Une histoire orale des parcours d’historiens

Après avoir présenté la méthodologie de la constitution du fonds d’archives orales du programme Histinéraires1, Virginie Huynh-Van-Xuan, qui a catalogué une partie des entretiens dans le cadre de son Master, « Archives numériques » (ENSSIB) propose une synthèse ce ce que nous dévoilent ces sources orales.

Dans les entretiens enregistrés dans le cadre du programme Histinéraires2, les témoins reviennent sur leur parcours professionnel et parfois leur jeunesse pour évoquer les éléments qui les ont sensibilisés au passé et à l’histoire. Plusieurs citent l’histoire familiale, racontée parfois à travers le récit des anciens ou les objets du passé, il y a aussi les lectures, l’engagement politique des parents ou une intuition d’imbrication temporelle. D’autres paramètres comme un paysage marqué par les évènements, le territoire et sa culture s’ajoutent à cet inventaire. L’intérêt pour cette discipline et/ou son enseignement est souvent suscité, ou accentué par un enseignant rencontré au lycée ou à l’université.

On compte dans ces générations de professeurs d’université des normaliens, diplômés et agrégés d’histoire, mais comme l’illustre les entretiens, les cursus universitaires ne sont pas toujours centrés sur l’histoire, d’autres disciplines jalonnent ces parcours, les lettres, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, ou encore l’architecture et le sport. A les écouter, on découvre également des profils originaux, ceux qui n’ont pas de formation d’historien au début de leur parcours et sont venus à cette discipline puis à cette habilitation par la proximité de leur objet ou leur démarche de recherche.

Ceux qui enseignent ou ont enseigné, font le récit de leur prise de poste dans l’enseignement au sein de l’Education Nationale et dans l’Enseignement Supérieur. Là encore les profils sont contrastés, si quelques-uns gardent un bon souvenir, voire s’épanouissent dans le secondaire, pour d’autres l’expérience est difficile. Et les affectations sont parfois vécues comme un arrachement. Beaucoup évoquent le rapport aux élèves et à leurs étudiants, l’encadrement universitaire et les projets de recherche menés en collectif. La charge des cours ne facilitant pas la recherche, très souvent les vacances scolaires ou un allègement de charge des cours sont mis à profit pour écrire, enquêter – parfois loin du lieu d’enseignement, et préparer les projets de financements, diplômes et concours.

Les historiens reviennent sur la part entre l’enseignement et la recherche aux différentes étapes de leur carrière, au regard aussi des autres responsabilités professionnelles et contraintes familiales.Le temps de la thèse est une période importante pour la recherche et signifie sa spécialisation. Pour autant, l’historien ne s’y enferme pas. Dans son itinéraire, les champs de recherche s’élargissent, évoluent de proche en proche et si cela est possible, celui-ci s’oriente – souvent par choix ou sous la dynamique des rencontres et des projets – vers des sujets inédits. C’est d’ailleurs plutôt la démarche qui caractérise davantage le chercheur que ses sujets. L’entretien ou le séminaire est donc l’occasion pour le chercheur d’expliquer sa discipline, ses objets de recherche et ses positionnements scientifiques. Il cite les lectures, personnalités marquantes, rencontres intellectuelles, voire les amitiés qui ont influencé sur son œuvre.

Les historiens racontent l’enrichissement à discuter de leurs méthodes avec d’autres disciplines, certains parlent d’approche interdisciplinaire dans leur recherche, ou évoque encore les interactions entre SHS surtout à travers les projets collectifs pluridisciplinaires. Souvent l’historien aborde sa relation avec les sources et c’est parfois une véritable passion pour les archives. L’enquête orale permet de compléter les sources. Enrichissante, elle est parfois aussi pesante sur le chercheur en raison des attentes des témoins.

En contemporaine, les historiens indiquent la diversification des sources avec les médias audiovisuels, le cinéma, les archives orales. Désormais, les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont intégrées dans leurs pratique en tant qu’outils pour la recherche, l’analyse ou la valorisation, ou comme nouveau champ de recherche avec l’histoire des sciences. L’enquête permet de montrer les évolutions dans la discipline, les conflits et les débats historiographiques passés ou en cours : critique de l’École des Annales, influence de l’histoire orale, émergence de l’histoire culturelle et sociale… Un portrait du métier d’archéologue nous apprend comment cette spécialité de l’Histoire Antique est devenue une discipline à part entière. Les historiens sont aussi questionnés sur leur rapport à l’écriture et la publication. Certains s’investissent dans les comités éditoriaux de revues scientifiques et d’autres choisissent de publier des ouvrages orientés grand public. Nombreux évoquent le rôle social de l’historien, moins manifeste dans la recherche que dans l’enseignement ou la médiation scientifique.

Concernant l’HDR, les motifs pour s’y préparer sont divers, il y a le désir d’encadrer les doctorants, de monter des projets de recherche, d’évoluer dans la carrière, sous la recommandation des pairs, des directeurs de thèses et responsables universitaires, et des futures opportunités de postes. Comme la thèse, le temps de l’habilitation est prenant et contraint généralement le chercheur à refuser de s’investir dans d’autres projets. Comparer aux HDR d’autres disciplines, les attendus pour l’habilitation en histoire sont jugés lourds par certains, assimilée à une nouvelle thèse d’État elle reflèterait l’image d’une discipline conservatrice. Des historiens critiquent le mémoire de synthèse des activités scientifiques, car le cadre académique de cet écrit les inciterait à construire une cohérence parfois artificielle dans leur parcours. Le « je », le « moi » de l’égo-histoire est considéré comme embarrassant, intrusif, voire détestable pour l’historien qui n’a pas l’habitude, voire qui n’apprécie pas de se mettre en avant dans son œuvre. Le MSAS est jugé secondaire, traité souvent rapidement et écrit parfois en une semaine après la rédaction des autres travaux. Comme les attentes sont peu définies, le MSAS, ou plus communément appelé dans la communauté sous le terme d’ego-histoire est après l’habilitation prêté aux collègues futurs candidats. Pourtant les historiens rapportent qu’une démarche introspective est un exercice particulièrement intéressant pour la pratique du chercheur et de l’enseignant. Et il permet aussi aux chercheurs de se positionner dans un champ de recherche particulier, d’expliquer sa démarche scientifique et pédagogique.

Les entretiens menés et les séances de séminaires d’Histinéraires ont été une nouvelle opportunité pour les historiens de se raconter, de faire un retour d’expérience sur l’HDR et le MSAS, mais aussi sur la post-habilitation. Ils reviennent ainsi sur la qualification de professeur, les travaux effectués depuis l’HDR, et leur expérience cette fois en tant que garant ou tuteur HDR. Ces archives dévoilent un portrait vivant de la profession d’historien….

Accéder aux notices documentaires des entretiens enregistrés.

Accéder aux notices documentaires des séminaires enregistrés.

Voir la carte heuristique présentant la grille d’enquête.

Virginie Huynh-Van-Xuan

 

Crédits photographiques : Une classe dans le Minnessota, en octobre 1974, Photographie de Stroble, David, archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droit connus.

  1. HISTINÉRAIRES « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte », est un programme de recherche financé par l’Agence nationale de la recherche, porté par Patrick Garcia. Il se propose d’étudier les « Mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990 jusqu’à 2010. Ce corpus inexploité, distinct du « travail inédit » souvent objet de publication et du recueil d’articles, constitue un gisement d’informations sur la communauté historienne contemporaine. Il est susceptible de nourrir une véritable sociologie de la profession et une étude de l’historiographie et de ses évolutions non plus fondée sur les écrits de quelques chefs de file mais ancrée dans la masse des parcours de recherche d’une génération d’historiens. []
  2. Une partie de ce programme, menée par Anne-Marie Granet-Abisset et Véronique Ginouvès consiste à la réalisation d’entretiens sur les parcours professionnels d’historiens, avec un focus sur la question de l’habilitation. Dans ces entretiens, qu’elles ont réalisé ensemble ou séparément, elles suivent une grille d’enquête organisée sous forme de carte heuristique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *