La danse en fresque

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) ne propose pas moins de 18 fresques interactives, sur des sujets aussi différents que la magie des montagnes, l’électroacoustique ou le festival de Cannes. L’objectif est d’accompagner le public au sein d’une sélection thématique d’extraits sonores ou vidéo choisis par des spécialistes parmi les milliers d’heures du fonds d’archives de l’INA. Deux d’entre elles, mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MEDMEM et repères méditerranéens,  ont d’ailleurs été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour faciliter l’interactivité des parcours, un outil a été créé dès 20031 alliant l’intuition de la navigation électronique et la réflexion. Ainsi, les « fresques interactives » ne se limitent pas à placer les extraits sélectionnés dans un contexte historique, géographique, économique et culturel mais ces extraits sont éditorialisés et commentés par des spécialistes du domaine. Le grand public peut s’y promener facilement à travers des entrées et un affichage – cartographique, chronologique et thématique – qui se retrouvent systématiquement au fil des fresques.

7561486876_09d847ea54_o

Pour sa dernière fresque, l’INA s’est associé au CDC – centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées2 pour la publier. Le CDC de Toulouse a conçu le projet, organisé les parcours et produit la moitié des vidéos spécifiquement pour le site Danse sans visa. Le système de fresques propose une lecture originale de l’histoire des danses selon la circulation des peuples à travers le monde. Cinquante-huit vidéos mettent ainsi en avant des parcours de danses emblématiques analysés et présentés par des danseurs, des chorégraphes, des universitaires, des chercheurs et des écrivains, reconnus pour leur légitimité pour chacune des danses3. Sans s’attacher à une recherche des origines hypothétique ou à un inventaire exhaustif, le projet présente avant tout les facettes multiples d’une danse, ses filiations, ses évolutions ou ses liens avec les mouvements migratoires. Il rappelle que lorsque les hommes voyagent – librement ou de façon forcée-, ils emportent avec eux les rythmes et les musiques, faisant évoluer les pas de la danse et ses mouvements. D’ailleurs, si le voile des origines possibles se soulève parfois, il prend toujours en considération l’accélération actuelle de la diffusion des danses « grâce aux nouveaux outils de communication qui propulsent dans la société des danses à la vitesse de l’électronique, là ou il a fallu parfois plusieurs siècles pour les déplacer ». Sont abordées au lancement de cette fresque les danses et claquettes irlandaises, la capoeira, les danses afropop actuelles, le tango et la salsa, le haka, les danses de société, le hip hop, les danses d’Outre-mer, le flamenco.

Chaque danse est analysée à travers son parcours d’Afrique, d’Océanie en Europe en passant par les Caraïbes et les Amériques depuis les années 1960 à nos jours. La recherche est possible à travers la date de la prise de vue, la référence dans les archives INA, le titre de l’émission et la durée ou elle peut être affinée par le nom des danseurs représentés. Une « visionneuse exportable » vous permet d’afficher les vidéos sur des sites distants. Enfin, pour être informé-e des nouveautés de la fresque, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook du projet.

Crédits : Image à la une, Dancing on a pier during the Kilmakilloge Pattern in Co. Kerry, 1913, archives nationales d’Irlande,  Wacana Elementary School students dancing at the 1959 Florida Folk Festival: White Springs, Florida, 1959, photographe : Robert R. Leahey,projet archives du projet Florida Memory. Pas de restrictions de droit connues. Vidéo : L’Apartheid, le récit du corps, 2013, fresque « Danse sans visa », INA.

  1. Il s’agissait alors de la fresque interactive Jalons pour l’histoire du temps présent,  []
  2. Plusieurs partenaires se sont réunis pour la réaliser : le CDC – centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées,  l’A-CDC – association des Centres de Développement Chorégraphique  et la délégation Ina Pyrénées. Ils ont travaillé avec le soutien  des services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication en répondant à l’appel à projet 2014, de la Direction Générale de la Création Artistiquedu Ministère de la Culture et de la Communication, des théâtres départementaux de La-Réunion TEAT Champ Fleuri – TEAT Plein Air,  , de l’iconothèque historique de l’océan Indien, de la compagnie James Carlès, des étudiants de la licence professionnelle médiation et développement de projets en danse et arts du cirque du département Art et Com de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès,   et du laboratoire LLA-Créatis /Lettres, Langages, Arts/Programme Danse []
  3. Ainsi Eric Falc’her-Poyroux, Stan Lehericy, Florence Boyer, Edmony Krater, Corinne Frayssinet-Savy, Christian Dubar, Simon Valzer, Marie-Christine Vernay, Thomas Jacques Le Seigneur, Fabrice Hatem, Pol Briand et James Carlès sont ici les auteurs des présentations des vidéos. Leurs textes peuvent être lus en langue française et  anglaise. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *