L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970

L'archetière Sylvie Masson à l'établi, Paris, 2016
L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Sylvie Masson débute sa formation d’archetière en 1973 à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux » luthiers et archetiers, venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes, mais par un concours de circonstances. Son père, musicien professionnel, l’amène un jour à Mirecourt.

Découverte de Mirecourt (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Un ami luthier leur fait visiter deux ateliers, l’un de lutherie et l’autre d’archèterie. Sylvie Masson qui a 14 ans est impressionnée par le métier d’archetier, capable de transformer une simple baguette de bois en archet raffiné.

Devenir archetière ? (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Ce qui la captive notamment est l’utilisation d’une grande variété de matériaux.

Travailler des matières variées (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Découpage d'une peau d'une peau de lézard noir, atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
L’archetière Sylvie Masson découpant une peau de lézard noir, Paris, juin 2016

A la fin de son année scolaire de 3e, elle décide de s’orienter vers l’archèterie, mais la direction de l’Ecole de Mirecourt ne lui laisse pas passer les tests d’admission de cette 2e promotion d’archetiers, sans que la raison en soit très claire. Elle se représente l’année suivante et est admise dans la 3e promotion. Elle raconte sa rentrée effectuée dans un contexte très particulier.

Une fille en archèterie (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Sylvie Masson décrit l’organisation de l’atelier et sa situation spéciale en tant que fille.

Quand je levais le nez, il baissait la tête (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Pour ne pas prendre de retard, elle doit en quelque sorte contourner le maître dont l’attitude l’intimide trop pour oser lui poser des questions et avancer dans son travail. Elle se fait aider par un camarade d’atelier, Benoit Rolland, de la 1e promotion .

Contourner le maître (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

La différence de traitement entre fille et garçon n’est pas forcément ressentie par les garçons.

La différence de traitement (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Sylvie Masson se souvient que le maître lui a dit lui-même qu’elle était la première femme à fabriquer un archet complet.

La première archetière (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Chez l'archetière Sylvie Masson, Paris, 2016
L’archetière Sylvie Masson à l’établi, Paris, février 2016

Lorsqu’elle s’installe à Paris en 1978, elle féminise le mot «archetier» sur son enseigne.

Archetière, ça n’existe pas (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Enseigne de l'atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
Enseigne de l’atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Le terme même d’« archetier » ne figure pas encore dans le dictionnaire et sera introduit plus tard grâce à la démarche de Charles Alfred Bazin.

Le Larousse plus féministe que les archetiers (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Après deux ans à l’Ecole de Mirecourt, le passage en 3e année lui est refusé. Le jeune archetier Benoit Rolland, formé lui-même à l’école par Bernard Ouchard, lui propose alors de continuer sa formation dans son atelier, ce qu’elle va faire, en suivant par ailleurs des cours du soir en photographie. L’archetier Roger Lotte à Mirecourt accepte ensuite de parfaire sa formation.

Se former hors de l’Ecole (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Rabots, atelier de S. Masson, Paris, 2016
Rabots, atelier de S. Masson, Paris, 2016

Ces obstacles finalement n’ont fait que raffermir la volonté de Sylvie Masson de devenir archetière. Elle évoque les différentes méthodes d’enseignement qu’elle a reçues.

Les méthodes d’enseignement (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

En examinant des archets anciens de maîtres réputés dans un atelier, elle prend la mesure de la qualité exigée par Bernard Ouchard dans son enseignement.

L’exigence de perfection (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Le rôle du professeur-maître qui tétanise ses élèves lui paraît appartenir au passé.

Le professeur-maître (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)`

Atelier de Sylvie Masson
Atelier de Sylvie Masson

Sylvie Masson revient sur la dureté de cette formation tout en reconnaissant son efficacité dans l’excellence de la transmission du métier qui s’illustre par les nombreuses récompenses professionnelles obtenues par les élèves de Bernard Ouchard.

Les médailles (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Après avoir travaillé quelques mois à Genève chez le luthier Pierre Dalphin, elle revient en France et fait de la sous-traitance pour les luthiers parisiens en réparant des archets. Elle a l’opportunité de louer un atelier dans le quartier des luthiers (autour de la rue de Rome à Paris) et s’y installe. Elle a 20 ans. Elle s’assure une clientèle régulière en faisant de la réparation et de l’entretien.

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

C’est suite à la commande d’un archet baroque qu’elle se lance dans le neuf. Elle élabore son modèle, appréciant une liberté de conception que ne permettrait pas la fabrication d’un archet moderne.

Fabrication d’un archet baroque (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Etant la seule à Paris à fabriquer des archets baroques, elle se fait une réputation dans ce domaine, mais fabrique ensuite tous types d’archets.

La réputation (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Elle évoque la qualité et les propriétés des bois utilisés en archèterie (amourette, bois de fer, pernambouc) selon les époques, les instruments et les répertoires.

Les bois d’archèterie (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Il n’y a pas de groupement professionnel spécifique aux archetiers (dont elle estime le nombre actuel à environ 70 en France). Ils sont regroupés avec les luthiers au sein du GLAAF. Sylvie Masson a été présidente de ce groupement de 2012 à 2015. A ce titre, elle a reçu les archives du luthier Charles Enel communiquées par son petit-fils. Elle en détaille le contenu.

Les archives de Charles Enel (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Sylvie Masson décrit ses rapports avec le GLAAF où elle entre à 26 ans, après une deuxième candidature, groupe alors présidé par Pierre Taconné, et qu’elle présidera elle-même trois décennies plus tard.

Le « cas » (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Petit rabot, atelier de S. Masson
Petit rabot, atelier de S. Masson

Il y a un certain nombre d’archetières aujourd’hui. Sylvie Masson a contribué à la formation de l’une d’elle et a également formé à la réparation un archetier sorti de l’école de Mirecourt. Au sujet de la transmission du savoir-faire, elle constate que, parfois, expliquer n’est pas suffisant pour inculquer une technique.

Apprendre en faisant des erreurs (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Pour elle, l’intérêt du métier est d’être obligé de sans cesse élargir son expérience.

Une expérience jamais terminée (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016
Atelier de Sylvie Masson, Paris, juin 2016

Elle a fait du violon à l’école de lutherie, ce qui l’a aidée à évaluer ses archets, tout en développant d’autre sens comme la vue.

D’autres sens (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Elle évoque des événements marquants et stimulants de la profession autour d’activités réunissant musiciens, luthiers et archetiers.

Les événements (Sylvie Masson, extrait d’enquête n°4972)

Finalement, elle a appartenu à divers groupes professionnels – l’ALADFI, le GLAAF, l’UNFI (Union nationale de la facture instrumentale) – à une période où ils étaient souvent en rivalité plutôt qu’en relations de coopération, ce qui a changé par la suite, au bénéfice de la profession.

Atelier de l'archetière Sylvie Masson
Vitrine de l’atelier de Sylvie Masson

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Masson, Sylvie (archetière) ; Claudot-Hawad, Hélène (anthropologue). L’archèterie au féminin : un grand défi des années 1970,  Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 1h 46min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4972.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *