Fête de la Science 2013 : voyage insolite au pays des archives sonores

visuel_fete_de_la_science_aix-en-provence_2013Créée en 1991 et pilotée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Fête de la science a pour objectif de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le grand public. Avec chaque année plus d’un million de visiteurs, cette manifestation propose une découverte conviviale et ludique du monde des sciences à travers des animations et des expositions partout en France.

Fidèle depuis de nombreuses années, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme (MMSH) animait les 10 et 11 octobre dernier l’atelier « Apprendre à collecter des sons », au pavillon « le village des sciences », place François Villon, à Aix-en-Provence.  Ethnologue de formation, j’ai eu l’opportunité de travailler à la phonothèque pendant mes études et par un concours de circonstances, cette année, j’ai été amenée à animer les ateliers qui nécessitaient une bonne connaissance de la méthodologie en anthropologie.

En effet, les ateliers, d’une durée d’une demi-heure, avaient pour objectif de permettre aux enfants de “jouer à l’ethnologue”. Il s’agissait de donner quelques éléments de repère sur les sciences humaines et la méthodologie utilisée pour réaliser une enquête de terrain (grille de questions), enregistrer un entretien et assurer sa diffusion éventuelle en faisant signer un contrat d’autorisation d’exploitation. Chaque enquêteur et chaque enquêté devaient en effet signer un contrat en bonne et due forme, les deux parties comprenant bien les enjeux juridiques et éthiques liés aux enquête de terrain et à leur diffusion.

Pour accueillir les participants, et présenter les collections de la phonothèque, j’avais réuni quelques exemples d’enquêtes gravées sur des disques audio avec les catalogues des corpus (Gens du Val Germanasca réalisé par Christian Bromberger, Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône déposé par Corinne Cassé, réalisé avec les AD13 et Paroles VivesL’autre face « Européens » en Algérie indépendante réalisé par Hélène Bracco). Un panneau représentait l’évolution des différents supports sonores de la bande magnétique à la carte en passant par la cassette audio et DAT et le minidisc. Pour mettre en oeuvre les travaux pratiques, l’enregistreur numérique de la phonothèque était notre outil principal.

Ce sont les secondes du lycée Saint Eloi et des troisièmes du collège Marie Mauron à Pertuis qui ont les premiers expérimenté le métier d’ethnologue tandis que les secondes du lycée professionnel régional Gambetta à Aix-en-Provence clôturait l’atelier. La visite « surprise » d’un groupe de 10 élèves du CM1 Joseph D’Arbaud à Aix-en-Provence fut très animée (photos ci-dessous) même si le temps leur a manqué pour réaliser une enquête.

Le choix du sujet de l’enquête était de circonstance : Qu’est-ce que la science ? Que représente-t-elle pour vous ? Quelles en sont vos représentations ?

Le groupe participait au brainstorming de la grille d’entretien de l’enquête puis ils s’organisaient pour se distribuer rapidement les rôles (qui pose les questions, qui les rédige, qui s’occupe de l’enregistreur, qui trouve un enquêté, qui fait signer les contrats d’utilisation).

Voilà ci-dessous un extrait sonore de l’enquête réalisée par le groupe des jeunes du lycée Gambetta dont les pays d’origines étaient diverses : Roumanie, Brésil, Algérie. Ils se sont montrés très à l’écoute des réponses de leur enquêté, n’hésitant pas à rebondir sur d’autres questions.

Au final, chaque groupe a bien compris le déroulé d’une enquête. La durée très courte de l’atelier n’a pas permis l’approfondissement nécessaire au travail de terrain de l’ethnologue. Cependant, les jeunes ont joué le jeu en observant des règles de base : se présenter ainsi que l’objet de l’enquête, demander l’autorisation d’enregistrer l’enquêté et faire signer l’autorisation d’exploitation,  élargir la grille de questions si nécessaire, ne pas couper la parole, remercier l’enquêté à la fin de l’enquête. Ils ont beaucoup apprécié de pouvoir écouter le fruit de leur travail à la fin de l’atelier.

Outre l’accueil des groupes scolaires, le grand public était présent lui aussi avec des intérêts très différents : certaines personnes ont écouté les enregistrements apportés, exemples d’enquêtes de terrain, et consulté des catalogues de la phonothèque, d’autres ont posé des questions parfois métaphysiques comme l’interrogation sur la part du subliminal qu’engendre le son compressé et la perte d’information.

Si la phonothèque avait opté pour le choix d’un atelier pratique, d’autres laboratoires avaient fait le choix du virtuel en proposant des animations 3D. C’est ainsi que le public a pu remonter le temps et visiter la Cénatio Rotunda plus communément appelée  la salle à manger tournante du Palais de Néron,. Une animation 3D était proposée par le Centre Camille Jullian, à l’initiative de Françoise Villedieu, historienne et archéologue1.Il pouvait également visiter virtuellement le Palais comtal d’Aix-en-Provence et suivre ses  évolutions à travers le temps à travers une conception 3D de par Jérémy Terris. 

Merci à Sylvie  Laurens-Aubry, responsable du service communication de la MMSH et organisatrice du projet de la fête de la science, Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, Nacira Abrous, responsable de la coordination des programmes scientifiques, Julia, Alex et Kahina  des animateurs des stands MMSH.

Crédits photographiques : Affiche officielle de la fête de la science, Classe Joseph D’Arbaud, Christine Durand (CCJ-CNRS)

 

  1. La présentation est actuellement accessible à la médiathèque de la MMSH et librement accessible au public []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.