Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : « On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort. »

« Alors que j’attendais » se déroule à Damas, une ville où les habitants continuent de vivre envers et contre tout. Il s’agit de l’histoire de Taim, tabassé et laissé pour mort dans sa voiture, un soir après qu’il ait passé le check-point habituel. Hospitalisé dans le coma, sa famille et ses amis, se relaient auprès de lui. Une occasion insoutenable pour se retrouver, évoquer la vie et les décisions de chacun avec la guerre qui s’est imposée comme destiné interférant désormais avec les petits souvenirs, devenus misérables, et les événements du quotidien. L’attente va durer quatre saisons, une année entière : les relations vont se dénouer, la vie va suivre son cours, rien ne se passe et n’a vraiment de sens. Autour du lit, deux fantômes font eux le récit de la réalité. Taim, qui s’est défait de ses perfusion errant auprès des siens, et un DJ, dont on sait peu sinon qu’il a été emprisonné et torturé, qu’il est mort peut-être. Installés sur une plateforme qui domine la scène avec leur matériel électronique nécessaire à la création, il semblerait que derrière eux se devine, en fond, les lumières du mont Qasioun. Ils sont dans les cieux et commentent le monde : Pourquoi témoigner de la résistance avec une caméra ? Comment s’engage-t-on dans une guerre quand on ne sait rien des armes ? Pourquoi passe-t-on dans des camps successifs jusqu’à celui de Daesh ? Comment peut-on voler la guenille d’un homme torturé, jeté pour mort à ses pieds ? Pourquoi continuer à créer dans un monde terrifié  ? Les deux hommes, en suspens, confèrent à la pièce un calme  particulier. Les archives vidéo que Taim a collecté et dont il diffuse les extraits sont là aussi pour témoigner de la réalité, paisiblement, objectivement. Quand tout a démarré, en 2011, les manifestations étaient pacifiques, il s’agissait d’hommes et de femmes sans armes qui voulaient seulement un peu de liberté.

Dans le coma, l’homme attend de se réveiller. Sa famille attend qu’il donne signe de vie, ses amis et son amoureuse, ceux qui vivent à Damas, ceux qui en sont partis, l’ONU, le public,… la métaphore de l’attente est brutale et nous ouvre les yeux : nous attendons  impuissants que cela s’arrête en Syrie. Le coma du patient tabassé à mort est le notre. Pendant la représentation, je n’ai cessé de penser à Bassel Khartabil, enfermé dans les prisons syriennes depuis 2012.

« Alors que j’attendais » à voir ce soir à Marseille, Friche de la belle de Mai (grand plateau). Spectacle proposé par Les bancs publics.

Alors que j'attendais novembre 2016

Dernière chose étrange de cette pièce en langue arabe, elle est sur titrée et même si certaines phrases sont manquantes, le public non arabophone ne s’en rend pas compte car l’essentiel est là. Le temps de cette saison d’attente, on croit comprendre ce qui se chuchote.

Texte : Mohammad Al Attar
Mise en scène : Omar Abusaada

Avec : Mohammad Alarashi, Mohamad Al Refai, Reham Kassar, Nanda Mohammad, Amal Omran, Mouiad Roumieh.
Lumières : Hasan Albalkhi
Vidéo : Reem Al Ghazzi
Musique : Samer Saem Eldahr (Hello Psychaleppo)
Direction technique : Camille Mauplot
Production Manager Henri jules Julien

Vous pouvez lire une sélection critiques sur la pièce sur Théâtre contemporain.net

Omar Abusaada a déjà mis en scène à Marseille la pièce « Antigone of Shatila » en février 2016.

Crédits photographiques : spectacle du 18 novembre, V. Ginouvès.

 

Véronique Ginouvès Alors que j’attendais… Les carnets de la phonothèque 19 novembre 2016 https://phonotheque.hypotheses.org/20574
  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

2 réflexions au sujet de « Alors que j’attendais… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *