Archiver les sources orales d’Histinéraires

Des historiens, des égo-histoires et des archives
Les historiens sont les chercheurs les plus familiers à l’usage des archives, sans lesquelles ils ne peuvent travailler. Or, dans le programme ANR Histinéraires le rapport s’est inversé : devenant objet de la recherche à travers le récit qu’ils font d’eux-mêmes, de leur parcours d’historien, académique comme intellectuel. Racontés d’abord dans les écrits des mémoires de synthèse des activités scientifiques de l’Habilitation à diriger la recherche (HDR), ils sont désormais enrichis par une série d’entretiens menés dans le cadre de l’enquête orale Histinéraires, et des quelques séances enregistrées du séminaire « L’écriture de soi des historiens ». Le programme est l’occasion de mettre en archive l’ensemble de ce corpus inédit. Forte de son expérience des archives orales de terrain et de sa collaboration avec les chercheurs, la phonothèque de la MMSH s‘est vue confier le traitement documentaire et la conservation des enregistrements sonores du projet Histinéraires.

Le programme ANR Histinéraires
Le programme de recherche ANR Histinéraires, acronyme du projet de recherche « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte » est dirigié par Patrick Garcia et porté par quatre laboratoires, le centre Georges Chevrier, l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (Larhra), et à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), l’UMR Telemme ainsi que la phonothèque de la MMSH. Le projet est soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) sur 2014-2017. Il s’intéresse au corpus encore inexploré des mémoires de synthèse des activités scientifiques (MSAS) des Habilitations à diriger la recherche soutenues entre 1990 et 2010 en histoire. L’étude cherche à analyser le parcours institutionnel, comme intellectuel de ces chercheurs et à dégager ainsi une cartographie contemporaine française de la profession d’historien.

A propos des MSAS d’HDR
L’habilitation à diriger la recherche, ou HDR est une haute qualification universitaire permettant d’accéder aux postes de professeur d’université et d’encadrer les thèses des doctorants, succédant à la thèse d’État par l’arrêté du 5 avril 1988. En histoire avec le mémoire scientifique original, les candidats présentent dans leur dossier un écrit autobiographique ou MSAS mettant en perspective l’ensemble de leur démarche et production scientifique, pédagogique ou administratif dans un cadre individuel comme collectif. L’historien doit montrer une aptitude à synthétiser son œuvre dans un champ déterminé en discutant, voire critiquant ses travaux antérieurs. C’est un écrit de réflexivité, à la fois rétro et introspectif, mais peu défini par les tutelles. Il fait alors l’objet d’interprétation contrastée, du CV détaillé à une égo-histoire, à l’exemple des essais de Pierre Nora.

Des sources orales aux sources écrites
La collecte de ces mémoires de synthèse des activités scientifiques est en premier lieu de nature patrimoniale, car ils ne font pas l’objet d’un recensement ou d’un dépôt réglementaire. Le projet s’appuie alors sur la coopération des historiens concernés, invités à déposer leur MSAS auprès des acteurs du programme, ou sur la plateforme d’archivage ouverte HAL. L’enquête est avant tout qualitative, les MSAS collectés seront analysés, notamment avec l’aide d’un logiciel d’analyse du discours. Une autre collecte vient parallèlement enrichir ces sources écrites, des entretiens oraux semi-directifs menés entre 2014 et 2017 auprès d’historiens français candidats ou garants d’HDR, venant témoigner de leur parcours, du retour d’expérience de l’habilitation, et de leur interprétation de ce MSAS. Anne-Marie Granet, historienne rattachée au Larha et Véronique Ginouvès, ingénieure de recherche, responsable de la phonothèque de la MMSH, ont mené la majorité de ces entrevues.

Le corpus des entretiens
La grille d’enquête s’est tout d’abord intéressée aux facteurs qui ont pu influencer l’historien dans son orientation, sa discipline, ses spécialités et objets de recherche. L’informateur retrace son parcours professionnel avant et post-HDR : son cursus, les concours, l’enseignement, les projets scientifiques, les responsabilités et évolutions de carrière témoignant de l’activité de la recherche et de l’université. L’historien explicite le positionnement de ses travaux dans sa discipline. La question du rapport à l’écriture et la publication sont soulevées. Parallèlement le chercheur mentionne les auteurs et les personnalités marquantes dans son itinéraire intellectuel, et évoque les affinités et les réseaux professionnels. Puis l’échange s’oriente vers l’habilitation, l’historien répond sur ses motivations, la préparation du dossier, la constitution du jury, la soutenance, la manière dont il a « joué le je » dans le MSAS, et son avis à propos cet exercice. La forme de l’entrevue permet d’ouvrir librement la discussion sur d’autres thèmes, les historiens parlent alors de la médiation scientifique, du rôle social de l’historien, de la part de subjectivité dans leur œuvre, ou des rapports entre l’activité professionnel et la vie familiale…  Ainsi, cette enquête permet de recueillir une voix à posteriori, après quelques mois ou années de l’HDR, de manière certainement plus libre que dans le cadre académique et ainsi contextualiser davantage cet exercice.

Le corpus des séances de séminaire
Sous une autre forme, le séminaire intitulé « L’écriture de soi des historiens » a invité depuis 2013, historiens et chercheurs de disciplines voisines, comme l’archéologie ou la géographie, à venir publiquement et librement discuter de leur itinéraire et du retour d’expérience de cette habilitation. Certaines des séances tenues ont pu faire l’objet d’un enregistrement et s’ajouter ultérieurement au fonds des archives orales d’Histinéraires.

Traitement archivistique
Dans le cas d’une collecte d’archives orales, comme le fonds ANR Histinéraires, l’archivage des documents inédits représente une partie, un maillon important dans l’ingénierie de la recherche. Les missions archivistiques consistent à veiller à l’authenticité et la fiabilité des documents, et qui plus est à œuvrer pour que ces informations soient exploitables, c’est à dire accessibles, compréhensibles et utilisables aux chercheurs d’aujourd’hui comme ceux de demain, et pour une exploitation scientifique différente de ces données. L’archiviste analyse alors l’ensemble du cycle des documents de la production à leur usage, voire réexploitation, car une vision globale permet de gérer au mieux les aspects particuliers de l’archivage. Or les approches sont aussi plurielles, puisqu’il s’agit à la fois d’archiver un support et une source fragile.

Caractéristiques techniques du fonds sonores Histinéraires
Les évolutions techniques du numérique ont permis de faciliter les enregistrements audio-visuel, notamment par la miniaturisation des appareils. Ils contribuent à l’accessibilité des documents, au partage des fichiers, et à la sauvegarde des documents en offrant un substrat numérique. Mais, les progrès de cette dématérialisation s’accompagnent de l’obsolescence des outils de lecture, des supports et des formats. Il faut donc mettre en place une stratégie d’archivage et avoir des moyens techniques importants. Concernant les caractéristiques techniques des archives orales d’Histinéraires, tous les enregistrements ont été captés entre 2014 et 2017, nativement en numériques1

Documenter les archives
Pour autant, à la phonothèque le traitement ne se limite pas à la seule préservation sonore. Après classement, l’archiviste procède alors à l’analyse du contenu des documents. La description archivistique et les instruments de recherche sont les éléments qui permettront d’éclairer le contexte de production des enregistrements, de faciliter le repérage et l’intelligibilité des documents. Dans un souci de normalisation et d’interopérabilité, l’analyse documentaire s’appuie notamment sur le guide des bonnes pratiques des archives sonores inédites. Si les écrits MSAS ont pu bénéficier d’un logiciel d’analyse textuel spécifique permettant de repérer et de classer différents éléments avec une relecture par les chercheurs, le traitement est aujourd’hui encore difficilement automatisable et trop délicat pour les sources sonores. Il nécessite donc d’importants moyens humains. Les entretiens et conférences traités d’Histinéraires sont écoutés et analysés par l’archiviste qui met en perspective la particularité d’un document dans l’ensemble du corpus. Après leur description objective, les enregistrements du projet n’ont pas fait l’objet de transcription, mais ont été enrichis d’un résumé étoffé et d’une analyse lexicale détaillée. Le niveau de description a été discuté avec les acteurs du projet. Les mots clés thématiques et l’extraction des noms, lieux et périodes cités permettent d’illustrer les objets, l’environnement, les réseaux professionnels et intellectuels de ces historiens. De plus, l’édition d’un catalogue documentaire des archives orales d’Histinéraires permet de mieux cerner ce fonds. La phonothèque de la MMSH a d’ailleurs pu proposer des rapprochements avec d’autres archives, récits de chercheurs, d’historiens et d’égo-histoire, à travers les corpus : « Une histoire du laboratoire TELEMME (1994-2004) : essai d’ego-histoire collective », « Produire, publier et archives les données de la recherche », ou encore « Coopérants au Maghreb du milieu des années 1950 et à la fin des années 1970 ».

Aspects juridiques
Le dépôt de ce patrimoine scientifique est contractualisé avec les acteurs concernés du projet : financeurs, laboratoires, producteurs d’archives, témoins, conférenciers également. Les droits couvrant les archives sont complexes, car innombrables : droit public, droit du patrimoine, propriété intellectuelle, des témoins, droits voisins, des bases de données, des données personnels, d’édition… Quoiqu’agent public, les données de la recherche publique ne se limitent pas au Code du patrimoine. Le chercheur garde en effet un contrôle sur ce qu’il a produit, car les données, ici les entretiens menés sont considérés de par leur originalité et leur forme, comme une création scientifique et par conséquent entre sous le périmètre de la propriété intellectuelle. Néanmoins, il n’a pas le monopole concernant l’accès et la diffusion des archives produites. De plus, sur les questions éthiques la phonothèque veille à ce que les informations ne soient préjudiciables aux acteurs ou autres. Pour les témoins, les enquêteurs sur le terrain préparent alors en amont la construction de ces archives en leur expliquant les finalités scientifiques du projet et des modalités du contrat de leur entretien. En tant que témoin ou conférencier/intervenant, il est auteur comme l’enquêteur, et doit alors se prononcer sur les conditions d’utilisation, et de diffusion de l’enregistrement. Il stipule ses préférences concernant la reproduction, la représentation, la conservation, les conditions d’accès dans les locaux de la phonothèque et de la diffusion en ligne de ces données (enregistrement sonore et traitement documentaire). Le contrat lui est remis le jour de l’entrevue ou après traitement documentaire. Le témoin est alors invité à réécouter l’enregistrement, relire l’analyse documentaire et apporter ses commentaires. Afin que l’enquête soit utilisable et réutilisable, il est donc nécessaire que les dépôts soient rigoureusement traités, documentés et que le témoin participe à la co-construction de ces archives.

Recherche et enjeux de l’archivage
Dans le cadre du programme ANR Histinéraires, la réflexion archivistique s’est construite en amont, puis en partenariat tout au long du projet avec les chercheurs, ce qui est un véritable atout pour la qualité d’archivage des données. Pour autant faute de moyen, voire de tensions entre logiques scientifiques et archivistiques, cette pratique n’est pas encore l’apanage de la recherche en sciences humaines et sociales, mais tend à se développer notamment au regard la prise de conscience de la fragilité des données numériques, des enjeux de l’archivage du patrimoine scientifique ou du mouvement récent de l’open data. La phonothèque de la MMSH a la volonté d’une part à sensibiliser les acteurs de la recherche à ces problématiques dans la concertation et une démarche proactive, et à promouvoir comme patrimoine scientifique les archives orales ou sonores.

 

Billet rédigé par Virginie Huynh-Van-Xuan, Master 2 ENSSIB.

 

Crédit photographique : page 86 de l’ouvrage Xray, représentant deux professeurs du Medical College of Virginia en 1921, pas de restrictions de droits connues.

 

  1. C’est le format Wave 16 bits/44.1kHz, qui a été choisi pour l’archivage du fonds. Ce format préconisé pour la conservation, recommandé par l’International Association of Sound and Audiovisual Archives et le CINES. Ce format possède en effet plusieurs qualités : propriétaire sans redevance, reposant sur des spécifications ouvertes, largement utilisées, outillées et ayant la possibilité d’avoir un codage sans compression et donc sans perte. Il est donc important que les chercheurs, les producteurs d’archives soient sensibilisés, informés en amont des bonnes pratiques qui permettront de conserver au mieux les données. La phonothèque migre si nécessaire les fichiers et conserve les archives. Elle travaille d’ailleurs depuis l’ANR Colostrum, avec le CINES, mandaté par l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour la pérennisation sur le long terme des données numériques de la recherche. Ainsi, une copie source du fonds ANR Histinéraires, dont ses archives orales, sera déposé auprès de leur service d’archivage via la plateforme PAC. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.