Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Le luthier Pierre Allain devant son atelier, Nice, novembre 2016

Pierre Allain a dix-neuf ans lorsqu’il débute sa formation de luthier à Crémone en 1974, après avoir passé son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût des activités manuelles et artistiques. Parti de sa Normandie natale pour visiter différentes écoles de métiers d’art à Paris (Boule, Etienne), il tombe par hasard sur l’atelier du luthier James Chauvelin.

Un luthier très accueillant (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Intéressé par ce métier qu’il vient de découvrir, il se rend en auto-stop en Italie pour se faire une idée de l’Ecole de lutherie de Crémone.

Le registre des élèves (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq à Nice (2016)

Après avoir contacté plusieurs élèves français de l’école de Crémone (Jean Bejuy, Hugues Paumier), il s’inscrit pour la rentrée 1974. L’enseignement général dispensé n’est pas adapté aux élèves de lutherie. La 2e année, les élèves français organiseront une grève à ce sujet.

La grève des élèves français (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

La grève qui a eu un certain impact et un large écho médiatique, est ensuite éclipsée par un événement marquant, l’assassinat d’Aldo Moro. Sur fond de contestation et de mécontentement, Pierre Allain quitte l’école après la 3e année en même temps que d’autres élèves.

Quitter l’école avant la fin (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Après leur départ de l’école, lui et ses collègues, grâce aux liens entretenus avec certains professeurs, continuent leur travail dans un atelier collectif, fabriquant et vendant plus ou moins bien leurs instruments. Leur métier les passionne.
Une activité exaltante (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Concernant ses débuts en lutherie, Pierre Allain dit ne pas avoir éprouvé de difficultés particulières.

Une connaissance préalable du bois (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Il décrit les étapes de l’enseignement et le suivi opéré par les professeurs.
Il y avait du répondant  (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq (Nice, 2016)

A Crémone, les professeurs de lutherie formaient deux groupes dont les divergences semblent plus politiques qu’artisanales à Pierre Allain. Il évoque les enseignants qu’il a eus, certains particulièrement perfectionnistes.
Deux groupes de professeurs (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

En 1981, Pierre Allain qui a passé en tout six ans et demi à Crémone, part travailler deux ans et demi dans un atelier à Genève en Suisse. Puis avec deux collègues formés à Crémone comme lui, il ouvre un atelier à Paris dans le 20e arrondissement.
Chacun sa spécialité (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Deux ans après cette expérience, Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq décident de s’établir à Nice.
S’installer à Nice (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Ils apprennent que la mairie souhaite aider à l’installation d’un luthier. Mais consulté à ce sujet, le président du GLAAF (Groupe des Luthiers et Archetiers Français), Etienne Vatelot, préfère recommander un luthier passé par l’école de Mirecourt. A cette période, les tensions professionnelles sont assez fortes entre le GLAAF et l’ALADFI (Association des Luthiers et Archetiers pour le Développement de la Facture Instrumentale) dont Pierre Allain est un membre actif. Pour finir, ce dernier raconte combien les contacts qu’il aura plus tard avec E. Vatelot seront sympathiques.

Tensions professionnelles (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

En 1985, deux maisons de lutherie s’établissent donc à Nice.
Dans leur atelier, Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq se répartissent les tâches, l’un s’occupant de la lutherie et l’autre de l’archèterie.

Atelier de P. Allain et J.P. Gasq à Nice (2016)

P. Allain évoque l’intérêt mais aussi les difficultés de gérer l’atelier à deux, ainsi que d’avoir des employés. Il a reçu par ailleurs beaucoup de stagiaires de l’école de Mirecourt et de l’école de Crémone. Quand l’école de Mirecourt  a commencé à recruter les élèves à partir du baccalauréat, il a participé à la réécriture du programme.

Atelier de Pierre Allain et Jean-Pierre Gasq (Nice, 2016)

L’atelier s’occupe de l’entretien, de la restauration et de la location d’instruments. Il y a eu rapidement  beaucoup de travail dans ce domaine. P. Allain s’est spécialisé également dans l’achat et la vente d’instruments anciens. Avec son collègue Paumier, il fait partie des premiers luthiers français à avoir fait des salons en Chine pour exposer des instruments anciens. Ses tentatives en Russie et au Japon où le marché est plus fermé ont été moins concluantes.
Salons internationaux et aide de la Chambre de Commerce (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

P. Allain reste attaché à la ville de Crémone, où il a appris la lutherie, et y retourne très souvent, notamment pour y acheter des fournitures. Il a fabriqué peu d’instruments neufs, trop pris par ses autres activités.

Peu de temps pour fabriquer (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Il s’est enfin beaucoup intéressé à l’histoire de la lutherie,  et notamment aux luthiers de Nice à travers les archives de l’atelier Bovis et notamment celles de François Bovis (1864-1914), élève et successeur de Nicolò Bianchi (1804-1880), luthier italien de Gènes qui après s’être établi à Paris revint à Gènes et s’installa finalement à Nice.  Après François Bovis, ce fut son fils Charles Bovis qui reprit l’atelier.

P. Allain  a travaillé sur cet exceptionnel corpus avec les luthiers Eric Blot et Alberto Giordano, traduisant en français les 1200 lettres de François Bovis qui permettent de découvrir beaucoup d’aspects inconnus de l’histoire de la lutherie en Europe. Un livre sur les luthiers de Nice est en projet.
Les luthiers de Nice (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Pour Pierre Allain, le recrutement des élèves de lutherie au niveau bac a changé la compréhension et la pratique du métier.
Une nouvelle approche du métier (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH dès 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Allain, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré , 6 juillet 2016, Nice. Enregistrement numérique : 72 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5186.

Crédits photographiques : Hélène Claudot-Hawad.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *