Vie quotidienne paysanne dans le pays du haut et moyen Verdon jusqu’en 1970

Dans le monde agricole avant la seconde guerre mondiale, dans la vallée du Haut Verdon comme ailleurs les connaissances fines de la terre, de ses capacités et des soins à y apporter sont les seules garanties pour assurer une production suffisante et échapper à une trop grande pauvreté. Les hommes développent leur ingéniosité pour soulager leur travail, optimiser les tâches et perfectionner les outils. Les témoins des villes et villages de Barrême, Saint-André-les-Alpes, Colmars-les-Alpes et La-Foux-d’Allos ont livré leurs souvenirs de ces trouvailles et savoir-faire pour vivre et parfois survivre.

Explications sur la nécessité de varier les cultures pour ne pas appauvrir la terre (extrait de l’enquête 4180)

Technique pour fouler le blé à l’aide d’un mulet (extrait de l’enquête 4160)

Souvenirs de l’utilisation d’un traineau de transport (extrait de l’enquête 4160)

Pour assurer les ressources alimentaires, on compte sur la complémentarité des cultures et les ressources de l’espace sauvage.

Complémentarité des cultures et des ressources de l’espace sauvage (extrait de l’enquête 4160)

Chasse à la marmotte en pays d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce contexte, les enfants de chaque famille modeste sont investis dans les travaux des champs ; seuls les enfants de propriétaires vont au-delà du certificat d’études. Plusieurs récits témoignent de l’attachement à la scolarisation des enfants, malgré le besoin de leur force de travail aux côtés des adultes, l’école étant pressentie comme le seul moyen d’échapper à la précarité du travail paysan.

Souvenirs des trajets jusqu’à l’école dans la montagne enneigée (extrait de l’enquête 4160)

Monde paysan qui connait plusieurs chamboulement jusqu’aux années de vente massive de terrains agricoles pour le tourisme.

Evolutions progressive des terrains agricoles autour d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Souvenirs de l’électrification de la Foux d’Allos (extrait de l’enquête 4178)

Dans ce quotidien décrit comme tellement tributaire de la multiplication de petites ressources, toujours incertaines, de la crainte de la pauvreté et de la soumission aux aléas naturels les fêtes et les animations rattachées aux grandes saisons de la terre tiennent une place toute particulière.

Explications sur la petite paysannerie avant 1945 et la pauvreté dans les campagnes (extrait de l’enquête 4185)

Les souvenirs de ces fêtes sont vifs : c’est l’occasion de renouer ou resserrer des liens au sein de la communauté, de rompre avec le quotidien et pour les jeunes de faire la rencontre de futurs époux. La saison de la lavande qui colore brutalement les montagnes alentours et sa distillation en sont un exemple. Les témoins évoquent son parfum, l’activité fébrile qui agite le pays.

Souvenirs des fêtes autour de l’hôtel de la gare de Barrême (extrait de l’enquête 4174)

Crédits photographiques et video

Fonctionnement du ventaire par André Rouvier, Barrême, 2012, Corinne Cassé.

Maison de village aux pieds des montagnes, Alpes, Bibliothèque municipale de Toulouse, domaine public.

Les travaux des champs : le labour, Trutat Eugène, 1910, bibliothèque municipale de Toulouse, collection numérique, domaine public.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.