Préparer l’action humanitaire : à la découverte des archives sonores en langue arabe du CICR

Au terme d’un projet de conservation et de numérisation de ses archives audiovisuelles, mené entre 2009 et 2013, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) met aujourd’hui à disposition du public, sur un portail en ligne, de nombreux enregistrements sonores, films et photographies qui retracent l’histoire de l’institution depuis près de 150 ans. Ces archives témoignent de l’action humanitaire de l’institution au cours des décennies ainsi que du développement du droit international humanitaire (DIH), elles renseignent sur la spécificité de chaque conflit. Par ailleurs, ces documents permettent de comprendre quelle a été la politique de communication du CICR au fil des décennies. En effet, l’action humanitaire des délégués du CICR ne peut se passer d’une politique d’information : besoin d’expliquer les fondements de son action, de justifier certaines positions, nécessité également de diffuser les principes du droit international humanitaire auprès des populations touchées par la guerre.

Avec près de 850 enregistrements réalisés depuis les années 1960, le fonds arabe des archives sonores permet de retracer l’histoire de la communication du CICR dans le monde arabe. Dès le début des années 1960, l’institution comprend la nécessité de faire connaître son action dans cette région. La radio est alors le moyen privilégié du CICR qui produit, à partir de 1965, une émission hebdomadaire en arabe diffusée sur les ondes grâce à une collaboration avec le Service suisse des ondes courtes (SSOC). Réalisée par Ibrahim Zreikat, collaborateur arabophone de l’institution, l’émission retrace l’histoire du CICR et présente les principes fondamentaux de son action. Elle invite également les auditeurs à poser leurs questions via le biais de courriers. De nombreuses lettres parviennent au siège du CICR, à Genève, en provenance de l’ensemble du monde arabe. L’émission cherche aussi à sensibiliser les auditeurs à l’action du CICR dans leur région. C’est ainsi qu’Ibrahim Zreikat fait régulièrement la lecture de messages familiaux, appelés « messages Croix-Rouge », échangés via le CICR entre Palestiniens d’une même famille, séparés par les événements. Le développement de productions radiophoniques en arabe dans les années 1960 répond certainement aux premières actions d’envergure du CICR au Moyen-Orient : Yémen (1963), puis guerre des Six Jours (1967).

Le fonds arabe renseigne également sur les efforts menés par le CICR dans la diffusion des principes du droit international humanitaire (DIH) dans le monde arabe. Au Caire, en Jordanie, en Palestine ou encore au Liban, des sessions d’information sur le DIH sont organisées au sein des forces armées et des conférences sont données dans les universités. L’un des enregistrements des archives sonores donne la parole à un juriste et ancien général égyptien qui présente le contenu de ces sessions de formation des officiers au droit humanitaire. Ces activités de diffusion trouvent également un écho dans une nouvelle émission radiophonique intitulée Sur les traces du Comité international de la Croix-Rouge. Coproduite par le CICR et Radio Suisse internationale (aujourd’hui Swissinfo), elle voit le jour en 1992.

A partir des années 1990, le CICR développe une nouvelle approche pour faire connaître le droit humanitaire. En collaboration avec des acteurs et écrivains du monde arabe, il produit plusieurs feuilletons radiophoniques de 30 épisodes chacun. Intitulé Les Mille et Un Jours, le premier feuilleton est produit au Caire en 1993. Il s’inspire des contes classiques des Mille et Une Nuits dont il reprend les deux personnages principaux : Shéhérazade et Shahryar. Contrairement à la trame originale, cependant, les épisodes retracent les journées de Shéhérazade qui, à l’extérieur du château, est confrontée au monde de la guerre. Chaque nuit, elle raconte au calife les atrocités dont elle est témoin durant le jour et cherche ainsi à le convaincre de la nécessité d’un droit régissant la guerre.

Suite au succès de cette première série radiophonique, le CICR va développer des partenariats avec d’autres radios en Egypte, au Maroc, en Jordanie et au Koweït. En quelques années seulement, sept autres feuilletons de trente épisodes chacun sont réalisés : Prises de position humanitaires (1995), avec la célèbre actrice égyptienne Nadia Lutfi, Ibn Iyas raconte (1996), ou encore A Dream in the Tales (1997) qui reçoit cinq prix au Festival de la radio et de la télévision au Caire en 1998. Ces différents feuilletons s’inspirent tous, à leur manière, du patrimoine arabo-islamique. Ils témoignent de la volonté du CICR, dans les années 1990, de faire connaître le droit international humanitaire dans le monde arabe en se servant d’un référent culturel et littéraire qui devait à la fois parler à l’individu lambda et asseoir l’universalité des principes de la Croix-Rouge.

Finalement, les enregistrements du fonds en langue arabe montrent un aspect particulier de la communication du CICR au Moyen-Orient. De nombreuses séquences témoignent d’un besoin de clarification et de légitimation du rôle du CICR auprès des populations, à majorité musulmane, de cette région. Ils rappellent en particulier la nécessité de justifier le caractère universel du droit international humanitaire (DIH), dans des contextes où ce droit est parfois considéré comme une invention occidentale. Le CICR va ainsi mener un travail de réflexion sur les points communs entre le DIH et le droit islamique et consulter, pour ce faire, de nombreux docteurs et juristes musulmans. A nouveau, les émissions radiophoniques du CICR se font l’écho de cette démarche. En 1966, Ibrahim Zreikat réalise une émission sur la pensée humanitaire dans le Coran et présente certains versets traitant de la protection des civils en temps de guerre ainsi que du traitement des prisonniers. En 1977, un théologien algérien, le cheikh Mahmoud Bouzouzou, s’exprime au microphone du CICR sur les analogies entre le message coranique et les principes des Conventions de Genève.

Le CICR va également engager des conseillers juridiques qui travaillent sur la pensée humanitaire et le droit de la guerre en Islam. Ameur Zemmali a produit plusieurs études à ce sujet, après avoir étudié en détail le texte coranique, les hadiths du Prophète ainsi que plusieurs sources de la juridiction islamique. Dans un long entretien accordé en 1995 au journaliste Hassane Tlili, de Radio Monte Carlo, il décrit les premières réglementations de la guerre en Islam.

L’ensemble de ce fonds d’archives témoigne de la spécificité de la communication du CICR dans les pays arabes. En effet, ces enregistrements ne constituent pas de simples « versions linguistiques » d’émissions produites à l’origine en langues française, allemande ou anglaise. Ces émissions ont été conçues pour s’adresser à un public arabe : elles traitent plus particulièrement de l’action du CICR dans le monde arabe, elles se basent sur le patrimoine arabo-islamique pour trouver un langage qui « parle » au public visé, elles discutent des analogies entre les principes du droit international humanitaire et du droit islamique. En ce sens, le fonds arabe renseigne aussi bien sur l’action du CICR dans les pays arabes que sur la posture de l’institution à l’égard de cette région : ses représentations, ses images, ses projections.

Portail public des archives audiovisuelles du CICR : https://avarchives.icrc.org

Cet article a été rédigé par César Jaquier, historien, en stage aux archives du CICR en 2017. Pour plus de détails, vous pouvez consulter la version originale de l’article, publiée sur le blog des archives audiovisuelles du CICR.

 

Crédits photographiques : Station radio du CICR, Jordanie, 1970. Photographe : Gordon G. Lennox, avec l’aimbable autorisation du CICR.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *