Lumière sur les données citoyennes et le petit patrimoine : retour sur la journée atelier du 12 mars

La journée organisée par Jean-Yves Blaise  le 12 mars 2018 a été l’occasion de présenter  le projet Territographie,  créé en partenariat avec le Mucem, la Région PACA et le MAP  autour du petit patrimoine en région. Cette plateforme numérique expérimentale de recueil et d’annotation participative, appuyée sur des technologies libres, est fondée sur une approche des sciences ouvertes pour l’identification, la localisation et la caractérisation participatives d’objets qui échappent aux logiques d’inventaire. En introduction, Yolande Padilla, sensible à la rencontre entre recherche, muséographie et public, a rappelé l’importance de la participation citoyenne et de la question de l’autorité partagée dans la perspective de l’Open Science.

Rôle du citoyen capteur, information géographique volontaire, cartographie critique, tels étaient les axes abordés et illustrés lors d’une première intervention du géographe Matthieu Noucher (CNRS–UMR PASSAGES). Il a introduit l’idée qu’une déconstruction de la cartographie est possible, au sens où Jacques Derrida1 l’entendait pour le discours et le savoir. Cette cartographie critique naît de la production des données collectées en géolocalisation par les citoyens. Le citizen sensor (citoyen capteur) apporte une information géographique volontaire en fournissant des données sur diverses applications. Ce système de contribution à la recherche a été décrit par le géographe Michael Frank Goodchild2  en 2007.  Les données ainsi produites sont ensuite analysées par les géographes qui peuvent en retirer des informations inédites.

Matthieu Noucher a illustré cette démarche en s’appuyant sur l’expérience de deux projets  de recherche :

InGeoVom propose d’enrichir les connaissances sur les usages de l’information géographique volontaire produite par des programmes de SP&C (Sciences Participatives et Citoyennes) concernant la biodiversité marine et côtière et les démarches méthodologiques s’y rapportant.

EcceCarto, dont l’objectif est de porter un regard géographique sur les nouveaux modes de fabrique cartographique en s’intéressant, en particulier, au projet de cartographie collaborative OpenStreetMap (OSM).

Véronique Ginouvès a, quant à elle, apporté un éclairage théorique sur les sciences participatives et leurs enjeux éthiques et juridiques au sein de la phonothèque de la MMSH. Les lecteurs du carnet retrouveront tous les éléments soit dans les billets qui présentent les journées participatives de la phonothèque soit dans le carnet « Questions d’éthique et de droit » où le chercheur, l’enseignant, l’éditeur et l’archiviste pourront trouver des réponses aux questions qui se posent pour la diffusion des données de la recherche, de leur collecte à leur valorisation.

Un atelier de mise en lien entre les archives sonores et la plateforme expérimentale Territographie a été proposé l’après-midi. Le petit patrimoine (matériel ou immatériel), présenté sur la plateforme à travers trois collections ( chapelles rurales, objets des collections agriculture et élevage, artisanats et vieux métiers) a été  exploré par les participants avec un exemple concret d’écoute d’un extrait sonore et de renseignement de la fiche métier :

La journée s’est conclue au sein du MAP où son directeur, Livio De Luca a présenté Aïoli, plateforme expérimentale ayant pour vocation de permettre aux utilisateurs d’élaborer des représentations 3D à partir de photographies et d’enrichir ces représentations à l’aide d’annotations sémantiques.

Les résultats de cette journée d’étude ont inspiré un billet écrit par Véronique Ginouvès qui fait le point sur la terminologie utilisée dans le cadre des journées participatives pour mieux se situer dans ces démarches.

Antoine Berteau, Matteo Cialone, Hélène Giudicissi

Image à la une : Mobile-phone-3d-castle, Domaine public

  1. J. Derrida, De la grammatologie, Les Éditions de Minuit, 1967 []
  2. « Citizens as sensors: the world of volunteered geography ». GeoJournal. 69 (4): 211–221 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.