Avoir le droit d’utiliser des oeuvres pour en recréer d’autres

Megan Heuse nous apprend sur le blog Ars Technica que jeudi dernier, 27 février 2014, Lawrence Lessig, co-fondateur des Creatives Commons, a obtenu devant un tribunal le droit d’utiliser des extraits de Lisztomania dans une conférence mise en ligne. Le label australien Liberation Medias qui détenait les droits de ce tube, créé par le groupe français Phoenix1, en avait demandé le retrait. Ces extraits étaient utilisés par Lawrence Lessig dans  le diaporama animé qui accompagnait sa conférence « Open » présentée en Australie le 4 juillet 2010  (à écouter ci-dessous), pour illustrer l’importance du droit au remix dans la création .

Ce procès gagné, mené en collaboration avec avec l’Electronic Frontier Foundation (EFF), nous donne l’occasion de nous réjouir à plus d’un titre.  D’abord parce que les circonstances nous donnent l’occasion de (re)écouter une conférence revigorante mais surtout parce qu’il est trop rare que  l’article 512 ( f ) de la loi DMCA (Digital Millennium Copyright Act) soit appliquée en direction des détenteurs de droits d’auteur pour qu’ils paient des dommages quand ils outrepassent leurs limites dans leurs demandes de retrait. Le montant obtenu au bout du procès sera versé à l’EFF pour soutenir son travail sur le libre accès, une cause que soutenait Aaron Swartz, ami de L. Lessig.

danseCrédits photographiques : Jitterbugs (III) par William H. Johnson, 1901-1970, 1941, collections du Smithsonian, pas de restrictions de droits connues. 

  1. Le groupe Phoenix avait par contre indiqué sur son site qu’il appréciait le remix de ses oeuvre « We support fair use of our music (…) « One of the great beauties of the digital era is to liberate spontaneous creativity – it might be a chaotic space of free association but the contemporary experience of digital re-mediation is enormously liberating. » A lire aussi sur Boing-Boing []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.