Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 !

Avec la fin de l’année 2016 arrive le moment du bilan de la participation de la phonothèque de la MMSH au programme Europeana Sounds. Une extraordinaire aventure qui nous a mené beaucoup plus loin que nous ne l’imaginions à Londres les 17 et 18 février 2014 pour le kick-off, lancement du projet. Ces trois années ont été l’occasion de consolider l’assise de la phonothèque et de mener à bien plusieurs réalisations . Il s’est d’abord agit d’une entreprise humaine car à travers elle un réseau de laboratoires s’est créé au sein du CNRS, efficace et durable. Les archives de l’équipe du CREM au sein du LESC, du LHARA et du  CRESSON sont aujourd’hui réunies à travers le dispositif mis en place dans le cadre du programme d’Europeana Sounds1. La fin de l’année 2016  témoigne de ces résultats : l’INSHS  a offert aux quatre équipes l’opportunité de présenter cette formidable réalisation le 7 décembre 2016, à Paris, lors de sa journée des professionnels de l’IST et le mois  décembre est aussi celui où le CNRS anime l’Europeana Channel Music, qui donne à entendre plusieurs collections sur le thème de la musique et du chant. Le bilan d’Europeana Sounds ne se limite pas à une simple valorisation de nos archives sonores2, l’équipe de la phonothèque a beaucoup appris. .

Ainsi, avec le soutien du Work Package 23 nous avons conçu des outils et organisé des journées pour partager nos archives avec le plus grand nombre, pousser nos utilisateurs à travailler avec elles de multiples façons dans l’objectif  d’améliorer notre indexation et de les écouter, tout simplement. Au mois de décembre, une explication très claire de la façon dont le public peut « taguer » les instruments de musique entendu sur les archives sonores du projet, a été publiée sur le blog d’Europeana Sounds, à vous de la suivre !

Dans le cadre du Work Package 3, nous avons eu la chance de travailler avec Lisette Kalshoven sur les questions juridiques et éthiques. Elle nous a poussé à réfléchir à la façon dont nous pourrions donner accès à plus d’archives sonores sur Internet et à mieux les utiliser : 32 pages de recommandations ont été publiées, sous le titre Policy Recommendations for improving online access to audio and audio-related heritage in Europe : n’hésitez pas à télécharger ce travail collectif et à donner votre avis pour qu’il puisse évoluer.

Enfin, Europeana Sounds nous a permis de publier plus d’une vingtaine de billets sur son blog,  soutenus par l’équipe du Work Package 64 sur des sujets aussi variés que la crèche en Provence et les 13 desserts, les polyphonies à travers l’Europe, les célébrations de l’été, des mariages ou du carnaval, ou encore la voix parlé qui chante à travers un cas napolitain et yézidi,… Tous ces billets en langue anglaise ont été rédigés de façon collaborative avec nos collègues du CNRS et sont autant de façons de mieux faire connaitre nos collections. Le blog d’Europeana Sounds sera toujours accessible après la fin du projet, peut-être que d’autres billets seront encore publiés ? Nous suivrons attentivement comment la durabilité du projet sera mise en oeuvre en 2017, nous sommes prêts à continuer l’aventure…

Nous aurions beaucoup de choses encore à raconter sur cette année 2016 mais elle a surtout été unique en ce qu’elle a distingué la phonothèque par des médailles : chevalier de l’ordre national du mérite et cristal du CNRS… Si ces étoiles peuvent illuminer un peu les archives sonores alors, c’est une bonne chose car c’est toujours ce vers quoi nous voulons tendre, faire écouter ces archives, les partager et faciliter leur ré usage… Le petit documentaire réalisé par Ghislaine Milliet-Bouquet et Jérémie Hessas est un bel exemple de vulgarisation et montre le travail collectif qui s’y mène.

Mais avec l’entrée en 2017, et comme chaque année, l’équipe de la phonothèque va se  reconstruire. La photographie que nous avons choisie en en-tête de ce billet l’illustre, la phonothèque n’existe que grâce au travail  collectif. Comme dans une mosaïque la participation de chacun,  apportant avec lui son petit « casson », avec sa forme, sa lumière et sa couleur, permet de réaliser les projets. Ainsi, en 2016 une vingtaine de personnes ont participé aux travaux de la phonothèque de près ou d’un peu plus loin :

Anissa-Claire Adgharouamane nous a rejoint en fin d’année pour deux mois et s’est adaptée très vite à tout ce qui lui était demandé dans l’urgence des clôtures de projets ;

Fatima Al-Baydani chercheure yéménite a travaillé sur ses extraordinaires collections collectées à travers tout le Yémen entre 1980 et 2010 sur les traditions orales et qu’elle a déposé à la phonothèque ;

Hanaé Allali a traduit en langue anglaise plusieurs textes pour une meilleure valorisation de nos archives ;

Brice Baudonnat, a traité un fonds sur l’architecture – et ce billet est l’occasion de remercier Fabricia Fauquet qui a suivi son stage, financé par l’INAMA ;

Alice Belgacem a puissamment valorisé, à travers plusieurs vecteurs, un fonds sur la guerre d’Algérie et a permis  le dépôt en archives ouvertes d’un article d’Anne Roche (1992) : : « Je vous le raconte volontiers, parce qu’on ne me l’a jamais demandé » : Autobiographies d’appelés en Algérie, qui sera republié dans le prochain numéro (n°43) du Bulletin de l’AFAS. Sonorités  ;

Vous retrouvez chaque lundi du mois Mathilde Bresc  pour la présentation des recettes issues des archives sonores, qu’elle réalise systématiquement et dont nous nous régalons à la médiathèque. Forte de son expérience elle s’est lancée désormais dans la même veine sur la description des « Trésors de la médiathèque » qui paraîtront tous les deuxième lundi du mois  ;

Christian Champaloux a numérisé en 2016 plusieurs documents pour la phonothèque en fonction des projets, dont les dossiers sur la guerre d’Algérie d’Anne Roche. Il est également l’animateur des archives de l’inathèque qui sont désormais accessibles à la médiathèque de la MMSH ;

Hélène Claudot-Hawad publie régulièrement sur Les carnets de la phonothèque pour présenter ses enquêtes ethnologiques enregistrées sur les luthiers qu’elle dépose à la phonothèque. Elle nous a aussi donné l’opportunité cette année de numériser et mettre en ligne les carnets de terrain de l’ethnologue Marceau Gast ;

Enzo di Marzo a traité un fonds sur le cinéma muet et participé à l’intégration des collections sonores ethnomusicologiques dans Europeana ;

Delphine Gillain a traité le fonds Métral au cours de son stage financé par l’IREMAM, réussissant à faire revivre les témoins d’un temps déjà ancien. Elle a rédigé trois billets sur ce fonds dont l’un présente le portrait du sociologue Jean Métral ;

Hélène Giudicissi observe depuis quelques mois les travaux de la phonothèque, participant à plusieurs d’entre eux, dans l’objectif d’intégrer l’équipe en 2017 sur un projet de reconversion professionnelle ;

Romana Khales a traduit,  lors de son stage, la présentation de la phonothèque en langue arabe ;

Hélène Loukou, n’était plus parmi nous cette année mais elle a continué à publier les archives des grecs d’Asie-Mineure sur Les carnets de la phonothèque et a représenté la phonothèque sur ce thème, avec Ariane Néroulidis, dans un colloque du LabexMed à Marseille puis  à Syros en juin 2016 ;

Elodie Maniaval, dans le cadre d’un projet tripartite avec les Archives départementales des Bouches-du-Rhône et l’association Paroles Vives, a décrit et mis en ligne (en fonction des droits d’utilisations fournis par les témoins) un fonds sonore sur le thème Une histoire sociale du territoire à travers les mémoires orales des industries à Marseille ;

Donatella Mistretta rigoureuse, curieuse et toujours attentive à tou.te.s, a publié sur Les carnets un joli diaporama qui présente toutes les activités de l’équipe de printemps ;

Ariane Néroulidis, investie dans le crowdsourcing et les outils d’interopérabilité de la phonothèque. Nous profitons du billet pour lui souhaiter – encore une fois – un bel avenir professionnel puisqu’elle a réussi un concours CNRS et sera en 2017 « médiatrice scientifique », bienvenue à notre nouvelle collègue ! ;

Aimée Randrianatoanina a traité une collection sur les cloches bovines jusqu’ici inédite et édité un catalogue complet de ces données et un billet sur le blog d’Europeana Souds ;

Cette année Marine Soubrié n’a pas travaillé avec nous mais elle a continué à suivre le traitement documentaire de l’ANR Colostrum, nous la remercions encore ;

Eliott Trégan, en stage de troisième,  a largement participé aux activités de la phonothèque en valorisant une conférence -formation qui a eu lieu dans le cadre du LabexMed sur les Humanités numériques en Tunisie ;

L’infatigable Neila Thouaibia-Rachid, doctorante à l’IREMAM, tutrice à la médiathèque de la MMSH, a soutenu par ses conseils et ses traductions Fatima Al-Baydani pour traiter; entre octobre et décembre 2016, une partie des données qu’elle a déposé à la phonothèque sur les traditions orales au Yémen.

Je voudrais enfin citer les étudiants de Guyane qui ont suivi en décembre 2016 un atelier de  collecte, dans le cadre d’un échange avec la phonothèque qui existe depuis 5 ans maintenant ! Prenez le temps de lire leurs billets, ils vous feront voyager et en cette période hivernale vous apporterons un peu de chaleur…

Sans nul doute, l’année 2017 engendrera de nouvelles rencontres et de nouveaux projets, de nouvelles pièces à la mosaïque collective de la phonothèque,…  soyez attentif.ves, nous continuerons de vous raconter sur Les carnets de la phonothèque.

Voyant du bilan 2016, nuage de tags

Véronique Ginouvès Une nouvelle année en mosaïque… meilleurs voeux sonores 2017 ! Les carnets de la phonothèque 1 janvier 2017 https://phonotheque.hypotheses.org/20791

Crédit photographique : détail de la villa Balto (mosaïque), Barcelone, juillet 2014, photographie de V. Ginouvès, CC-BY-NC. Pour le nuage de tags : réalisation par voyant à partir du texte de ce billet, le 4 janvier 2016 CC-BY-NC. .

  1. Les archives de ces quatre laboratoires ont été organisées suivant le format EDM – Europeana Data Model -, moissonnées à travers l’outil MINTMetadata INTeroperability services – et aujourd’hui le CNRS offre sur Europeana plus de 23 000 références sonores accessibles librement en ligne. []
  2. Pour une présentation du projet et des différents works packages, vous pouvez visualiser ce diaporama. []
  3. Nous profitons du billet pour saluer et remercier Harry van Biessum et Maarten Brinkerink du Netherlands Institute for Sound and Vision qui ont mené de façon très pédagogique et dynamique les ateliers de type edit-a-thon ou autour de projet collaboratifs que nous avons organisé tout au long des ces trois années. []
  4. Un grand merci à Axelle Bergeret-Cassagne et ses collègues Marion Ansel et Anouk Girard. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *