Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral)

En stage à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de mon Master 2 Archives et Images à l’université de Toulouse 2 Jean-Jaurès1, j’ai été chargée du traitement documentaire de la collection de témoignages des Français expatriés au Liban en 1975, rattachés au fonds d’archives orales Jean Métral.Celui-ci a rapidement induit pour des questions de droits d’utilisations et de diffusions, une recherche des témoins dont les voix avaient été enregistrées à Beyrouth dans le cadre de la recherche de Jean Métral, entièrement inédite. De fait, je suis devenue en tant qu’archiviste et grâce à des recherches croisées sur différents critères et sur les orientations de la veuve du chercheur, l’« archéologue » de biographies individuelles enregistrées en 1975.

Contacter les témoins 41 ans plus tard

Quarante-et-un ans plus tard, une partie des témoins qui vivent aujourd’hui en France, ont pu être contactés, eux ou bien leurs ayants droit. A ce jour, après trois mois de recherches, la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence a retrouvé le contact d’environ 20 témoins sur 67 et a envoyé 14 contrats d’autorisation d’utilisation et de diffusion2.

Prendre contact avec les témoins ayant participé à la recherche de Jean Métral m’a semblé essentiel à faire en parallèle à mon travail documentaire. Ces autorisations d’utilisations et de diffusions permettent d’envisager la communication des entretiens auprès des chercheurs, des étudiants, ou de tout public d’amateurs qui ne pourrait pas se déplacer à Aix-en-Provence où sont conservés les originaux et les fichiers numérisés. Très vite j’ai dû trouver les mots pour présenter de façon synthétique et compréhensible la recherche de Jean et France Métral et échanger avec les témoins qui ne se souvenaient pas forcément de l’enregistrement. Sur le plan juridique, tous se sont révélés sensibles aux questions de la propriété intellectuelle et de la communication du sujet de recherche dans lequel leur témoignage s’inscrivait. J’insistais sur la nécessité de la signature d’un contrat après l’écoute du témoignage, que je leur envoyais en copie par courrier postal. Certains témoins, touchés par les souvenirs qu’ils avaient vécus à Beyrouth en 1975, ont mis plus de temps que d’autres à répondre. D’autres fois, des témoins ont souhaité en savoir davantage sur le travail d’archivage, contribuant ainsi eux-même à la valorisation de la mission de la Phonothèque de la MMSH…

L’avis de la chercheuse France Métral à propos de la communication des entretiens

Le corpus d’archives orales s’inscrit dans un projet de thèse d’État qui a été interrompu par la Guerre civile du Liban. Celui-ci n’a donc donné lieu à aucune publication. Pour mieux le contextualiser, j’ai rencontré France Métral le 22 juin 2016 afin qu’elle puisse apporter son éclairage sur les objectifs initiaux qui avait motivé Jean Métral dans son travail de recherche sur les Français expatriés au Liban en 1975. Pour elle et pour la continuité du travail de recherche mené par son époux, il est essentiel que ce corpus sonore puisse être mis à la disposition des chercheurs. La conservation de l’unité de ce corpus, c’est-à-dire la cohérence et le contexte de l’ensemble des témoignages, est également indispensable.


Invitée à s’exprimer au sujet de la désanonymisation des témoins entreprise par la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence, la chercheuse y est favorable à condition bien sûr que les témoins le soient également. Là encore le contexte historique et de recherche est important puisqu’en 1975, l’école de sociologie imposait l’anonymat des témoins et, c’est par conséquent dans cette démarche, que les chercheurs ont enregistré les témoignages des Français expatriés au Liban.

Un conseil scientifique pour réfléchir à la diffusion des témoignages des personnes difficiles à retrouver

Parfois les recherches de témoins ou de leurs ayants droit sont difficiles, en raison de leurs nombreux homonymes mais aussi parce qu’il n’est pas facile de savoir dans quels pays orienter des recherches inabouties en France ou au Liban. Avec l’IREMAM et l’équipe de la phonothèque, nous avons décidé de constituer un conseil scientifique qui donnera des avis sur la diffusion de certains entretiens dont les recherches n’ont pas été fructueuses et qui constituera une forme d’appel à témoins. Cet engagement de la Phonothèque en faveur d’une communication anticipée de certains témoignages du fonds Jean Métral permettra, nous le souhaitons, de retrouver d’autres témoins ou ayants droits.

Sur Les carnets de la phonothèque, lire
– le premier billet qui présente le fonds Métral : Portraits de Français expatriés à Beyrouth en 1975
– le second billet qui présente les travaux des chercheurs, Jean et France Métral.

Cite this article / Citer ce billet : Delphine Gillain, « Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral), » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19543.

  1. Ce stage a été financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) et s’est déroulé sur 3 mois, du 11 avril au 22 juillet 2016 []
  2. A la clôture de mon stage 7 contrats ont été retournés signés. []

2 réflexions au sujet de « Diffusion d’un corpus inédit d’archives orales (Fonds Jean Métral) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *