Archiver Michel Seurat

L’empreinte de Michel Seurat dans la recherche en sciences sociales sur le Moyen-Orient a perduré bien après sa disparition en 1986. Dès 1989, Gilles Kepel et Olivier Mongin procédaient à une « opération de sauvetage » des écrits du chercheur en publiant L’Etat de barbarie1. Dans leur avant-propos de l’ouvrage, MM Kepel et Mongin écrivaient : « en rassemblant ici ce qui avait déjà pris forme, on voudrait susciter chez d’autres chercheurs le désir d’exploiter plus avant une veine dont la fécondité paraît grande. »2. Mais pour ce qui était des archives sonores de Michel Seurat, elles étaient plus difficilement exploitables du fait de leur format analogique et de leur hétérogénéité. En 2009, l’Institut français du Proche Orient s’est alors tourné vers la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme pour procéder à leur traitement3. En numérisant les enregistrements de Michel Seurat et en les traitant, la phonothèque a eu une démarche similaire à celle MM Kepel et Mongin : rendre accessible le travail du chercheur pour retracer son cheminement intellectuel. Dès le début, le choix a été fait de traiter tous les enregistrements déposés, quelque soit leur nature ou leur contenu, en ce qu’ils permettent de comprendre au mieux l’environnement sonore de Michel Seurat.

Le fonds Michel Seurat est constitué d’un ensemble composite de 35 micro-cassettes et cassettes audio datant du début des années 1980, enregistrées entre 1979 et 1985, alors que le chercheur était rattaché au Centre d’études et de recherches du Moyen-Orient contemporain4. Il donne à entendre des entretiens auprès de personnalités politiques syriennes, de chefs politiques libanais, des prises de notes dictées par le chercheur ou des lectures d’articles, des enregistrements de discours, de conférence, d’émissions radiophoniques, de pièces de théâtre, de musiques ou de séances de traduction de romans arabes.

Il s’agit ici d’une partie des archives du chercheur telles qu’elles ont été récupérées plus de vingt ans après sa disparition en 1986. Une fois numérisé, il fallait recontextualiser les enregistrements dans un ensemble plus large, dont l’étendue nous était inconnue. Michel Seurat n’imaginait pas qu’ils seraient un jour archivés. Aucun classement particulier n’était attribué aux documents, seules parfois quelques notes sur l’emballage des supports fournissaient des indications quant au contenu des enregistrements. Il était donc difficile de déceler la logique intellectuelle qui avait mené ces enregistrements à se retrouver dans le même fonds. Ainsi, l’écoute nous porte d’un entretien douloureux fait par le chercheur auprès d’un témoin du “petit” massacre de Hama5 en avril 1981, aux accents joyeux d’un album de negro spirituals, en passant par un enregistrement sur l’histoire du parti communiste syrien et par le discours d’un cheikh qui en appelle à Dieu et aux prophètes. Le travail archivistique impliquait d’établir une forme de cohérence au fonds, qui a ainsi été découpé en trois corpus, définis suivant la nature des enregistrements et non en fonction des thèmes abordés.

Le premier corpus regroupe les enquêtes de terrain réalisées par Michel Seurat en Syrie et au Liban entre 1981 et 1985. Il comporte essentiellement des entretiens faits par le chercheur auprès de personnalités politiques syriennes (Sami al-Jundi, Jamal al-Atassi, Abdelkader Qaddura) et libanaises (Hussein Husseini, Farouk Muqaddem, Khalil ‘Akkawi).

Le second corpus se présente sous la forme de “carnet de notes sonore” du chercheur : le magnétophone apparaît non plus comme un outil permettant de réaliser des enquêtes de terrain, mais comme un substitut au carnet de notes classique. Ici, Michel Seurat se sert de l’enregistrement audio pour l’aider dans la traduction de romans arabes (Zayni Barakat6 de Gamal GhitanyA l’est de la Méditerranée7 d’Abdel Rahman Munif, Prison8 de Nabil Sulayman, et un dernier roman qui n’a pas été identifié), ou bien pour se dicter à lui-même ses propres réflexions.

Le troisième corpus regroupe divers enregistrements de conférences, de discours, de pièces de théâtre, d’émissions de radio, de musique, représentatifs de l’environnement de travail du chercheur. Ce dernier corpus était plus délicat à traiter puisque la provenance des enregistrements n’étaient que rarement indiquée et que la qualité du son laissait parfois à désirer.

Plusieurs thèmes ressortent des travaux enregistrés par le chercheur. D’abord, la guerre civile libanaise : plusieurs entretiens faits auprès de différents chefs de mouvements politiques font état de l’ambiance qui régnait au Liban (essentiellement à Tripoli mais pas uniquement) au début des années 19809. Ensuite, une grande partie des enregistrements traite de l’islamisme politique en Syrie. Il s’agit majoritairement de conférences et de discours religieux qui ont fait l’objet d’une analyse par le chercheur, mais il faut noter la présence de deux entretiens réalisés auprès de témoins des massacres de Hama de 1981 et 198210.  On peut aussi noter l’intérêt du chercheur pour la littérature de prison et pour l’opposition de gauche au régime syrien.

A travers ces enregistrements, le chercheur nous a donné en héritage un véritable panorama du climat politique et culturel au Liban et en Syrie à la fin des années 1970 et début des années 1980. Mais écouter les archives de Michel Seurat nous permet aussi de mieux comprendre la démarche du chercheur : se rapprocher au maximum de son “terrain” pour mieux le comprendre.

Claire Grégoire Saint-Pierre

Citer ce billet  / Cite this post : Claire Grégoire Saint-Pierre, « Archiver Michel Seurat », Les carnets de la phonothèque, 31 mai 2017, https://phonotheque.hypotheses.org/21809

Crédits photographiques de l’image à la une : Mount Hermon from the Northwest, vue du Mont Hermon (Liban), vers 1915, aucune restriction de droits d’auteur connue.

  1. Seurat, Michel, L’Etat de barbarie, Paris, Le Seuil, collection « Esprit », 1989, 335 p. []
  2. L’Etat de barbarie, p. 11. []
  3. En 2009, Franck Mermier, directeur du Département des études contemporaines de l’Ifpo de 2002 à 2009, a confié les enregistrements à la phonothèque de la MMSH par souci de conservation. []
  4. Le Cermoc fait désormais partie de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) qu’il a intégré en 2003. []
  5. Voir Carré, O. et Michaud, G., Les Frères musulmans (1928-1982), Paris, Gallimard ; Julliard, collection Archives, 1983, p. 149. []
  6. Ghitany, Gamal, Zayni Barakat, traduit de l’arabe par Jean-François Fourcade, Paris, Le Seuil, 1985, 320p. []
  7. Mounif, Abdul Rahman, A l’est de la Méditerranée, traduit de l’arabe par Kadhim Jihad Hassan, Paris, Sindbad, 1985, 208p. []
  8. Sulayman, Nabil, Al-Sajnu (en arabe), Beyrouth, Dar al-Farabi, 1982, 130 p. []
  9. Ces entretiens ont servi à Michel Seurat pour faire son analyse du quartier de Bab el-Tebbaneh présentée dans « Le quartier de Bâb Tebbâné à Tripoli (Liban) », in Zakaria, Mona, Chbarou, Bachchâr (dir.), Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq [en ligne]. Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 1985, pp. 45-86. []
  10. Ces enregistrements ont appuyé les écrits de Michel Seurat sur les Frères musulmans dans Carré, Olivier, Michaud, Gérard, Les Frères musulmans (1928-1982), Paris, Gallimard ; Julliard, collection Archives, 235 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *