La notation musicale à l’épreuve de la recherche dans l’étude et la sauvegarde des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Colloque international

La notation musicale à l’épreuve de la recherche
dans l’étude et la sauvegarde
des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Bou Saâda, 30 et 31 janvier 2018

Téléchargement du programme

La notation musicale a de tout temps interpelé musiciens, théoriciens et chercheurs en ethnomusicologie/anthropologie de la musique. Ainsi, à l’instar de la théorie des açâbi° wal madjarî (sorte de tablature) développée à partir du huitième siècle à Baghdad sous la dynastie abbasside par l’école des °udistes ou la sculpture musicale des rythmiques ou tala en Inde du Sud dans le temple Manakshi de Madurai, les civilisations anciennes du monde ont régulièrement fait usage d’iconographies et de divers systèmes de représentation afin de protéger et de perpétuer un répertoire ou une technique de jeu. La tablature développée en Europe à la Renaissance pour la transmission d’interprétations instrumentales diverses dont le luth et l’orgue, et plus tard développée pour l’enseignement de la guitare, en est le meilleur exemple.

La fabrication des instruments de musique par les cultures du monde : choix des matières premières (peaux, bois, métal), des ligatures des instruments à corde et de la longueur des manches ou des tubes des instruments à vent, des distances entre les ouvertures sont autant de choix répondant naturellement à des exigences tout à la fois esthétique et structurelle. Cette harmonie adoptée tacitement par une communauté et édifiée par plusieurs générations de praticiens met en fonction nombre de savoir-faire conjuguant ainsi chant, danse, jeux instrumentaux, poésie, facture instrumentale dans laquelle rien n’est laissé au hasard.

Au Moyen Âge, les premières notations musicales apparaissent en Europe et elles évolueront graduellement pour donner une lecture quasi parfaite de la musique européenne. L’ethnomusicologie / anthropologie de la musique a largement utilisé cette écriture pour décrire, transcrire et analyser les musiques du monde avec ce qu’elles comptent de rituels, fêtes religieuses, mariages, festivals et autres manifestations. Cependant, la notation de la musique européenne présente des limites quant à la représentativité des musiques traditionnelles. Mais la difficulté s’accroît lorsque la tâche consiste à analyser tout un système symbolique où s’entremêlent claquement des mains, gestuelles, émission ponctuelle de la voix, textes chantés individuellement ou en groupe avec toutes ses spécificités phonétiques et rythmiques, jeux instrumentaux, échelles, pas dessinés par le chef de cérémonie lors de danses rituelles…

Dans la région nord du Maghreb, la transcription occidentale a largement été utilisée sans toutefois négliger la transmission traditionnelle, ainsi le répertoire dit4andalous ou mâlûf tunisien est interprété depuis le début du vingtième siècle aussi à partir de partitions. Leurs homologues ‘âlâ (Maroc), çan°a (Alger et Tlemcen) et mâlûf (Constantine et Lybie) n’ont pas franchi le pas : faut-il considérer ce choix comme un retard à rattraper ou respecter la démarche des interprètes, car à l’instar du sha°bi, du hawzi, du flamenco ou du fado, pour ne citer que ces exemples, les musiciens maghrébins préfèrent peut-être favoriser l’inspiration du moment ?

Mais pour ce qui relève de la recherche, la notation musicale représente une démarche incontournable et méthodologique destinée à représenter les spécificités d’un répertoire, le but ultime étant aussi de communiquer les résultats de son terrain à la communauté scientifique. De nos jours, il existe divers moyens et techniques pour présenter les résultats d’une recherche et les travaux d’éminents chercheurs en ethnomusicologie sont là pour en témoigner. Quelles seraient à ce titre les techniques que se doit de développer tout chercheur pour faire face aux difficultés qu’il rencontre dont :

– Les modes de représentation ;La notation vernaculaire ;
– La gestuelle et le rythme corporel ;La scansion et le rythme poétique ;
– L’adaptation de la notation occidentale aux spécificités de l’oralité ;
– L’emploi de l’outil informatique et multimédia…

Cette rencontre ambitionne de réunir ethnomusicologues/anthropologues de la musique, anthropologues, anthropologues de la danse, spécialistes en littérature orale, linguistes, sémiologues, historiens, historiens de l’art, archéologues… Elle nous donnerait l’occasion de découvrir ensemble les centres d’intérêt des uns et des autres. Elle pourrait, à long terme, nous octroyer la possibilité de travailler à la transcription de nos savoirs ancestraux avec ce qu’ils recèlent de systèmes symboliques.Les approches et méthodes développées par les spécialistes sont nombreuses et l’outil informatique donne des possibilités surprenantes à travers des calculs de plus en plus précis, mais reste réservé à quelques initiés. Dans cette course à la modernité quels seraient les moyens les plus adéquats permettant de donner une lisibilité et une visibilité accessibles d’une culture musicale ? Elle donnerait ainsi aux chercheurs de toutes disciplines confondues l’occasion d’en offrir une traduction au plus près de sa tradition.

PROGRAMME

Cérémonie d’ouverture, le 30 novembre 2018, 15h

1ère séance – Les limites de la transcription musicale, Président de séance Pr. Ahmed Ben Naoum, intervention d’Abdelhafid Hamdi Cherif, Chercheur en philosophie et en sciences sociales, Universités Alger, Paris 8 « Poésie et chants sahariens : du local à l’universel ».

2ème séance – Transcription musicale et recherche,  Président de séance Pr. Mahmoud Guettat, interventions de
– Françoise Etaye, ethnomusicologue, Professeure au Conservatoire de Limoges, (France),  » Transcrire des chants traditionnels articulés sur des unités rythmiques régulières mais non isochrones »
– Sanogo Abdoulaye, administrateur des Arts et de la Culture (Mali) : « La transcription musicale à l’épreuve de la recherche. Cas des thrènes et mélopées chez les Sénoufos du Mali
– Edda Brandes, Université de Berlin (Allemagne) « La Transcription « classique » – entre embûche et révélation

3ème séance – Précurseurs de la transcription musicale dans le Maghreb, Président de séance, Pr Mourad Yelles. Interventions de
– Youssef Touaïbi, Alger (Algérie) « Les Sept Meçaddar d’Alexandre Christianowitsch (A travers le prisme du répertoire actuel des Nouba) »
– Mehdi Travels, Université de Tunis (Tunisie)  « Les pionniers de la transcription musicale au service des études musicologiques sur le Maghreb : La contribution de Hornbostel et Bartók »
– Pierre Auger, Paris (France) « Écrire la musique : paradoxe ou défi ? »
– Marybel Dessagnes, Compositrice, Pianiste, Pédagogue, Musicologue, Université d’Aix en Provence (France) « Pédagogie et notation : l’action de Gontran Dessagnes au Conservatoire d’Algerentre 1946 et 1964 autour de la çan°a« 
– Abderrahman Ayoub, Chercheur. Expert-Facilitateur agréé en patrimoine culturel immatériel (Tunisie) « A propos du livre Al-‘Agânî al-Tûnisiyya de M. Sadok el-Rezgui, précurseur des études sur le folklore tunisien « 

4ème séance – Transcription musicale dans la Tradition, Président de Dr. Mehdi Trabelsi, interventions de
– Zouheyr Gouja, Université de Tunis (Tunisie) « Problèmes de transcription des traditions musicales orales »
– Nicolas Prévot, Nanterre Paris Ouest (France), « Echapper au pattern-alisme musical et à l’ethnocentrisme scalaire :Une transcription musicale en Inde centrale »
– Nabil Benabdejalil, Université de Casablanca (Maroc) « Quelques réflexions sur la notation de la musique al-âla« 

5ème séance – Transcription musicale et recherche, Président de séance Dr. Samiha Bensaid, interventions de
– Amiha Bensaid et Arij Jaouchi, Université de Gabès (Tunisie) « La notation musicale : outils de recherche »
-Nacim Khellaens, Kouba (Algérie) « La transcription… un outil de transmission ou facteur de modification du savoir musical patrimonial ? »

6ème séance, de l’oralité à la transcription
, Président de séance, Pr. Mohamed Gouja, interventions de
– Yelles Mourada, Anthropologue, INALCO / CNRPAH (Algérie) « Noter, transcrire l’oralité féminine (le hawfî tlemcénien) : une expérience de terrain »
– Faouzia Belhacemia, Anthropologue CNRPAH (Algérie) « Mémoire et récits de vie en anthropologie du patrimoine musical de l’Ahaggar »
– Ahmed Ben Naouma, Anthropologue, CNRPAH (Algérie) « L’enjeu de l’Ecriture comme discriminant entre les musiques dominantes et les musiques dominées »
-Jonahtha, Glasser, Anthropologue, Université William & Mary (Etats-Unis) « La contrafacture et la transmission musicale d’après un manuscrit judéo-arabed’Oran de la fin du 17ème siècle »

7ème séance, Transmission/Transcription et instruments de musiques, Présidente de séance, Pr Edda Brandes,
– Manuela Cortes Garcia, Département d’Histoire et de sciences de la musique, Université de Grenade (Espagne) « Approche des systèmes d’accordature et des tablatures dans deux manuscrits moresques en Espagne du XVe Siècle »
-Adamou Danladi, Conseiller au Ministère de la culture (Niger) « Instruments de musique traditionnelle, moyens d’expressionet de communication (cas du Niger) »
– Azzedine Kinziu, Université de Tizi-Ouzou (Algérie) « Tbel et bendir dans la musique kabyle traditionnelle : représentationet contexte socioculturel de leur reproduction musicale »
– Rabah Chanane, CNRPAH (Algérie) « Film documentaire autour de la fabrication de l’aqallaldans le sud-ouest algérien »

8ème séance, Le corps et la transcription, , Présidente de séance Dr. Faouzia Belhachem, intervention d’Isoud Matoussi, Université de Sousse (Tunisie) « L’étude du répertoire des danses tunisiennes, quelle écriture pour l’exposé des faits ?

Texte introductif, organisation : Maya Saidani

Texte introductif en langue arabe à télécharger ici

Crédits photographiques : vue de Bous Saâda, page 345 du livre de Marius Bernard, publié en 1892, Autour de la Méditerranée, illustré par A. Chapon,  numérisé par la Bristish Library. Domaine Public


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.