Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Cela n’a pas pas empêché Michel Pietrogiorno d’être appelé malgré son statut d’homme marié.

D’autres comme Louis, ont l’espoir de ne pas partir à la guerre, et pensent qu’elle ne peut pas durer indéfiniment.

Monsieur Morel, lui, ne part pas dans le même état d’esprit et dit être parti « en chantant », en pensant recevoir le soutien du gouvernement français.

Souk_ahras_battle_1958

Pour Roger, cette guerre ne l’intéressait pas jusqu’à ce qu’il soit sur place.

Lui ne s’attendait absolument pas à une guerre, il mentionne le massacre de Sétif qui, pour lui, ne présageait pas la guerre d’Algérie

Les indépendances du Maroc et de la Tunisie, ont, pour lui, contribué au soulèvement algérien.

Un des témoins , Frédéric, était déjà appelé en août 1954, deux mois avant le début de la guerre.

Il faut également savoir que les appelés pouvaient aussi être affectés au Maroc ou en Tunisie, avant que ces pays n’obtiennent leur indépendance en 1956.

Beaucoup de ces appelés ne connaissent pas l’Algérie, ils savent qu’il s’agit d’un département français mais ignorent les raisons du déclenchement de cette guerre. Ainsi, Frédéric et Roger sont les deux seuls à évoquer l’assassinat d’un couple d’instituteurs dans les Aurès le 1er novembre 1954, date marquant le début de la « Toussaint Rouge » et du conflit algérien.

Cite this article / Citer ce billet : Alice Belgacem, « Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19543.

Deuxième billet : Le rapport avec les populations locales (9 août 2016).

Troisième billet : Les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne (16 août 2016).

Crédits photographiques : Image à la une : Secteur de M’Sila Section de commando de chasse V66 du 4me Zouaves en « crapahut » (équipement: FM 24-29 & PM MAT-49), entre 1960 et 1962, domaine public, wikimedia commons. Surveillance de la ligne Morice par des soldats français à Souk Ahras 1958, pas d’indication de licence.

 

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

2 réflexions sur « Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *