Plongez dans Europeana pour écouter la mer

Au cours du mois de décembre, une sélection d’archives sonores du CNRS  – celles du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM), du  Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (CRESSON) et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) – sur la thématique de la mer sont mises en avant sur la plateforme Europeana à partir des fonds d’Europeana Music.

Le CNRS conserve et valorise des archives sonores d’enquêtes réalisées sur le terrain par des chercheurs en sciences humaines et sociales. Nous avons sélectionné ici, dans les recherches sur le littoral, la pêche et la mer, celles qui sont en lien avec la musique et le chant.

Les corpus Sea songs from Val Germanasca, Italy et Various Versions of “La batelière” présentent un cas assez particulier des “chants de mer” collectés bien loin du rivage… En effet, il s’agit d’enregistrements issus de collectes réalisées dans les années 1980, menées conjointement par le département d’Ethnologie de l’Université de Sienne (Italie) et le département d’Ethnologie de l’Université d’Aix-Marseille (France) sous la direction de Christian Bromberger, ethnologue. Ces collectes portaient sur une vallée vaudoise du Piémont, dans la région montagneuse du Val Germanasca1

Comme les fossiles affleurant dans les montagnes témoignent des ères géologiques passées et de l’antique présence de la mer, de la même façon les hommes et les femmes de ces régions conservent aujourd’hui un peu de la présence maritime dans leur histoire. Ainsi, l’histoire du vieux capitaine trop âgé pour voyager (Adieu mon beau navire au grand mât pavoisé), ou la supplique à Neptune, envoyée par les marins au dieu de la mer pour échapper au naufrage (Chants des gens de la mer), sont ici chantés par des montagnards, un temps émigrés vers une côte plus hospitalière, puis revenus vers leur famille au Piémont.

L’analyse linguistique de ces chants démontre également le fort attachement à la langue française hérité des communautés vaudoises d’origine française et issu de liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines. Ces communautés vaudoises donnent une forte importance à la lecture, au texte écrit et à l’apprentissage de la Bible. C’est un élément déterminant qui a pu rendre possible la conservation et la transmission de répertoires chantés d’une très grande richesse. En Pays vaudois, le cahier de chansons hérité des parents par les informateurs est toujours au centre de l’enquête. Ils s’y réfèrent sans cesse, même s’ils connaissent par cœur la chanson qu’ils vont interpréter…. Vous pourrez ainsi écouter une Berceuse qui évoque les craintes d’une mère pour son fils. Son mari est pêcheur et elle redoute que ce bébé ne devienne un jour, à son tour, marin et ne parte lui aussi sur les flots. Les différentes versions du chant “la Batelière“, témoignent encore d’un enracinement profond de ces thématiques dans la vie familiale.

Pour Christian Bromberger, « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes des différentes migrations, [offre plus qu’un] répertoire spécifique de chants indigènes, [à travers] la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont2».

Le CNRS conserve bien d’autres archives, où la mer se retrouve comme un élément prégnant de la vie quotidienne mais aussi de l’imaginaire des informateurs.

Les ethnomusicologues du CREM donnent à entendre des musiques, contes, récits en, ou hors contexte, issus de différents lieux dans le monde et à diverses époques. On peut ainsi écouter parmi eux un Chant populaire de pêcheur collecté lors de l’exposition universelle de Paris en 1900 ou un air des peuples de Sibérie de l’ancienne URSS, Air Traditionnel Des Hommes Nénetz, ainsi qu’une Danse des pêcheurs enregistrée lors d’une enquête de terrain en Indonésie ou le Chant de pêcheurs: Puxada de xaréu qui provient du Brésil. Signalons, enfin, plusieurs enregistrements de paysages sonores de mer et des animaux qui y vivent.

En ce qui concerne ce dernier sujet, les fonds sonores du CRESSON sont également accessibles dans Europeana Music. Le centre grenoblois consacre sa recherche à l’espace sonore et l’environnement urbain et conserve des enregistrements en lien avec la mer .

A vous d’interroger les archives pour écouter les sons de la mer qui y sont conservés, comme on pourrait le faire en plaçant près de son oreille un coquillage…

Matteo Cialone

Le billet a d’abord été publié sur le blog d’Europeana, en langue anglaise et en langue française.

Crédits photographiques : HOLLAND, Karl E., Two young boys blowing into a seashells at the Old Island Days Festival in Key West, Archives de Floride, Domaine public.

 

  1. Pour plus d’informations voir : Gens du Val Germanasca : contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Université de provence : Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1994. (Document d’ethnologie régionale ; 13) ; PORCELLANA, Valentina, VIAZZO, Pier Paolo, «Vent’anni dopo Gens du Val Germanasca : studi antropologici sulle valli valdesi», La Beidana, n° 30 (81), pp. 3-7, 2014 ; notice documentaire sur la base de données Ganoub : http://phonotheque.mmsh.huma-num.fr/dyn/portal/index.seam?page=alo&aloId=3732&fonds=&cid=94 ; billet de blog sur Les Carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/5397#footnote_0_5397. []
  2. Voir l’article de BROMBERGER, Christian, « Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambigüité d’un patrimoine». In Gens du Val Germanasca : contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Université de provence : Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1994. (Document d’ethnologie régionale ; 13). []

Une réflexion sur « Plongez dans Europeana pour écouter la mer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *