De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel débute sa formation de luthier en 1974 à 18 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes mais « par hasard », dit-il. Vers 17 ans, alors qu’il souhaite devenir ingénieur du son, un documentaire lui donne envie de s’orienter vers la lutherie.

Le choix de la lutherie (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Vitrine de l'atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Outils anciens de lutherie (vitrine de l’atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016, photo HCH)

En se renseignant sur les formations possibles, il apprend l’existence de l’école de Mirecourt où il se rend, mais il ne sera pas admis au concours d’entrée.

Mirecourt, un milieu particulier (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Il découvre que des écoles de lutherie existent à l’étranger, information difficile d’accès en France. Il s’inscrit à Crémone en Italie où il arrive pour la rentrée scolaire de 1974. Il apprend l’italien sur le tas. Parmi la vingtaine d’élèves de l’école, il y a des Italiens dont l’âge correspond à la scolarité normale, et des étrangers de tous âges, Japonais, Américains, Anglais et deux Français, venus à Crémone pour apprendre la lutherie.

 L’école de Crémone (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

La lutherie est enseignée par deux maîtres luthiers dans deux classes différentes et selon des méthodes divergentes.

Deux classes (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

L’apprentissage débute en commençant directement à travailler le bois pour fabriquer un à deux instruments (sans vernis ni montage) dès la première année. Pierre Barthel ne se souvient pas d’avoir éprouvé de difficultés particulières pour apprendre et évoque l’art de transmettre du luthier Morassi.

L’art de transmettre (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Il suit cinq ans de formation à Crémone en changeant de maître. La dernière année est perturbée car le groupement des luthiers français tente d’intervenir pour que les élèves français, devenus nombreux à Crémone, ne soient pas tous diplômés.

On n’a pas pu passer notre diplôme (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Il revient en France en 1979. Il est difficile de trouver une place chez les luthiers français qui donnent la priorité aux diplômés de l’école de Mirecourt. Pierre Barthel s’établit alors à son compte dans la banlieue parisienne et fait des instruments neufs pour des musiciens. Il commence à faire de la restauration et rend visite à des luthiers d’autres pays pour enrichir sa pratique.

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Il travaille d’abord seul puis avec certains luthiers formés comme lui à Crémone. Face au Groupement des luthiers et archetiers d’Art de France (GLAAF), peu ouvert aux jeunes luthiers qui ne sont pas passés par l’école de Mirecourt, il contribuera à la création d’une association professionnelle alternative, l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale),

Création de l’ADALFI (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Copeaux. Atelier de Pierre Barthel (photo HCH)

Pendant 15 ans, il renonce à fabriquer des instruments neufs faute de temps disponible.

Pas de temps pour faire du neuf (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Ses contacts dans le milieu des luthiers français sont assez restreints. Pour ses commandes de fournitures ou de bois, il ne passe pas par Mirecourt.

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel évoque ses tâches préférées en lutherie, tels que le réglage de l’instrument avec le musicien ou la fabrication. Comme beaucoup de ses confrères contemporains, il accorde de l’importance au travail associé à la notion de plaisir, plutôt qu’à celle de réussite.

Le plaisir d’être luthier (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Former de jeunes luthiers implique, pour lui, de les intégrer pleinement à tous les aspects de la vie de l’atelier.

Former les jeunes (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Il a beaucoup voyagé pour voir de beaux instruments et enrichir ses connaissances.

Voir de beaux instruments (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Pierre Barthel estime que de très grands progrès ont été réalisés dans la fabrication des instruments à cordes frottées depuis une vingtaine d’années, grâce à la circulation des savoirs, à leur internationalisation qui a fait disparaître l’idée d’école nationale, et enfin à cause d’une vive concurrence qui pousse à l’excellence.

Les progrès de la lutherie (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Il évoque les modèles variés qui inspirent la fabrication des instruments neufs et ses propres pratiques.

Modèles des instruments neufs (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Innovations techniques et circulation de l’information à l’échelle internationale font sans cesse évoluer le métier, au triple plan de la restauration, de la fabrication et de l’expertise .

Constamment apprendre (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Finalement, dans les années 1980, les nouveaux luthiers sont passés du secret d’atelier à l’échange des procédés et des savoirs, au plus grand bénéfice de la profession.

L’évolution de la lutherie (Pierre Barthel, extrait d’enquête n° 4974)

Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Atelier du luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Barthel Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). 17 juin 2016, Paris. Enregistrement numérique : 40 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n° 20456.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête sur les « nouveaux luthiers », 2012-2018.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.