Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ?

3978045587_474076eafd_b

Lors du symposium Vamos a hacer memoria, l’intervention d’Arsenio Sanchez a posé des questions bien intéressantes à un moment où les bibliothèques deviennent virtuelles. Arsenio Sanchez est restaurateur d’ouvrages anciens à la bibliothèque nationale d’Espagne ;  il a d’abord présenté son métier, avec humour et précision, puis les missions et les objectifs des professionnels de la restauration au sein des bibliothèques nationales.

Un historique rapide des évènements essentiels du 20e siècle dans le domaine a plongé d’emblée le public dans les questionnements que posent la restauration des ouvrages. Ces questions sont toutes récentes, puisqu’elles ne se sont posées à partir de 1966, après l’inondation de Florence. Ce dramatique événement, considéré comme « la plus grande catastrophe culturelle en temps de paix », a sonné une alarme internationale. Les institutions culturelles ont tout à coup pris conscience de la nécessité de mettre en place des procédures pour conserver des documents qui semblaient jusqu’ici immortels. Le métier de restaurateur était alors occulte…  Les responsables de collections étaient plustôt paniqués par la conservation des documents plus récents, dits en « papier acide ». C’est Willian Barrow qui avait, par ses publications dès 1933, lancé cette terreur de la conservation des ouvrages publiés à partir de 1890 dont les pages avaient été blanchies à l’acide sulfurique. En somme, ouvrage anciens ou récents, tous menaçaient de disparaître rapidement. Un peu comme l’image des peintures romaines qui s’effacent dans Fellini Roma, lorsque les travaux du métro font entrer de l’air dans ces espaces jusqu’ici préservés. Mais le 20e siècle étant celui des solutions et des panacées, en 1980 l’apparition du microfilm et la systématisation du microfilmage semblait pouvoir sauver tous ces ouvrages en péril.

L’alarme de Florence a porté ses fruits. Dès 1986, l’IFLA lance le PAC (Preservation And Conservation) et place les projecteurs sur le métier de restaurateur. Leur âge d’or peut commencer. Les laboratoires se créent, les techniques – jusqu’ici orales – sont couchées par écrit, le lexique commence à s’établir. Il est question de « conservation préventive », « conservation passive », « gestion de fonds », « industrialisation de la conservation », « changement de format »… Mais il fallait compter avec le bibliothécaire homo catalogus, à qui les fonctions de restauration ou de  conservation  paraissent bien moins intéressantes que la déclamation du format MARC,  savoir indiquer un titre parallèle ou un nom de collectivité. Aussi, malgré les grands plans stratégiques de planification, la restauration des  ouvrages n’est pas en expansion  à l’aube du 21e siècle et ce ne sont pas les panacées des années 1980 qui ont permis de trouver des solutions.

  • D’abord l’utilisation du microfilm n’a pas été si satisfaisante. Certains documents, microfilmés dans les années 1980, sont aujourd’hui illisibles. Arsenio Sanchez a mené plusieurs expertises dans des pays hispanophones comme dans les Balkans et il s’est souvent trouvé face à ce type de situations. L’Etat soviétique a diffusé par exemple de nombreuses machines à microfilmer à travers les « pays amis ». Aujourd’hui, les documents ne sont lisibles que sur des machines qui ont de plus en plus de mal à fonctionner et que personne ne sait réparer.
  • Il faut l’accepter, la restauration des ouvrages est lente, chère et difficle à programmer sur la durée. Quoi qu’il en soit, il s’agit toujours d’un travail manuel et un restaurateur ne pourra jamais restaurer plus de 300 à 500 livres par an…
  • Car les processus massifs ne peuvent être soutenus. Arsenio Sanchez nous a parlé d’une machine ahurissante qui permettait de plastifier des manuscrits… les démantelant par la même occasion. Clin d’oeil, lorsque nous avons visité l’Archivo General de la Nacion, une de ces machines trônait dans le laboratoire de conservation, offerte par l’Etat Espagnol dans les années 1990. « Elle n’a jamais servi » nous assureront les restauratrices de l’Archive.
  • D’autant que le contrôle de la température et de l’hygrométrie n’est pas une chose si simple… les anecdotes regorgent là encore.
  • Nous avons évoqué la fulgurante angoisse de la fin du 20e siècle : les documents publiés avant 1890 sont tout aussi fragiles que ceux fabriqués en papier acide.
  • Enfin, la numérisation des documents doit aller au-delà du simple acte technique si elle veut pouvoir se présenter comme le sauveur de document originaux qui s’étiolent. La numérisation implique une perte de contact direct avec le créateur du document comme avec sa matière. Le lecteur du livre numérique entre dans un système unique qui le place avant tout comme un consommateur. Et puis surtout, Arsenio Sanchez y est revenu à plusieurs reprises, les technologies sont dangeureuses quand les transferts ne sont pas prévus.

En somme, tant que l’Etat ne prend pas en compte la question de la conservation rien ne peut être entrepris. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif de cette conservation est bien l’accès final à l’information. Aussi un plan de conservation doit pouvoir intégrer plusieurs éléments :

  • Intégrer la conservation dans le contexte de la bibliothèque, en fonction de ses objectifs ;
  • Proposer une formation adaptée au personnel acteur dans la bibliothèque et pas seulement au personnel des hautes sphères qui n’a pas à faire directement avec la manipulation des ouvrages ;
  • Créer un département bien organisé et coordonné avec l’ensemble des services ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du fonds de la bibliothèque ;
  • Avoir une connaissance exhaustive du média ;
  • Et surtout, il faut que que le plan proposé puisse être tenu, car on l’oublie trop souvent, il ne sert à rien de se donner des objectifs inatteignables…

Toutes ces questions de conservation et de restauration interrogent l’archiviste du son qui lui aussi se trouve à traiter ses documents de façon lente et complexe, avec des formats multiples. Le phonothécaire occupe lui aussi un métier occulte mais il peut bénéficier de toutes ces expéricences pour permettre à l’archive orale d’être mieux connue et s’ancrer dans les pratiques de recherche des usagers.

Le diaporama de la conférence d’Arsenio Sanchez.

Crédit photographique : Arsenio Sanchez visite l’Archivo General de la Nación de Colombie, à Bogota en septembre 2009, Véronique Ginouvès.


3 réflexions sur « Vamos a hacer memoria : pourquoi et comment conserver les documents analogiques dans un monde numérique ? »

  1. Lors de la dernière conférence annuelle de IASA (assoc. internationale des archives sonores et audiovisuelles), il a été répété l’intérêt de conserver les document source. C’est une vérité connue depuis longtemps mais qu’il est bien de rappeler périodiquement, le numérique venant « résoudre » le « problème » de l’espace physique.

    A lire dans ce sens :

    * Sauvegarde du patrimoine sonore : éthique, principes et stratégies de conservation (http://www.iasa-web.org/downloads/publications/TC03_French.pdf). Ce document, plus général (ce sont des principes) que le suivant, indique bien (paragraphe 5) que la première condition de la sauvegarde de l’information enregistrée passe par la conservation des supports [d’origine].
    * Guidelines on the production and preservation of digital audio objects (2e édition, mars 2009), disponible uniquement sur papier : excellent document qui brosse toute la chaîne de numérisation (depuis la restauration jusqu’à la production de métadonnées du numérique). Cf. http://www.iasa-web.org/special_publications.asp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.