Archiver la guerre : « Sur place, 4 revenants des guerres libanaises »

Ancien Holiday Inn de Beyrouth

Monika Borgmann et Lokman Slim accomplissent un travail de mémoire complexe en choisissant de montrer la guerre du côté des bourreaux. Déjà leur premier film Massaker, présenté au FID en 2005, interrogeait six phalangistes libanais qui avaient participé au massacre perpétré pendant trois jours et trois nuits du 16 au 18 septembre 1982 dans les camps de Sabra et Chatila. Pas de noms, pas de visages ; ils racontaient, sans repentir, le déroulement de la violence.

Monika Borgmann et Lokman Slim accumulent les archives audiovisuelles sur ces guerres que ne raconte aucun manuel d’histoire libanais. Ils ont choisi parmi leurs enregistrements, quatre entretiens filmés en plan fixe qui leur ont semblé raconter une partie (assurément minime) de cette histoire. Le film est présenté en première mondiale,  compétition internationale au FID 2009 dans la sélection Prix des médiathèques. Deux chrétiens, deux chiites, se succèdent face à la caméra. Les deux chrétiens sont des hommes publics, qui ont participé aux guerres du Liban et ils rejettent aujourd’hui leurs exactions – l’un avec plus de force que l’autre – . Les deux chiites sont des combattants, qui ont certes rendu les armes, mais sont encore engagés dans le tumulte de la guerre. Le premier est filmé de dos, le second porte un masque. Ce dernier a également, posé sur sa cuisse, une canne qui renvoie à sa paralysie causée par une balle lors d’un combat entre chiites. Son propre corps l’a obligé à stopper le combat,  lui qui avait commencé son entraînement dès l’âge de 12 ans. C’est à lui que revient le mot de la fin : « Je hais quatre choses, intensément : la paralysie, la cécité, les chiites et les palestiniens ». Un message qui s’entrechoque avec le message de paix du premier entretien. Mais encore ? L’histoire des guerres libanaises ne pourra se faire qu’en croisant toutes les paroles, de tous les acteurs, de toutes les confessions, des victimes et des bourreaux. Les actions privées ne seront pas suffisantes, il faudrait aussi que le Liban participe à leur création, à leur stockage, les donne à voir et à entendre pour que la mémoire puisse fonctionner, que les esprits puissent évoluer. Sur place, 4 revenants des guerres libanaises donne une idée de la force de paix que pourraient constituer de telles archives.

Crédit photographique : ancien Holiday Inn de Beyrouth, cité au cours de l’un des entretiens comme un des lieux où étaient déposés les corps abandonnés, Boyd Jones, http://www.flickr.com/photos/boydjones/3297725237/, sous licence creative commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *