Journées participatives, collaboratives ou citoyennes, crowdsourcing ou édit-a-thon : les mots pour le dire et mieux penser les projets

La journée du 12 mars 2018, organisée par l’UMR MAP autour d’un atelier participatif mettant en  lumière le projet Territographie a été l’occasion pour l’équipe de la phonothèque de réfléchir à ce type d’événements qui se multiplient ces dernières années pour animer des fonds d’archives  et engager les publics dans leur enrichissement et leurs traitement. S’intéresser à la terminologie peut aider à mieux préciser ce type de projets – encore très récents et sur lesquels les financiers nous sollicitent – dont les termes se retrouvent souvent utilisés les uns pour les autres sans différenciation.

L’intervention du géographe Mathieu Noucher qui a introduit la journée Territographie a été l’occasion de préciser les définitions de trois termes : citoyen, collaboratif et participatif. Il s’est appuyé pour cela sur la terminologie de Gilles Boeuf1 qui se place du côté de la science :
La science citoyenne implique un groupe de citoyens qui a une hypothèse et fait (parfois) appel aux scientifiques.
La science participative implique un chercheur ou un groupe de chercheurs qui proposent un projet ouvert auquel différentes communautés participant, qu’il s’agisse de  collecte, d’enrichissement ou d’interprétation des données produites.
La science collaborative fait travailler des scientifiques et des citoyens ensemble, dès la création du projet.

Un autre terme est souvent utilisé dans le cadre de ces journées, celui de crowdsourcingun terme que wikipedia rapproche de la production participative. Il s’agit d’utiliser la créativité, l’intelligence et le savoir-faire d’un public – le plus important possible – pour réaliser certaines tâches traditionnellement effectuées par un employé ou un entrepreneur. Pour l’explicitation de ce terme et des exemples de mise en oeuvre de ce type de journées, nous vous renvoyons vers le mémoire de Master soutenu à l’Enssib d’Ariane Néroulidis, Le crowdsourcing appliqué aux archives numériques : concepts, pratiques et enjeux. Ariane Néroulidis a d’ailleurs publié dans Les carnets de la phonothèque plusieurs compte-rendus de ce type de journées et elle était co-organisatrice de l’atelier du 12 mars.

Enfin, dans le cadre du projet Europeana Sounds (2013-2017) l’équipe de la phonothèque a été amenée à organiser des journées de type edit-a-thon, qui étaient inscrites dans le workpackage 2 du programme européen « Enrichissement et participation ». Voilà un terme construit sur la racine de « Marathon » où des amateurs viennent participer à un marathon qui peut durer une journée ou plus et a pour objectif « d’éditer » (enrichir, documenter, organiser) des données dans le cadre d’une journée que l’on va aussi nommer « collaborative ». Une belle aventure collective pourrait-on se dire…

Nuage dans le tableau, un article de Sharon Zukin et Max Papadantonakis viennent de paraître dans un numéro spécial sur le travail précaire (Precarious Work) de la revue Research in the Sociology of Work (n°31) qui a pour titre « Hackathons as Co-optation Ritual: Socializing Workers and Institutionalizing Innovation in the “New” Economy »…  L’article décrit des codeurs de « hackathon » qui certes sont bien loin des amateurs éclairés qui s’intéressent à nos archives et leur tranquillité s’oppose assurément à l' »imprévisibilité sociale »2 décrite par les auteurs, reprise des combats de coqs balinais et bien entendu, les edit-a-thon autour des archives et du patrimoine, font rarement appel au monde des affaires et de l’économie, mais « la romance de l’innovation technologique » est toutefois l’un des arguments que l’on voit souvent passer dans l’invitation aux journées de ce type…3.

Avant de se lancer dans un projet où vont intervenir différents acteurs pour enrichir les collections, cet arrêt sur définition n’est pas inutile. Il permet de mieux comprendre l’importance de connaître les acteurs, les interactions à venir. Les objectifs du projet et du domaine sur lesquels les interventions vont se faire sont aussi essentiels. Il faut aussi simplifier le travail des futurs éditeurs, les accueillir a minima et leur offrir de bonnes conditions de travail4. Au bout du compte, les retours de ceux qui consultent nos archives de façon imprévue sont tout aussi inventifs et  enrichissant pour notre base de données, un des précédent billet de ce carnet en est un bel exemple. Pour cela il faut que l’utilisateur en tire un réel bénéfice. Certes, il manque la masse d’information et de production mais on peut imaginer que le lien qui se crée avec l’archive se fait sur la durée et évite cette auto-exploitation perturbante que scrute l’article.

C’est grâce à la revue en ligne Wired (20 mars 2018) que nous avons repéré cet article  à la veille de nos interrogations sur la terminologie et la méthodologie des projets qui impliquent la participation de communautés… Un billet d’Hubert Guillaud sur InternetActu le présente également, en langue française, sous le titre « Hackathons, une culture d’exploitation » (20 mars 2018).

Par ailleurs, vous trouverez un compte-rendu de la journée sur ce billet.

Consulter ou citer l’article : Zukin S. et Papadantonakis M., 2017. « Hackathons as Co-optation Ritual: Socializing Workers and Institutionalizing Innovation in the “New” Economy », in A.L. Kalleberg et S.P. Vallas (dir.), Research in the Sociology of Work, [s.l.] : Emerald Publishing Limited (vol. 31), 19 décembre 2017, p. 157‑181., ISBN: 978-1-78743-288-8 <DOI: 10.1108/S0277-283320170000031005. URL: http://www.emeraldinsight.com/doi/10.1108/S0277-283320170000031005. Consultation: 21/03/2018>.

Image à la une : BAhackaton 11 y 12 2013 de mayo. Centro Municipal de Exposiciones, LABgcba, Laboratorio de Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, CC-BY.

  1. Gilles Bœuf est un biologiste français. Professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie, dont les thématiques de recherche portent principalement sur l’océan, la biodiversité, l’adaptation au milieu, le rôle de l’eau dans le vivant et des ressources vivantes marines…  Très impliqué dans la « science participative », il a rédigé un rapport remis à la ministre de l’Écologie , du Développement durable, des transports et du logement en janvier 2012, rédigé  en collaboration avec Y.-M Allain . et M. Bouvier dont le titre était : L’apport des sciences participatives à la connaissance de la biodiversité. Une synthèse du rapport est en ligne dans la revue de l’OCIM. []
  2. Les auteurs de l’article, qui ont observé 7 hackatons entre 2015 et 2016 filent la métaphore à partir de l’analyse de ces combats de coqs par l’anthropologue Clifford Geertz en 1973 : Hackathons, therefore, should be seen as a paradigmatic event that indicates some of the fault lines of an emerging production system. Like the Balinese cockfight analyzed by the anthropologist Clifford Geertz, the hackathon is both an institutionalized social gathering and an unpredictable social situation; it mobilizes participants according to an established belief system and offers them a known repertoire of social roles; and it reinforces a status system outside the event, in the larger culture and society. []
  3. Voir page 169 : From all our interviews and field notes, we identify four main discursive themes shared by hackathons’ sponsors and participants: aspiration, the balance between recreation and career, reputation, and innovation. These themes acknowledge the importance of affect and collective effervescence in tech work, but they also underline a shared acceptance of calculated selfinterest and an asymmetry of power in favor of corporate sponsors. Both stylistically and emotionally, some themes emphasize the “romance” of tech work, while others focus on the “business.” []
  4. L’article fait le récit d’une évaluation un dimanche matin assez affligeante où seule une soixantaine de participants étaient restés sur la centaine au départ, page 168 : The judges – a handful of people including the Hearst CTO, a marketing entrepreneur, an artist/VR researcher, and the founder of a fashion tech think tank who also serves as the editor of a tech magazine – visited each work table, where participants had set up their projects. Every team or solo participant made a 2-minute presentation followed by 1 minute of Q&A with the judges. “Who slept less than 5 hours? Who slept less than 2 hours? Which of you didn’t sleep at all???” exclaimed a representative from AngelHack. Ce type de marathon nous rappelle la période de crise économique du film de Sydney Pollack (1969), On achève bien les chevaux / They Shoot Horses, Don’t They? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *