Compte-rendu : “Que faire des archives sonores ?”

Oiseau en cage

Le 21 novembre dernier s’est tenu au Rize (Villeurbanne) une journée d’étude sur le thème “La fabrique des patrimoines musicaux” annoncée sur le carnet, à laquelle la phonothèque de la MMSH a participé dans le cadre de l’atelier  “Que faire des archives sonores”. Un compte-rendu vient d’être publié sur le carnet Cinémadoc.

Un grand merci donc à Rémy Besson  qui a retranscrit les échanges très riches de l’après-midi. Je retiens pour ma part les remarques Yann Laville (conservateur adjoint au Musée d’Ethnographie de Neuchâtel) qui a insisté sur la nécessité de lâcher du lest sur les angoisses d’exhaustivité des archivistes. Nous ne pourrons jamais tout conserver et il faudra être capable d’utiliser les archives en dépit des absences, des trous et des vides comme d’ailleurs cela a toujours été le cas dans l’histoire des archives… Mais voilà, le numérique donne l’illusion de pouvoir tendre vers l’exhaustivité d’où cette obsession de chercher à obtenir les informations, le dépit lorsqu’on ne trouve que le silence. Par contre,  on l’oublie parfois et pourtant , peut-être plus qu’auparavant, il convient de documenter au mieux le passage du matériel au numérique. Pour mieux comprendre cette nécessité et ses modalités, la lecture de l’ouvrage Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? de Jean-François Bert est d’un grand secours. Son carnet, Archives et pratiques savantes renvoie également vers de nouvelles réflexions qui devraient élargir nos débats autour des archives sonores.

Pour rappel, la journée était organisée par le CMTRA en partenariat avec l’Institut de Recherche sur les Musiques du Monde, le Centre Georg Simmel (EHESS), le Rize et avec le soutien du Ministère de la Culture.

Crédits photographiques : Oiseau en cage à Cacao, village Hmong en Guyane, décembre 2014, photographie de V. Ginouvès. (CC BY-NC-SA 3.0 FR)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.