Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : hommage aux Abuelas de Plaza de Mayo

Madres_y_Abuelas

Depuis 2005, le 27 octobre est devenu la journée mondiale du patrimoine audiovisuel, en commémoration de l’adoption, en 1980 par la 21e Conférence générale de l’UNESCO, de la Recommandations pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine audiovisuel. Cette journée donne l’occasion d’attirer l’attention du public, dans le monde entier, sur la nécessité de prendre des mesures urgentes et de reconnaître l’importance des documents audiovisuels.

Le thème pour 2014 est Archives en danger : il reste encore beaucoup à faire. Pour apporter sa petite pierre, la phonothèque voudrait rendre hommage aujourd’hui aux grands-mères (abuelas) de la place de Mai (Plaza de Mayo) qui en Argentine se battent pour retrouver les enfants volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Lors de la 13ème conférence internationale d’histoire orale qui a eu lieu à Rome en 2004 du 23 au 26 juin, j’ai eu la chance d’entendre en clôture des journées Estella de Carlotto. Cette dame, de 75 ans, nous a raconté la disparition de sa fille, l’existence d’un bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l’association des grands-mères de la place de Mai et son combat pour retrouver son petit fils ou sa petite fille. Les enfants de desaparecidos ont été évalués à environ 500, à l’époque de la conférence d’Estella de Carlotto soixante dix seulement étaient retrouvés. Elle a fait le récit du combat des grands-mères et de la méthode mise en place pour faciliter les recherches. Les grands-mères ont créé une base de données, appelée « El tesoro ». A chaque famille de disparu correspondait un ensemble de données : un peu de leur sang bien entendu pour qu’une personne dans le doute puisse comparer son ADN, des objets en lien avec la famille, des lettres mais aussi des témoignages enregistrés ou filmés des grands-parents qui puissent à la fois évoquer comment étaient ces parents disparus et leur histoire de vie. Une personne dans le doute de sa famille biologique pouvait ainsi faire une recherche d’ADN dans cette base et en comparant son empreinte avoir la preuve que sa famille faisait partie des desaparecidos. Toutes données du « tesoro » correspondant à sa famille lui étaient alors accessibles. Ainsi, même si les parents ou grands-parents étaient décédés, il pouvait alors comprendre combien, même inconnu, il avait été important et aimé.  A la fin de son intervention, elle nous souriait face à une assemblée en larmes. Nous entendions dans nos écouteurs les sanglots de ceux qui étaient chargés de la traduction simultanée, la tension était à son comble. J’ai souvent pensé à Estella de Carlotto au fil des ans.

Presque 10 ans plus tard, Estella de Carlotto a retrouvé son petit fils. A 36 ans, celui-ci a découvert à partir de cette base de donnée, consultée au siège de l’association des Grands-Mères, que 99,9 %, de son ADN correspondait à celui de Laura de Carlotto, exécutée en août 1978, deux mois après avoir accouché. Il est le 114ème à retrouver son identité. Une merveilleuse nouvelle pour Estella et pour toutes les grands-mères. La nouvelle touche aussi tous les gestionnaires d’archives sonores qui ont écouté Estella de Carlotto ce jour de juin 2005 et qui ont su précisément à cet instant combien les archives peuvent être riches, utiles et vivantes. Au travail, effectivement il reste encore beaucoup à faire !

Crédits photographiques : Grands-mères de la place de Mai, on reconnaître Estella de Carlotto au milieu de la photographie de la manifestation, 16 septembre 1988, Archivo Hasenberg-Quaretti, licence  Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *