Où est donc passée l’Afrique ?

2548066769_2abae15538Le journaliste Chérif Faye a publié récemment sur le  Sud Quotidien (le 23 septembre 2009) un entretien avec Adama Aly Pam, président de l’Association des Bibliothécaires archivistes documentalistes du Sénégal.

Adama Aly Pam est paléographe de formation. Il interpelle dans cet article les pouvoirs publics sénégalais pour qu’ils arrêtent de penser « que l’accès à la culture est moins important que la construction de routes ». Il est désormais nécessaire de fournir les moyens aux centres d’archives et aux bibliothèques du Sénégal pour qu’ils puissent conserver le patrimoine culturel national.

Plusieurs questions sont abordées mais il est intéressant de noter que la toute première porte sur les archives sonores et sur ce qu’il est possible de faire pour les préserver. Selon Adama Aly Pam, les archives radiophoniques et télévisuelles du Sénégal pourraient valoriser des enregistrements historiques comme les discours de Lamine Guèye ou la musique traditionnelle de Samba Diabaré Samb, mais il n’en est rien. Les Africains ne peuvent accéder à leur culture patrimoniale orale. Pour écouter les discours de Senghor ou ses poèmes récités par lui-même, il faut que les Sénégalais se rendent à Paris, à la Bibliothèque nationale de France ou dans les archives de l’Institut National de l’Audiovisuel. Le danger en Afrique est que non seulement les documents se trouvent dans des conditions de conservation déplorables mais en plus, ils appartiennent souvent à des institutions privées ou des personnes qui ne se préoccupent guère du patrimoine collectif.

Amada Ali Pam est bien conscient que l’Afrique est la grande absente du Web aujourd’hui , et qu’il faut que cela change : « La bataille aujourd’hui, ce n’est pas de faire des recherches sur Google et obtenir des informations requises, mais la bataille pour nous, c’est la présence de l’Afrique sur les réseaux. » A nous aussi d’aider l’Afrique à accéder aux ressources électroniques que nous produisons en évitant les sites en flash ou les PDF trop lourds que les bas débits ne peuvent ouvrir.

Cela m’a rappellé une réflexion faite dans une conférence par Douglas Merill ancien CIO chez Google (chief information officer) alors qu’il venait présenter Les secrets de la recherche de Google à la Faculty of electrical ingineering au sein de l’Université technique de Prague. Il démontrait à l’assemblée que l’Afrique n’existait pas : certes, il avait survolé en venant jusque là un continent nommé Afrique mais il suffisait de regarder les lumières des réseaux pour voir d’un seul coup d’oeil que l’espace qu’il aurait dû occuper était vide.

Adama Aly Pam fait confiance aux bibliothécaires : « C’est la présence de toutes nos ressources informationnelles, de toutes nos ressources culturelles que nous détenons dans nos musées, dans nos centres d’archives, dans nos bibliothèques, pour qu’on puisse faire de sorte que quelque Africain qu’il soit, quelque Sénégalais qu’il soit, là où il se trouve, qu’il puisse accéder à la documentation scientifique et technique, à l’histoire du Sénégal, à l’information. Car l’accès à l’information est un droit qui est consacré par les conventions internationales, et par nos constitutions. Par conséquent, les métiers de bibliothécaire, d’archiviste ou de documentaliste participent d’une manière ou d’une autre au renforcement de nos sociétés démocratiques. » A eux aussi, en Europe, de ne pas oublier l’Afrique sur le réseau. Tous ces sujets ont certainement été abordés lors de la semaine internationale des archives à Dakar qui a eu lieu du 19 au 23 octobre.  Si un archiviste peut nous signaler un compte-rendu, ce sera bienvenu !

A lire : Préservation du patrimoine culturel : Adama Aly Pam interpelle les pouvoirs publics.  Publié par Chérif Faye le 23 septembre 2009,  rubrique  Culture,  Sud Online [En ligne ] http://www.sudonline.sn/spip.php?article20470


Crédits photographiques : A woman potter from Senegal hand shapes a pot in the Roots of Virginia Culture program at the 2007 Smithsonian Folklife Festival on the National Mall, Washington, D.C. par Ken Rahaim. Aucune restriction de copyright connue. Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3419&q=SFF2007_Rahaim_6-27_0143


2 réflexions sur « Où est donc passée l’Afrique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.