Atelier professionnel : Partager les archives et les livres, le 28 septembre 2020 à la MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».
 

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

Programme :

Matinée (salle Gorges Duby)

9h30 – 10h : Introduction, Maryline Crivello, professeure d’Histoire moderne et Vice-présidente du conseil d’administration d’Aix-Marseille Université. 

10h-10h30Frac Provence-Alpes-Côte dAzur – AMU une collaboration nouvelle et innovante, Elsa Pouilly, chargée de projet documentaire et iconographique au Fonds Régional d’art contemporain (FRAC).

11h – 11h30 : La place des ANOM dans le champ de la mémoire partagée, Isabelle Dion, directrice des Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM).

11h30-12h : Patrimoines partagés en ligne, le projet « Bibliothèques d’Orient » https://www.bnf.fr/fr/bibliotheques-dorient, Vanessa Desclaux responsable des manuscrits orientaux de l’Egypte antique et du Proche-Orient à la Bibliothèque Nationale de France (BnF).

Après-midi (salles Gorges Duby et Germaine Tillion)

13h30-15h30 :  « Ré/affirmer la place des métadonnées comme source pour l’analyse des archives audiovisuelles ». Introduction par Mireille Maurice, directrice de l’Institut national de l’audiovisuel Méditerranée puis atelier animé par Gautier Poupeau, architecte de données (Ina).

16h00 – 17h30 : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel » (45 mns), 2017, réalisé par Rona Sela, suivie d’une discussion avec Falestin Naili, historienne. 

Présentation de l’atelier professionnel :

En France, les centres de ressources du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche français connaissent un bouleversement structurel et organisationnel sans précédent depuis quelques années du fait de l’internationalisation des réseaux, de la mise en œuvre de catalogues partagés et de nouvelles orientations nationales.  La stratégie que propose la Ligue Européenne des Bibliothèques de Recherche est ainsi reprise par de nombreuses institutions qu’il s’agisse de conduire l’adoption des pratiques de la science ouverte, de promouvoir une communication scientifique innovante, de soutenir le développement des compétences numériques et les activités de formation associées, de favoriser le développement et l’adoption d’infrastructures et de services de recherche. L’objectif final affiché est de soutenir des pratiques de recherche et d’érudition « plus ouvertes, transparentes et épanouissantes ». Pour l’atteindre, les centres documentaires sont en pleine transformation. Le nouveau paysage qui prend forme est partagé entre des espaces virtuels qui affichent des plateformes technologiques regroupant des ressources interopérables et des espaces physiques où malgré les catalogues « hors les murs » il faut gérer des objets, des bâtiments et l’accueil des publics. D’un côté les plateformes encouragent une convergence des pratiques dans la description des données, offrant des comparaisons encore inexploitées, de l’autre les gestionnaires des centres de ressources doivent concentrer leurs compétences pour valoriser leurs fonds en développant les collaborations avec d’autres centres, en s’associant ou en mutualisant leurs ressources. Cet atelier orienté sur les Visual Studies s’intéressera à cette question du point de vue des archives sonores et audiovisuelles, des livres d’art et des images d’archives sur l’aire méditerranéenne.

*Informations pratiques :

L’atelier Partager les archives et les livres prendra place le 28 septembre 2020 à 9h30 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme, amphithéâtre George Duby

Pour vous inscrire à la journée ou pour tout autres renseignements, veuillez contactez par mail marie.arab-banckaert@etu.univ-amu.fr  et maryasha-yael.barbe@etu.univ-amu.fr en précisant votre nom, votre prénom et votre fonction si vous le souhaitez. 

Le programme est disponible sur Calenda.

Publication original sur les carnets du Master métiers des archives et des bibliothèque 04/09/20

365 jours dans une geôle de Teheran ça suffit #FreeFariba !

Fariba Adelkhah (CERI-SciencesPo/CNRS) est détenue depuis un an ce 5 juin vient d’être condamnée à six ans de prison, e-Manifestez pour sa libération !

Cliquez sur la vidéo ci-dessus offerte par le plasticien Stéphane Tretz et faites circuler le lien pour son soutien.

Lire à propos de l’incarcération de Fariba Adelkhah

« Pourquoi le combat de Fariba Adelkhah est le combat de tous » par Béatrice Hibou, The conversation, 5 juin 2020 :  https://theconversation.com/pourquoi-le-combat-de-fariba-adelkhah-est-le-combat-de-tous-139892

Roland Marchal  avait également été incarcéré le 5 mars 2019 dans la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été libéré le 20 mars dernier après avoir fait l’objet d’un échange avec un ingénieur des Gardiens de la Révolution arrêté en France sur un mandat d’arrêt international émis par les Etats-Unis. Dans une tribune du Monde publiée aujourd’hui il appelle à ne pas oublier les universitaires étrangers incarcérés en Iran, et notamment sa collègue franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Suivre le carnet en soutien à sa libération :  https://faribaroland.hypotheses.org

 

Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

L’ethnologue Marceau Gast a déposé les sources sonores de sa recherche en 2004 à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme1. Il souhaitait ainsi en assurer la numérisation et la conservation dans un lieu adapté, pour garder une trace visible de sa recherche et de ses méthodes et obtenir des copies des enregistrements pour ses témoins ou leurs familles2. La détérioration rapide des supports analogiques en rendait prioritaire la numérisation et le traitement documentaire. Malgré plusieurs difficultés le traitement des archives sonores est presque terminé3. L’inventaire des corpus sonores riches de 160 heures est disponible sur la plateforme Calame et les enregistrements sont diffusés sur Ganoub, la base de données de la phonothèque ; restent encore à traiter des milliers de photographies et 12 carnets de terrain4.

Carte géographique du Sud du Sahara avec indication des lieux de collecte des photographies, des enregistrements sonores et des carnets de terrain.

Continuer la lecture de Croiser et connecter les archives : le fonds Marceau Gast

  1. Marceau Gast, décédé en 2010,  était directeur de recherche au CNRS, d’abord membre puis directeur de l’ancien laboratoire LAPEMO, puis membre de l’IREMAM. []
  2. Au moment du dépôt par Marceau Gast en 2004, sa demande la plus pressante a été que la phonothèque réalise des copies sur cassettes à partir des fichiers numériques issus des bandes originales : en effet, d’après lui, ses témoins touaregs utilisaient encore des cassettes audios sur leurs postes portables et c’est le support qu’il pensait le plus simple pour leur diffusion sur place. La phonothèque lui a également fourni, toujours à sa demande, des copies au format cédés pour d’autres témoins qui préféraient ce support. []
  3. Les trois difficultés principales étaient de (1) repérer des locuteurs en langue tamahaq car  ils.elles étaient peu nombreux dans l’environnement direct de la phonothèque, (2) le temps incompressible que demande le l’analyse documentaire et (3),  pour la dizaine de cassettes des derniers enregistrements, la collecte des informations dispersées à retrouver et la vérification de l’intérêt de traiter les « scories » qui ne faisaient pas partie du corpus. []
  4. Les photographies du chercheur ainsi que ses carnets de terrain sont actuellement conservées dans les bureaux de l’association des Amis de l’Encyclopédie Berbère à la MMSH. La phonothèque détient uniquement des copies numériques. Une partie des carnets de terrain est valorisée sur la plateforme Transcrire et plusieurs photographies sont accessibles sur MédiHAL. La bibliothèque de Marceau Gast est conservée à la médiathèque de la MMSH. []

Michel Seurat dans ses archives

Un des atouts de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence est de faciliter les rencontres scientifiques : l’histoire du traitement du fonds Michel Seurat fait partie de ces concours de circonstances heureux qu’elle a pu faire naître. En 2009, l’anthropologue Franck Mermier, alors directeur du Département des études contemporaines de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) participe au jury d’une thèse qui se tient à la MMSH1. À cette occasion, il découvre les travaux de la phonothèque et fait aussitôt le lien avec une sacoche en cuir, rangée sur une étagère de son bureau à Beyrouth. Il l’a déjà plusieurs fois examinée sans vraiment savoir ce qui pourrait en être fait car elle contient principalement des minicassettes et des cassettes audios. Or les services de l’Ifpo ne disposent pas de lecteurs pour les écouter ni de moyens de les transférer sur un autre support. Rien de précis n’est indiqué mais le nom de « Michel Seurat » et l’adresse du Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (Cermoc) sont inscrits en destinataire d’enveloppes postales. Il suppose donc qu’il s’agit de documents ayant appartenu au chercheur Michel Seurat, réunis par celui-ci entre 1979 – début de son rattachement au Cermoc désormais partie intégrante de l’Ifpo – et le 22 mai 1985, date de son enlèvement par l’organisation du Jihad islamique. Il ne sait pas ce que ces documents contiennent mais cela lui semble essentiel de les déposer dans un centre d’archives ; après sa visite aixoise, il se tourne vers la phonothèque de la MMSH. Continuer la lecture de Michel Seurat dans ses archives

  1. Il s’agissait de la thèse de Véronique Bontemps, Naplouse, le savon et la ville : patrimoine familial, travail ouvrier et mémoire au quotidien, sous la direction de Jean-Charles Depaule, http://theses.fr/2009AIX10062 []

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

À l’heure où la communauté scientifique souhaite rendre les données plus accessibles1, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités entreprend de faciliter la mise à disposition des archives sonores enregistrées sur le terrain par les chercheurs en sciences humaines et sociales, leur citation et leur réusage, en publiant des instruments de recherche sous un format de « numéro spécial  »2. Le premier des numéros porte sur un fonds demeuré inédit pendant plus de 40 ans à la suite de l’arrivée d’une guerre civile, celle du Liban en 1975. Continuer la lecture de Récits de vie de Français au Liban en 1975 : publication du fonds Jean Métral

  1. Ce billet et une forme de reprise de l’éditorial de l’édition papier du fonds Métral, parue en 2019, librement accessible en ligne sur le site de l’AFAS et dont les exemplaires papier sont en vente sur la librairie électronique I6DOC.  Au moment où l’Europe est au coeur de la pandémie du COVID19 et que la population est confinée, l’AFAS a choisi de mettre en ligne librement le PDF du numéro spécial de la revue comme de nombreux autres éditeurs d’ouvrage et de revues. L’éditorial, rédigé en décembre 2019, fait lui allusion à la Feuille de route pour la science ouverte du CNRS, 18 novembre 2019 : http:// www.cnrs.fr/sites/default/ files/press_info/2019-11/ Plaquette_ScienceOuverte.pdf []
  2. Merci à Arnaud Chabrol, responsable de Diacrite édition, de son travail éditorial. Cet instrument de recherche a pu être publié grâce au soutien de la MMSH et du consortium des ethnologues (TGIR Huma-num). Ajoutons que la rétroconversion du traitement archivistique sur Calames a été financé en partie par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche – ABES. []

Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

In 2018 and 2019, Jordanian, German and French institutions1 conducted a joint oral history project “Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century”, leading to the creation of a sound archive fonds. Students from the participating universities conducted field surveys with informants from different parts of Jordan, with a focus on two specific themes: the period of the First World War in Jordan (theme chosen for the year 2018, corresponding to the first collection of the fonds), and sites of memory in Jordan (year 2019, corresponding to the second collection). Continuer la lecture de Jordanian and European institutions work together for the promotion of oral history in Jordan

  1. The Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan []

Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Le livre blanc Vers une science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France a été présenté le 26 février 2020 dans l’auditorium de la Bulac (Paris 13e). Ce livre blanc, rédigé dans le cadre du GIS Moyen-Orient et Mondes musulmans, a été pensé comme un état des lieux, assorti de propositions destinées à consolider la transition numérique et à garantir la visibilité et la compétitivité de la recherche française sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans en France et à l’international à l’heure de la science ouverte.

Continuer la lecture de Livre blanc : Vers la science ouverte ? La transition numérique et la recherche sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans : états des lieux et perspectives »

Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

Lauréat de l’appel à projets Données et Sciences ouvertes, le projet de recherche ANTHROPEN « Les frontières des données anthropologiques »1, porté par le LESC et financé par l’ANR, organise le mardi 3 mars 2020 une journée d’étude sur le thème Les données anthropologiques en partage à l’Université Paris Nanterre, qui traitera des problématiques d’ouverture et de partage des données produites et utilisées par les anthropologues et ethnomusicologues.

Programme Continuer la lecture de Les données anthropologiques en partage, journée d’étude, 3 mars, Nanterre

  1. Appel Flash « science ouverte : pratiques de recherche et données ouvertes » []

Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

En 2018 et 2019, des institutions jordaniennes, allemandes et françaises1 ont mené un projet commun d’histoire orale « Our Memory: Stories of Jordanian Oral Memory in the Twenty-first Century », aboutissant sur la constitution d’un fonds d’archives sonores. Des étudiants issus des universités participantes ont ainsi mené des enquêtes de terrain auprès d’informateurs originaires de différentes villes de Jordanie, en se concentrant sur deux thèmes particuliers  : la période de la première guerre mondiale en Jordanie (thème choisi pour l’année 2018, correspondant au premier corpus du fonds), et les lieux de mémoire en Jordanie (année 2019, correspondant au second corpus).

Continuer la lecture de Des institutions jordaniennes et européennes collaborent pour la valorisation de l’histoire orale de Jordanie

  1. le Goethe-Institut, l’Institut français de Jordanie (IFJ), l’Institut français du Proche Orient (Ifpo), le Département de la bilbliothèque nationale de Jordanie, ainsi que l’Université de Yarmouk (YU), l’Université de Mutah, l’Université Hussein Bin Talal et l’Université de Jordanie []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search