#Freebasselday, 5ème anniversaire

Aujourd’hui cela fera 5 ans que Bassel Khartabil est en détention en Syrie. Ingénieur, défenseur du logiciel libre et contributeur au projet des Creatives Commons, Bassel a été enlevé sans raison particulière le 15 mars 2012. Il a été emprisonné, sans doute dans plusieurs établissements, et avec lui ont disparu quelques 65 000 syriens dans les geôles du régime qui a recours depuis 5 ans aux disparitions forcées1 . De Bassel, plus personne n’a entendu parler depuis plus d’un an.  L’habitude devient angoissante, désormais quatre billets dans ce carnet  s’insurgent contre cette détention, en 2013, 2014, 2015, 2016. Peu importe, le collectif de soutien de Bassel Khartabil est international et tenace. Cette année encore, prenez le temps de penser à lui, comme à l’un de vos proches, comme à une personne à laquelle vous tenez et qu’avec force vous souhaitez retrouver :

Étape 1 : découvrez qui est Bassel Khartabil, prenez le temps de le connaître ; outre les billets du carnet, tout est raconté sur le site : http://freebassel.org

Étape 2 : le 31 janvier 2014 Bassel a réussi à faire passer une lettre2 à Jon Philips depuis la prison centrale de Damas. Il répondait à son ami qui lui racontait que des musiciens avaient composé un album inspiré de son incarcération.

Vous pouvez lire sur le site de soutien toutes actions engagées pour lutter contre l’oubli de son incarcération : http://freebassel.org/campaign/events/freebasselday/2017/03/09/freebassel5years

Étape 3 : fermez les yeux un instant : vous vous trouvez dans une cellule de deux mètres sur un, ouvrez-les, levez-les vers le ciel en imaginant qu’il est limité par une fenêtre, le ciel est dans un carré de quelques centimètres.

Étape 4 : reprenez, chantez ou créez une courte pièce musicale en réponse à cette image, un mélange d’espoir au milieu du désespoir.

Étape 5 : il est temps de partager votre morceau. Chargez le sur une plateforme, quelle qu’elle soit, en ajoutant le tag du projet « disquiet0271 » (sans espace) dans le nom du morceau. Indiquez une licence qui permette de retravailler la musique et de la réutiliser. Ajoutez un bref commentaire pour éclairer votre approche et écoutez les autre morceaux de ceux qui participent à cet espace de création d’espérance et commentez les.

Le morceau ajouté par la phonothèque (placé en licence CC-BY) est la chanson du Prisonnier de Saluce, une chanson en langue française, chantée par des piémontais dans les montagnes du Val Germanasca3 . Les deux couplets de cette chanson racontent les  pensées d’un condamné du fond de sa prison. Il voit depuis la fenêtre de sa geôle revenir le printemps, les fleurs – roses et violettes – avec les hirondelles : « À travers le grillage, je vois de ma prison, refleurir le feuillage… », c’est un nouveau printemps derrière les barreaux qui s’ouvre pour Bassel, et nous ne voulons plus avoir à réclamer sa liberté : qu’il sorte !

Ecouter la playlist #Freebasselday – disquiet.com/0271/

Attention, la date limite de ce projet contre l’oubli est le le lundi 13 mars 2017 à 23 h 59, où que vous soyez dans le monde.

 

Crédit photographique de l’image à la une : deux fenêtres dans la vieille ville de Damas en juin 2009, photogr. V. Ginouvès, CC-BY-NC.

  1. Voir le documentaire « Disparus, la guerre invisible de Syrie », d’Etienne Huver et Sophie Nivelle-Cardinale, qui a reçu le 27 mai 2016 le prix Albert Londres dans la catégorie Audiovisuel []
  2. Pour lire les lettres de prison de Bassel, voir : http://letters.freebassel.org []
  3. Ce chant a été collecté par Christian Bromberger, ethnologue, auprès de Robert Tagliero, dans le village de Torre-Pellice, en mai 1982 – Enquête 506 – 10. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *