Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales

Étudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ». L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

Tous les témoignages des appelés de ce corpus sonore évoquent ainsi leurs relations avec les populations locales en réponse aux questions des enquêteurs à ce sujet : globalement peu d’échanges. Certains appelés décrivent succinctement le mode de vie des Algériens dans les mechtas, maisons traditionnelles.

Michel évoque leur culture et leur manière de s’alimenter.

D’autres, comme Roger, parlent des conditions d’hygiène précaires dans lesquelles vivent ces populations.

Les relations demeurent distantes : Michel Pietrogiorno s’efforce à avoir les relations les plus cordiales possibles, sans utiliser le tutoiement contrairement aux autres soldats

Il se souvient du comportement « colonisateur » de certains appelés envers la population locale en racontant comment, par exemple, ils abusent des cireurs de chaussures en ne les payant pas.

Louis nous dit également qu’il avait reçu l’ordre d’avoir des relations « décontractées » avec les populations durant la période de la pacification.

Michel effectue des opérations sanitaires de vaccination, Frédéric participe aussi à des vaccinations et a aidé un médecin à accoucher une jeune femme.

Certains rapports sont parfois violents, comme en témoigne Frédéric, qui effectue des fouilles dans les mechtas de manière brutale.

Les appelés sont parfois obligés d’entendre ce que pensent les populations locales des appelés : Bernard évoque son retour en France par le port d’Oran sous les huées des habitants.

La tradition musulmane est souvent évoquée, notamment par Monsieur Morel et Roger Kléber. D’après le premier, les femmes qu’ils n’avaient pas le droit de fouiller, étaient recrutées par le FLN pour transporter des armes.

Le second, mentionne un mariage traditionnel auquel il a été convié et fait le récit du repas partagé avec cette famille algérienne. Lors de ce repas, il note la présence de d’un ancien combattant maghrébin qui porte ses médailles de guerre.

Louis se souvient d’un accrochage avec des membres du FLN déguisés en femmes. Lui-même, ne pensait pas que les femmes algériennes pouvaient représenter un danger.

Michel nous parle d’une connaissance qu’il a eue durant le conflit : il avait sympathisé avec un père de famille maghrébin dont il avait soigné les enfants. Lors d’une attaque, il tue cet homme découvrant qu’il était fellagha.

A la suite d’une réflexion de l’enquêtrice interrogeant Monsieur Morel, (« J’ai l’impression que les Algériens étaient presque étrangers dans leur propre pays »), celui-ci, commence alors à évoquer l’éducation reçue par les populations maghrébines. Selon lui, elles étaient laissées dans l’ignorance afin d’être mieux manipulées par les colons, dont les enfants recevaient, eux, une bonne éducation en métropole. Son impression est que la guerre est partie des villes et des jeunes qui enviaient le standing européen dont ils ne pouvaient bénéficier.

Il parle également des Maghrébins, pris entre deux camps. Ainsi, ces derniers devaient transporter des armes à dos de chameau ou creuser des trous pour les embuscades contre l’armée française mais ensuite, sous l’injonction de celle-ci, ils devaient reboucher ces mêmes trous.

Louis raconte la façon dont, d’après lui, le FLN rançonnait les locaux.

Du côté français, monsieur Morel nous fait le récit des abus de l’armée française, notamment lors du vote du référendum de janvier 1961. Étant donné que les Algériens étaient forcés d’aller voter pour le « oui », ces élections ont donc été largement truquées.

La figure de l’ancien combattant maghrébin revient souvent : monsieur Morel parle des anciens combattants Algériens, ayant participé aux deux guerres mondiales.

L’extrait de l’entretien de Roger qui évoque également cette figure stéréotypée lors d’un mariage traditionnel maghrébin est présenté plus haut, mais Frédéric, parle également des « vieux combattants de 1914 »

 

Cite this article / Citer ce billet : Alice Belgacem, « Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : le rapport avec les populations locales » in Les carnets de la phonothèque, 11 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19932

Premier billet : l’annonce du départ, 2 août 2016

Troisième billet : les opinions des appelés sur l’indépendance algérienne, 16 août 2016

Crédits photographiques : Collage fait à partir d’images émanant de vidéos du domaine public réalisé par Madame Grinderche, publié sur wikimedia commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *