Conseils européens sur la sauvegarde des fonds audiovisuels

Le projet européen DPE (Digital preservation Europe) vient de proposer en langue française plusieurs de ses rapports (intitulés “briefing papers”). Parmis eux, celui sur la préservation du contenu de l’audio visuel numérique nous intéresse tout particulièrement. Ce rapport, publié en septembre 2008, insiste sur trois changements majeurs que les gestionnaires de fonds audiovisuels devront prendre en compte dans les années à venir :

1) Les technologies existantes de la préservation numérique et des silos de stockage devraient etre utilisées pour les collections audiovisuelles ;

2) Il faut surveiller les technologies qui vont évoluer afin de prendre en compte les médias dépendant du temps ;

3) Les technologies de l’information, en général, et des supports de masse devraient aussi évoluer afin de prendre en compte les besoins spécifiques des fichiers audiovisuels.

Beaucoup de travail en perspective puisque il nous est dit en introduction que l’existant européen (dans les archives et autres collections officielles) est estimé à 50 millions d’heures de vidéo, de films et de bandes sonores la plupart en formats analogiques. Déjà 10 millions d’entre elles ont été numérisées… Pourtant, environ 70 pour cent de ces objets sont en danger aujourd’hui, et cela ne fera qu’empirer dans les années à venir à cause des dégradations diverses, des détériorations et de l’obsolescence des formats !

Après avoir abordé tous les écueils et les problèmes que rencontrent les gestionnaires de fonds audiovisuel, des conseils très pratiques leurs sont proposés pour engager leur préservation :

Préserver l’objet : conserver “l’original”, même s’il est compressé et sa “chaîne de bits”. Le contenu audiovisuel a un avantage : il est très volumineux, mais en un relativement petit nombre de formats.

Décoder sans compression puis sauvegarder toujours sans compresser (en plus de conserver l’original). Ceci est une obligation contraignante pour la vidéo (100 GB /heure pour la télévision 625 lignes), mais le stockage est maintenant peu onéreux.

Renforcer les métadonnées : l’extension de fichiers (ex .wav, .avi) n’est pas suffisante. Il existe plus de 50 variantes d’encodage pour la définition de .wav ; MPEG-1 et MPEG-2 sont sous l’extension .mpg. Au mieux, il y aura un outil d’extraction des métadonnées.

– Dernier conseil qui n’est pas des moindres, après les journées d’étude appelant à la collaboration : Vous n’êtes pas seul. Utilisez les centres d’enregistrement des types de fichiers, les entrepôts de progiciels, les plates formes d’émulation, et les publications citées en références dans le rapport.

Texte du rapport en langue anglaise : Micha Richard Wright (BBC) – Traduction : Jean-Pierre Hazel Teil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.