L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC


4 réflexions sur « L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée »

  1. merci beaucoup ! Je suis vraiment heureux que mon intervention vous ait intéressée et vous en ayez fait ce compte-rendu, dans lequel je retrouve tout à fait mon exposé. Une seule idée pourrait être ajoutée, que j’avais développé en conclusion : à l’heure ou les ethnologues utilisent de plus en plus les archives sous forme papier (archives privées comme publiques, qu’il s’agisse des P.V. d’A.G. de copropriétés comme Valérie Feschet ou des archives de la Poste comme Marie Cartier), il est frappant de voir combien cette source d’information reste peu visible dans la présentation des sources et méthodes employées. Il y aurait là une vrai réflexion à mener pour que l’ethnologue donne à la source écrite la légitimité qu’elle n’a pas et qu’elle mérite – tout comme des historiens ont eu naguère à se battre pour affirmer la validité des sources orales face à la documentation écrite….

  2. Le débat est lancé. Ce qui est intéressant, c’est de voir combien des pratiques de recherche en SHS s’échangent et se fécondent mutuellement entre disciplines et entre chercheurs. Les historiens ont largement depuis trente ans collaboré à la constitution d’archives orales ouvertes, patrimoniales et scientifiques, qu’ils destinent à la recherche future, mais admettent encore difficilement de déposer leurs propres corpus d’entretiens d’histoire orale. Les ethnologues se sont de leur côté laissés séduire par le dépôt patrimonial de leurs corpus oraux et par la revisite, mais commencent seulement à accepter de créer des corpus oraux sur commande publique ou sociale, à vocation patrimoniale, sans projet d’exploitation immédiate de leur propre part (Mémoire arménienne)…
    Des rencontres comme celles de Montpellier ou comme celles d’Aix (groupe ARSHS) une semaine avant ont le mérite de nourrir une belle réflexivité sur les pratiques et les méthodes des uns et des autres. La source orale était à l’honneur pendant ces deux sessions, mais Christian Hottin a raison de rappeler que la même réflexion croisée peut et doit être menée sur l’usage de l’archive écrite, au sein des SHS !

  3. Je suis étudiant en 3ème année de licence en Anthropologie de santé je cherche à me documenter pour ma soutenance. Je suis à la quete des informations
    Ce que je vien de lire est tres interessant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.