Qui est qui ?

Déposé en 2009, aux Archives départementales du Tarn, le fonds Témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines, a été décrit de façon détaillée par Charlotte Devals, stagiaire en master 2 Archives et Images de l’université de Toulouse Jean Jaurès. Ce travail de description est présenté dans un billet de ce carnet sous le titre « Au charbon ! ».

Charlotte Devals a également réactivé les démarches relatives aux droits d’utilisation, restées inabouties en 2009. Parallèlement, elle a traité les demandes d’ anonymat souhaitées par certains témoins au moment de la collecte.

Situation juridique

Au moment de la collecte, en 2000, le Musée avait enregistré un accord oral de la part des témoins à l’issue de leur entretien sans faire signer de contrat de cession de droit.

La rédaction de ce dernier et son envoi, aux témoins ou à leur ayant droit, s’est donc fait a posteriori en 2008, presque dix ans après la collecte.

À ce moment-là, la plupart des témoins ont confirmé, par écrit, leur engagement oral de l’époque, mais quelques contrats étaient restés sans réponse. Seuls les témoignages pour lesquels les droits étaient acquis, étaient consultables sur le site internet des Archives départementales du Tarn.

À la recherche des témoins

Avec le matériau de la collecte, les informations personnelles des témoins avaient été communiquées au moment du dépôt du fonds par le Musée-mine. La trace des témoins comme de leur ayant droit a été recherchée par une première démarche téléphonique. L’ensemble des numéros n’étant plus attribué, les mairies des derniers domiciles connus ont été contactées afin de vérifier leur présence dans la commune.

Le bilan de cette seconde opération est de trois réponses sur six témoins.

Contacté par téléphone, un des témoins, atteint de la maladie d’Alzheimer, n’était pas en mesure de se souvenir de l’enregistrement et ce, malgré l’envoi du disque CD contenant son témoignage. Les ayants droit ont été contactés mais ceux-ci ont refusé de signer le contrat, estimant que le contenu était incommunicable. Cette décision n’a fait que confirmer la volonté exprimée par le témoin lui-même à l’époque de l’enregistrement puisque ce dernier avait déjà refusé oralement sa diffusion. Un second témoin nous a donné une autorisation de diffusion pour son témoignage et, en tant qu’ayant droit, pour celui de sa mère décédée.

Parmi les autres témoins, deux sont décédés et deux restent introuvables. Actuellement, il n’existe pas de trace des descendants des deux personnes décédées.

Magasin de fournitures (s.d.). Fonds Archives départementales du Tarn
Magasin de fournitures (s.d.). Fonds Archives départementales du Tarn

Œuvre orpheline et droit de retrait
(paragraphe repris dans l’addendum en note 1 le 22 juillet 2016)

Les Archives départementales ont décidé de diffuser en salle de lecture les témoignages pour lesquels l’accord oral avait été enregistré au moment de la collecte, sans contrat de cession de droit signé. Ils sont communiqués en qualité d’œuvre orpheline.¹

Un message invite également les personnes susceptibles de connaître ces témoins à se manifester afin de fournir des renseignements complémentaires.

De plus, il est indiqué, dans la présentation de l’instrument de recherche, que les témoins comme les ayants droit peuvent également exercer leur droit de retrait et que, dans ce cas, le son serait immédiatement retiré de la fiche de description.

Parallèlement à ces recherches juridiques, s’est posée la question des demandes d’anonymat.

Comment est proposé l’anonymat dans l’enquête ?

En 2000, six témoins sur plus d’une trentaine ont demandé l’anonymat suite à la proposition du collecteur faite à la fin de certains enregistrements, au moment d’aborder la question de la diffusion du témoignage, comme dans l’exemple suivant (8AV14) :

Parfois, le témoin est sur le point d’accepter la diffusion sans anonymat et le fait de le lui proposer fait basculer sa position comme dans cet extrait (8AV13) :

Ce choix a été enregistré oralement, et  consigné à l’écrit par le collecteur sur la fiche des données personnelles du témoin. Pour autant, cet accord ne peut faire office de contrat de cession de droit.

En 2008, les contrats de cession de droit adressés aux témoins ou à leurs ayants droit, ne reprenaient pas cette question de l’anonymat. Lors de la réception des contrats signés, sur les six demandes initiales d’anonymat, deux ne les ont pas réitérées, trois ont été maintenues, et une est restée sans réponse.

Pour les deux personnes qui n’ont pas réitéré leur demande en 2008, nous avons décidé d’appliquer le principe de précaution en considérant que la première demande orale et enregistrée primait.

Traitement des demandes classiques

Le plus souvent, il s’agit de simples demandes de suppression de leur patronyme. Ces noms, prénoms, surnoms sont principalement présents en début et en fin d’entretien (au moment de leur présentation) et, parfois, lors du récit d’une anecdote les mettant en scène.

Ces suppressions ont été effectuées aussi bien dans le fichier audio que dans la notice de description archivistique.

Dans le fichier audio, les éléments permettant l’identification des témoins ont été matérialisés par des silences. Afin de respecter l’intégrité de la source dans sa durée, le temps du silence d’anonymat équivaut à celui des propos « supprimés » comme sur le fichier suivant (8AV14) :

Matérialisation du silence d'anonymat sur le fichier audio
Matérialisation du silence d’anonymat sur le fichier audio

Dans les notices de description archivistique, le choix méthodologique a été d’indiquer, entre crochets, la teneur générale des propos supprimés afin de conserver le cheminement de la pensée du témoin, sans pour autant dévoiler les éléments litigieux. Par exemple, sont mentionnés [nom] ou [date de naissance] ou bien [énumération des surnoms qui lui (le témoin) étaient donnés], etc. Est également indiqué que le fichier intègre est consultable sur dérogation.

Notice de description archivistique, nature des silences
Notice de description archivistique, nature des silences

Traitement des cas plus complexes

Vient ensuite la demande d’anonymat des autres noms mentionnés dans le témoignage, et pouvant poser problème.

Ces éléments n’ont jamais été désignés de façon explicite par les témoins, mais indiqués à travers une phrase assez vague et souvent faite, non pas immédiatement après l’énonciation en question, mais en fin d’entretien.

Dans certain cas, cette précaution n’émanait pas du témoin lui-même, mais de son fils, présent au moment de l’enregistrement comme dans l’extrait suivant (8AV22) :

Et au moment de la signature du contrat, le père étant décédé, le fils demande l’anonymat du témoignage de son père, en précisant : « dans l’enregistrement mon père a cité des noms, je ne souhaite pas que cette partie-là soit rendue publique » .

Lorsqu’il s’agissait de noms de supérieurs hiérarchiques critiqués, de camarades moqués… il était facile de supposer que c’était ces personnes pour lesquelles le témoin souhaitait l’anonymat.

Toutefois, ce témoignage comportait aussi toute une série de « noms cités » sans aucun caractère diffamatoire : mentions neutres, anecdotiques, voire élogieuses. Le parti pris a été de les laisser.

Objectivement, une fois ce travail effectué, un faisceau d’éléments permettant l’identification du témoin demeure.

Quid des autres éléments permettant l’identification ?

En effet, pour honorer honnêtement une demande d’anonymat, ne faut-il pas prendre la décision d’enlever de façon exhaustive tous ces éléments  : dates, événements comme mariage, naissance, entrée à la mine, accident, déroulé de la carrière, composition des membres de son équipe… ? Le risque étant de rendre l’entretien incompréhensible à force de coupures.

Pour éviter cela, lorsqu’un témoin ayant demandé l’anonymat procède à des énumérations importantes de noms, nous avons choisi de supprimer le passage au lieu de laisser des bribes de paroles isolées comme dans l’extrait suivant (8AV22) :

Concrètement, les suppressions n’ont jamais concerné plus de quelques secondes d’enregistrement même lorsqu’il s’agissait d’énumérations.

Atelier d'ajustage (1910-1914), Fonds Archives départementales du Tarn
Atelier d’ajustage (1910-1914), Fonds Archives départementales du Tarn

Honnêteté intellectuelle ou zèle contreproductif ?

À l’issue de ce travail sur l’anonymat, plusieurs questions demeurent.

Outre le fait, surmontable, de l’ampleur de la tâche, la systématisation du travail d’anonymisation soulève la question de la pertinence de la communication d’un témoignage qui serait trop segmenté et, par conséquent susceptible d’être à la limite de l’intelligibilité, quasiment vidé de sa substance. À partir de quand le travail d’anonymat perd-il son sens ?

On peut également se demander ce que signifie être anonyme et, surtout, anonyme auprès de qui ? Si c’est la communauté des mineurs qui est visée, alors la tâche semble très compliquée, car c’est bien par les pairs que nous sommes le plus facilement reconnaissables et c’est ce qu’exprime indirectement le témoin dans cet extrait (8AV21) :

En définitive, ce travail d’anonymat n’est-il pas un peu vain dans la mesure où la voix, élément d’identification en soi surtout auprès de pairs, demeure non dénaturée ? Effectivement, le choix ayant été de ne pas lui appliquer de filtre déformant au risque de faire basculer le témoin dans la bande originale du film La Guerre des étoiles, celui qui a côtoyé le témoin peut aisément le reconnaître.

Ces choix peuvent être critiquables, mais posent essentiellement la question de la subjectivité de l’archiviste, de son honnêteté intellectuelle face à ce travail d’anonymat et à  ses limites. L’équilibre est difficile à trouver entre l’honnêteté intellectuelle qui pousse l’archiviste à honorer les demandes d’anonymat et un zèle qui, au final, se révélerait contre-productif.

 

¹Addendum du 22 juillet 2016 : après différents échanges, et poursuivant notre réflexion, il nous a semblé important d’apporter des précisions au paragraphe Oeuvre orpheline et droit de retrait.

Initialement, nous voulions diffuser les témoignages pour lesquels l’accord oral avait été enregistré au moment de la collecte, sans contrat de cession de droit signé, sur le site internet des Archives départementales en qualité d’œuvres orphelines en s’appuyant sur la Loi n° 2015-195 du 20 février 2015. Toutefois, au regard de l’article L. 113-10 ce type d’enregistrements sonores, collectés sur le terrain, est en dehors du champ d’application de l’exception sur les œuvres orphelines puisque : « Art. L. 135-1. Sont soumises au présent chapitre : « 1° Les œuvres orphelines, au sens de l’article L. 113-10, qui ont été initialement publiées ou radiodiffusées dans un Etat membre de l’Union européenne et qui appartiennent à l’une des catégories suivantes ». Dans la mesure où les enregistrements de mineurs qui nous concernent ont seulement été diffusés dans le cadre d’exposition, ils ne semblent par faire l’objet d’une « publication » au sens où l’entend le législateur. Nous avons donc fait le choix, de nous référer à l’exception de la Loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (DADVSI, Loi n° 2006-961 du 1er août 2006) qui permet uniquement de communiquer, sur place, les versions numériques comme support de substitution : « La reproduction d’une oeuvre, effectuée à des fins de conservation ou destinée à préserver les conditions de sa consultation sur place par des bibliothèques accessibles au public, par des musées ou par des services d’archives, sous réserve que ceux-ci ne recherchent aucun avantage économique ou commercial ». (art. L. 122-5 8°)

Nous avons donc renoncé à la qualification d’oeuvre orpheline et à la diffusion des témoignages sans contrat sur Internet.

Dans l’instrument de recherche, la rubrique « communicabilité » a  également été actualisée :

Communicabilité du fonds 8 AV
Communicabilité du fonds 8 AV

 

Crédits photographiques : Cités minières et maisons de mineurs (1993), Dominique Delpoux ; Magasin de fournitures (s.d.) (43Fi253), chantier de la nouvelle cokerie (1927) (43Fi111), fonds Archives départementales du Tarn.  Tous droits réservés.

Enquêtes : Myriam Devalette ; prise de son : Christian Marc, 2000-2001.

Cite this article / Citer ce billet : Céline Della Savia et Charlotte Devals, « Qui est qui ?, » in Les carnets de la phonothèque, 10 juillet 2016,https://phonotheque.hypotheses.org/19159.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *