Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975

Ils étaient coopérants militaires enseignants à l’École supérieure des lettres, homme d’affaires amené à voyager dans tout le Moyen-orient, cadre de la banque de l’Organisation des Nations Unies, ingénieur dans l’industrie des métaux chez Sidem, pères jésuites arabisants, chroniqueur sportif franco-libanais, avocat installé depuis plusieurs décennies au Liban…  En 1975, Jean Métral a enregistré 65 portraits de Français qui évoquent leur expatriation puis leur intégration au Liban, leurs loisirs, leur vie de famille, leurs amis Français et Libanais. Ce sont autant de regards posés sur une société libanaise où, à cette période, des tensions séparent de plus en plus les différentes communautés et où l’élite libanaise réclame une entière autonomie.



Vue sur Beyrouth depuis l'appartement des Métraux en 1975, photographie de France Métral, diffusé sur les carnets de la Phonothèque avec son autorisation.
Vue sur Beyrouth depuis l’appartement des Métraux en 1975, photographie de France Métral, diffusée sur les carnets de la Phonothèque avec son autorisation.

 

Après la fin du Mandat français au Liban, officiellement daté par un traité franco-libanais du 13 novembre 1936, l’administration française s’est retirée. En 1975, les Français expatriés au Liban sont soient des Français installés depuis longtemps au Liban comme Maître Ferrand ou Xavier Roussel1, soient des Français expatriés de manière temporaire et dont la présence se doit à un contrat à durée limitée (ingénieur, cadres de banque, surveillant d’un établissement scolaire, enseignant…) Beaucoup d’entretiens ont été mené par les chercheurs auprès de leur entourage professionnel, le corps enseignant, alors très présent au Liban en 1975, comme le dans cet entretien avec Michel Corvin, Directeur de l’École Supérieure des  Lettres de Beyrouth :

 

Certains entretiens sont perturbés par des retentissements d’alarmes ou des bruits d’explosions. Les événements précédant la Guerre civile du Liban finiront par interrompre le projet de thèse de Jean Métral. De fait, les témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, déposés à la phonothèque de la MMSH par France Métral en 2013, sont inédits :

Les professionnels français qui sont interrogés se confient sur leur vision personnelle des tensions socio-politiques qui agitent la société libanaise. Dans une société où l’élitisme culturel détenu par la communauté francophone est de plus en plus contesté par les libanais, les enseignants remettent souvent en question leur rôle auprès de leurs étudiants (en Histoire, en Sciences sociales, en langue française…). Ces témoignages, riches par les connaissances, les expériences et le vécu de l’histoire des témoins, nous éclairent chacun avec un regard porté sur le Liban et les Libanais, sur des choix de vies réfléchis, hasardeux ou évidents.

Consulter le catalogue du traitement documentaire du fonds Métral (première partie)

Sur Les carnets de la phonothèque, lire
– le premier billet qui présente le fonds Métral : Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975
– le second billet qui présente les travaux des chercheurs, Jean et France Métral
– le troisième billet, évoque les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des entretiens et la création d’un conseil scientifique pour y réfléchir.

 

Cite this article / Citer ce billet : Delphine Gillain, « Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975 » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19543.

  1. Nous n’avons pas retrouvé trace de ces deux informateurs mais nous l’espérons qu’à la lecture de ce billet de blog qui représente un appel à témoin… []

4 réflexions au sujet de « Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *