Quand j’étais dans mon jeune âge…

L’équipe de la phonothèque de la MMSH est toujours très ravie lorsque les archives sonores ou audiovisuelles sont reprises dans d’autres recherches, citées dans des articles scientifiques ou des ouvrages de tout type, réutilisées dans des expositions ou des conférences ou des écoutes collectives1… L’équipe travaille donc sans relâche pour systématiquement cerner les droits d’utilisation des enregistrements et préciser aux utilisateurs éventuels ce qu’ils peuvent faire de ces archives. Dès que nous retrouvons la trace d’anciens témoins, nous leur faisons signer des contrats d’utilisation dans l’objectif d’offrir le plus large spectre de possibilités aux futurs auteurs/réutilisateurs et jusqu’ici nous n’avons essuyé aucun refus. En retour, lorsqu’un.e artiste nous informe d’une re-création ou d’une ré-interprétation de ces archives, il s’agit toujours d’un moment troublant, en général très joyeux.

En vérité, il est impossible d’imaginer toutes les formes de réutilisations à venir et elles ne sont pas faciles à documenter. Nos informations proviennent principalement des statistiques d’utilisation, lorsque les archives ou les billets sont cités,  ou lorsque les utilisateurs nous envoient l’exemple de réusage. Dernièrement nous avons reçu un très joli cadeau par courriel : la réinterprétation en polyphonie par un choeur contemporain, De lutzia sonorum, d’un chant monodique enregistré au début des années 1980 par Christian Bromberger dans le Val Germanasca, transmis sur un cahier de chanson familial.

Ci-dessous, vous pouvez écouter l’enregistrement qui a inspiré les chanteuses (enquête 499) interprété par Aldo Richard, habitant du hameau de Giordano en Piémont2. Le chant est en langue française, comme environ 80% de son répertoire car c’est la langue de l’identité vaudoise de cette région, la langue du culte3 alors que les habitant de la vallée sont en majorité en situation de quadrilinguisme4.

Cette chanson de mari trompé a le même incipit (« Quand j’étais dans mon jeune âge… ») qu’une autre bien plus amère issue du même cahier de chanson et connue également sous le titre d’Avis aux filles (enquête 509).  Cette fois, c’est la mariée qui fait le récit de ses désillusions et de ses regrets. Comparant sa vie d’avant le mariage où elle était courtisée, recherchée, désirée par son futur époux à sa vie de femme mariée, elle veut avertir les jeunes filles que le mariage est le « tombeau de l’amour » :

L’indexation des chansons traditionnelles nécessite, comme pour le conte, d’utiliser les classifications existantes si on veut pouvoir les repérer efficacement. Celles de  Coirault et de Laforte sont celles du domaine français ou francophone. Une recherche dans Ganoub sur le numéro [COI]5410, nous permet de retrouver la chanson « Avis aux filles », sous le numéro de la classification de Patrice Coirault ou encore, avec le numéro [LAF]T1-E-2, le titre qu’a fourni Conrad Laforte ; la recherche peut aussi se faire par l’incipit complet (« Quand j’étais dans mon jeune âge, je formais mille désirs ») ou à partir des titres de chansons de la même veine « Quand j’étais fille à marier » (titre de Patrice Coirault). 

Grand merci de nous faire part de vos recherches dans Ganoub, de vos citations dans vos publications et dans vos créations !

Les paroles complètes de cet « Avis aux filles » sont en annexe de l’article de C. Bromberger (page 235) « Les chansons « populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine », in Les gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Aix-en-Provence, Grenoble, Presses universitaires de Provence, Centre alpin rhôdanien d’ethnologie, 1994, Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 :

Et pour prolonger ce billet : La question du réusage de ces archives de terrain intéresse d’autres centres de ressources que la phonothèque de la MMSH. Ainsi, nos collègues de l’équipe du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM) au sein du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparée (LESC), ont mis en ligne un entretien auprès d’un apprenti musicien toraja qui raconte comment les archives mises en ligne ont été essentielles pour lui à la fois pour connaître ses traditions musicales mais aussi pour l’aider à affronter son immigration économique dans un pays lointain. Tendez l’oreille et vous entendrez « Telemeta », le nom du logiciel de la base des archives sonores Musée de l’Homme – CNRS.

Crédits photographiques : Fonds Annie-Hélène Dufour : Deux paysans qui travaillent la terre dans le Val Germanasca (Piémont, Italie), avril 1984, photographie d’Annie-Hélène Dufour, phonothèque de la MMSH,  CC-BY-NC-SA.

  1. Pour citer des exemples rapidement il peut s’agir de la fille d’un témoin qui nous demande la  copie d’un entretien pour une écoute familiale autour de la mémoire d’un défunt, du musée de Salagon qui organise une exposition, du lancement du « Prix Seurat » en 2017 où un extrait de l’entretien réalisé entre le chercheur et Jean Métral est diffusé avant le lancement de la conférence introductive… La prochaine intervention publique sera d’ailleurs, en lien avec le projet Territographie, mené par le MAP, l’organisation d’un atelier participatif le 12 mars au MuCEM. []
  2. Le témoin était âgé de 78 ans au moment de l’enquête en 1982. Né à Prali (toujours dans les vallées vaudoises du Val Germanasca), issu d’une famille de chanteur, il se présentait comme un ténor dans l’enquête.. Son répertoire provenait principalement d’un cahier de chansons ayant appartenu à son père, ancien maître d’école. []
  3. Voir l’article de Christian Bromberger, « Les chansons « populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine », in Les gens du Val Germanasca. Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise, Aix-en-Provence, Grenoble, Presses universitaires de Provence, Centre alpin rhôdanien d’ethnologie, 1994, Documents d’ethnologie régionale, vol. 13, p.217-241. []
  4. Les gens du Val Germanasca pratiquent l’italien, le français, le piémontais et très souvent le gavot, occitan alpin []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.