De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Mieke Bodart devant la porte du 14 Rue Paradis à Marseille vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart est née et a grandi à Oldenzaal en Hollande. En 1968, après avoir passé son baccalauréat, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mittenwald en Allemagne. Elle a 18 ans. Elle fait partie des «nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière mais par goût de la musique, du violon et des activités manuelles. Depuis l’enfance, elle aime « fabriquer ». Vers 8 ans, elle commence à apprendre à jouer du violon et démonte son instrument pour comprendre comment il est construit.

  1. Devenir luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Pour apprendre la lutherie, elle s’oriente vers l’école de Mittenwald qui est la plus proche de chez elle et pour laquelle elle a les compétences initiales requises : jouer d’un instrument à cordes frottées et parler allemand. La sélection pour intégrer la formation de lutherie (qui dure 3 ans et demi) s’effectue ensuite à partir d’un test d’habileté manuelle de deux mois au cours duquel les candidats commencent à construire des instruments.

2. Le test des deux mois (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

L’exercice de la taille du bois est difficile à cause de l’exigence de précision au 10e de millimètre près.

3. La précision (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Mieke Bodart à l’établi à Marseille, vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart décrit l’organisation de l’enseignement à l’école de Mittenwald avec des cours théoriques de 6 ou 7 heures par semaine (histoire de la lutherie, physique, acoustique…) ainsi que la pratique instrumentale et la participation à l’orchestre à cordes de l’école. Le reste du temps est consacré à l’atelier avec la succession de plusieurs phases d’apprentissage : la fabrication, la réparation, le vernissage. L’examen final inclut également une épreuve de rapidité d’exécution.

4. L’enseignement à Mittenwald (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Les modèles de référence utilisés à l’école de Mittenwald sont surtout italiens. Quelques petites différences existent dans la manière de fabriquer les violons entre l’Allemagne et la France. .

5. De petites différences de fabrication (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Atelier Bodart à Marseille (coll. M. Bodart)

En 1971, après ses 3 ans et demi de formation, elle devient «compagnon » : il fallait ensuite en Allemagne passer une maîtrise pour pouvoir s’installer individuellement.

6. Compagnon et maître luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

La transmission du savoir-faire qui s’appuie à la fois sur le mimétisme et les explications commence avec l’exécution de tâches simples de construction du violon.

7. Tailler des tasseaux (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Mieke Bodart décrit l’attitude plutôt amicale et bienveillante des professeurs, tout en étant exigeante.

8. Les professeurs à Mittenwald (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Son diplôme passé, elle rejoint son mari Philippe Bodart qui après 2 ans de formation à Mittenwald, a obtenu une bourse pour achever sa formation à Mirecourt chez le luthier René Morizot.

Philippe Bodart à Marseille vers 1974 (Coll. M. Bodart)

Ensuite, tous deux partent travailler en Angleterre à Londres chez Charles Beare pendant 8 mois dans un atelier qui pratique la haute restauration d’instruments anciens.

9. Restaurer des instruments anciens (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

En mars 1973, Mieke et Philippe Bodart, avec leur fille d’un an, déménagent à Marseille pour prendre la succession du luthier Pierre Claudot au 14 rue Paradis.

10. Le retour en France (Mieke Bodart, extrait 10 de l’enquête n°5187)

Les luthiers Mieke et Philippe Bodart, Marseille, vers 1974 (coll. M. Bodart)

Il y a beaucoup de travail à l’atelier. Ils prennent rapidement des stagiaires pour les seconder.

11. Le fonctionnement de l’atelier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Atelier du 14 Rue Paradis à Marseille. Mieke Bodard et Charles-Luc Hommel (coll. M. Bodart)

Finalement, après 8 ans passés à Marseille, ils décident de s’installer dans la ville de Besançon où il n’y avait pas de luthier, avec Jérôme Dariel, alors établi à Nice et formé comme eux à Mittenwald.

12. L’installation à Besançon (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

En 1991, après la naissance de son sixième enfant, Mieke Bodart ne peut plus s’investir au même rythme dans le travail de lutherie. Elle s’oriente vers la sculpture.

13.  Pouvoir exprimer sa fantaisie (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Détail d’un bas-relief de Mieke Bodart

Dans son travail de lutherie, elle a fait beaucoup de réparation et moins de neuf bien que la fabrication soit ce qu’elle préférait. Elle a fait une vingtaine de violons qu’elle a signés de son nom et a fabriqué également des violes de gambe.

14. Violes de gambe (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Sur le plan de la concentration et de la continuité, la sculpture lui paraît une pratique moins exigeante que la lutherie.

15. Le choix de la sculpture  (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Sculptures de Mieke Bodart

En sculpture, elle a travaillé le bois associé aussi à d’autres matières et a développé plusieurs styles d’œuvres qui feront l’objet de nombreuses expositions.

16 (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Sculpture de Mieke Bodart

Le goût de la lutherie s’est transmis à deux des enfants de Mieke et Philippe Bodart : Doriane Bodart, archetière à Paris, et Marieke Bodart, formée à l’école de Mirecourt, aujourd’hui luthière à Cucuron où elle fait des violes de Gambe.

Atelier de Mieke Bodart (Cadenet, 2018)

Lors d’un enregistrement complémentaire sur son parcours, Mieke Bodart revient sur l’installation à Besançon en 1981 avec Jérôme Dariel. Dans le centre historique de la ville, ils avaient acquis et restauré un bel espace pour y installer leur magasin et atelier de lutherie. Au bout de deux ans, les frais de l’entreprise se sont avérés  trop importants. Ne partageant plus la même vision du métier avec leur associé, ils ont décidés de fermer l’entreprise. Ils sont alors repartis de zéro et ont finalement organisé leur travail entre l’atelier situé chez eux à la campagne et un petit atelier qu’ils louaient en ville.

17. Recommencer à zéro  (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

En 2005, Maurice Beaufort a repris leur atelier de Besançon avant de déménager dans un quartier où entretemps s’étaient établis d’autres luthiers.

18. Le successeur à Besançon (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Sur l’achat du bois de lutherie, Mieke Bodart évoque les premières sources d’approvisionnement de leur atelier, jusqu’à la naissance en 1991 de l’entreprise Le Bois de Lutherie située à Fertans dans le Doubs et associant le « bûcheron polyphonique » Bernard Michaud et les luthiers Philippe Bodart et Jean-Christophe Graff. Dans ce lieu très vivant, s’organisent aussi de nombreux stages de lutherie, archèterie, musique et autres.

19. Le Bois de Lutherie à Fertans (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Mieke Bodart dans son atelier à Cadenet (2018)

Dans son atelier de sculpture, Mieke Bodart conserve de nombreux éléments liés à son métier de luthière et quelques reliques de l’atelier de Pierre Claudot elles-mêmes héritées de l’ancienne Maison Granier.

Meuble de l’ancienne Maison Granier
Stradivarius. Gravure provenant de l’ancienne Maison Granier

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH dès 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque

Citer cette enquête : Bodart, Mieke ; Claudot-Hawad, Hélène. De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative. Cadenet, 23 et 29 janvier 2018. Enregistrement numérique : 53 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°5187.

Crédits photographiques : coll. Mieke Bodart (avec son aimable autorisation)  et Hélène Claudot-Hawad pour les photos datées de 2018.

Oeuvre sur papier de Mieke Bodart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.