Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte

Dominique Thomas dans son atelier (Henridorff, photo B. Munch)

Dominique THOMAS a la passion des guitares de jazz, acoustiques ou électriques : il aime les fabriquer et en jouer. Il s’est formé seul, mobilisant ses compétences professionnelles en mécanique de précision.

Prototypiste et outilleur (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Son intérêt pour la guitare commence à 11 ans en 1974 en découvrant les Beatles. Il obtient sa première guitare à 15 ans, modèle qui l’inspire pour fabriquer plusieurs guitares avec l’outillage à bois de son père. Il perfectionne sa technique de fabrication en consultant des manuels de lutherie.

Apprendre sur le tas (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Elements pour basse demi-caisse (Atelier de Dominique Thomas, Henridorff, photo B. Munch))

Dominique Thomas se fabrique des outils proches de ceux utilisés dans son métier de mécanicien de précision.

La fabrication des outils (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Il fait d’abord de la lutherie pour ses propres besoins de musicien de pop rock. Ensuite, il aura des commandes de musiciens et de professionnels qui apprécient ses guitares (jazz, électriques ou classiques).

Vingt ans de fabrication (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Collage filet Prana (atelier de Dominique Thomas, Henridorff, photo B. Munch))

Il évoque le choix des formes de l’instrument.

Le choix des formes (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Les fabricants de guitares n’ont pas créé de groupe professionnel. Dans les années 1990, D. Thomas a essayé d’entrer en contact avec des luthiers de Mirecourt, sans grand succès. L’attitude frileuse de ces derniers contraste avec l’accessibilité des savoir-faire exposés aujourd’hui sur internet.
Mirecourt : un métier protégé (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Collage table de guitare classique (atelier de Dominique Thomas, Henridorff, photo B. Munch))

Parmi les outils que D. Thomas utilise, le bistouri est essentiel.
Les outils utilisés (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Il donne l’exemple d’un outil qu’il a fabriqué pour réaliser la rosace d’une guitare classique.
Un compas à lame (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Il explique à quel point le choix du bois est important pour déterminer la « couleur » du son.
Le bois et le son (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Il évoque les évolutions dans la fabrication notamment des guitares électriques, au niveau des matériaux, de l’accastillage et du vibrato.
Les évolutions (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Guitare électrique de Dominique Thomas (photo B. Munch)

Le vernis utilisé pour les guitares électriques est un vernis de carrosserie dont la composition a beaucoup évolué depuis les années 1960. Sur les guitares de jazz, pour obtenir certains effets de dégradé dans l’apparence, il faut parfois passer jusqu’à 20 couches fines de vernis.
Dominique Thomas décrit les opérations qui se font entièrement à la main, dont les décors (incrustations de nacre, filets, etc).
Les opérations manuelles (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

Incrustation du logo en nacre sur le manche (atelier de Dominique Thomas, Henridorff, photo B. Munch))

C’est en faisant des salons qu’il a pu avoir des contacts et des échanges avec d’autres luthiers. Pour lui, fabriquer une guitare aussi bien qu’en jouer est une véritable passion.
Guitare et passion (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

La précision est relative : la lutherie est moins exigeante sur ce plan que la mécanique.
Lutherie versus mécanique de précision (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

On trouve aujourd’hui chez les fournisseurs en ligne tous les outils et fournitures nécessaires. D. Thomas décrit entre autres les outils de mécanicien qu’il a réorientés pour ses usages en lutherie.

Le bistouri à la place du canif (Dominique Thomas, extrait d’enquête n°4973)

 

Barre guitare classique (atelier de Dominique Thomas, Henridorff, photo B. Munch)

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

Hélène Claudot-Hawad Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte Les carnets de la phonothèque 16 août 2017 http://phonotheque.hypotheses.org/21516

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Thomas, Dominique (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte, 6 juillet 2015, Aix-en-Provence. Enregistrement numérique : 56  min. (Cet entretien a été réalisé à l’occasion des rencontres-concerts  des chorales CNRS de Strasbourg et d’Aix-en-Provence). Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4973.

Crédits photographiques : Barbara Munch.


2 réflexions au sujet de « Fabriquer des guitares de jazz avec des outils venus de la mécanique de précision : le parcours original d’un autodidacte »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

  2. Merci pour cette belle découverte, je ne connaissais pas l’existence de ce site et de tout ce travail de conservation. Bravo, j’ai découvert une mine. Belle continuation à toute l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *