Archives sonores en ethnolinguistique : exemple de l’étude de l’arabisation au Sud Soudan

La base de données de la phonothèque dispose désormais d’un nouveau corpus sonore en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Les 40 heures d’enregistrement (soit 57 enquêtes au total collectées sur deux ans : 1981 et 1984) qui ont servi à Catherine Miller à étudier le phénomène de l’arabisation dans le Sud Soudan devraient bientôt être accessibles en ligne sur Ganoub.

On trouvera dans ce corpus aussi bien des entretiens avec des témoignages thématiques que des enregistrements de musique à Juba ou encore des prêches faits à l’église de Juba . Mais la plupart des enquêtes sont des enregistrements réalisés au cours de procès dans les tribunaux coutumiers de Juba et Kator dans la Province d’Equatoria dans le sud Soudan (l’extrait du procès ici proposé traite du cas d’une femme dinka présentée au tribunal suite à une dispute sur la voie publique alors qu’elle était en état d’ébriété). Catherine Miller a délibérément choisi ces lieux d’enquête car son objectif était d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique, social et culturel du Sud Soudan à l’époque (années 80). Elle a donc enquêté des populations de milieux divers (villageois et citadins, hommes et femmes, jeunes et vieux, personnes éduquées et personnes peu éduquées) pour mieux comprendre les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe.

On notera que ce corpus contient une lecture faite par Catherine Miller à propos des “Enjeux de l’arabisation au Sud Soudan “, Peuples méditerranéens, n° 33, Paris, p. 43-53. (1985). La possibilité d’accéder à ces sources orales qui datent de plus de 20 ans, constitue une richesse inestimable : une langue rare comme le juba-arabic a très peu de chances d’arriver jusqu’à nous. C’est pourquoi, les archives sonores apportent non seulement, une dimension nouvelle aux publications déjà parues, mais elles permettent en outre le processus de mémoire qu’un document écrit ou iconographique est incapable de faire. Appliquées à des domaines comme l’ethnolinguistique, la sauvegarde et la valorisation des archives sonores offrent l’opportunité unique d’écouter des enquêtes dans des langues rares qui sont parfois vouées à disparaitre.

Depuis que ces enquêtes ont été collectées, le Soudan a été la proie d’une guerre civile meurtrière (1983-2004) qui a duré vingt et un ans et qui a laissé un pays ravagé par la pauvreté. Le juba-arabic a largement eu le temps d’évoluer en cette période de guerre et rien n’est plus précieux que de pouvoir de nos jours, accéder aux documents sonores de Catherine Miller. Témoins d’une époque révolue, ces enquêtes incarnent la mémoire des hommes, femmes et enfants qui ont participé à ses entretiens.

Voilà donc une des raisons pour laquelle la sauvegarde du patrimoine oral est essentielle. Garantes de la mémoire sonore et symbole du patrimoine immatériel, les archives orales n’ont pas fini de faire parler d’elles!

Aline Dang Van Sung

Crédit photographique : A group of Bashirin before their tent at Wady Halfa, Egypt. (Identifiant numérique 88455. 1860s-1920s). Collection appartenant à The New York Public Library. Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Le titre de la photo est inspiré de notes inscrites au dos de l’image. Wadi Halfa fait aujourd’hui partie du Soudan. http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/dgkeysearchdetail.cfm?strucID=111231&imageID=88455. Pas de restrictions de diffusion connue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.