Le droit d’auteur dans la musique de tradition orale : une nouvelle question ethnographique

Fort d’une expérience de plus de vingt ans, le Séminaire du IISMC – Istituto Interculturale di Studi Musicali Comparati s’intéresse cette année, à la question des droits d’auteur dans les musiques de tradition orale sous l’angle de multiple expériences de recherche…. un sujet dont l’intérêt ne cesse de croître chez les ethnomusicologues et plus largement chez les chercheurs en sciences humaines et sociales (cf l’argumentaire du colloque) dont les contours restent imprécis et pour lequel il semble manquer une réglementation nationale et internationale univoque et suffisamment détaillée.

Dans le processus continu de changements de fond et de forme qui se vérifie dans l’univers de la transmission orale, l’attribution d’un droit patrimonial de la création collective des communautés n’a jamais pu se faire alors qu’il touche une large et hétérogène catégorie d’acteurs sociaux. Depuis les premières collectes des folkloristes, les musiques populaires se sont diffusées à d’autres fin que leur emploi spontané dans les communautés d’origine : elles ont circulé entre les mains d’érudits locaux, parfois pour alimenter une image nostalgique de la société paysanne, elles ont été réemployés par des compositeurs plus ou moins talentueux sous forme de chants folkloriques ou de compositions savantes, elles ont été reprises par des groupes revivalistes aux alentours des années 60 ou revisitées par des musiciens de la «world music»,… jusqu’à nos jours, où une circulation de la musique dite traditionnelle de plus en plus spectaculaire, patrimonialisée et médiatisée pose de nouvelles questions.

A côté d’une véritable question de reconnaissance des oeuvres de tradition orale, une autre y est étroitement liée et porte sur la reconnaissance des droits sur le plan économique aux créateurs-artistes-interprètes de ces musiques. «Si, jusqu’à récemment, le chercheur se posait le problème de la protection des musiciens inconscients des mécanismes de distribution des ressources provenant du droit d’auteur et soutenait la reconnaissance de la paternité de l’œuvre même aux musiciens qui ne recourent pas à l’écriture», comme l’affirment les organisateurs du colloque, « ces dernières années […] ce sont en effet les musiciens eux-mêmes qui « déposent » leur propre musique ou les noms traditionnels de leur musique dans des sociétés d’auteurs déclenchant ainsi des dynamiques nouvelles et singulières sur le territoire».

Ainsi, les nouveaux contextes d’interprétation de la musique de tradition orale posent au chercheur de nouvelles questions ethnographiques. A titre d’exemple, deux cas d’études qui s’intéressent au carnaval dans la région de Naples seront mises en exergue au tout début de la première journée d’étude. La participation de musiciens des villages de Montemarano et de Macerata Campania au séminaire pour le concert “Bottari e Tarantelle :  Musiche per il Carnevale in Campania”  offre un exemple concret des négociations culturelles dans lesquelles le chercheur peut se plonger. La question essentielle de ces mutations sera soulevée dans une double perspective, celle d’une réflexion sur les aspects musicaux et culturels que la recherche met en lumière et celle des revendications individuelles des musiciens.

Or, «comment et dans quelle mesure la musique de tradition orale peut-elle être considérée comme le produit de la créativité individuelle plutôt que d’une communauté qui partage ses pratiques performatives? Quelles sont les dynamiques locales suite à ces nouveaux  scénarios? De quelles manières et sous quelles formes la reconnaissance (automatique et économique) du processus créatif et le remaniement d’une tradition de musiciens doivent-ils être régulés dans un équilibre délicat, tout en préservant le droit d’une communauté de la percevoir comme un patrimoine commun? ». Voilà les questions qui seront posées lors de ce séminaire, sur lesquelles nous tou.te.s, usagers ou héritiers de ces patrimoins musicaux, sommes appelé.e.s à nous interroger.

Le séminaire se déroulera du jeudi 25 au samedi 27 sur l’île de San Giorgio à la Fondazione Giorgio Cini, dont l’Institut fait partie depuis sa fondation en 1970 par Alain Daniélou.

Contact  : Giovanni Giuriati (responsable scientifique)
Téléphone  :  00-39 041 2710357
courriel  : musica.comparata@cini.it

Seminar Programme:

Thursday, 25 January 2018

9.30 am-12.30 pm

Giovanni Giuriati
Introduction

Giovanni Giuriati and Beniamino Palmieri
The Tarantella of Montemarano and its Rights

Mariano Fresta
On Intellectual Property in Folklore. The case of the Bottari of Macerata Campania

2.30-4.30 pm

Ignazio Macchiarella
“A cada bidda su suo”. Issues of “Music Ownership” in Sardinia

Friday, 26 January 2018

9.30 am-12.30 pm

Naila Ceribasic
Safeguarding Intangible Cultural Heritage – a Route Towards Protecting Collective Intellectual Property Rights?

Federica Mucci
The International Protection of the Intangible Cultural Heritage, Still “Alive” in Communities and Individuals, from Difficulties of Definition to the Protection of Creativity: Constantly Recreated Music

2.30-4.30 pm

Lars-Christian Koch
Copyright and the Construction of Sonic Identities – Reflections on Scientific Sound Archives

6.30-8.00 pm

Concert by I Solisti di Montemarano and Pastellesse Sound Group Bottari and Tarantellas. Carnival Music in Campania
Free admission while seats last

Saturday, 27 January 2018

9.30 am-1.30 pm

Italo Mastrolia
Oral-Tradition Music: Lacunae in the Legal Protection of the Intangible Cultural Heritage and Possible Remedies, from Theoretical Definitions to the Historical Pattern

Silja Fischer
IMC’s Five Music Rights and Copyright, a Holistic Approach

Crédits photographiques :
A la une, Canal at Murano, Venice, ItalySwedish National Heritage Board, Public domain

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.