Des lycéens du lycée international Georges Duby de Luynes en visite à la MMSH

Ce mois de janvier marque le début d’un processus d’orientation vers « l’après baccalauréat »  pour les élèves de terminale par le biais de la plateforme  Parcoursup.  En effet, ils devront y émettre des voeux pour la poursuite de leurs études. Dans ce cadre, les établissements scolaires organisent différentes actions et manifestations en collaboration avec des établissements de l’enseignement supérieur afin d’aider les lycéens à opérer des choix.

C’est ainsi qu’une classe de Terminale L du Lycée international Georges Duby de Luynes sera présente à la MMSH le mardi 22 janvier de 9h15 à 16h30. L’objectif de cette journée est  de faire découvrir  les différents métiers exercés à la MMSH et  de proposer aux élèves des interventions en lien avec leur programme de terminale.

Le programme de la journée se déclinera en interventions de chercheurs, d’enseignants-chercheurs en séance plénière, ateliers didactiques, restitutions par les élèves et se conclura par un speed-dating autour d’un goûter.

Accès au programme détaillé  : Rencontre Education-recherche

Crédits de l’image à la une: Photo by Paolo Nicolello on Unsplash

 

 

 

 

 

 

Histinéraires : séminaire de travail et de restitution autour des collectes orales, 10-11 janvier 2019

A travers la collecte et l’étude des « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » (MSAS) des habilitations à diriger des recherches soutenues (HDR) en histoire depuis le début des années 1990, le projet « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », de son acronyme HISTINÉRAIRES, prend pour objet le récit que les historiens font d’eux-mêmes, comment ils racontent leur parcours d’historien, académique comme intellectuel. Ces écrits ont été enrichis par une série d’entretiens menés auprès d’une quarantaine de chercheur.e.s qui se sont prêté.e.s au jeu de l’histoire orale. Si les écrits MSAS ont bénéficié d’un logiciel d’analyse textuel spécifique permettant de repérer etde classer différents éléments, les récits de vie ou de parcours professionnels enregistrés ont été, eux, archivés et organisés dans une phonothèque. Leur écoute offre un nouveau corpus de recherche qui reste à exploiter.

Continuer la lecture de Histinéraires : séminaire de travail et de restitution autour des collectes orales, 10-11 janvier 2019

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les « nouveaux luthiers » avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

La recette du mois: la pompe à l’huile de Noël

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, une fois par mois le dernier lundi, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain mais pour Noël, exceptionnellement, nous anticipons la parution d’une semaine. Ce mois ci notre choix s’est porté sur la pompe à l’huile provençale.

 En 1983, à Aix-en-Provence, une étudiante qui suit l’enseignement d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger,  Nadine Kneip, enregistre une informatrice anonyme au cours de l’enquête 4123. Celle-ci  évoque la fête de Noël ainsi que  la recette de la pompe à l’huile de Noël1.

Ingrédients pour la réalisation de 3 pompes :

Continuer la lecture de La recette du mois: la pompe à l’huile de Noël

  1. L’informatrice ne donne pas les proportions j’ai donc repris la recette pour ce billet. []

Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

ACSS is a regional, independent, non-profit organization, dedicated to strengthening social science research and knowledge production in the Arab world which is organizing today and tomorrow an inventive forum in Beyrouth. Following on twitter : #AlternativeArchivesDownload the program in arabic and english Continuer la lecture de Forum on alternative archival practices, Beyrouth, 14 & 15 décembre 2018

Les temporalités du Sida : journée d’étude le 30 novembre 2018

Une journée d’étude sur le thème “Les temporalités du sida” aura lieu le 30 novembre 2018, dans les locaux de l’I2MP au MuCEM dans le cadre du séminaire “Collecter, conserver et exposer la lutte contre le VIH-sida” qui est organisé en partenariat avec le LabexMed et avec le soutien du Réseau Thématique 28 de l’AFS « Recherches en sciences sociales sur la sexualité ».

Les différentes interventions de la journée seront centrées sur les enjeux de la restitution des temporalités multiples de l’épidémie du VIH-sida dans la mise en récit muséale.

Continuer la lecture de Les temporalités du Sida : journée d’étude le 30 novembre 2018

La recette du mois : La polenta aux poireaux

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois-ci s’est porté sur une recette de polenta.

En mai 1980,  au cours de l’enquête 4580, Danielle Musset  enregistre Madame Marie-Louise Giordano, une  habitante de Breil-sur-Roya. Celle-ci nous révèle sa recette de  polenta aux poireaux :

Ingrédients : 250 g de polenta pour 4 personnes ou 75 g par personne, eau, sel, lait, gorgonzola, mascarpone, 6 poireaux. Continuer la lecture de La recette du mois : La polenta aux poireaux

Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Le luthier Hubert Dufour dans son atelier à Rians, juin 2018

Hubert Dufour vient de passer son baccalauréat lorsqu’il envisage de devenir luthier. Il a 18 ans. Mais dans les années 1970, la formation à l’Ecole  nationale de lutherie de Mirecourt est réservée aux moins de 15 ans. Après des études universitaires, Hubert Dufour décide de se former à la lutherie hors des cadres établis. Il s’installe à Dijon en 1976  comme facteur d’épinettes et de vièles à roue. Dix ans après, il établira son atelier de « vièles et violes » en Provence. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais d’abord par goût de la musique.

Le goût de faire des violons (Hubert Dufour, extrait d’enquête n° 5342)

Continuer la lecture de Rendre vie aux instruments médiévaux : parcours et recherches d’un luthier de vièles et violes

Lettres de soldats août-septembre 1915

Jean-Claude Bouvier a été co-fondateur, avec Philippe Joutard, du CREHOP en 1978 qu’il a dirigé jusqu’en 1987 et au sein duquel a été créée la phonothèque, aujourd’hui rattachée à la MMSH. Pprofesseur émérite d’ Aix-Marseille Université, spécialiste de dialectologie, du domaine linguistique provençal et d’ onomastique, Il a réalisé un atlas linguistique de la Provence et c’est dans ce cadre qu’il  interroge Madame Desargues, à Saint-Andiol,  le 26 juillet 1979.

Au cours de l’enquête 4700 , celle-ci fait la lecture de lettres, en provençal et en vers, rédigées entre août et novembre 1915 . Révélatrices de toute l’horreur de la grande guerre elles sont particulièrement émouvantes et à  l’occasion du centenaire de la fin de la guerre de 1914-1918  nous vous les faisons partager.

A lire,  présent sur le carnet Médiathèque et méditerranée :  La Grande Guerre, documents et archives rédigé par Evelyne Disdier et Annick Richard.

Photographies de l’article :  archives  familiales de Mathilde Bresc

La phonothèque présente au 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth

Le thème du 25ème édition du Salon du livre francophone de Beyrouth porte sur les cultures numériques. Plus de 60 exposants et 180 auteurs sont présents dans ce Salon où dans ce cadre, une table ronde est organisée par l’Institut français sur le thème du numérique comme outil du patrimoine culturel le samedi 10 novembre 2018, à 16h.

L’objectif est de mettre en avant des expériences concrètes auprès des publics du Salon montrant comment la numérisation, ou la diffusion des données numériques natives, permet de conserver et de valoriser le patrimoine culturel et de (re)donner accès au plus grand nombre à ces biens communs immatériels.

Vous pouvez suivre le programme du Salon sur Facebook : https://www.facebook.com/SalondulivrefrancophoneBeyrouth


A propos d'archives sonores et audiovisuelles