Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement. Continuer la lecture de Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

Bulletin de l’AFAS. Sonorités : Appel à contributions

Le droit, l’éthique et le terrain : qu’est-ce qui change dans les pratiques scientifiques ?

Les modalités d’enregistrement ou de prise de vue/vidéo sur le terrain par les chercheur.e.s en sciences humaines et sociales se sont modifiées par la prise en compte des questions juridiques et éthiques : les lois françaises et européennes, les financements académiques et les différents appels à projets demandent désormais de façon systématique la signature de contrats d’autorisation pour l’utilisation des données produites. De plus en plus d’institutions mettent en place des comités d’éthique qui établissent des règles qui régissent l’obtention de leurs financements, les témoins veulent savoir et comprendre ce qui sera fait de leur image et de leur parole et ce que sont devenus les anciens enregistrements, les communautés dont sont issus les personnes interviewées souhaitent pouvoir exploiter les films ou les enregistrements d’un point de vue patrimonial, les artistes s’emparent désormais de la matière archives pour leurs créations… Les injonctions à la pluridisciplinarité a fait aussi beaucoup évoluer les méthodes, et certaines manières de faire se répandent aujourd’hui dans les SHS résultant à la fois de l’influence du domaine de la santé, avec le modèle du consentement éclairé, et de la révolution entraînée par le numérique en matière de données (mode de collecte, quantité, etc.).

A la différence de l’ère analogique, où les règles juridiques n’étaient pas toujours connues, où leur interprétation se limitait à la question du droit d’auteur ou à celle du respect de la vie privée des personnes enregistrées dans les entretiens, et où l’anonymisation semblait la réponse à toutes les questions en suspens, le numérique a engagé une véritable réflexion sur ces questions, remettant en cause partie des méthodes de travail sur le terrain. Désormais, outre les nouvelles règles du RGDP – Règlement européen sur la protection des données, le.la chercheur.e doit savoir comment mettre en oeuvre un plan de gestion de données ou quand informer la CNIL – Commission nationale de l’informatique et des libertés – des traitements des données personnelles mis en oeuvre. Il.Elle doit aussi prendre en compte les questions de citation des témoins, connaître les règles de durées conservation des archives comme l’invocation de l’exception historique ou de destruction… Le/la chercheur.e. peut-il.elle prendre une décision éclairée sur le terrain en étant pleinement au fait des droits, des devoirs et des conséquences de leur constitutions de corpus, des contraintes sur l’exploitation, la diffusion ou la transmission ? Quelles conséquences cela peut-il avoir sur les phases de collectes, d’archivage et de restitution ?

Ce numéro de Sonorités aura pour objectif de présenter à la fois des articles de réflexion qu’il s’agisse de cette évolution méthodologique ou des conséquences de ces nouvelles pratiques sur les résultats de la recherche, des exemples de cas particuliers et des solutions qui ont été mises en place pour les résoudre ou encore des récits de situation qui ont impliqué des changements radicaux dans la façon de travailler.

Disciplines : toutes les disciplines de sciences humaines et sociales et toute autre domaine scientifique où l’entretien de terrain enregistré/filmé est utilisé pour la production de connaissances.

Dates de l’appel : lancement de l’appel, 3 octobre 2019 – date limite d’envoi des contributions, 20 décembre 2019

Forme demandée : résumé de 5000 caractères (espaces compris), et informations signalétiques du/des auteur.e.s (Nom, Prénom, Institution, Statut)

Langues acceptées : français, anglais, italien

Protocole de rédaction : https://journals.openedition.org/afas/2451

Retour des relectures du comité scientifique : 1er mars 2020

Envoi des articles : 1er juin 2020

 

Crédits photographiques : traces de tortues sur la plage de Smathers, Key West, Floride, 21 juillet 1993, Florida Memory, Dale M. McDonald Collection, DM0074, pas de restrictions de droits connues.

À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

Plus de dix ans après le dépôt à la phonothèque de la MMSH en juillet 2007, le traitement du fonds Annie-Hélène Dufour est désormais achevé et le catalogage disponible sur la plateforme Calames. Au cours de ces années, quelques seize archivistes et stagiaires de la phonothèque1 ont apporté leur contribution au traitement de ce fonds constitué de treize boîtes d’archives papier, de 1849 photographies et de 115 heures de fichiers audio.

Ce fonds multisupport, un des plus volumineux de la phonothèque, est constitué des données et matériaux récoltés sur le terrain par l’ethnologue Annie-Hélène Dufour au cours de sa carrière, entre 1978 et 2002. Réparti sur sept corpus par les archivistes de la phonothèque2, le fonds témoigne du fort attachement de la chercheure au domaine provençal, à la vie rurale, à la pêche et aux histoires de vie. Continuer la lecture de À la découverte du temps et des hommes en Provence à travers les archives d’Annie-Hélène Dufour

  1. Germille Fargeot (2007), Laetitia Nicolas (2008), Flora Faure-Mateos (2008), Nacha Umbelina-Neto (2008), Marie Doumain (2010), Corinne Cassé (2012), Marine Soubrié (2016), Hélène Colombié (2017), Matteo Cialone (2017), Claire Grégoire (2018), Hélène Giudicissi (2018), Mathilde Bresc (2018), Marylène Mattei (2018), Julie Salaun (2018), Laurence Salze (2018) et Véronique Ginouvès se sont relayés pour le traitement du fonds. []
  2. La répartition en corpus a été révisée plusieurs fois au cours du traitement. Il est possible de trouver un découpage antérieur différent. []

Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

Cette intervention de Florence Descamps (Historienne, EPHE PSL) a été prononcée le 29 mai 2019 lors de la table ronde “Entre mémoire et histoire, les enjeux de l’histoire orale” du colloque international qui s’est tenu à Beyrouth : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. Lire le compte-rendu du colloque.

Depuis une trentaine d’années, l’histoire orale, la constitution d’archives orales dans les organisations, la multiplication des enquêtes orales dans les laboratoires de recherche en sciences sociales et le développement des usages sociaux du témoignage dans la société civile apportent leur contribution à une étude renouvelée de la question de la mémoire collective et de son articulation avec les mémoires individuelles1. Les témoignages oraux, archivés, déposés dans des institutions patrimoniales et documentées, rendus accessible et vérifiables, peuvent-ils devenir des sources « primaires » susceptibles de documenter le processus de remémoration et de rendre compte de l’intrication de la mémoire collective et de la mémoire individuelle2 ? Et si oui, à quelles conditions et selon quelles modalités ?  Continuer la lecture de Témoignages, histoire et mémoire : la fécondité du concept de mémorialité

  1. Marie-Claire Lavabre, Le fil rouge. Sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de la FNSP, 1994. []
  2. Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, PUF, 1968.. []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

Du 28 au 30 mai 2019 s’est tenu à Beyrouth un colloque international intitulé : Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie. Co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk1.

Introduction au colloque "Nouvelles archives numériques au Proche-Orient" à la BnL

En prenant comme objet les « nouvelles » archives numériques, ces deux journées ont présenté un état des lieux des collections dans des centres de ressources des deux côtés de la Méditerranée et ont interrogé les archives du point de vue des acteurs (des institutions aux activistes), des disciplines (linguistique, anthropologie, histoire, géographie, musicologie, sociologie, philosophie, archéologie) et des méthodes (archivages des supports, archivage du web, archivage sur le long terme) tout en mettant en avant leur intérêt heuristique et les enjeux de leur partage.

Salle de lecture de la bibliothèque nationale du Liban.

Continuer la lecture de Le son, l’image, le film et le web : enjeux du partage des données de terrain au Proche-Orient – Synthèse d’un colloque international

  1. Les directrices et directeurs des institutions qui ont financé le projet et le directeur de la Bibliothèque nationale du Liban ont, dans leurs allocutions d’ouverture, su rappeler les éléments essentiels pour la mise en place d’un véritable partage des données. Hassan Al Akra, directeur général de la Bibliothèque nationale du Liban, qui accueillait la première journée du colloque dans une bibliothèque toute nouvelle, inaugurée le 4 décembre dernier après quarante-deux ans de fermeture. Il est revenu sur la nécessité de la constitution de collections dans son pays. Il a également pris le temps d’effectuer la visite de cette nouvelle bibliothèque et faire découvrir les nouveaux outils mis à la disposition des publics  ; Véronique Aulagnon, directrice de l’Institut français au Liban, a mis en avant la capacité des acteurs de cette aire géographique de mettre en place des collaborations intellectuelles et de partager les savoirs ; Michel Mouton, directeur de l’Institut français du Proche-Orient, a mis en avant les collaborations recherche entre les acteurs du Moyen-Orient, en particulier la participation à au programme ANR Shakk, mais aussi des institutions françaises comme la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme dont la directrice, Sophie Bouffier a présenté les outils mis en place et souligné l’importance des collaborations. []

Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

La publication aux Presses universitaires de Provence de l’ouvrage La Diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques en novembre 2018 a été l’aboutissement d’un travail collectif pour apporter des réponses concrètes aux questions qui se posent à toutes celles et ceux qui produisent, exploitent, diffusent, partagent ou éditent des sources numériques dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS).

Afin d’actualiser les réflexions de l’ouvrage, mais aussi d’aborder de nouvelles problématiques, le groupe de travail Ethique & Droit organise, avec le soutien de l’URFIST Méditerranée, une journée d’étude intitulée « Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés » le jeudi 3 octobre à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence.

S’inscrivant dans la dynamique de la science ouverte, cette journée d’étude présentera l’actualité juridique et éthique de la diffusion des données en SHS tout en précisant les orientations actuelles des institutions d’enseignement et de recherche en la matière. De nouvelles problématiques, comme celles soulevées par les archives du web, seront également abordées. Un cas pratique de signature d’un contrat d’utilisation de données sera proposé lors de la table ronde de l’après-midi. Enfin, les retours d’expériences de deux utilisateurs du Guide illustreront les possibilités de mises en œuvre effectives de pratiques de diffusion des données numériques. Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé de cette journée à laquelle nous espérons vous voir nombreux !

Les inscriptions sont ouvertes

sur le site de l’URFIST Méditerranée

 

Continuer la lecture de Diffuser les données numériques en SHS : le droit et l’éthique comme alliés, 3 octobre 2019

Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

affiche de la journée sur les données du 6 septembre 2019Organisée par l’équipe de documentation du CRESSON dans le cadre du groupe de travail “Science Ouverte et gestion des données” du laboratoire AAU. L’équipe propose une matinée de sensibilisation à la question de l’ouverture des données d’enquête. Comment prendre en compte dès le début de ses recherches cet objectif d’ouverture ? Afin de préciser une politique de gestion des données en architecture et urbanisme, pourquoi ne pas s’inspirer des pratiques à l’œuvre au sein d’autres laboratoires et d’autres disciplines ? Continuer la lecture de Les données d’enquête à l’épreuve de l’Open Data : approche juridique, Grenoble, 6 septembre 2019

Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

Nous avions déjà fait le récit, sur ce carnet, de la mise aux standards et aux normes éditoriales de la revue de l’AFAS – association française des documents sonores, oraux et audiovisuels1 il y a presque cinq ans, le Bulletin de l’AFAS. Sonorités. Tout en poursuivant le processus (nouveau logo, nouvelle couverture, nouvelle maquette, nouveau comité de rédaction, nouvelle charte éditoriale…), l’association n’a  cessé de publier et même si l’année 2015 était compliquée pour l’équipe éditoriale, le numéro 41 est paru en libre accès sur le site de la revue. Mais, pour la première fois depuis sa création, ce numéro paraissait uniquement au format électronique. Continuer la lecture de Un ancien numéro de Sonorités nouvellement paru… le n°41

  1. L’association a été créée en 1978 et sa première revue dont le premier numéro (n°0) est paru en 1980 avait pour titre, Sonorités. Le premier numéro du Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS (n°0) qui a départ avait une simple vocation de communication est paru en 1980. Les deux titres ont été réuni sous Bulletin de l’AFAS. Sonorités au moment de la création de la nouvelle maquette en 2005. []

Expérimenter la publication d’un blog : le cas de S.I.Lex

C’est en février 2009 que Lionel Maurel, alias Calimaq, juriste et bibliothécaire rédige son premier billet sur son blog s S.I.LEX six ans plus tard, ce sont plus de 600 qui sont lus, souvent relus, par les professionnels des sciences de l’information, par ceux qui se préoccupent des biens communs de la connaissance ou  par tous ceux qui s’interrogent sur leurs droits numériques et sur ce que peut devenir l’information sur le Web ou ses modèles économique. Sarah Clément et Mélanie Leroy-Terquem ont choisi d’en éditorialiser une sélection et de solliciter quinze blogueur.euse.s lecteur.trice.s de Calimaq  pour réaliser un ouvrage, qui paraîtra en octobre 2019 et sera – bien évidemment – également disponible dès sa sortie en libre accès aux presses de l’ENSSIB. Il sera donc enfin possible de feuilleter le blog sur la plage ou dans son fauteuil… ne manquez pas sa sortie en octobre 2019 !

Les blogueurs : Muriel Amar, Dominique Cambrésy, Benjamin Caraco, Véronique Ginouvès,Alexandre Hocquet, Bernard Majour, Luc Maumet, Silvère Mercier,Pouhiou, Sébastien Shulz, Bérengère Stassin, Isabelle Van Welden.

Télécharger le flyer promotionnel du livre.

 

Crédits photographiques : Image de la page 408 d’un compte rendu de l’Association française pour l’avancement des sciences, ca 1825, numérisé par la bibliothèque de New York Botanical Garden, LuEsther T. Mertz. Domaine public.

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

A propos d'archives sonores et audiovisuelles