Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *