture indienne et des traditions hindoues dans les sociétés créoles. Elles alternent entretiens, musique, récits, fêtes et discours. Ces enquêtes ont été partiellement documentées car la plupart est en créole. Au niveau musical, on peut donner l’exemple d’un chant religieux tamoul en langue indienne exécuté par Joseph Tengamen, dit ”Zwazo”,  accompagné de percussionnistes et d’un choeur lors d’une cérémonie à Moulin-l’Étang (Martinique). On remarque la virtuosité du chant sur une base rythmique premièrement non-mesurée, puis qui devient ternaire .

Offrandes aux Dieux exilés. Culte hindou en Martinique

Film : Offrandes aux Dieux exilés

Parallèlement à ses archives sonores, Jean Benoist a déposé à la phonothèque, pour conservation et diffusion, un film documentaire intitulé “Offrande aux Dieux exilés. Culte Hindou en Martinique”. Le document original a été numérisé par le Service Commun Audiovisuel et Multimédia (Scavm) de l’Université de Provence. Ce film, tourné en 1958 autour des temples hindous de Moulin l’Etang et d’Hackaert à Basse-Pointe en Martinique, présente une cérémonie indienne offerte par une famille. Elle se déroule en trois étapes : le prélude (apport des offrandes au temple et érection d’un mât portant un drapeau en l’honneur de Nagourou Mira), l’office (dépôt des offrandes, appel de la divinité Maldévirin, possession du prêtre, sacrifices d’animaux, repas sacrificiel) et la soirée de danse (diverses scènes du Ramayana dansées et chantées par des hommes costumés).

Les notices des archives sonores et du film sont disponibles sur la base de données de la phonothèque et les enquêtes sont consultables sur place (MMSH). Après signature d’une convention entre Jean Benoist, la phonothèque de la MMSH et l’Université de Provence, le film a été mis en ligne sur la Web TV de l’Université de Provence en janvier 2010. L’ensemble des publications de Jean Benoist sont téléchargeables sur le site québécois ”Les classiques des sciences sociales“.

Crédits photographiques : Jean Benoist.

Un documentaire sur les Mamutones de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) : à la recherche d’informations

Le défilé des Mamutones du village de Mamoiada (Nuoro, Sardaigne) se pratique encore et on trouve sur YouTube plusieurs dizaines de films sur ce rituel très ancien. Parmi eux, j’ai découvert ce documentaire qui couvre la journée de carnaval. Il nous transporte dans ce petit village de la province de Nuoro où nous allons pouvoir observer tous les habitants au coeur de la fête. Les Mamutones défilent sur leurs pas de danse boiteux, faisant sonner leurs cloches sur leur dos, tandis que les Issocadores les encadrent et lancent en riant et en plaisantant, leur lasso (soca) pour tenter d’attraper quelqu’un dans le public. Les mamutones parcourent le village, s’arrêtent parfois pour boire un verre, toujours silencieux. Ils traversent à plusieurs reprises la grande place du village où les attendent les habitants en déroulant les chaînes du ballu tundu et que joue l’accordéon. Un carnaval triste qualifié “de miel amer” par le commentateur. Daté approximativement des années 1950 par le déposant sur YouTube, il n’y a aucun nom de réalisateur – ou autre auteur – indiqué dans le générique sur le support. La seule information est le titre : “I Mamuthones”. Peut-être qu’un internaute pourra m’indiquer d’autres informations ? Merci par avance.

Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.

Journée d’étude : Mémoires d’Algérie. La parole et l’image, quel sens pour l’histoire ?

alger

Plusieurs questions sur le patrimoine oral et audiovisuel seront abordées dans le cadre du prochain séminaire de l’ANR Imasud. Cette journée d’études se tiendra mercredi 10 juin 2009 de 9h30 à 17h à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Salle Georges Duby).

alger2Maryline Crivello, porteuse du programme Imasud introduira les journées. Vous pourrez ensuite découvrir des  extraits d’un entretien filmé réalisé par Karima Dirèche (titre de l’intervention : Souvenirs et représentations d’un juif d’Oran. De quelle Algérie parle-t-on ?) puis des extraits d’une pièce de théâtre, écrite et interprétée par la troupe marseillaise “Théâtre et société”, présentée par Chloé Rondeleux et Marie Favereau, en présence des acteurs  (titre de l’intervention : Du théâtre à l’histoire. La Révolution des Chibanis). L’après-midi, Dionigi Albera nous présentera des extraits de son documentaire sur “La vierge d’Oran et la mosquée d’Abraham” (titre de l’intervention : Au prisme du religieux. Le pèlerinage à la vierge d’Oran à Nîmes), Claude Bossion autour du projet « Mémoires partagées » visionnera des extraits de films amateurs et Véronique Ginouvès détaillera les collections de la Phonothèque de la MMSH sur l’Algérie (titre de l’intervention : Paroles d’Algériens. Les archives orales entre demande sociale et usages scientifiques) en présentant des extraits de récit de vie.

Crédits photographiques :

Boulevard de la République à Alger, 29 juin 1904, carte postale, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3363401530/

Rue Randon à Alger,prise de vue autour de 1920, L.V.S. Aqua Photo LV&C, collection de la bibliothèque du Getty Research Institute http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583233/

Ces images ont été utilisées dans l’exposition “Walls of Algiers : narratives of the City” du Musée Getty http://www.getty.edu/art/exhibitions/algiers/index.html

Pas de restriction de diffusion connue.