Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Compte-rendu de l’ouvrage de Michèle Castellongo, Écoute musicale et acoustique : 420 sons et leurs sonagrammes décryptés, Eyrolles, 2015, 541p. + cédérom.

En 2010, dans la préface de la réédition de l’ouvrage d’Emile Leipp L’acoustique musicale, Michèle  Castellengo faisait part de son étonnement face à l’intérêt renouvelé du public pour cet ouvrage publié pour la première fois en 1984 : Ce fait est d’autant plus surprenant [écrivait-elle] que l’ acoustique a connu depuis un essor considérable, notamment grâce au développement des techniques numériques du son. Les recherches se sont multipliées, complexifiées, spécialisées, et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’existe pas encore d’ouvrage équivalent en français, traitant de l’ensemble des questions soulevées par l’acoustique des communications humaines, sous son double aspect physique et perceptif. Trente ans plus tard, cette infatigable spécialiste de l’acoustique musicale publie une large somme de connaissances sur la perception de la musique et des sons qui marquera certainement, elle aussi, plusieurs générations de mélomanes.

Cet ouvrage est aussi le témoin d’une pédagogie innovante dont ont bénéficié les nombreux élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris ayant suivi les cours de cette chercheure passionnée. Au cours de sa carrière au sein du laboratoire d’acoustique  musicale – LAM1, elle a travaillé avec une approche délibérément pluridisciplinaire sur ce lien entre la science et la musique en s’appuyant sur la représentation et l’analyse du son. Car l’ouvrage rend compte  de 40 années d’observations, d’expérimentations et de recherches : de la flûte roumaine à la guimbarde, de l’orgue au clavecin, de la perception auditive à l’émission vocale, du timbre à la synthèse instrumentale, etc.

Le lecteur amateur pourra être décontenancé en découvrant cet ouvrage en plusieurs dimensions. Tout d’abord, il peut décider de débuter par le chapitre de son choix, chacun étant conçu comme une entité propre, dont les titres déclinent les thématiques  : Des vibrations aux sons de la musique (1), La représentation des sons (2), Le système auditif humain (3), Formes et catégorisations de la perception sonore (4), Intensité sonore (5), Hauteur des son isolés (6), La question du timbre (7), Systèmes d’ intervalles et accordages (8), Voix et perception (9), complétés par une série d’annexes. Il pourra choisir une lecture visuelle ou auditive car l’ouvrage est magnifiquement illustrés de sonagrammes réalisés avec soin, et les sons peuvent être écoutés sur un cédérom joint au livre, ou en ligne sur un site dédié. À tout moment, il est possible de télécharger les sons sur un smartphone ou un ordinateur depuis un site web ou de lire les sons dans le texte de la version électronique du livre .

Michèle Castellengo - acoustiqueCes sons, Michèle Castellengo les a engrangé tout au long de sa carrière de chercheure et de pédagogue. Elle n’a cessé de collecter et de documenter des exemples sonores représentatifs ou marquants qui lui permettaient d’éclairer sa démarche pédagogique. Une sélection de 420 exemples viennent ainsi illustrer ses chapitres. et plongent l’auditeur dans une écoute active qui peut alors comprendre la structure acoustique d’un son tout en évaluant ses qualités musicales à travers ses différentes combinaisons, ses représentations sonagraphiques et les outils d’analyse audio. En effet, Michèle Castellengo s’appuie sur des représentations graphiques qui révèle la composition spectrale et temporelle du son, telle une partition musicale. La démarche de la chercheure est éclairée par les récents travaux en sciences cognitives sur la perception auditive de l’intensité, des hauteurs et du timbre.

Le dernier chapitre aborde le son le plus complexe : la voix et sa perception2. Les pages concernant les instruments de musique montrent en effet qu’ils sont caractérisés par une forme temporospectrale particulière résultant de la combinaison d’un type de production sonore avec les modes propres de la structure. Par contre, l’instrument vocal humain est une source polymorphe, un « organisme vivant » dont toutes les parties sont ajustables et peuvent se transformer rapidement sous le contrôle de celui qui la possède, passant de la production d’un bruit de large bande au son périodique, des impulsions au son continu. Et pourtant, l’auteure nous démontre comment malgré cette variabilité sonore, la voix humaine est très reconnaissable (p. 445). A vous de lire, écouter et comprendre comment les voix résonnent en vous, comment vous les reconnaissez, comment vous les définirez…

Ainsi, d’un son à un autre et jusqu’à la voix, laissez-vous entraîner à la découverte de l’écoute musicale, laissez les sonagrammes vous parler et vous expliquer toutes les composantes acoustiques de la musique. Musiciens, acousticiens, musicologues, ingénieurs du son, pédagogues ou simples mélomanes, cet ouvrage est indispensable pour ceux qui veulent comprendre le phénomène sonore.

Cite this article / Citer ce billet : Véronique Ginouvès et Joséphine Simonnot, « Compte-rendu de lecture de l’ouvrage : Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo, » in Les carnets de la phonothèque, 16 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/?p=19684.

Crédits photographiques : image à la une [Portrait of Billie Holiday, Downbeat, New York, N.Y., ca. Feb. 1947], Bibliothèque du Congrès et illustration issue de l’ouvrage comparant la même mélodie par deux instruments et chantée.

  1. Michèle Castellengo a dirigé de 1993 à 2002 ce laboratoire créé en partenariat avec l’Université Paris 6, le CNRS et le Ministère de la Culture. L’équipe fait partie actuellement du l’Institut Jean le Rond d’Alembert, CNRS/Sorbonne Université []
  2. Chapitre 9 – Voix et perception, pages 443 à 471. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.