Retour sur une expérience de traitement d’un fonds sonore

Étudiante en première année du Master histoire et humanités, métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire & des humanités numériques à Aix-Marseille-Université, j’ai effectué un stage à la phonothèque de la MMSH, un centre d’archive qui recueille les données de terrain de chercheurs de sciences humaines et sociales. J’ai été en charge d’un fonds confié par Claudie Gontier, sociologue au CERFISE – Centre d’études, de recherche et de formation institutionnelle du Sud-Est. Ce corpus est composé d’entretiens avec des militants écologistes du parti des Verts dans la zone du pourtour de l’Étang de Berre.  Ces entretiens avaient été réalisés dans le cadre d’une étude commandée par le Ministère de l’Ecologie suite au grand nombre de voix obtenues par les Verts aux élections municipales et européennes de 1989 dans ce secteur. Ils ont été une des sources qui ont permis la rédaction d’un rapport, déposé avec les supports sonores et conservé à la médiathèque de la MMSH1..

A partir de cette expérience, le métier d’archiviste m’est apparu bien plus qu’un simple savoir-faire technique et méthodique. Le travail intellectuel accompagnant le traitement des documents s’est avéré  indispensable et il a occupé une grande part de mon temps de travail. Il fallait permettre au public de mieux comprendre le contexte de production des archives dans une fiche corpus. Pour chaque entretien ensuite – outre les informations signalétiques -, des typologies ont été données, un résumé et des mots-clés. Cela m’a paru encore plus essentiel dans le cas du document sonore. En effet, l’écoute d’une archive audio a tendance à favoriser l’immersion, l’auditeur se laisse emporter par le récit et entre dans l’entretien, enfermé dans sa bulle, coupé du bruit ambiant, surtout s’il utilise un casque. Du côté des informateurs, surtout lorsqu’il s’agit d’entretiens semi directifs ou non directif, la spontanéité des réponses ou les digressions sont parfois l’occasion pour celui qui écoute de se laisser emporter par le récit. Le son donne une sensation de réel, de participation à l’action. L’archiviste, en citant la source, les conditions d’enregistrement les fonctions des personnes entendues renvoie à la réalité de la production, il permet la médiation entre l’archive et celui qui la consulte.

Autre travail peu connu du phonothécaire mais pourtant fondamental : la sensibilisation auprès des chercheurs ou associations au versement des archives sonores. La phonothèque n’a aucune acquisition onéreuse, tous les fonds proviennent tous de dons ou de dépôt de chercheurs de sciences humaines et sociales. Parmi tous les intérêts de déposer les archives de terrain dans une phonothèque (conservation, réusage, valorisation…) je retiendrai en particulier la possibilité de citer les sources de la recherche. Désormais, dans les articles scientifiques, il est possible de citer en bibliographie finale ou en notes de bas de page les entretiens.

L’équipe de la phonothèque n’a pas encore obtenu les droits d’utilisation des informateurs pour les enquêtes réalisées par Claudie Gontier mais vous pouvez d’ores et déjà lire les notices documentaires sur la base Ganoub. D’autres archives sont en cours de traitement de la même sociologue, sur les cabanons, le port de Marseille ou les ronds points de la zone de l’Étang-de-Berre… elles sont à venir sur la base de données. A suivre !

 

Crédits photographiques : Etang de Berre 12, 16 avril 2016, Arrixaca Gascó, CC-BY-NC-SA.

  1. Cerfise, Claudie Gontier, L’émergence des verts dans un contexte métropolitain : le cas de la zone Fos-Etang de Berre, doc dactylogr., Service de la recherche des études et du traitement de l’information sur l’environnement, Ministère de l’Environnement, janvier 1993, 69p. Cote MMSH : GL-21222. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.