Les archives sonores du cinéma mexicain à (re)découvrir et à soutenir !

Le fonds de la musique composée spécifiquement pour le cinéma mexicain entre 1957 et 1975 vient d’être inscrit à la Mémoire du Monde pour le Mexique par l’Unesco. C’est un événement majeur qui n’a pas été tellement mis en avant et pourtant…  Le cinéma mexicain jusqu’aux années 1990, au moins, avec la période dite du Cinema de Oro est riche de musique de fond et des  play-backs interprétés par toutes les vedettes à la mode de cette période.

Les archives sont situées dans les Studios Churubusco Azteca. Ces studios étaient uniques en Amérique latine dès leur création en 1944, à la pointe de la modernité tant en production qu’en post-production. À ce moment là, la production cinématographique mexicaine était en plein essor1 et les compositeurs de musique cinématographique étaient des musiciens reconnus. Certains, comme Manuel Esperón, ont une formation d’accompagnateur de film muet, d’autres ont été formés au Conservatoire  comme Antonio Díaz Conde – espagnol, élève de Manuel de Falla – Luis Hernandez Breton, espagnol en exil, Carlos Jimenez Bretón, Raúl Lavista, Sergio Guerrero… et tant d’autres qui sont maintenant tombés dans l’oubli.

Le générique plantait le thème du film généralement suivi d’un play-back qui situait le contexte. Les chanteurs étaient des interprètes célèbres tels que Agustín Lara ou Pedro Vargas, des comédiens qui avaient des programmes de radio, et d’autres qui avaient des orchestres typiques : les Mariachi. Les projets des producteurs étaient tournés dans les studios, les laboratoires révélaient la pellicule, les ingénieurs enregistraient les play-backs, puis la musique de fond, synchronique, contre l’image qui était projetée dans la salle, les monteurs travaillaient et finalement, une copie terminée et prête à être projetée était remise aux producteurs. Ceux-ci n’avaient guère d’intérêt pour le négatif, resté en dépôt aux laboratoires, ni pour la musique, une fois celle-ci intégrée à la copie finale.

Voilà pourquoi les bandes magnétiques sont restées entassées pendant de longues années dans une pièce sombre et poussiéreuse sans que personne n’y prête attention. En tant que preneuse de son dans l’industrie cinématographique mexicaine, je fréquentais les Studios Churubusco et j’étais en contact avec certains héritiers de ces compositeurs qui ne comprenaient pas comment avaient disparu les centaines d’enregistrements de leurs parents.

Suite à la découverte de ces archives, j’ai réussi à attirer l’attention des autorités culturelles sur l’importance que cet amas de bandes à peine identifiables pouvait représenter ; j’ai monté un projet de restauration, de numérisation des supports. Il s’agit de bandes magnétiques de 2400 ,1200 et 600 pieds, de pellicules de 35mm et de 17.5 mm. Toutes sont atteintes par le syndrome du virus du vinaigre et je n’ai toujours pas réussi à obtenir un local pour isoler les supports les plus endommagés.

Aujourd’hui, l’inventaire permet de décrire plus de 8000 supports, 1850 titres de films : toutes les musiques originales, avec leurs nombreuses prises, les commentaires des compositeurs quand ils n’étaient pas satisfaits, les play-backs, auxquels il faut ajouter les pistes internationales, les repiquages, les transferts optiques de nombreux films. Ce sont des éléments fondamentaux que la numérisation et la restauration permet de préciser et de valoriser.

Il s’agit bien évidemment d’un patrimoine culturel de grande importance, lié à l’histoire du pays et à sa production cinématographique. Hélas rien n’est fait pour sauvegarder ces archives sonores. Aucun budget n’a été alloué pour préserver a minima les supports, pour aménager un espace approprié. Une fois de plus en ce début d’année 2018, je me retrouve sans contrat et donc sans salaire. C’est dans ce contexte que le Comité de Mémoire du monde de l’Unesco (pour le Mexique) vient d’inscrire ces archives sur leur liste. Espérons que cette inscription incite la communauté cinématographique à réagir et à soutenir l’archivage et la numérisation de ces prodigieuses archives musicales.

Sibylle Hayem2

A voir, lire et écouter :

Brève présentation de la vie de Manuel Esperón partie 1 (2min 54s) et  partie 2 (3min 7s) reprise d’une émission TV UNAM, programa Código, de El Universal TV.

Voir le film Chicas casaderas (1961) d’Alfredo B. Crevenna et écouter la musique d’Antonio Díaz Conde.

Dans le corps du billet : Macario, film de Roberto Gavaldón (1960), musique de Raúl Lavista.

Pour en savoir plus : une exposition sur les films conservés dans les studios Churubusco, La fábrica de cine: Estudios Churubusco, réalisée sous la direction de Sandra Benito Vélez se tient actuellement à Mexico, dans l’édifice Luis Buñuel jusqu’au 1er avril.

A lire en langue espagnole :
– l’information sur l’inscription des archives sonores du film mexicain sur la liste de la mémoire de l’UNESCO  : Acervo sonoro del cine nacional, parte de la Memoria del Mundo, La Jornada, 3 mars 2018.
– le billet de Sibylle Hayem  sur Les carnets de la phonothèque publié le 30 mars 2018 : https://phonotheque.hypotheses.org/23931

Crédits photographiques : Sibylle Hayem dans la salle où sont conservées les bandes des archives sonores cinématographiques des studios Churubusco Azteca, photographie de Sandra Benito Vélez, 2017, CC-BY-NC.

  1. Il ne faut pas oublier qu’au même moment Hollywood réalise principalement des films de propagande de la seconde guerre mondiale et les années suivantes, met en place une censure sévère. []
  2. Cela fait bien longtemps maintenant que Sybille Hayem tente d’intéresser l’opinion publique et des sponsors sur ces archives qui sont en train de se détruire… le 24 août 2001, Luc Delannoy présentait ces archives sonores sur Libération. Espérons que ces enregistrements ne devront pas encore attendre 20 ans pour être numérisés et restaurés ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.