A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger

Cet entretien, réalisé par Cyril Isnart, a été publié le 22 juin 2006 sur le site « Terrain et archives » hébergé alors par le Pôle image son de la MMSH1. Le site du Pôle a changé d’adresse en 2012 et la majorité des publications du site « Terrain et archives » ont été publiées dans un numéro spécial de la revue Atelier en 2008 sous le titre « L’ethnologue aux prises avec les archives », sous la direction d’Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton. Pour éviter qu’il ne disparaisse puisque le site « Terrain et archives » sera définitivement fermé en octobre 2014, Les carnets de la phonothèque reproduisent aujourd’hui cet entretien avec Christian Bromberger. Il était suivi de la transcription d’un entretien avec Bernard Lortat-Jacob qui sera publié prochainement. Ce texte a été rétro-publié le 26 mars 2014.

Introduction à l’entretien

Les ethnologues récoltent des données dont la nature et le statut varient souvent selon les conditions d’enquête, la sensibilité de l’ethnologue ou les problématiques abordées. Les moyens techniques de la photographie, du croquis, de la prise de notes et de l’enregistrement sonore déplacent, chacun à leur manière, le regard de l’ethnologue pendant son expérience d’observation plus ou moins participante. Au moment de la restitution, les notes écrites, les images et les sons sont destinés à être lus, regardés, écoutés et traduits dans un montage qui rend compte d’une réalité culturelle précise.

Ces documents constituent ainsi des archives à part entière, intimement liées au chercheur qui les a produites, mais qui peuvent en même temps devenir des réels outils de comparaison et d’analyse pour d’autres. Si l’utilisation de notes manuscrites pour un travail inachevé est une pratique courante1, la comparaison de l’évolution historique d’un phénomène grâce à des archives ethnographiques ou le retour sur des terrains déjà explorés paraissent moins nombreux. Les rapports qui peuvent alors s’établir entre les chercheurs et les archives de terrain ne donnent plus seulement accès à « l’atelier de l’ethnographe », ils ouvrent en fait les voies à des usages différenciés d’un même matériau, du comparatisme à la revisitation.

Dans ce cadre de réflexion, le témoignage des ethnologues qui ont constitué leurs archives de manière volontaire (la plupart de fonds d’archives ont été constitués de manière fortuite et souvent longtemps après la disparition des chercheurs eux-mêmes) permet sans doute d’éclairer un aspect singulier de la construction du savoir anthropologique du XXe siècle. La variété des démarches d’enquête, la multiplicité des documents récoltés, les textes issus de ces travaux de terrain et les perspectives de ré-utilisation des archives illustrent tout à la fois les manières de faire de l’ethnographie, les parcours intellectuels des chercheurs et les usages renouvelés de leurs travaux. Les entretiens qui suivent éclairent cette ambivalence de l’enregistrement sonore, entre données récoltées pour comprendre une culture et témoignage unique issu d’un processus d’enquête. Bien que Christian Bromberger2 et Bernard Lortat-Jacob3 utilisent quotidiennement leurs notes, leurs enregistrements et leurs photographies de terrain, ils ont tenus à déposer une partie de leur fonds d’archives sonores à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, à Aix-en-Provence qui les tient désormais à disposition des chercheurs et du public. Revenant sur les pratiques ethnographiques qu’ils ont mis en œuvre pour récolter ces fonds, ces deux chercheurs insistent sur le rôle des archives de terrain dans l’économie de leur écriture et dans la dynamique de la recherche comparative. Ils soulignent par ailleurs que l’enregistrement sonore ne constitue pas le seul outil ethnographique, même s’il a acquis un statut particulier en ethnomusicologie par exemple. La photographie, l’observation, la prise de note et la vidéo complètent en effet la boîte à outils de l’ethnographe, dont les textes et les travaux ne peuvent être construits qu’en considérant plusieurs facettes d’un même fait social. Ces deux chercheurs évoquent également, mais entre les lignes, la part intime et personnelle du travail de terrain, en décrivant la position de l’ethnologue comme indissociablement liée à une pratique d’écoute et d’ouverture sensible à l’autre, condition indispensable d’une véritable ethnographie.

C. Bromberger aborde sa pratique d’ethnographe, qui est caractérisée par un usage modéré de l’enregistrement sonore. Il prône en effet une méthode d’enquête ethnographique privilégiant l’observation participante et les entretiens informels dans laquelle le magnétophone n’intervient pas systématiquement. C. Bromberger considère le magnétophone comme un outil pour constituer une trace matérielle de témoignages sur des textes fixes (contes, chansons, blagues), de la performance vocale et musicale, ou plus simplement pour servir d’aide-mémoire. Citant plusieurs exemples issus des enquêtes qu’il a menées en Iran, en France ou en Italie, C. Bromberger insiste sur la nécessité pour les chercheurs de déposer les différents matériaux qu’ils ont recueillis, dans le double but de constituer les archives des sociétés à tradition orale et d’offrir les matériaux d’investigations comparatives à d’autres chercheurs.

Bernard Lortat-Jacob évoque quant à lui une des premières enquêtes qu’il ait conduit seul, à la fin des années soixante, dans le Sud-Est de la France, à Tende dans la vallée de la Roya (Alpes-Maritimes). Il revient sur le déroulement de cette courte enquête et sur sa formation à l’ethnomusicologie dans la période troublée de mai 68. Bernard Lortat-Jacob traite également des usages que l’ethnomusicologue et les enquêtés eux-mêmes peuvent développer autour des enregistrements. Si les documents sonores ne sont jamais qu’une part réduite d’un phénomène musical, complexe et pluriel, ils restent des traces emblématiques d’un interprète, d’une époque et d’une culture pour les uns, et des outils et données utiles pour les autres. Il évoque à ce propos plusieurs de ces terrains postérieurs à l’enquête de la Roya (Maroc, Sardaigne) où il a pu percevoir ces usages différenciés des archives sonores.

Entretien avec Christian Bromberger

Cyril Isnart : Dans vos enquêtes ethnographiques, quelle place tiennent le magnétophone et les enregistrements ?

Christian Bromberger : Je ne suis pas un fana du magnétophone, je préfère le carnet de notes. Ma conception de l’enquête ethnographique c’est la solitude malinowskienne avec un carnet de notes. Et un appareil photo, parce que j’aime beaucoup la photo. Mais en général je sors le magnétophone assez rarement, lorsque je connais les informateurs et qu’il n’est pas un élément perturbant pour eux, lorsque cela fait l’objet d’un accord avec eux. Je crois qu’aucune des sources n’est suffisante, à elle seule, pour faire de l’ethnologie. Les sources sonores sont un élément de la méthode ethnographique, mais c’est un élément parmi d’autres. Il y a tous les entretiens informels, l’observation, la photo.

Pour le football, il y a eu quelques entretiens enregistrés quand les circonstances s’y sont  prêtées : être avec un informateur à peu près en tête à tête, dans une situation où une certaine continuité dans la parole est possible. Dans le cas des chansons du Val Germanasca, c’est la performance vocale et la constitution d’archives qui m’intéressaient. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai confié ces bandes à la Phonothèque, à un organisme qui pourrait en assurer la conservation.

J’ai des tas de bandes qui sont fichues, qui sont des enregistrements que j’avais faits en Iran naguère. À ce moment, on ne disposait pas de moyens aussi sophistiqués d’enregistrement, donc aujourd’hui ces bandes sont hors d’usage et c’est bien dommage. Et là aussi c’était des chansons et  de la musique, autrement dit ce qui ne peut passer que par l’enregistrement.

Pour les entretiens, je n’ai jamais cherché à faire véritablement une étude linguistique, à  étudier les intonations, ou le style oral du témoignage. Ce qui m’intéressait le plus, c’était le contenu, ce que pouvaient me dire ces informateurs. Les expressions significatives aussi m’intéressent, mais je peux les noter sans recourir à l’enregistrement.

CI : Vous vous démarquez donc un peu de la mouvance des « ethnotextes » des années 1980 ?

CB : Pour moi, d’une part, la parole n’est pas l’essentiel de l’enquête ethnographique, je préfère l’observation et l’écoute situationnelle au témoignage produit sur demande par quelqu’un. Je préfère perdre du temps, rester à côté de gens, voir ce qui se passe, observer, suivre, partager des expériences. Il y a des moments où tout à coup quelqu’un se met à chanter, et à ce moment là je vais sortir mon magnétophone – j’ai toujours un magnétophone avec moi -. En Iran, le contexte est particulier, parce que le statut du magnétophone est inquiétant pour les gens. En France, les gens sont plus habitués à l’appareil et il n’y a pas le risque que leurs paroles soient écoutées par des autorités qu’ils pourraient redouter. Je fais donc un usage très modéré du magnétophone en Iran. Il m’arrive cependant de m’en servir comme d’ une mémoire lorsque l’entretien part soit sur des sujets très techniques, soit contient  des informations complexes que je n’aurais pas le temps de noter complètement (j’ai ainsi enregistré longuement un exorciste dont les informations étaient entremêlées), parfois aussi quand les informateurs s’expriment dans un niveau de langue très élevé, truffé d’arabismes, où des mots risquent de m’échapper.

Ma démarche n’a donc pas vraiment été le témoignage provoqué. Évidemment, il y a des textes fixés, comme les chansons, qu’il faut restituer telles qu’elles sont et dans le cadre de leur performance vocale. Mais les entretiens solennels, les témoignages provoqués, ça n’a pas été ma démarche.

L’entretien, y compris enregistré, c’est un genre qui a une dramaturgie propre. Ça commence assez légèrement, et puis tout à coup l’intensité monte, des choses importantes se disent et puis même parfois, quand on envisage la vie de quelqu’un, ça va jusqu’aux pleurs, à l’affect en effet, et puis ça retombe. À ce moment, on sent que c’est pas la peine d’aller plus loin. On arrête l’entretien, on coupe le magnétophone mais on continue à discuter et souvent, il y a beaucoup de choses intéressantes qui se disent après cette phase formelle, qui sont off si vous voulez. Et là il y a des choses qui resteront dans un carnet de notes et pas sur une bande magnétique.

Il y a peut-être, dans mon attitude, une méfiance à l’égard du discours. Le discours est produit par un individu, face à un autre individu. Il restitue un pan de son expérience, telle qu’il souhaiterait souvent qu’on la transmette. Je ne dis pas que les gens mentent, mais je sais bien que moi-même si j’ai à raconter ma biographie je ne raconterais pas des pans de mon expérience qui sont soit plus malheureux, soit qui me gênent. Il y a donc tout cet exercice de la pudeur dans l’entretien. La familiarité entraîne les confidences qui ne s’accommodent pas du magnétophone. Dans la famille iranienne dans laquelle j’enquête depuis des années, si on me fait des confidences, je ne vais pas sortir un magnétophone. Ce serait le meilleur moyen pour qu’il n’y en ait plus. Et les confidences sont intéressantes, non pas parce que ce sont des confidences, mais parce que ce sont des aspects de la vie familiale qui ne m’ont jamais été contés publiquement. Et d’ailleurs j’aurais de la gêne à les enregistrer. Lorsque j’écris à ce sujet, je change les noms, et s’il y a des choses qui me paraissent trop intimes, je fais en sorte que ça ne puisse jamais blesser directement quelqu’un. Sans travestir la réalité dans mes écrits, j’essaie de trouver des biais pour à la fois respecter la vérité et en même temps ne pas choquer de gens.

Il existe une variété particulière d’informateurs. Il y a des gens qui souhaitent être enregistrés et filmés. Il y a ce désir chez plusieurs supporters et en particulier chez un personnage qui m’avait beaucoup marqué pendant mon enquête. C’était un garçon que j’avais rencontré, avec sa compagne, dans un virage du stade, et qui manifestait avec une ardeur rare. J’avais pris contact avec lui et puis j’étais allé le voir avec ma femme et mon fils. Nous avions passé toute une soirée avec lui, ensuite je l’avais revu. Et après il m’est arrivé une histoire qui m’avait blessé et qui, en définitive, n’a pas eu le résultat que je redoutais. Un jour, un journaliste de télévision, qui me semblait honnête, était venu me voir et me demander si je connaissais tel ou tel supporter qui pourrait lui raconter des choses. Je ne lui ai pas donné l’adresse, et je lui ai dit : « Ecoutez, je veux bien vous indiquer un supporter, mais je souhaiterais y aller avec vous parce que je ne voudrais pas que ça le mette dans une situation embarrassante. » À vrai dire, j’en avais trop dit sur l’endroit où habitait cet homme et le journaliste, sans me prévenir, avait retrouvé l’adresse, avait filmé ce supporter et une semaine après je vois cela à la télévision. J’étais furieux. Comme c’était un homme qui avait la sensibilité à fleur de peau et qui disait des choses très fortes, j’avais peur qu’il ne passe pour ridicule auprès des autres supporters. Ce qui a été un peu  le cas, et cela m’a peiné. Mais pour lui, cela a été un moyen de reconnaissance extraordinaire. Et lorsque je l’ai revu, il m’a dit : « Vous m’avez fait la plus belle joie de ma vie !». J’étais un peu sidéré, parce que, à mon avis, cela aurait pu le gêner. Au contraire, tout à coup, il avait pu crever l’écran. Et si l’on refait l’histoire de cet homme qui voulait paraître et être entendu, c’est assez intéressant. C’était un garçon qui avait joué au football lui-même, qui avait été junior avec de grands joueurs qui étaient ensuite devenus internationaux. Mais il avait eu un problème au dos et il n’avait pas continué. Il avait fini dans une petite équipe de promotion d’honneur. Il exécutait alors cette sorte de rituel de rattrapage dans les gradins, où il était le plus visible. Ce passage à la télévision avait été pour lui un moyen de reconnaissance.

CI : Dans votre travail d’écriture, comment vous servez-vous de vos sources sonores ?

CB : Quand on travaille un texte, sur quoi se fonde-t-on ? Sur des enregistrements que l’on a dépouillés d’abord. Et là, on a déjà une première sélection dans le choix de la transcription, parce que l’on ne transcrit pas tout, puisque je ne suis pas à  la recherche de la structure du texte, mais plutôt d’un certain nombre d’informations. On travaille sur ces notes, sur des pans de sa mémoire, on travaille sur des photos, sur des passages de films, sur des sources écrites aussi. Donc on si on veut juger de la pertinence de ce que l’on écrit, je crois qu’il faudrait reprendre cet ensemble.

Et c’est vrai aussi que dans tout ce que l’on enregistre, tout ce que l’on note, il y a des tas de choses que l’on n’utilise pas, soit parce qu’elles ne sont pas pertinentes pour la problématique que l’on aborde, soit parce qu’elles sont redondantes, soit parce que l’on juge au moment où l’on écrit qu’elles n’ont pas d’intérêt. Au fond, dans un livre, un article, on utilise disons 10% de ce que l‘on a récolté. Par ailleurs, l’enregistrement sonore est sans doute plus facilement exploitable par autrui que des notes. J’écris souvent des fiches à partir de mes notes mais j’imagine assez mal des gens se penchant sur mes carnets. J’écris assez mal, je dessine comme un pied, mais je prends précisément les dimensions pour permettre à un autre plus habile de faire des dessins convenables. Et puis, il y a des choses que l’on écrit en abrégé, on a toujours peur, dans certaines conditions d’enquête, que les carnets soient confisqués. Donc le carnet lui-même ne donnerait pas toutes les informations, à moins de connaître le code des abréviations.

CI : Dans ce cadre très particulier de la pratique ethnographique, où les types de sources se croisent et où l’enregistrement n’a pas l’exclusive qu’il peut avoir pour les dialectologues ou les ethnomusicologues, quel est le sens de l’acte du dépôt de vos propres archives ?

CB : En ce qui concerne les chansons, même si les enregistrements n’étaient pas de bonne qualité, je me disais que j’étais là devant des témoins assez extraordinaires d’une tradition orale de chant. Moi je n’avais jamais rencontré ça avec une telle intensité. Vous savez, souvent je ne choisis pas mes sujets en fonction de mes marottes, je choisis en fonction de ce que le terrain semble me dire. C’est peut-être très naïf. Mais là, je suis arrivé dans une société dans laquelle les gens chantaient et avaient une remarquable passion pour la chanson. Et puis d’autre part, ces gens, je pense surtout à Emmanuel Barrus et Aldo Richard, avaient des cahiers de chansons tout à fait remarquables. Emmanuel Barrus devait avoir 80 ans quand je l’ai connu, Aldo Richard un petit peu plus. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas eu d’enregistrements. Certes, il y avait une activité de musicologues et de chœurs locaux qui reprenaient ces chansons. Donc je me suis dit : « Il faut le faire ».

Pourquoi garde-t-on des archives ? On les garde et on les dépose à la fois comme moyen d’enquête pour d’autres, et aussi parce que c’est quand même un des devoirs de l’ethnologue que de constituer des archives pour les sociétés qui ne les ont pas constituées elles-mêmes et qui, un jour sans doute, souhaiteront les consulter ou les mettre en valeur. C’est pour moi un moyen de restitution de documents bruts.

L’ethnologie est cette discipline très particulière qui créé ses propres documents de travail, contrairement à l’histoire ; on est, dans une interaction avec des gens, créateurs de nos sources. Il y a donc l’aspect patrimonial, la volonté de constituer des archives, le souci de restitution et celui de laisser des documents pour d’autres spécialistes, et notamment pour le Val Germasca, des spécialistes  d’ethnomusicologie.

CI : Vous avez dit que vous n’étiez pas spécialiste de musique, mais vous avez également collecté de la musique en Iran. Comment ce champ est-il entré dans vos préoccupations d’ethnographe ?

CB : Eh bien ! lorsqu’on fait du terrain, soit on se dit je travaille sur la parenté dans telle ou telle région et je suis un parentaliste convaincu ou sur telle technique, et je suis un technologue convaincu. Moi, ma vision du terrain n’est pas celle-là. Bien sûr j’ai des problématiques, des objets de prédilection, mais je crois que l’ethnologue doit demeurer disponible et se laisser guider par des injonctions sensibles venues du terrain. Si, comme ce fut le cas, se déroule le rituel de ‘âshurâ’, alors que vous êtes en train de travailler à établir des cartes ethnographiques dans le nord de l’Iran, vous allez observer ce rituel et enregistrer les cantiques qu’entonnent les fidèles. Sur le plan de la conduite rationnelle d’une enquête, ce n’est peut-être pas le mieux, mais c’est peut-être vis-à-vis de la connaissance du terrain ce qu’il faut faire à ce moment-là. Si quelqu’un tout à coup lors d’une fête se met à chanter, et si tout à coup lors d’un mariage, il y a également musique, chant et danse, il est bien évident que je vais m’y intéresser et enregistrer. Et puis, pour l’Iran, il m’est arrivé de demander deux ou trois fois que l’on me chante des chansons. Il y a notamment un chanteur populaire du Gilân qui a chanté des choses qui m’intéressaient beaucoup sur la vie agricole, etc. J’ai demandé à un bon amateur de chanter ces chansons et je les ai enregistrées parce que je n’en avais pas les textes. Ce sont très souvent des textes en gilaki qui ne sont pas publiés.

CI : Après vos enquêtes, pour analyser vos données, avez-vous utilisé des outils de classification de la littérature orale ?

CB : J’ai enregistré au fond peu de contes, même si ce genre m’a intéressé. Et les problèmes de classification ne m’ont pas vraiment intéressé à vrai dire. Je n’ai pas réuni un corpus suffisant pour débuter une étude classificatoire. Les contes que j’ai enregistrés sont d’ailleurs des contes que les gens m’ont spontanément présentés à des moments où l’on parlait de l’identité de la région. Par exemple, un ami me dit : « Mais tu sais il y a un conte qui s’appelle « Baghâle ghâtogh ». Le baghâle ghâtogh, c’est un plat emblématique du Gilân. Le conte était, en effet, tout à fait intéressant parce que c’était une représentation de l’image de la région ; il campait un petit personnage qui arrivait à déjouer un géant.

En revanche, j’avais essayé d’adopter cette perspective classificatoire pour les chansons du Val Germanasca. J’étais allé voir Georges Delarue pour qu’il me donne son point de vue sur mon corpus. Il y avait des choses qui l’avaient beaucoup intéressé. Je m’étais aussi servi de Conrad Laforte, que Georges Delarue n’appréciait pas. Le geste premier, lorsqu’on a recueilli un corpus de textes, c’est d’aller voir dans les grands outils. Pour les contes, j’ai surtout enregistré des contes facétieux qui sont beaucoup plus nombreux dans la tradition orale et les problèmes de classification sont beaucoup plus labiles. Les contes facétieux n’ont pas fait l’objet de la même attention que les contes merveilleux.

CI : Pendant vos enquêtes, existe-t-il des cas où les enregistrements ont été contraints par la situation ?

CB : Lors de mes dernières enquêtes, c’était une situation d’enquête que je n’aime pas trop au fond. C’est une enquête que j’ai menée, dans le cadre de mon travail sur la pilosité, sur les malades qui subissent des traitements chimiothérapeutiques. Je menais mes entretiens dans un bureau de l’hôpital Paoli-Calmettes (Marseille). On m’avait dit, il y a des patients qui vont venir vous voir et je les ai interviewés donc dans un bureau mis à ma disposition. La situation d’enquête était plutôt du genre « rendez-vous médical », même si ce n’était pas du tout le cas et que je m’empressais de le dire. L’équipe médicale les avaient bien sûr prévenus de la nature de ma démarche. Et là j’ai immédiatement branché le magnétophone avec leur accord en sachant que ces entretiens seraient uniques. C’était dans un contexte tel que j’ai préféré enregistrer. C’était programmé : il y avait des gens qui venaient à 3 h, d’autres à 4 h. Ce n’est pas du tout le genre d’enquêtes auquel je suis habitué. Mais dans cette situation, je sentais que je ne pouvais pas aller parler 7-8 fois à des gens de leurs cheveux pendant leur traitement chimiothérapeutique. En même temps pour eux c’était important, mais un peu dérisoire par rapport à la maladie qu’ils affrontaient.

Actuellement en Iran, j’utilise très peu le magnéto, car j’y reste longtemps et ce qui m’intéresse plus c’est l’intimité, pas au sens trivial, mais ce que ressentent les gens, ce qu’ils vivent à l’intérieur de leur famille. Ça ne se prête pas tellement au magnétophone. Pour le football, le film m’a servi beaucoup plus que le magnéto, parce qu’il fallait fixer des émotions, des expressions, des comportements et puis les gens je les connaissais, je pouvais discuter avec eux, les revoir.

CI : Quels seraient les projets que vous pensez envisageables à partir de vos dépôts à la phonothèque ?

CB : Je n’ai pas d’idée particulière. Je souhaite simplement que cela puisse rester comme des archives disponibles. Si ça peut un jour servir de matériel comparatif, j’en serai très heureux, parce que les chansons déposées sont très intéressantes. Mon hypothèse c’était que ces chansons n’étaient pas des chansons d’identité, il s’agissait de chansons venues de partout. J’ai retrouvé ça en effet à travers les catalogues et les répertoires publiés. Il y a là un bon matériel pour étudier les problèmes de la variation textuelle mais aussi de la performance vocale, dans l’espace mais aussi dans le temps. Les informateurs qui, dans les années 80,  avaient 80 ans, chantaient des chansons apprises dans leur jeunesse, dans les années 1920. Comment a été travaillée cette tradition orale jusqu’à aujourd’hui ? Tradition orale dans une certaine mesure d’ailleurs, puisqu’ils avaient des cahiers de chansons. Derrière l’oral, il y avait l’écrit.

Je pense en définitive qu’il est utile de déposer ses livres et ses articles, il est également utile de déposer des chansons enregistrées, des textes ou des entretiens, c’est un élément parmi d’autres du travail de l’ethnologue. Je crois qu’il faut qu’on apprenne à déposer nos archives. Pour le moment, le dépôt de mes archives photographiques me préoccupe beaucoup, elles comptent beaucoup pour moi. Et je ne sais pas si ce partage entre iconothèque, audiothèque, vidéothèque, bibliothèque est bon, parce que les documents d’un ethnologue forment un tout. Lorsque j’écris quelque chose, je suis à l’écoute, je relis mes notes, je regarde des photos, des morceaux de film, j’interroge aussi ma mémoire…

Bibliographie

Le match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001.

« Les chansons « populaires » dans une vallée vaudoise du Piémont (le Val Germanasca) : chansons de migrations et migrations de chansons », La Beidana. Storia e cultura delle valli Valdesi, n°6, 1987 (pp. 11-32); republié dans Migrazioni attraverso le Alpi occidentali, Torino, Regione Piemonte, 1988 (pp. 263-294) et dans Gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Aix et Grenoble, Publications de l’Université de Provence et Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie (pp. 217-242), 1994.

« Les blagues ethniques dans le nord de l’Iran. Sens et fonction d’un corpus de récits facétieux », Cahiers de littérature orale, n°20, 1986 (pp. 73-101).

Cite this article / Citer ce billet : Isnart, Cyril, « A propos des archives de terrain : entretien avec Christian Bromberger » in Les carnets de la phonothèque, 22 juin 2006, https://phonotheque.hypotheses.org/12590.

Crédits photographiques : LSE student conducting interview in the East End, 1946. Fieldwork carried out Feb-March 1946 by some 100 LSE students under the supervision of Professor Tibor Barna. Pas de restriction de droits connues.

  1. L’URL était la suivante : http://lodel.imageson.org/terrainarchive/document164.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *