Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

C’est la question posée par Jean-François Bert lors du séminaire intitulé Histoire comparée des sciences sociales : une approche matérielle qui a eu lieu à l’EHESS de Marseille à La Vieille Charité, le 19 janvier 2017. Il était convié par Christelle Rabier, Maîtresse de conférences à L’EHSS, à l’occasion de la sortie de son ouvrage  Une histoire de la fiche érudite, Lyon, Presses de l’ENSSIB, janvier 2017.

Des archives dites “mineures”

Lors de son intervention, Jean-François Bert est revenu sur la genèse de son ouvrage en expliquant comment son travail sur les archives de Marcel Mauss et de Michel Foucault l’a amené à s’interroger sur un domaine peu valorisé à ce jour : les archives dites “mineures”, qui sont constituées de brouillons, notes, fiches, agenda… Son attention s’est portée en particulier sur la  fiche érudite qu’il a mise en lien avec les pratiques savantes. Avec Philippe Artières1, il s’est notamment intéressé aux fiches de lectures de Michel Foucault dans Histoire de la folie.

En effet, dans son ouvrage, il décrypte le rôle de la fiche et surtout l’enseignement qu’elle transmet sur les pratiques du chercheur, sa méthode, sa façon d’enregistrer, de synthétiser, de hiérarchiser les savoirs. A la différence d’une biographie, ces “petites archives” permettent de conserver les tâtonnements, les doutes, les questionnements du chercheur, ou encore de retrouver l’approche qu’ont eu les chercheurs hier sur des questionnements actuels.

Cette question du geste accompagnant le savoir et la recherche est également approfondie dans Les gestes du savoirs 2 – Les mains de l’intellect ouvrage dirigé par Christian Jacob auquel a contribué Jean-François Bert2.

Une autre histoire des sciences humaines peut ainsi s’écrire à partir des archives de la recherche, comme l’a fait Jean-François Bert dans Une histoire de la fiche érudite.

Une histoire de la fiche érudite

La création de la fiche érudite naît du besoin de trouver un système d’organisation des connaissances accumulées en masse par les savants. En effet, ceux-ci utilisaient la copie comme outil de mémorisation et de compréhension de leurs propres travaux et de ceux de leurs pairs.

Au XIXe siècle, la fiche était considérée comme un instrument de mesure de la qualité du travail : elle validait le sérieux de la recherche, ainsi, le nombre de fiches écrites par un savant pouvait le catégoriser comme “vrai” savant.  Cette idéologie d’un lien entre valeur et fiche est remise en cause en 19113. Les contestataires reprochent aussi aux “Sorbonnards” d’exploiter leurs étudiants pour la rédaction de fiches.

En 1950, le rapport aux fiches évolue de nouveau. D’une volonté encyclopédique, on passe à une volonté de synthèse, un élagage du savoir. La fiche redevient un instrument qui peut être utile si elle est structurée.

Jean-François Bert offre une vision inédite du travail du chercheur à travers l’étude de leurs fiches. Son approche de ces fonds repose sur trois principes fondamentaux :

  • Donner une place à ce qu’il nomme “l’extra-scientifique” : considérer un fonds dans son ensemble, y compris les archives “mineures” qui renseignent aussi sur une vie savante.
  • Saisir les objets et instruments considérés comme indispensables par les savants pour leur recherches (livres etc.) et suivre leurs trajectoires.
  • S’intéresser aux gestes et aux pratiques par opposition à une démarche uniquement épistémologique.

img_1200

En conclusion, Jean-François Bert souligne l’aspect psychologique de la fiche érudite : elle montre l’abnégation et le courage dont le savant fait preuve. Sur un plan plus concret, la fiche érudite permet de mettre en place une ergonomie du savoir à travers l’observation des gestes et des rangements qu’elle implique. Elle permet également de quantifier et de transmettre le savoir. En effet, depuis sa création la fiche est transmise de génération en génération et l’étude de sa trajectoire est tout aussi passionnante.

La réflexion de Jean-François Bert autour des archives du chercheur et en particulier des fiches fait écho au travail de documentaliste/archiviste mené à la phonothèque de la MMSH. En effet, s’il s’agit de conserver les archives sonores de chercheurs en Sciences Humaines et Sociales, il n’en reste pas moins qu’une grande partie du travail consiste à les documenter afin de les rendre accessibles et compréhensibles. Cela passe aussi par la conservation des fiches et carnets de terrain des chercheurs qui renseignent sur le contexte de production des archives et la compréhension de la démarche, y compris dans ces interrogations et ses aspérités. Ces contenus apportent une vision d’ensemble et une cohérence indispensables au traitement des fonds.

Une histoire de la fiche érudite, Lyon, Presses de l’ENSSIB, sera en accès gratuit au format html à partir du 31 janvier 2017  sur le site de l’éditeur.

Hélène Colombié, Hélène Giudicissi.

bert_histoire-erudite_v2Bibliographie :
Bert, J.-F. (2014). Qu’est-ce qu’une archive de chercheur. Marseille: OpenEdition Press. Disponible à la médiathèque de la MMSH sous la cote 070 BER et consultable en ligne à l’adresse : http://books.openedition.org/oep/438
Bert, J.-F. (2017). Une histoire de la fiche érudite. Villeurbanne: Presses de l’enssib.
Bert, J.-F., Basso, E., & Verdeaux, J. (Éd.). (2015). Foucault à Münsterlingen: à l’origine de l’Histoire de la folie. Paris: Éditions EHESS.
Fabiani, J.-L. (2014). Qu’est-ce qu’un philosophe français ? La vie sociale des concepts (1880-1980). Paris: Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. Consultable en ligne à l’adresse http://books.openedition.org/editionsehess/853.
Foucault, M. (2007). Histoire de la folie à l’âge classique. Paris: Gallimard. Disponible à la médiathèque de la MMSH sous la cote 100 FOU.
Foucault, M. (2013). La grande étrangère: à propos de littérature. Paris: Éditions EHESS.
Lieux de savoir. 2, les mains de l’intellect. (2011). Sous la direction de Christian Jacob. Paris: Albin Michel.Disponible à la médiathèque de la MMSH sous la cote 306 LIE (2).

Crédits photographiques :
Image à la une : « fiche  n°253 »  issue  du fonds « Celles qui n’ont pas écrit » déposé par Anne Roche et Marie-Claude Taranger à la phonothèque de la MMSH. L’entretien correspondant est accessible en ligne ici.  Photo prise par Hélène Colombié le 25 janvier 2017.
« Fiches de renseignements bibliographiques » photographie d’une boite en bois clair format 10 x 15 x 20 cm du fonds Annie-Hélène Dufour. Photo prise par Hélène Colombié le 25 janvier 2017
« Une histoire de la fiche érudite« . Presses de l’Enssib. 2017. Tous droits réservés à l’éditeur.

Cite this article / Citer ce billet : Hélène Colombié et Hélène Giudicissi, « Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? » – Les archives de la recherche, autour du travail de Jean-François Bert, in Les carnets de la Phonothèque, 25 janvier 2017https://phonotheque.hypotheses.org/21050

 

  1. Voir aussi le billet de blog sur l’intervention de Philippe Artières lors de la conférence « L’archive, entre brèche et saisie » donnée au MuCem le 17 Décembre 2016. []
  2. Philippe Artières, Jean-François Bert, Pascal Michon, Mathieu Potte-Bonneville, Judith Revel, Dans l’atelier de Michel Foucault. Dans Les Lieux de Savoir 2, sous la direction de Christian Jacob. Albin Michel, 2011. []
  3. Voir : Agathon (Gabriel de Tarde) « L’esprit de la nouvelle Sorbonne » (1911) – pamphlet. []

2 réflexions au sujet de « Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *