Inquiétude sur le devenir des plateformes numériques : adieu à Crevilles.org

Cette année aurait pu être celle des 10 ans de Crevilles.org. Mais elle sera celle de sa fermeture, sans que l’on puisse trouver d’information  sur la ou les raisons de cet arrêt. Une recherche attentive montre simplement qu’Archives.org a cessé de la repérer sur sa Wayback machine en mars 2015.

Si vous avez travaillé à un moment donné sur les études urbaines, vous avez peut-être bénéficié des ressources mises en avant sur ce portail qui rassemblait tous types d’informations disponibles en ligne sur le domaine : textes, images, sons, vidéos. Partagé entre actualités et ressources, le site moissonnait également les publications récentes comme les textes classiques publiés dans ce champ de recherche et disponibles en texte intégral. Les documentalistes qui alimentaient le site, repéraient et sollicitaient les chercheurs dont les thèses sur le sujet était inaccessibles pour les numériser et les mettre en ligne1. Heureusement les inventeurs de Crevilles.org, sensibles à la question du libre accès, plaçaient toutes les numérisation sur HAL. Ainsi, les documents sont toujours accessibles sur la plateforme d’archives ouverte tandis que désormais, sur le site de Crevilles.org s’affiche ce message « Nous informons nos chers utilisateurs que la plate-forme continue à offrir des ressources, mais sans la partie actualité. ».

Le travail de fond sur l’actualité, le regroupement de données sur la thématique, la possibilité d’interroger de façon fine et avec des référentiels adéquats un sujet,  l’aboutissement des collaborations engagées… rien de tout cela ne subsiste. L’innovation technologique de Crevilles.org manquera également à la communauté scientifique : ce site est un des premiers portails thématiques a avoir connu cette ampleur. Conçu d’abord sur Joomla il a ensuite été transféré sur Omeka, un logiciel sur lequel nombre de projets sont développés aujourd’hui.

Pour les professionnels de l’information, il est surtout très inquiétant qu’un projet de cette envergure, qui recevait chaque mois quelques  8000 visiteurs , créé et financé par la recherche, l’université et soutenu par l’Europe et les collectivités locales2, puisse disparaître dans un si fracassant silence. Que cet outil, utile et utilisé, qui fournissait quelques 12 500 notices « Actualités » et 12 000 « Ressources »3 puisse disparaître du jour au lendemain n’augure rien de très bon pour la pérennité de nos projets numériques et nous donne une leçon sur la façon dont nous devons penser la longue durée. Aujourd’hui, ce billet veut garder une trace de ce projet et remercier  ceux qui l’ont créé. En ce début de 21ème siècle,  il a certainement inspiré plus d’un-e-s d’entre nous dans le monde de l’information.

La notice « Crevilles.org » sur la revue Aldébaran :  http://aldebaran.revues.org/6331

Ils utilisaient Crevilles.org (revue de presse très rapide, n’hésitez pas à me signaler d’autres billets à ajouter) :
Espace Temps
Ressources urbaines : un film réalisé par Crévilles.org (31 juillet 2008)
Le blog de la ville
Crévilles.org (20 mars 2008)
Le Cresson veille :
Photographies de villes en ligne (20 juillet 2009)
Les Carnets de la phonothèque :
Diffuser les données de la recherche en SHS : questions de droit et d’éthique (29 juin 2011)
Disseminating research resources and publications in the humanities and social sciences. Questions of rights and ethics (3 juillet 2011)
La Maison des sciences de l’homme de Tours observe la ville pour nous (19 mars 2009)
Rumor :
Les développements de Crévilles (8 janvier 2010)
Océrisation de thèses en études urbaines (8 janvier 2010)

Crédits photographiques : Downtown Core Area of Portland, after 7 P.M. on November 2 1973, During the State’s Energy Crisis with Few Commercial and Neon Lighting Displays. This Photo Looks Toward the West with the Willamette River in the Foreground 11/1973. The U.S. National Archives. No known copyright restrictions.

  1. Plus de 1000 thèses avaient été repérées et mises en ligne en libre accès et en texte intégral depuis la création du projet []
  2. Le CNRS, l’université François Rabelais, la MSH Val de Loire, la région Centre et le programme FEDER étaient les principaux financeurs du site []
  3. Ces informations statistiques nous ont été fournies par courriel par Pascal Garret, créateur et gestionnaire du site, en juin 2015. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *